chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
60 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Tankard - Thirst

Chronique

Tankard Thirst
Tel le supporter de bar venant d'encaisser l'élimination surprise d'une grosse écurie de L1 (Bordeaux, Lyon, OM ou PSG, rayez les mentions inutiles) face à Raon l'étape, Carquefou ou Louhans Cuiseaux, ce nouvel album de TANKARD m'a laissé pour le moins dubitatif. Mais qu'arrive-t-il donc aux vétérans thrashers d'outre reins pour causer tant de peine à leurs fervents supporters ? Prise de conscience et fin de l'apologie de l'acool sous toutes ses formes ? Un album acoustique ? Gerre a maigri ? Pensez donc. Déjà victimes d'une programmation hasardeuse pour les fêtes de fin d'année contrecarrant toute tentative de percée dans le bilan 2008 de thrashocore, les allemands n'ont rien trouvé de mieux que de se tirer une balle dans le foi en ralentissant le tempo. Oui, vous avez bien lu. TANKARD. LENT. Bien sûr, tout est relatif et cette nouvelle livraison de carburant thrash envoie suffisament du bois pour renvoyer à leurs chères études tous les clones fadasses d'EXODUS qui se bousculent actuellement dans les clubs de L.A. Mais voilà que TANKARD, après avoir opéré une spectaculaire remontée au classement depuis « B-Day » en 2002, retombe dans des travers mid-tempo qui l'ont jadis bouté en division inférieure (« Two-Faced », « Disco Destroyer »), voire en DH (« The Tankard »).

Tout ne commence pourtant pas si mal avec une première prestation plutôt encourageante, « Octane Warriors », titre mid/fast dans la droite lignée des compos du très solide « The Beauty And The Beer ». Construite sur un tacle assassin délivré avec amour par le bûcheron Gutjahr, tout à sa joie dès lors qu'il s'agit de découper du tibia adverse, « Octane » n'est jamais meilleure que lorsque la TANKARD team imprime une cadence à couper le souffle. Et si l'on s'étonne un brin que Gerre et ses boys ne lâchent pas complètement les chevaux au démarrage (malgré un excellent riff tronçonneuse à 1:05, le meilleur de l'album pour tout dire), le déroulement de la rencontre ne fait guère de doute dans l'esprit du fan boy avide de toupa toupa effréné. Car depuis l'incroyablement brutal « Beast Of Bourbon », TANKARD, c'est du garanti intensité de coupe d'europe et 5-0 à la pause pour les locaux. Enfin ça, c'était avant la crise. Car passé un « Stay Thirsty! » bien balancé en forme de reminiscence de l'excellente « Endless Pleasure », bien peu d'actions à se mettre sous la dent en vérité, sinon l'accélération du tempo (bien trop tardive) sur « Sexy Feet Under » et un ou deux bons passages sur « Zodiac Man ». Entre ces deux fleurons thrash (qu'on jugerait passables sur « The Beauty And The Beer » ou « B-Day », voire carrément moyen sur « Beast Of Bourbon »), rien ou presque, sinon les choeurs féminins d'un « Daddy Comes To Play » jouant la carte de la variation rythmique. La faute à un catalogue de riffs allant du générique au déjà entendu, à des solis trop rares et à un guitariste bien plus à l'aise lorsque le tempo s'accélère. A sa décharge, l'absence d'un véritable comparse comme aux plus belles heures du groupe (le tandem Katzmann/Bulgaropulos) explique sans doute le manque flagrant d'inspiration qui plombe la majeure partie de l'album (le temps paraît bien long jusqu'à "Sexy Feet Under"). Pour une fois un peu à court d'idées, Andy Gutjahr peut heureusement compter sur le soutien sans faille de son entraîneur Andy Classen, l'intensité de sa prod masquant en partie les faiblesses du songwriting. Reste un amusant délire thématique à la Mad Max, un clip déjà entré dans la légende (celui de « Stay Thirsty! », du petit lait!) et surtout Gerre, le chanteur, irréprochable gueulard dont la seule performance suffit à rendre agréable l'écoute de ce « Thirst » plutôt destiné à cirer le banc des remplaçants.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
henrik
06/05/2011 08:17
Après plusieurs écoutes toujours pas de morceau qui sort vraiment du lot, la petite touche d'humour dans les refrains a quasiment disparue. Ce disque est pas mal mais manque cruellement de saveur
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
27/02/2009 12:38
note: 6.5/10
L'album est sorti en version digi avec un DVD bonus qui contient le clip de "Stay Thirsty!" ainsi qu'un docu de 30 mn en allemand (non sous titré) sur le passage du groupe au Bang Your Head festival en 2008. L'occasion de les voir jouer "Zombie Attack" et "Slipping From Reality".

