chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Anaal Nathrakh - In The Constellation Of The Black Widow

Chronique

Anaal Nathrakh In The Constellation Of The Black Widow
Catapultés en 2006 par leur mémorable Eschaton, les nihilistes britanniques ont désormais cassé leur image underground des débuts, la musique d'Anaal Nathrakh est devenue plus accrocheuse et la bande a cessé de jouer les misanthropes, enchaînant désormais concerts et festivals (dont ce passage au Hellfest 2008 quelque peu frustrant). Deux ans après le controversé Hell Is Empty, And All the Devils Are Here marquant un ancrage encore plus mélodique, le duo V.I.T.R.I.O.L (Dave Hunt) / Irrumator (Mick Kenney) revient donner sa définition du « Jugement Dernier » grâce à sa cinquième œuvre In The Constellation Of The Black Widow. Pour convertir de nouveaux disciples, le groupe signera avec un tout nouveau label, à savoir l'imposant Candlelight Records. L'annihilation de la race humaine peut enfin débuter.

Là où Domine Non Es Dignu et la concrétisation Eschaton ne pouvaient pas mieux marier leurs racines brutales et ce nouvel aspect mélodique, Anaal Nathrakh a moins bien négocié sur l'inégal Hell Is Empty, And All the Devils Are Here. Ainsi malgré des titres absolument furieux et des passages plus qu'entêtants, l'auditeur trouvera de la même façon des refrains au chant clair mal placés ou trop poussifs, ce côté « jumpy » grinçant et une atmosphère au final assez éloignée des adjectifs noirs liés à Anaal Nathrakh. Les Britanniques annonceront donc un nouvel album renouant plus avec la furie antérieure et ma foi ils n'ont pas totalement torts. Pas de fausse joie cela dit pour les détracteurs du chant clair et des jolies mélodies brûlant des cierges pour un The Codex Necro-bis, le duo usera encore de sa force « accrocheuse » comme en témoigne le titre éponyme d'ouverture. Sauf que cette fois, la balance brutalité/mélodie semble aussi bien maîtrisée que sur Eschaton.

Ceux qui trouvaient le précèdent opus un peu trop « carré » devraient sûrement être aux anges, Anaal Nathrakh est redevenu aussi taré qu'à ses débuts avec en ligne de mire le frontman V.I.T.R.I.O.L. Pas besoin de chipoter, de tous les hurleurs metal je crois que je n'ai jamais entendu des vocaux aussi puissants et variés (chose confirmée en concert). Les hurlements sont encore plus inhumains (« The Lucifer Effect » et « Blood Eagles Carved On The Backs Of Innocents »), le bonhomme crachant ses tripes à chaque poussée voire à la limite de la folie (« I Am The Wrath Of Gods And The Desolation Of The Earth Music ») ou modulant ses vocaux comme bon lui semble (l'ultra guttural sur « More Of Fire Than Blood » ou le porcin sur « The Unbearable Filth Of The Soul » par exemple). Et puis évidemment le chant clair somptueux qui viendra garnir quelques refrains. Refrains plus poignants que sur son aîné (« More Of Fire Than Blood », « So Be It » ou « Oil Upon The Sores Of Lepers »). A l'instar d'Eschaton, son usage est plus limité (4 titres sur 10) et placé à meilleur escient.

L'autre pilier et tête pensante d'Anaal Nathrakh, Mick Kenney, jouera encore mieux et plus intensément. Que ce soit sa B.A.R écrasante toujours aussi bluffante de naturelle ou ses riffs démoniaques lorgnant entre black, death et grind. La bande peut d'ailleurs se payer le luxe de jouer à un niveau de brutalité égale à celui d'un The Codex Necro, je vous laisse le soin de juger sur « Blood Eagles Carved On The Backs Of Innocents » (V.I.T.R.I.O.L. n'est pas humain sur ce titre). Les compositions sont de plus en plus fouillées à chaque album et ce In The Constellation Of The Black Widow ne déroge pas à la règle. Le nombre de riffs, d'arrangements, effets, samples (trop peu nombreux, faisant regretter les savoureux extraits de films) ou de recherche de mélodies à vous dresser les poils (« Satanarchrist ») sauront assurément rassasier l'auditeur.

Le grand Anaal Nathrakh semble avoir repris ses marques, In The Constellation Of The Black Widow est un nouvel hymne à l'armageddon. Néanmoins quelques inégalités subsistent (repris au vol par un passage chaotique ou une jolie mélodie) et il manque encore ce petit brin de noirceur, de folie, d'émotion ou simplement de « surprise » pour hisser cette nouvelle œuvre au dessus des autres. Reste que ce In The Constellation Of The Black Widow peut se placer inéluctablement parmi les meilleures sorties de cette année 2009 et ravira les adeptes de l'ultra violence, en particuliers ceux déçus par le pétard mouillé que fut le nouvel album de 1349.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
19/04/2017 12:49
Réécouté récemment après avoir surtout fait tourner Eschaton et Vanitas et bon dieu, qu'est-ce qu'il est bon celui là aussi ! Une putain de collection de tubes tous plus jouissif les uns que les autres. Et quel talent pour composer ces hymnes à la frontière entre l'épique et la fin du monde !
Headbang
Northern Wolf citer
Northern Wolf
18/07/2009 13:17
note: 8.5/10
Premier album que j'écoute aussi et totalement séduit. Du black vraiment violent, j'adhère!
John citer
John
01/07/2009 11:03
Bah en live, le côté grind de la chose prenait largement le dessus en fait.
Barak citer
Barak
22/06/2009 21:26
note: 8/10
Premier album que j'écoute du groupe, je pense que je vais rapidement me pencher sur la reste, parce que "wouh putaiiiiiin" c'est du surpoutrage de haute volée!
Mitch citer
Mitch
22/06/2009 13:58
note: 8/10
Lmkt a écrit : Aïe. Sinon le chant clair ça rendait comment en live ? C'est samplé comme à la "in the rainy season" de SYL ? Car y'a 350 voix empilées sur album mais en live, bon...

Aucun ! Dave est hallucinant. Krow (il est où notre itw ? :mrgreenSourire, Chris et moi avons commenté dans le dossier de l'année dernière. Pis tu as des vidéos pour te faire une idée. Clin d'oeil
citer
Lmkt
22/06/2009 13:42
Aïe. Sinon le chant clair ça rendait comment en live ? C'est samplé comme à la "in the rainy season" de SYL ? Car y'a 350 voix empilées sur album mais en live, bon...
Mitch citer
Mitch
22/06/2009 13:40
note: 8/10
Lmkt a écrit : Pourquoi leur prestation au HF était-elle frustrante ?

Ambiance pas si apocalyptique que ça et set écourté (je me rappelle plus de la raison, le batteur brutasse avait un soucis avec sa pédale je crois) Sourire
citer
Lmkt
22/06/2009 12:31
Pourquoi leur prestation au HF était-elle frustrante ?
Très bonne chronique sinon... comme d'habitude.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Anaal Nathrakh
Black/Grind
2009 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (13)  8.42/10
Webzines : (26)  7.98/10

plus d'infos sur
Anaal Nathrakh
Anaal Nathrakh
Black / Grind - 1999 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   In the Constellation of the Black Widow
02.   I Am the Wrath of Gods and the Desolation of the Earth Music
03.   More of Fire Than Blood
04.   The Unbearable Filth of the Soul
05.   Terror in the Mind of God
06.   So Be It
07.   The Lucifer Effect
08.   Oil Upon the Sores of Lepers
09.   Satanarchrist
10.   Blood Eagles Carved on the Backs of Innocents

line up
parution
29 Juin 2009

Essayez aussi
Cyanic
Cyanic
Litanies Of Lust Unholy

2012 - Ghastly Music
  
Dephosphorus
Dephosphorus
Impossible Orbits

2017 - Selfmadegod Records
  
Fukpig
Fukpig
3

2012 - Devizes Records
  
Withered
Withered
Dualitas

2010 - Prosthetic Records
  
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique