chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Agathodaimon - Phoenix

Chronique

Agathodaimon Phoenix
Pourtant séduit par leur tout premier album "Blacken The Angel" sorti en 1998, je ne m'étais jamais penché sur la suite de leur carrière. C'est donc en pensant retrouver un black symphonique gothique que j'ai abordé ce cinquième album sobrement intitulé "Phoenix", comme si en 10 ans, le combo allemand n'avait pas évolué. Grosse erreur évidemment. Avec cette cuvée 2009, Agathodaimon m'a fait en plus le coup du grand écart et se présente sous une forme complètement différente, digne des évolutions d'un In Flames ou d'un Dissection.

Si comme moi, vous abordez ce nouvel album avec en mémoire la réminiscence de leur passé, il y a de fortes chances pour qu'il atteigne le fond de votre poubelle sans même toucher les bords. Entre son côté black et son côté gothique, il semblerait que le groupe ait tranché : de leur passé, seuls demeurent quelques hurlements torturés, bien trop propres d'ailleurs pour se montrer réellement convaincants. Au lieu de servir l'art noir, les allemands ont préféré se blottir dans les douces courbes du metal gothique à travers un style entre death mélodique et metal symphonique, à la fois dense et épique. Les hurlements partagent désormais l'affiche avec un chant clair masculin calme et agréable qui sied parfaitement aux nombreux moments mid-tempos qui parsèment l'album ; leur style s'oriente également vers une direction plus froide et synthétique avec l'utilisation de nombreux effets et sons électroniques.

Contrairement à ce que pourrait laisser croire ma note, "Phoenix" n'est pas un mauvais album. Il est d'ailleurs techniquement assez bien fait, jouissant de compositions très mélodiques, de riches arrangements et d'une production ultra puissante. Je n'ai d'ailleurs aucun doute sur le fait que le Agathodaimon 2009 se trouve un public car leur metal puissant et calibré a vraiment de quoi séduire. Reste que pour moi, ce que les allemands nous proposent n'a plus l'once d'un petit bout de doigt d'âme. En aseptisant et en simplifiant sa musique, le groupe a perdu toute la sincérité et la profondeur qui faisaient la magie de ses premières heures. Ma sensibilité gothique m'oblige cependant à vous parler de la version "Soundtrack" du titre "Alone In The Dark" (en bonus sur l'album), vraiment bien foutue bien qu'ultra convenue et à mille lieux du style du groupe. Mais au final, un seul titre me laisserait entrevoir un peu d'intérêt quant à l'avenir de cette formation : le blackisant "Throughout The Fields Of Unshaded Grace" que l'on n'attend même plus après 10 titres d'une platitude émotionnelle déprimante.

Si vous trouvez cette chronique peu inspirée, sachez qu'elle est à l'image de ce que m'a inspiré ce "Phoenix" après de nombreuses écoutes. J'espère simplement que ceux qui viendront défendre cet album auront plus de choses à dire que moi.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Agathodaimon
Death/Gothique/Black? moderne
2009 - Massacre Records
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (20)  6.71/10

plus d'infos sur
Agathodaimon
Agathodaimon
Death/Gothique/Black? moderne - Allemagne
  

tracklist
01.   Heliopolis
02.   Devil's Deal
03.   Decline
04.   Ground Zero
05.   Ghost Of A Soul
06.   Winterchild
07.   Time Is The Fire
08.   To Our Ashes
09.   Amongst The Vultures
10.   Oncoming Storm
11.   Throughout The Fields Of Unshaded Grace
12.   Grey Whisper

Durée : 63 min.

line up
parution
10 Avril 2009

voir aussi
Agathodaimon
Agathodaimon
Blacken The Angel

1998 - Nuclear Blast
  

Witherscape
The Northern Sanctuary
Lire la chronique
Isgärde
Jag enslig skall gå
Lire la chronique
16
Lifespan of a Moth
Lire la chronique
Ghoul
Dungeon Bastards
Lire la chronique
La photo mystère du 27 Juillet 2016
Jouer à la Photo mystère
Ragnard Rock 2016
Forteresse + Graveland + He...
Lire le live report
Satyricon
Nemesis Divina
Lire la chronique
Wederganger
Halfvergaan Ontwaakt
Lire la chronique
Cobalt
Slow Forever
Lire la chronique
Baptism
V: The Devil's Fire
Lire la chronique
Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy
Lire la chronique
Centinex
Doomsday Rituals
Lire la chronique
Starofash
Skógr
Lire la chronique
Hunok
Megrendíthetetlenség
Lire la chronique
Lacuna Coil
Delirium
Lire la chronique
Primalfrost
Prosperous Visions
Lire la chronique
Dark Funeral
Where Shadows Forever Reign
Lire la chronique
De Karl Sanders à Mark Greenway
Jouer à The Small Metal World Experiment
Karcavul
Intersaône
Lire la chronique
Vanhelgd
Temple Of Phobos
Lire la chronique
Mizery
Absolute Light
Lire la chronique
Au revoir Monsieur le chroniqueur ! La mort de VS Webzine ! Du pipi qui gicle !
Lire le podcast
Fistula
Longing for Infection
Lire la chronique
Hermóðr
The Darkness of December
Lire la chronique
Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina
Lire l'interview
Alkerdeel
Lede
Lire la chronique
Sink
Ark of Contempt and Anger
Lire la chronique
Winterlore
Winterlore
Lire la chronique
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Worship The Grave
Lire la chronique