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tankard
Thrash metal
2008 - AFM Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (22)  7.17/10

plus d'infos sur
Tankard
Tankard
Thrash metal - Allemagne
  

tracklist
01.  Octane Warriors
02.  Deposit Pirates
03.  Stay Thirsty!
04.  Hyperthermia
05.  Echoes Of Fear
06.  When Daddy Comes To Play
07.  Zodiac Man
08.  G.O.L.A.W.
09.  Myevilfart
10.  Sexy Feet Under

Durée : 46:41

line up
parution
19 Décembre 2008

voir aussi
Tankard
Tankard
Alien (EP)

1989 - Noise Records
  
Tankard
Tankard
Disco Destroyer

1998 - Century Media
  
Tankard
Tankard
Vol(l)ume 14

2010 - AFM Records
  
Tankard
Tankard
Stone Cold Sober

1992 - Noise Records
  
Tankard
Tankard
Two Faced

1994 - Noise Records
  

Essayez plutôt
Anthrax
Anthrax
The Greater Of Two Evils (Compil.)

2004 - Nuclear Blast
  
Sodom
Sodom
Sodom

2006 - Steamhammer Records (SPV)
  
Exodus
Exodus
Impact Is Imminent

1990 - Capitol Records
  
Witchery
Witchery
Witchkrieg

2010 - Century Media
  
Headhunter
Headhunter
A Bizarre Gardening Accident

1992 - Major Records
  

Ozzy Osbourne
Blizzard Of Ozz
Lire la chronique
Taphos
Demo MMXVI (Démo)
Lire la chronique
Throane
Derrière-Nous, La Lumière
Lire la chronique
Oathbreaker
Rheia
Lire la chronique
Manetheren
The End
Lire la chronique
Bekëth Nexëhmü
De Dunkla Herrarna
Lire la chronique
Lock Up
Demonization
Lire la chronique
Benighted
Lire le live report
Pestifer
Execration Diatribes
Lire la chronique
Black Metal Japonais - L'homme qui en savait trop
Lire le podcast
Diablerie
The Catalyst Vol. 1: Control
Lire la chronique
Sale Freux
Vindilis
Lire la chronique
Atomikylä
Keräily
Lire la chronique
Infamovs
Under The Seals Of Death
Lire la chronique
Sinmara / Misþyrming
Ivory Stone / Hof (Split 10")
Lire la chronique
Bear Mace
Butchering The Colossus
Lire la chronique
Impious
Terror Succeeds
Lire la chronique
Malevolent Creation
Retribution
Lire la chronique
Machinae Supremacy
Into the Night World
Lire la chronique
Goûter d'anniv'Asile !
Atavisma + Grusterror
Lire le live report
Mordbrand
Wilt
Lire la chronique
Omnizide
NekroRegime
Lire la chronique
Satan
Un Deuil Indien
Lire la chronique
Cnoc An Tursa
The Forty Five
Lire la chronique
Power Trip
Nightmare Logic
Lire la chronique
Code Orange
Forever
Lire la chronique
Brutality
Sea Of Ignorance
Lire la chronique
Insomnium
Winter's Gate
Lire la chronique
Candelabrum
The Gathering (Compil.)
Lire la chronique
Bornholm
Primaeval Pantheons
Lire la chronique