chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
42 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Megadeth - Risk

Chronique

Megadeth Risk
Comme on ne peut pas chroniquer que du chef d'oeuvre à tour de bras, le moment est venu de défendre l'indéfendable : « Risk » de MEGADETH ! C'est un fait, presque un ordre établi, chaque groupe de légende ou presque a droit à son album de la honte, sa grossière erreur de parcours, son faux pas rédhibitoire qui lui vaudra l'opprobe des fans (et un album back to the roots dans la foulée, histoire de se faire pardonner) ainsi qu'un cuisant échec commercial. Là, tout de suite, compte tenu de la quasi gémellité du parcours discographique entre le Deth et METALLICA, je serais tenté de comparer « Risk » à la double arnaque « Load/Reload », deux autres skeuds également marqués du sceau de l'infamie. Pour autant, si les deux groupes partagent une orientation mainstream regrettable au regard du passé des deux groupes, la tôle reçue par ce 8ème full length n'a pas eu le même retentissement : si les viscérales réactions de rejet à l'égard de « Load » s'expliquent par une rupture brutale vis à vis du genre heavy thrash, chez MEGADETH, le glissement vers un contenu heavy rock s'est fait bien plus en douceur. La chute des éternels seconds s'est donc déroulée dans l'indifférence générale, le groupe ayant subi une première saignée de partisans dès le plus mélodique « Youthanasia ».

Pour apprécier « Risk » à sa juste valeur, mieux vaut donc avoir goûté le virage popisant de l'excellent « Cryptic Writings » et, surtout, se préparer à nettement moins bon dans le style, même si Dan Huff est toujours aux commandes. Car pour la première fois de sa carrière, Dave Mustaine a lâché la bride à ses partenaires de jeu et plus largement partagé le processus de composition entre lui même, Marty Friedman, Dave Ellefson et feu Bud Prager, manager américain né en 1929 (!!!) et superviseur de groupes comme FOREIGNER, BAD COMPANY ou encore les DAMN YANKEES au sein de E.S.P. MANAGEMENT. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça s'entend. Nouveau venu après l'éviction énigmatique de Nick Menza, l'ex-SUICIDAL TENDENCIES Jimmy DeGrasso se contentera lui d'insuffler un peu de dynamisme à des titres qui en manquent sévèrement, l'accusation d'album mou du genou qui colle à la peau de « Risk » étant totalement justifiée. Principalement en cause, la première moitié de l'album qui, excepté une déclinaison un peu maladroite de « Trust » (« Insomnia », qui aurait gagné à troquer les violons pour quelques leads à l'ancienne) et l'intrigante « Prince Of Darkness » (qui ne capitalise pas sur une montée en puissance toute en finesse) est d'une insigne faiblesse. Séparons d'entrée de jeu le bon grain de l'ivraie et renvoyons dans les limbes les vulgaires compromissions à la WWF (« Enter The Arena », « Crush' Em », pitoyables tentatives de heavy rock catchy) tout juste bonnes à figurer sur la B.O. d'un UNIVERSAL SOLDIER 2 (oui, celui avec Jean Claude et Bill Goldberg) ainsi que les ballades guimauves tellement sucrées qu'elles causeraient la perte d'un contingent de diabétiques. Au diable donc les « Breadline » et autres « I'll Be There », soit la grande majorité des titres co-écrits par le parasite Bud Prager, l'efficace « The Doctor Is Calling » échappant de justesse (merci au superbe refrain pour le coup) à la médiocrité ambiante.

Heureusement, les quelques irréductibles qui auront survécu tant bien que mal jusqu'à la piste 8 pourront se consoler avec 5 morceaux d'une bien meilleure tenue, quoique toujours en deça de ce que MEGADETH proposait sur “Cryptic Writings”. Passons sur “Ecstasy”, titre agréable mais sans grande envergure, pour taper du pied sur l'entraînante “Seven”, blindée de solis bien rock n' roll (comparé au reste) et qui paye un sympathique tribut à DIRE STRAITS à compter de 2:35 mn. Dans un registre vaguement plus énervé, la construction de “Wanderlust” est intéressante ; passé un démarrage teinté d'une douce nostalgie, DeGrasso lance la machine pour un rendu bien plus électrique (la batterie claque bien sur tout l'album, sauf sur “Crush' Em”), accélérant le tempo le temps d'un break plutôt percutant, malgré les wo-ho-ho un peu putassiers de Megadave. Mustaine, puisqu'on y est, toujours excellent parolier (celles de “Time : The Beginning” sont poignantes) et qui, malgré tous ses efforts pour chanter comme un crooner, a parfois du mal à endosser le rôle du gendre idéal, comme si la rouille thrash originelle perçait de temps à autre l'épaisse couche de vernis destinée à rendre le groupe présentable. Enfin, comme sur le fadasse “The World Needs A Hero”, l'album a droit à son petit chef d'oeuvre en fin de programme avec “Time : The Beginning”, aux sublimes accents mélancoliques à peine entachés par la présence d'un violon bien accessoire. Ce sera l'ultime offrande d'un Marty Friedman trop discret ici, qu'on devine assez peu concerné pour son dernier enregistrement avec le groupe. Une triste et belle ballade d'à peine trois minutes qui justifie presque l'acquisition de “Risk”, tant les arpèges somptueux et la complainte du rouquin repenti frappent direct au coeur. Si le petit frère, “Time : The End” est loin d'être aussi brillant car bien trop court, au moins permet-il à MEGADETH de lâcher un peu les chevaux et à Mustaine de pousser une de ces gueulantes dont il a le secret, mettant un point final à cet album bancal mais non dénué de charme, pour peu qu'on apprécie la portion la plus calme de leur répertoire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

