chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
25 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dismember - Where Ironcrosses Grow

Chronique

Dismember Where Ironcrosses Grow
Les « papis maîtres » et « géniteurs » du death suédois reviennent après quatre ans d'absence et un " (Death Metal) de Dismember">Hate Campaign qui n'aura pas laissé un souvenir impérissable... Nuclear Blast leurs a donc envoyés une carte de vœux : bye bye Dismember, le groupe dont le nom est gravé à tout jamais dans le panthéon du death metal… Et non çà ne peut se terminer ainsi ! La maison sur la côte d'Azur (ou dans les forêts enneigées de Scandinavie, bûcherons obligent) ce n'est pas pour tout de suite hein ! Dismember est donc de retour mais cette fois-ci avec un nouveau label (Karmageddon Media), un nouveau guitariste en la personne de Martin Persson (gratteux live chez Mörk Gryning) et puis de nouveau avec son bassiste d'origine Richard Cabeza. Ce dernier parti vivre aux Etats-Unis, composera des titres à distance et quittera définitivement la bande (remplacé par Johan Bergebäck de Necrophobic).

Nouveau label, nouveau départ, nouveau style ? Hé bien nan, çà fait plus de 10 ans que çà dure et c'est toujours le même death metal old school bien rebelle et anti-commercial (à l'instar de leurs camarades de Grave et Unleashed) ! Alors pour les ptits jeunots : pas de touches electro, pas de chant clair et autres riffs néo, le groupe nous ressort toujours sa si bonne recette : un son bulldozer de grattes ultra saturées, une rythmique toujours aussi énorme et cette voix si culte de Matti Kärki. Annoncé depuis " (Death Metal) de Dismember">Massive Killing Capacity, Dismember confirme son engouement pour le heavy (on se demande même si un des frères Amott n'a pas fait un passage sur cet album !) avec des riffs mélodiques ainsi que des soli de maître David Blomqvist très prononcés ! Il suffit de mettre play sur « Forged With Hate », « Tragedy Of The Faithful » (mange toi le solo Maidennien de 2 minutes : miam!), “Sword Of The Light”.... Difficile même de reconnaître les vétérans sans l'apparition de la saturation ou des grognements de mimi Matti (à noter celle là).

Si on omet un côté encore plus mélodique (et quel final sur ce Where Ironcrosses Grow! Comme à son habitude !), je vous rassure çà reste toujours violent quand même ! Que ce soient les gros riffs ravageurs coincés entre deux démonstrations techniques de David, ou simplement sur des titres mid-tempo bien velus et cradingues. Je pense à « Me-God » (totalement jouissif le break final), « Where Angels Fear To Tread » (j'imagine tous les chevelus en concert qui secouent leur moumoutte) ou la très pêchue et jouissive « As The Coins Upon Your Eyes » (« Chéri ! Tu as laissé ta scie sauteuse allumée !). Bref vous l'aurez compris, ce sixième album des Suédois marque leur grand retour dans la scène metal ! Impossible de ne pas faire la comparaison avec le reste de leur discographie et même si on est loin d'un " (Death Metal) de Dismember">Like An Ever Flowing Stream, cet opus reste bien bon ! On aurait tout de même aimé un côté heavy un peu plus léger (c'est Dismember çà ?) et des titres majeurs qui se démarquent des autres (des hits quoi).

Nouveaux fans de Bloodbath et les autres « anciens », le death old school est toujours vivant, Dismember en est la preuve ! Pour ceux qui cherchent de l'innovation il y en a très peux (aucune pour ainsi dire) si ce n'est ce côté heavy, alors adeptes de riffs tranchants comme des lames de rasoirs, d'une production meurtrière et envie de bouger sa crinière, ce disque est fait pour vous, du DISMEMBER, flûte ! Vive Grave ! Vive Unleashed ! Vive le vrai death metal suédois !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Mitch citer
Mitch
06/01/2006 20:18
note: 8/10
Niktareum a écrit : Mitch a écrit : (je ne connais pas Hate Campaign ceci-dit)
bah alors pourquoi tu dis dis qu'il est "très très médiocre"?? O_o
surtout que c'est pas vrai il est excellent!!


Toutes les kros que j'avais lues étaient assez incendiaires, mais shame on me quand même... Moqueur
Niktareum citer
Niktareum
06/01/2006 18:42
Mitch a écrit : (je ne connais pas Hate Campaign ceci-dit)
bah alors pourquoi tu dis dis qu'il est "très très médiocre"?? O_o
surtout que c'est pas vrai il est excellent!!

j'ai pas écouté celui-là par contre mais j'y compte bien un jour!!
Mitch citer
Mitch
19/11/2004
note: 8/10
Yep of course, le groupe a une influence plus ou moins heavy (en même temps, pas mal de groupes suédois ont une influence heavy...) depuis "Indecent & Obscene", mais le solo à la Amott avec le son bien clean çà change Clin d'oeil (je ne connais pas Hate Campaign ceci-dit)
sKunK citer
sKunK
19/11/2004
Ah bon c'est nouveau cette touche mélodique Heavy/Maiden chez Dismember... t'as écouté les précédents t'es sur????
Mitch citer
Mitch
01/04/2004
note: 8/10
D'ailleurs j'ai toujours pas reçu le chèque Moqueur
Nan franchement en attendant le prochain Bloodbath ya de koi se remplir la panse! Vraiment énorme!
Chris citer
Chris
01/04/2004
hé hé 300ème chronique Michou bien joué! j'ai hésité à me l'acheter tout à l'heure celui là, mais j'ai craqué pour du Opeth à la place...la prochaine fois peut etre!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dismember
Death Metal Old School
2004 - Karmageddon Media
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  8/10
Webzines : (16)  8.18/10

plus d'infos sur
Dismember
Dismember
Death Metal - 1988 † 2011 - Suède
  

tracklist
01.   Where Ironcrosses Grow
02.   Forged With Hate
03.   Me-God
04.   Tragedy Of The Faithful
05.   Chasing The Serpent
06.   Where Angels Fear To Tread
07.   Sword Of Light
08.   As The Coins Upon Your Eyes
09.   Children Of The Cross
10.   As I Pull The Trigger

line up
parution
8 Mars 2004

voir aussi
Dismember
Dismember
Like An Ever Flowing Stream

1991 - Karmageddon Media
  
Dismember
Dismember
Massive Killing Capacity

1995 - Regain Records
  
Dismember
Dismember
The God That Never Was

2006 - Regain Records
  
Dismember
Dismember
Pieces

1992 - Regain Records
  
Dismember
Dismember
Hate Campaign

2000 - Regain Records
  

Essayez aussi
Death Breath
Death Breath
Stinking Up The Night

2006 - Black Lodge Records
  
Fall Of Seraphs
Fall Of Seraphs
Destroyer Of Worlds (EP)

2017 - Triumph Ov Death
  
Sentient Horror
Sentient Horror
Ungodly Forms

2016 - Testimony Records
  
Brutally Deceased
Brutally Deceased
Dead Lovers' Guide

2010 - Lavadome Productions
  
Sentient Horror
Sentient Horror
The Crypts Below (EP)

2018 - Testimony Records
  

Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique