chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
21 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Taake - Taake

Chronique

Taake Taake
Malgré des pochettes toutes plus magnifiques les unes que les autres (celle-ci ne déroge pas à la règle !), et un frontman sympathique qui semble grand adepte du bouddhisme, je dois l'avouer, Taake ne m'a jamais follement intéressé. Déjà, parce qu'à l'heure de ses premiers albums, le groupe était orienté black/folk, mais aussi parce que son album précédent, Hordalands Doedskvad, avait déjà un peu tendance à flirter avec un commun inhabituel pour les norvégiens. J'aurais volontiers laissé cette chronique à notre cher Mikaël – que je salue au passage – mais il s'en est depuis allé… Alors c'est moi qui me charge de la chronique de l'album éponyme de Taake, avec l'espoir que le groupe continue sur sa très bonne lancée.

De prime abord, on est rassuré par la tournure que prend « Atternatt », qui malgré son « OUHH » dans la plus pure tradition de Celtic Frost, se tient sacrément bien. Les riffs sont indéniablement black metal, et le ralentissement lancinant au milieu du morceau plonge l'auditeur dans un état léthargique propre à ceux qui fréquentent les débits de boisson plus que de raison. Sans jamais atteindre de hauts tempos, Taake réussit malgré tout à maintenir l'auditeur en éveil grâce à excellent travail sur les ambiances et une voix toujours plus envoûtante. Si certes cet album éponyme ne révolutionne pas le genre, il a au moins le mérite de bien remplir son job, seulement…

Seulement, et il faut attendre le break vers la troisième minute de « Umenneske » pour s'en rendre compte, Hoest a dû un peu trop se replonger dans sa discothèque des années 70 avant de composer son nouvel opus. Pendant plus de trois minutes s'y étale un passage ultra lent et il faut bien l'avouer, un peu soporifique, qui n'est sauvé que par un excellent travail sur la basse ; à la septième minute par contre, c'est le naufrage : un bon gros riff catchy des familles façon« je joue toujours le même accord que je descends de temps à autre avec la caisse claire sur le temps pour bien souligner que c'est là qu'il faut headbanguer » vient clôturer le morceau. J'en aurais presque oublié que j'étais en train d'écouter un album de black metal si l'excellent riff d'intro de « Lukt Til Helbete » n'était pas venu me réveiller. Seulement encore une fois, au bout d'une minute trente, le morceau se transforme en un magnifique rock n roll simpliste aussi entraînant qu'un opéra-ballet à deux heures du matin sur Arte.

Et ainsi en sera-t-il de tout cet album, alternant des passages black metal de très bonne facture avec d'autres ressemblant plus à une pâle copie de Motorhead croisée de temps à autre à du Black Sabbath. Taake saute à pieds joints dans le plat du black n roll miteux et facile d'accès, fait pour faire headbanguer ceux qui arrivent encore à trouver de l'intérêt aux derniers Satyricon. Je veux bien que ce soit la mode, et que le mid-tempo soit un art délicat en matière de black metal dès qu'on veut jouer autre chose que des arpèges, mais parfois on se dit que le classicisme a du bon. Personnellement j'attendais autre chose de ce groupe que j'avais jusqu'à présent en plus haute estime.

Malgré les écoutes répétées, je n'arrive pas à retenir autre chose que ces passages chiantissimes de black n roll aussi vifs qu'un escargot sous tranquillisants qui ne composent pourtant qu'à peine plus de la moitié de Taake. Même si le simplisme a parfois du bon, il faut quand même plus qu'une simple voix et une production aux petits oignons pour instaurer une ambiance sur des riffs aussi répétitifs. Dommage, car quand le groupe reste fidèle aux canons du genre il excelle particulièrement à rendre sa musique prenante, j'en veux pour preuve la fin de « Motpol », qui est avec le morceau d'ouverture l'un des plus réussis de l'album. J'espère désormais que Taake retrouvera des couleurs plus sombres pour son prochain essai, et que Hoest en jouant avec Slavia se rappellera ce qu'est le black metal, c'est-à-dire une musique sombre, froide et malsaine, et non qui sent à moitié la bière, le cambouis et les dessous de bras.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

ChoKos citer
ChoKos
26/03/2009 22:46
Globalement d'accord avec la chro
Je ne retrouve pas les émotions qui avaient fait la force de la trilogie Nattestid/Over Bjoergvin/Doedskvad sur cet album...
von_yaourt citer
von_yaourt
23/03/2009 18:40
note: 6/10
Dead a écrit : Dark Nico a écrit : Parfaitement d'accord avec la chronique. mais moins indulgent avec la note !

Si notre yaourt devient indulgent maintenant... Roll Eyes

Mr Green


C'est exactement ce que j'ai pensé moi même ! Mort de Rire
N'empêche cette note et pensée, vu que je vais bientôt faire la chronique d'un album qui souffre des mêmes défauts en plus accentués mais qui ne mérite tout de même pas une note en dessous de la moyenne.
Saku' citer
Saku'
23/03/2009 14:43
Je suis particulièrement fan du 1er album et du groupe en général, mais à écouter les extraits myspace, rien ne me tente ! Vraiment !
Dead citer
Dead
23/03/2009 13:04
Dark Nico a écrit : Parfaitement d'accord avec la chronique. mais moins indulgent avec la note !

Si notre yaourt devient indulgent maintenant... Roll Eyes





Mr Green
Dark Nico citer
Dark Nico
22/03/2009 17:17
note: 4.5/10
Parfaitement d'accord avec la chronique. mais moins indulgent avec la note !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Taake
Black metal
2008 - Dark Essence Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (7)  5.86/10
Webzines : (23)  7.46/10

plus d'infos sur
Taake
Taake
Black Metal - Norvège
  

écoutez
vidéos
Umenneske
Umenneske
Taake

Extrait de "Taake"
  

tracklist
01.   Atternatt
02.   Umenneske
03.   Lukt Til Helvete
04.   Doedsjarl
05.   Motpol
06.   September Omsider
07.   Velg Bort Livet

Durée : 46:27

line up
parution
17 Octobre 2008

voir aussi
Taake
Taake
Noregs Vaapen

2011 - Dark Essence Records
  

Essayez plutôt
Watain
Watain
Sworn To The Dark

2007 - Season of Mist
  
Abigail Williams
Abigail Williams
In The Absence Of Light

2010 - Candlelight Records
  
Otargos
Otargos
Ten-Eyed Nemesis

2006 - Several Bleeds Records
  
Sad
Sad
Devouring the Divine

2013 - Hass Weg Productions
  
Nine Covens
Nine Covens
On the Dawning of Light

2012 - Candlelight Records
  

Nokturnal Mortum
Marble Moon (EP)
Lire la chronique
Ad Hominem
Antitheist
Lire la chronique
Quel est votre membre préféré ?
On aurait très bien pu vous...
Voir le sondage
Vorum
Current Mouth (EP)
Lire la chronique
Massenhinrichtung
Zakon zbroi (Закон зброі)...
Lire la chronique
Morgoth
Ungod
Lire la chronique
Razor
Violent Restitution
Lire la chronique
Osculum Infame
The Axis Of Blood
Lire la chronique
Norman Shores
Le tombeau de brume
Lire la chronique
Arcturus
Arcturian
Lire la chronique
Nightslug
Loathe
Lire la chronique
Revok
Bunt Auf Grau
Lire la chronique
Striborg
This Suffocating Existence
Lire la chronique
Diabolicum
Ia Pazuzu (The Abyss Of The...
Lire la chronique
Abyssus
Summon The Dead (EP)
Lire la chronique
Xul
Extinction Necromance (EP)
Lire la chronique
Warsawwasraw
Sensitizer
Lire la chronique
Tümëur
Gangrène
Lire la chronique
Will Haven
Open The Mind To Discomfort...
Lire la chronique
Osculum Infame
Dor-Nu-Fauglith
Lire la chronique
De Mariangela Demurtas à Ihsahn
Jouer à The Small Metal World Experiment
Throatruiner Festival MMXV
Birds In Row + Calvaiire + ...
Lire le live report
Witchrist
Vritra (EP)
Lire la chronique
Dommedagssalme
Domain
Lire la chronique
Invincible Force
Satan Rebellion Metal
Lire la chronique
Embrional
The Devil Inside
Lire la chronique
Aryos
Les stigmates d'Hécate
Lire la chronique
Palehorse
Habitual Linestepper (EP)
Lire la chronique
Incinerate
Eradicating Terrestrial Spe...
Lire la chronique
Neurotic Deathfest 2015
Lire le dossier