armageddon200 citer
armageddon200
13/01/2011 11:35
note: 1/10
Pitoyable... Dave a risqué et a perdu...
à éviter absolument!!!!!
Henrik citer
Henrik
30/08/2009 13:12
note: 2/10
Impossible d'être tolérant à l'égard de cet album, qui poursuit l'incursion du groupe dans le heavy rock guimauve.
Niktareum citer
Niktareum
15/04/2009 11:46
Jamais écouté ce Megamort je crois bien... j'avais déjà lâché l'affaire après "Youthanasia".
Chris citer
Chris
12/04/2009 18:28
note: 3/10
Berk, je n'arrive à trouver aucun intéret à cet album et c'est justement avec ce "Risk" que le groupe est mort à mes yeux..

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Megadeth
Heavy rock
1999 - Capitol Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (10)  3.75/10
Webzines : (10)  5.82/10

plus d'infos sur
Megadeth
Megadeth
The world needs a zero - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.  Insomnia
02.  Prince Of Darkness
03.  Enter The Arena
04.  Crush 'Em
05.  Breadline
06.  The Doctor Is Calling
07.  I'll Be There
08.  Wanderlust
09.  Ecstasy
10.  Seven
11.  Time : The Beginning
12.  Time : The End

Durée : 50:21

line up
voir aussi
Megadeth
Megadeth
Th1rt3en

2011 - Roadrunner Records
  
Megadeth
Megadeth
Peace sells ... but who's buying ?

1986 - Capitol Records
  
Megadeth
Megadeth
So Far, So Good.... So What?

1988 - Capitol Records
  
Megadeth
Megadeth
Countdown To Extinction

1992 - Capitol Records
  
Megadeth
Megadeth
Endgame

2009 - Roadrunner Records
  

Essayez plutôt
Medication
Medication
Prince Valium

2003 - Locomotive Records
  
Breakpoint
Breakpoint
Strange Fruit

2004 - Anvil Corp
  
Anthrax
Anthrax
We've Come For You All

2003 - Nuclear Blast
  
Ghost
Ghost
Opus Eponymous

2010 - Rise Above Records
  
In Solitude
In Solitude
Sister

2013 - Metal Blade
  

Wombbath
Downfall Rising
Lire la chronique
Inculter
Persisting Devolution
Lire la chronique
Razor
Open Hostility
Lire la chronique
Biopsy
Fractals Of Derangement (EP)
Lire la chronique
Ataraxie
Anhédonie
Lire la chronique
Satan pour le Fall Of Summer
Lire l'interview
Enforcer
From Beyond
Lire la chronique
Forgotten Winter
Vinda
Lire la chronique
Loudblast
Disincarnate
Lire la chronique
Katechon
Coronation
Lire la chronique
Mutoid Man
Helium Head (EP)
Lire la chronique
Hellfest 2015
Lire le dossier
Ragnard Rock Festival 2015
Lire le dossier
Undead
False Prophecies
Lire la chronique
Krahnholm
The Past Must Be Consigned ...
Lire la chronique
Nachtblut
Antik
Lire la chronique
De Carmen Simões à Shagrath
Jouer à The Small Metal World Experiment
Veil of Darkness
Nightmares in a Damaged Soul
Lire la chronique
Avatarium
Avatarium
Lire la chronique
Envy
All The Footprints You've E...
Lire la chronique
Dekadent Aesthetix
Dekadent Aesthetix
Lire la chronique
Agrypnie
Aetas Cineris
Lire la chronique
Nero di Marte
Derivae
Lire la chronique
Coal Chamber
Rivals
Lire la chronique
The Great Discord
Duende
Lire la chronique
Merauder
Bluetality
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Hammer of the Witches
Lire la chronique
Perversor
Anticosmocrator
Lire la chronique
Burial Vault
Unity In Pluralism
Lire la chronique
Nécropole
Ostara (Démo)
Lire la chronique