chargement...

haut de page
41 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Malebolgia - Requiem For The Inexorable

Chronique

Malebolgia Requiem For The Inexorable
Blasphemer, Trigger The Bloodshed, Spiritual Dissection, on a été gâté en matière d'intensité ces temps-ci. Sorti de nulle part, Malebolgia fait encore plus fort avec son premier full-length, Requiem For The Inexorable.

Sorti de nulle part, parce qu'avant sa signature chez Comatose Music en début d'année, je n'avais jamais entendu parler du quintette de Caroline du Nord, pourtant rassemblé depuis l'an 2000. Erreur réparée puisque je m'enfile Requiem For The Inexorable depuis plusieurs semaines maintenant. Il faut dire qu'il en faut des écoutes pour digérer cette bête folle furieuse! Alors c'est quoi exactement Malebolgia à part le concierge créateur de Spawns du niveau -8 des Enfers? Hé bien c'est du brutal death moderne extrêmement rapide et intense, assez technique, habité d'une furie grind, jusqu'au boutiste et, si ce n'est original, alors au moins personnel, et qui peut à la fois rappeler Origin ou Cattle Decapitation. Riffs tarabiscotés, déluge de notes, changements rythmiques, flow vocal impressionnant, batterie épileptique, accrochez-vous bien parce que le voyage ne sera pas de tout repos.

Ce Requiem For The Inexorable fait en effet partie des albums extrêmes les plus intenses qu'il m'ait été donné de croiser et pourtant, j'en ai vus passer! Cette intensité est condensée pour beaucoup dans un instrument qui a ici une part prépondérante: la batterie. Je regarde le livret, je vérifie sur Internet, je contacte le label, non non, ce n'est pas une boîte à rythme mais un vrai batteur derrière ce carnage! Difficile à croire tant les drums sont triggés de partout et tant les vitesses atteintes dépassent l'entendement! Du blast-beat à longueur de temps? Sûrement pas, les blasts ne sont pas assez rapides pour Malebolgia, ici c'est gravity et double parfois à plus de 300 BPMs. La batterie étant mixée très en avant, autant dire que l'on s'en prend plein la tête! Ce parti pris risque cependant d'en froisser plus d'un car il faut bien le reconnaître, cette batterie ultra rapide, triggée jusqu'à la moelle, surmixée et qui joue trois fois plus vite que tout le monde, finira par soûler bon nombre d'entre-vous. Moi j'y suis désormais habitué, trouvant ça super jouissif!

Aussi intenses et chaotiques que soient bon nombre de passages, Malebolgia ne se content pas, heureusement, de bourriner comme un con tout du long des douze titres pour trente-six minutes de ce Requiem For The Inexorable. On retrouve ainsi des séquences moins frénétiques, plus catchy ("Involuntary Recollections", "Infesdead", "Pissing Pus") et des riffs plus lents, plus lourds et chargés en ambiance sombre ("Degrading Succession", "Veiled Impurity", "Discordant Splendor", "Cultus Parasiticus", "Dominion Of Alchemy", "Pissing Pus") qui apportent de la variété à l'album, ainsi qu'une bonne petite atmosphère sombre et oppressante, tout comme cette basse grondante toujours bien placée. Malebolgia va même jusqu'à nous offrir en milieu de parcours un excellent interlude, "Requiem", avec des morceaux d'acoustique dedans!

Notez donc que Requiem For The Inexorable s'avère en fait plutôt varié, notamment au niveau du chant dont trois membres s'occupent en nous proposant du growl ou du yaourt mais jamais d'inhales ridicules comme on entend trop souvent dans le brutal death moderne. Les Américains n'ont pas non plus oublié la mélodie avec quelques leads et soli disséminés dans ce paysage chaotique ("Degrading Succession", "Veiled Impurity", "Discordant Splendor", "Dominion of Alchemy", "Cock Rockin' Fever"). Cerise sur le gâteau, les cinq frappadingues de Malebolgia nous laissent sur un petit délire rock 'n roll super entraînant, "Cock Rockin' Fever", avec chant d'eunuque garanti!

Plutôt original, brutal, puissant, intense, chaotique, extrémiste, barré mais aussi efficace et mélodique par moment, ce premier opus de Malebolgia est une nouvelle bonne surprise en ce début d'année déjà bien fourni. Joli coup de Comatose qui, en élargissant sa roster à d'autres styles moins typés brutal death bas du front, commence à devenir réellement intéressant. Les Américains ne plairont sans doute pas à tout le monde mais eux au moins ont leur propre signature sonore. Malebolgia, un groupe au potentiel intéressant sur lequel il faudra garder l'oeil!
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

1 COMMENTAIRE(S)

citer
Seb`
08/04/2009 19:27
Album énormissime.
Quelle déluge de brutalité. Ca fait du bieng par où ça pase Gros sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Malebolgia
Intense Chaotic Brutal Death Metal
2009 - Comatose Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  7.5/10
Webzines : (7)  6.87/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  Degrading Succession
02.  Born Of The Nephelim
03.  Veiled Impurity
04.  Involuntary Recollections
05.  Discordant Splendor
06.  Requiem
07.  Infesdead
08.  Beast Of Euphoria
09.  Cultus Parasiticus
10.  Dominion Of Alchemy
11.  Pissing Pus
12.  Cock Rockin' Fever

Durée : 36'21

line up

parution
27 Février 2009

achetez sur
thrashothèque
chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress
chronique Chronique
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness
chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful