chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
68 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Brutal Truth - Evolution Through Revolution

Chronique

Brutal Truth Evolution Through Revolution
A l'aune de quels critères juge-t-on l'intérêt d'une reformation ? Si la nécessité de ressortir du placard tel ou tel combo relève parfois d'un intérêt strictement commercial pour certaines grosses machines du rock, le plus souvent, la résurrection intervient de façon moins mécanique pour les autres. Dans le cas de BRUTAL TRUTH, un des patrons du circuit grind des années 90, la coupure a été longue (le précédent full length, « Sounds Of The Animal Kingdom », date de 1997) mais sans que ses principaux membres soient pour autant restés dans le formol. Rich Hoak, le batteur, a fondé TOTAL FUCKING DESTRUCTION et l'increvable Dan Lilker a traîné sa grande carcasse chez S.O.D. et VENOMOUS CONCEPT, projet punk grind monté à l'initiative de Shane Embury et Kevin Sharp. Tout sauf rouillés, les new-yorkais replongent dans le grand bain accidentellement, se fendant d'une reprise pour venir en aide à leurs potes de EYEHATEGOD, dépossédés de leur matériel par l'ouragan Katrina. Suivent une apparition sur la compilation « Grind/Powerviolence This Comp' Kills Fascists » chez Relapse, plus quelques apparitions scéniques de choix sur divers festivals (dont le Hellfest en 2007) avant que BRUTAL TRUTH n'entérine définitivement son retour avec un nouvel album, le bien nommé « Evolution Through Revolution ».

Bien nommé non pas parce que le groupe a changé son fusil d'épaule, expérimenté à tout va ou renié ses racines grind : non, BRUTAL TRUTH est égal à lui même et leurs nombreux partisans seront ravis d'apprendre que leur grind frontal à forts relents chaotiques n'a rien perdu de sa force de frappe, ni son pouvoir de fascination. Loin des délires porn grind d'une grosse partie de la scène, BRUTAL TRUTH fait, de manière moins directe qu'un MISERY INDEX ou un NAPALM DEATH, dans le social et la remise en cause de l'ordre établi. Mais plutôt que d'offrir des repas chauds et de servir la soupe aux chantres du metal de masse, les frappadingues Hoak, Lilker et Sharp préfèrent distribuer des pains à tout va avec toute la finesse qui les caractérise. Brent McCarthy n'ayant pu participer à la fête du gnon, c'est Erik Burke de NUCLEAR ASSAULT qui prend la relève, sans que la face musicale du groupe en soit changée le moins du monde. Le résultat brut, d'une puissance rare, ne souffre aucune contestation : du pugilesque « Sugardaddy » au micro grind vintage de « Branded » (6 secondes montre en main!), BRUTAL TRUTH remet les poings dans la gueule du genre avec une énergie décuplée et un goût prononcé pour le combat de rue. Tour à tour effrayants, jouissifs et hypnotiques, les vingt titres de « Evolution Through Revolution » tissent une trame brutale où l'on retrouve toutes les caractéristiques passées du groupe : blasts incessants (« Lifer »), accélérations déraisonnables compensées par des coups de pédale doomy (« Fist In Mouth ») sur fond de hurlements, breaks de basse imprévisibles et jazzy, guitares noisy alliant férocité hardcore (la très napalmisante « Global Good Guy », le riff monstrueux de « Get A Therapist ... Spare The World ») et interludes ambiant lugubres (« Semi-Automatic Carnation », spécial chair de poule), destructurations à tout va (« On The Hunt »), rien ne manque au programme de nettoyage neuronal par le vide et de décollage de vertèbres à grand renfort de double pédale. Mais la grande nouveauté au regard des efforts précédents, c'est que BRUTAL TRUTH ne souffre plus aucune baisse de régime ni ne sombre dans l'expérimental pénible et hasardeux, comme il pouvait le faire parfois sur « Need To Control » ou « Sounds Of The Animal Kingdom ». Dense, suffisament varié et parfaitement équilibré, « E.T.R. » bénéficie en outre d'un tracklisting à l'épreuve des balles. Pour tout dire, malgré l'extrême violence de l'ensemble et le caractère exigeant que recquiert l'écoute d'un tel skeud, « E.T.R. » apparaît comme l'album le plus accessible du groupe, dans le sens ou deux ou trois écoutes suffisent à l'auditeur pour prendre ses marques et s'accrocher aux branches.

Autre changement positif, la production. Jason P.C. (BLOOD DUSTER) est a créditer ici d'un boulot admirable, jamais le groupe n'ayant aussi bien sonné, même sur « Need To Control » (qui faisait la part belle aux guitares, Colin Richardson oblige). Une production Claire, puissante et équilibrée, avec ce petit grain qui fait toute la différence et garantie l'authenticité de la bête. Alors bien sûr, les nostalgiques de « Extreme Conditions » regretteront que BRUTAL TRUTH n'ait pas renoué un tant soit peu avec ses racines death et livre, sans surprise, un album somme toute assez proche de « S.O.T.A.K. ». Mais l'apparente facilité avec laquelle le groupe a retrouvé son niveau de jeu et la rage dont ils font preuve force le respect, comme l'immense prestation de cet aboyeur de génie qu'est Kevin Sharp, une nouvelle fois très impressionnant derrière le micro. Moins prévisible que "Time Waits For No Slaves" mais tout aussi féroce, "E.T.R." explose les standards de qualité en matière de come back albums. Indispensable !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Fridrik citer
Fridrik
02/08/2009 20:07
toujours un groupe a part, ca fait plaisir a voir.
citer
blurp
01/05/2009 11:22
Häxan a écrit : motivé par autre chose que les $$$

malheureusement pas.....
Niktareum citer
Niktareum
20/04/2009 22:37
Bon putain faut absolument que je me le chope!! Headbang
Arnaud citer
Arnaud
18/04/2009 18:04
note: 8.5/10
Retour ultra réussi (et ils sont rares).
Bien surpris aux premières écoutes tant la son est râpeux, mais en fait ça colle à merveille aux morceaux bruts de décoffrage qu'on se mange en pleine gueule.
A noter l'apport de Erik Burke (des excellents Sulaco), on ressent ça patte sur quelques riffs compacts à effet rouleau compresseur, terrible.
Toujours aussi furieux.
Häxan citer
Häxan
18/04/2009 14:45
Enfin un come back utile, motivé par autre chose que les $$$ . Album intense, très éprouvant mais qui défouraille sévère !!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Brutal Truth
Grindcore
2009 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (11)  7.64/10
Webzines : (31)  8.13/10

plus d'infos sur
Brutal Truth
Brutal Truth
Grindcore - 1990 † 2014 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Sugardaddy
02.  Turmoil
03.  Daydreamer
04.  On The Hunt
05.  Fist In Mouth
06.  Get A Therapist ... Spare The World
07.  War Is Good
08.  Evolution Through Revolution
09.  Powder Burn
10.  Attack Dog
11.  Branded
12.  Detached
13.  Global Good Guy
14.  Humpty Finance
15.  Semi-Automatic Carnation
16.  Itch
17.  Afterworld
18.  Lifer
19.  Bob Dylan Wrote Propaganda Songs
20.  Grind Fidelity

Durée : 41:25

line up
parution
20 Avril 2009

voir aussi
Brutal Truth
Brutal Truth
Extreme Conditions Demand Extreme Responses

1992 - Earache Records
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Need To Control

1994 - Earache Records
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Sounds Of The Animal Kingdom

1997 - Relapse Records
  
Brutal Truth
Brutal Truth
End Time

2011 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Inhumate
Inhumate
At War With... Inhumate (DVD)

2007 - Autoproduction
  
Fiend
Fiend
Derailed (EP)

2014 - Noise Not War Records
  
Friendship
Friendship
Hatred

2017 - Sentient Ruin Laboratories
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Exit

2005 - Spinefarm Records
  
Inhumate
Inhumate
Expulsed

2013 - Autoproduction
  

Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique