chargement...

haut de page
41 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Deathspell Omega - Veritas Diaboli Manet In Aeturnum

Chronique

Deathspell Omega Veritas Diaboli Manet In Aeturnum (MCD)
(Chaining The Katechon)

Dès les premières mesures l'auditeur retrouve le chaos délicieux, ou désolant, du très controversé « FAS », même couches de guitares défiant les lois bienveillantes de l'harmonie, même basse ronflante qui arrondi les angles incertains de riffs souvent décousus, batterie tout blast dehors et toujours cette voix âpre qui déclame inlassablement. Puis vient un break, empli de mélancolie, et un autre suivi d'une accélération qui nous replonge dans le magma haché dont nous devenons affreusement coutumiers. Pas de révolution donc au grand dam de certains qui rêvent de voir le groupe retrouver les chemins d'un Black Metal mieux balisé, Deathspell Omega semble désespérément perdu dans les méandres d'une musique complexe, savante même, qui n'a que faire du travail de sape des grands anciens venus de Norvège il y a 15 ans.

« Chaining The Katechon » propose un seul long morceau de 20 minutes qui aurait en fait pu être découpé en 3 ou 4 compositions distinctes, il n'y a effectivement pas de réel lien entre les différentes parties et on peut légitimement se demander pourquoi le groupe insiste à vouloir proposer d'aussi longues pièces dans ces conditions. La structure du titre laisse à désirer faisant d'avantage penser à un collage de riffs (excellents au demeurant) qu'à une longue composition réfléchie et pensée sur la longueur, les enchaînements entre les différentes parties manquent trop souvent de limpidité et le groupe semble régulièrement forcer le destin pour que se rencontrent deux plans à l'évidence pas fait pour cohabiter si près l'un de l'autre.
Hormis ce défaut mineur Deathspell Omega délivre une fois de plus un travail remarquable basé sur une orchestration de plus en plus riche qui demandera à l'auditeur un maximum d'efforts s'il veut saisir toutes les subtilités de ce « Chaining the Katechon » et en visiter tous les recoins.

Même si cette longue et douloureuse pièce propose de longues respirations mélodiques et paraît moins dense que son très controversé prédécesseur, elle n'en demeure pas moins une œuvre difficile d'accès qui une fois de plus devrait en décourager plus d'un.
De l'avis de beaucoup, Deathspell Omega se perd dans ses compositions à tiroirs, certes de plus en plus complexes mais qui offrent il faut bien l'avouer de moins en moins de plaisir à l'écoute basique ou distraite.
De l'avis de beaucoup, Deathspell Omega enrichit sans cesse son propos, construit avec application, dans le détail, fignole l'arrangement parfois à peine audible pour finalement délivrer un travail d'orfèvre unique. Pour ces gens de bon goût le projet est l'un des plus passionnants de la scène extrême actuelle en s'aventurant dans des contrées sonores peu visitées auparavant.

Le groupe divise, donc, et trace sa route sans se soucier de la façon dont ses oeuvres seront perçues en dépassant largement les frontières du Black Metal d'antan pour proposer quelque chose de résolument extrême, sombre, mais difficile à ranger au fond d'une case joliment étiquetée.
« Chaining The Katechon » ne marque pas une évolution sensible dans la carrière de D.O mais reste une sortie captivante pour qui veut bien plonger la tête dedans et semble surtout confirmer les choix artistiques qu'a fait le groupe après « Si Monumentum Requires, Cicumspices ». J'ai néanmoins l'impression que le prochain full lenght du groupe pourrait me faire mentir…
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

6 COMMENTAIRE(S)

Häxan citer
Häxan
27/01/2009 21:57
note: 4.5/5
ça ne saurait tarder :-)
Ikea citer
Ikea
27/01/2009 21:54
note: 4.5/5
waip en gros entre le mathcore et le mathrock et la musique savante, DsO a fait son marché Clin d'oeil

Sinon, j'espère voir ici la chronique de l'EP mass grave aesthetic, que je devrais recevoir sous peu !
Häxan citer
Häxan
27/01/2009 21:44
note: 4.5/5
c'est vrai, entre DsO et Botch mais aussi entre DsO et toute la scene "post hardcore torturée mathematico bizarre" (!!) qui a deferlé il y a quelques années, on retrouve ce même côté tout "cassé", limite épiléptique.
Ikea citer
Ikea
27/01/2009 21:34
note: 4.5/5
Décidément tu es un homme de gout Sourire

Je trouve d'ailleurs beaucoup de similitudes entre DsO et Botch, le même côté "mathématique"
Häxan citer
Häxan
27/01/2009 21:29
note: 4.5/5
d'ailleurs ce passage au tapping me rappelle fortement un plan quasiment identique sur l'excellent album de BOTCH "we are the Romans".
Ikea citer
Ikea
27/01/2009 21:16
note: 4.5/5
Contrairement à toi je trouve que ce split est un retour en arrière mais à Kenôse. Beaucoup plus lisible que Fas au premier abord mais toujours autant indigeste.

Il me faut encore du temps pour poser un avis définitif sur la chanson mais la première partie avec ce passage au tapping est fabuleuse...

Et je pense comme toi pour le prochain album, on risque d'être surpris, même si je ne vois pas comment on peut aller encore plus loin musicalement.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Deathspell Omega
Black Metal
2008 - Norma Evangelium Diaboli
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs : (12)  4.25/5
Webzines : (1)  4.25/5

plus d'infos sur
écoutez
tracklist
01.  Chaining The Katechon

Durée : 22:12

line up

parution
2 Janvier 2009

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Drought (EP)

2012 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Si Monumentum Requires, Circumspice

2004 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Paracletus

2010 - Season of Mist / Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Mass Grave Aesthetics (EP)

2008 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Fas
(Ite, Maledicti, in Ignem Aeternum)

2007 - Norma Evangelium Diaboli
  

Essayez aussi
Cult of Erinyes
Cult of Erinyes
Golgotha (EP)

2011 - Kunsthauch Records
  
Haemoth
Haemoth
In Nomine Odium

2011 - Debemur Morti Productions
  
Horna
Horna
Sanojesi Äärelle

2008 - Debemur Morti Productions
  
Vreid
Vreid
Milorg

2009 - Indie Recordings
  
Nine Covens
Nine Covens
On the Dawning of Light

2012 - Candlelight Records
  

chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress
chronique Chronique
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness
chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful