chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
56 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Thy Primordial - The Heresy Of An Age Of Reason

Chronique

Thy Primordial The Heresy Of An Age Of Reason
L'an 2000 : alors qu'un tas bien trop important d'abrutis se rendit compte que leurs ordinateurs ne s'étaient pas autodétruits dans un accès de délire psycho-temporel, le petit monde du black metal était en ébullition. En effet, deux des plus grosses ventes de l'histoire du genre que sont Panzer Division Marduk et At the Heart Of Winter venaient d'exploser à la face du monde un an plus tôt, et c'est fort de la popularité paroxystique du black metal que de nombreux albums de ce genre aujourd'hui moribond virent le jour à la toute fin du deuxième millénaire. Je vous ai déjà conté maintes fois mon amour pour le black metal suédois qui en quelques années seulement engendra nombre de chefs d'œuvres fruits de groupes géniaux aujourd'hui disparus tels Dissection, Sacramentum et… Thy Primordial.
Thy Primordial est un de ces nombreux groupes suédois de la seconde vague de black metal, pour leur part formés en 1994, et qui avant ce The Heresy Of An Age Of Reason sortit tout de même trois démos, un EP et trois albums de1997 à1999 que je chroniquerai ultérieurement. Un peu stakhanovistes sur les bords, les suédois décidèrent donc de sortir un quatrième album en autant d'années et, pour marquer le coup du passage à l'an 2000, en firent un des meilleurs albums de l'histoire du black metal.

En 6 ans d'existence, le style de Thy Primordial a assez peu évolué, mais s'est considérablement raffiné, au point d'atteindre la classe d'une de ses principales influences, les inégalables Sacramentum. The Heresy Of An Age Of Reason propose un black metal sans fioritures, constamment efficace et toujours très mélodique, à la manière d'un Far Away From The Sun qu'on aurait croisé avec Nightwingou tout autre classique du black suédois qui tutoie la brutalité. Le style du groupe n'était à l'époque pas aussi atypique qu'il le serait aujourd'hui, mais Thy Primordial avait déjà sa patte, sa marque de fabrique qui rendait le groupe aisément reconnaissable. Les morceaux assez longs (6 minutes en moyenne) sont construits sur la structure ultra classique du couplet/refrain, seulement les suédois ont la bonne idée de faire les refrains parmi les plus épiques et les plus mémorisables qu'il m'ait été donné d'entendre, et de les répéter très souvent. Sinon, on y retrouve le duo de guitares typique du genre : une rythmique, l'autre mélodique, qui parfois se retrouvent harmonisées, tout en trémolo sur les parties rapides, ou l'une en accords l'autre en arpèges pour les ralentissements. Le tout est soutenu par une basse exagérément audible pour l'époque, à mon grand bonheur, d'autant plus qu'elle ne se contente pas de suivre les guitares, chose alors peu commune. Vous l'aurez dès lors compris, ce n'est pas en s'éloignant des schémas établis que l'album se retrouve propulsé au rang de chef d'œuvre, mais grâce à une intensité palpable et un travail mélodique constant.

Trop méconnu encore aujourd'hui, The Heresy Of An Age Of Reason a pourtant toutes les armes d'un classique : des rythmiques sauvages, des mélodies mémorables et une ambiance extrêmement prenante. L'anonymat de Pulverised Records à l'époque a empêché une campagne promotionnelle digne de ce nom, et les chroniques papiers de l'époque (et oui, internet n'avait pas d'impact il y a neuf ans), déjà faites en ce temps là par des journalistes qui survolaient leur travail, ne saisirent pas l'intérêt de l'album et laissait penser – à tort – qu'il ne tenait pas la comparaison avec les ténors du genre. Que nenni ! Certes les marché du black était saturé, archi-comblé par les groupes qui s'engouffraient dans la brèche faite par Marduk comme des mexicains s'engouffreraient dans un trou du grillage de la frontière de la Californie, mais cet album fait bien plus que tenir la dragée haute aux mastodontes de l'époque : il les expulse du podium aussi facilement qu'Hortefeux expulse les maliens de France (bon ok, j'arrête avec les comparaisons sur les immigrés). Car oui, le quatrième album des suédois est un petit chef d'œuvre de black metal, au style très classique mais qui s'avère totalement imparable pour qui pense que les meilleures années du style sont à chercher du milieu à la fin des années 90.

Hormis « Tyrannise » au break central un peu malheureux pendant une vingtaine de secondes, il n'y a pas de critique à émettre sur les compositions de The Heresy Of An Age Of Reason, toutes plus fantastiques les unes que les autres jusqu'au final dantesque qu'est « The Dead Live/Shining Crown Of Night ». Du haut de ses huit minutes de long, il se divise en deux parties très distinctes (d'où le double titre), la première est extrêmement directe, de loin la plus brutale du cd, et la seconde totalement orientée sur la mélodie, qui est composée d'un seul et unique riff, et – oserais-je dire – l'un des meilleurs du black metal, rien que ça. Bien que tous les titres qui le précèdent comportent leur lot de riffs divins et feraient offices de morceaux phares pour n'importe quel autre groupe, ce final reste un cran au dessus de tout ce que j'ai entendu dans le genre jusqu'à présent. Final dantesque donc, où les variations de la batterie, qui abat un boulot gigantesque tout au long de l'album au passage, et une basse qui se fera de plus en plus saillante pendant plus de 4 minutes viennent soutenir un duo de guitares qui ne fait que monter en intensité. C'est totalement envoûtant, d'autant plus que les formidables lignes de chant de Isidor (qui malgré son nom d'emprunt, n'est pas un chat malin mais bien le chanteur du groupe), tout aussi remarquables ici que sur les autres morceaux, se font de plus en plus possédées, avant de s'arrêter brusquement et de laisser le riff évoluer de lui même pendant les deux dernières minutes.

Tout cela ne serait évidemment pas possible sans une production parfaite, laissant l'ambiance s'installer tout en conservant tous les instruments audibles, et encore tout à fait naturelle, comme on savait les faire à l'époque,c'est-à-dire aux Sunlight puis Polar Studios ! Je pourrais ressembler à un vieux du muppet show qui radote un fameux « c'était mieux avant » en disant cela, mais le fait est que la Suède n'a pas engendré mieux en terme de black metal pur depuis (je dis « pur » sinon, le black/death des anciennement géniaux The Legion pourrait paraître un contre-exemple de poids). Si vous ne pensez pas que l'album est exceptionnel à la lecture de cette chronique, c'est normal: le style du groupe ne l'est pas, et il ne fait que conjuguer à merveille les écoles suédoises brutales et mélodiques qui existaient alors. Mais le rendu de The Heresy Of An Age Of Reason dans sa globalité est formidable, pouvant plaire aux amateurs de Dissection, Sacramentum, Dawn et Lord Belial aussi bien qu'aux fans de Marduk et Dark Funeral, car synthétisant à merveille le meilleur de tout ce que la Suède avait engendré jusqu'alors. Il reste une pierre angulaire du black suédois qui a été presque totalement passée sous silence. Si jamais vous ne frissonnez pas à son écoute, c'est que vous n'aimez pas le black metal traditionnel, ou que, pour paraphraser Marianne James, vous avez de la merde dans les oreilles.
Je sais d'ailleurs que certains de nos lecteurs les plus fidèles ne sont pas passés à côté – des gens d'un goût admirable assurément. Mais pour ceux qui n'auraient toutefois pas connaissance du génie de The Heresy Of An Age Of Reason, et pour peu que vous soyez alléchés par la description de l'abum, jetez-vous dessus comme un zodiac rempli de somaliens se jetterait sur une carafe d'eau douce après avoir traversé la Méditerranée à la rame,il en vaut largement le coup. Ah merde, j'avais dit que j'arrêtais.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

von_yaourt citer
von_yaourt
09/08/2009 13:35
note: 10/10
Chris a écrit : von_yaourt a écrit : Je pense toutefois qu'il doit être trouvable un cherchant bien, contrairement à Under Iskall Trollmåne que je n'ai jamais réussi à trouver...

il y en 5 exemplaires sur amazon...


Sinon il y a un pack qui comprend 4 cds de Thy Primordial pour pas cher, et c'est vraiment une bonne affaire.
Chris citer
Chris
09/08/2009 12:54
von_yaourt a écrit : Je pense toutefois qu'il doit être trouvable un cherchant bien, contrairement à Under Iskall Trollmåne que je n'ai jamais réussi à trouver...

il y en 5 exemplaires sur amazon...
von_yaourt citer
von_yaourt
09/08/2009 12:08
note: 10/10
Chris a écrit : J'adore les 2 morceaux en écoute: voilà une belle découverte Yahourt! par contre les albums n'ont pas l'air aisés à trouver...
Ca me fait pas mal penser au "Slaughtersun" de Dawn, en plus expéditif cependant..


Tu as raison dans les deux cas mon cher Chris, pour ton plus grand désarroi. Je pense toutefois qu'il doit être trouvable un cherchant bien, contrairement à Under Iskall Trollmåne que je n'ai jamais réussi à trouver...
Chris citer
Chris
09/08/2009 11:54
J'adore les 2 morceaux en écoute: voilà une belle découverte Yahourt! par contre les albums n'ont pas l'air aisés à trouver...
Ca me fait pas mal penser au "Slaughtersun" de Dawn, en plus expéditif cependant..
von_yaourt citer
von_yaourt
08/08/2009 20:23
note: 10/10
Merci merci !

Comme tu l'as dit Dark Nico, tout est bon chez Thy Primordial, bien que le dernier album soit décevant (il n'est pas mauvais mais n'est clairement pas aussi bon que ses deux prédecesseurs !).
La disco viendra un jour (sauf Under Iskall Trollmane que je n'ai jamais réussi à trouver), mais pas maintenant, car pendant que j'ai un peu de temps je chronique mes albums cultes encore manquants sur le site. Et comme vous pouvez vous en rendre compte en cliquant sur mon pseudo, ils ne sont plus très nombreux ! Sourire
Dark Nico citer
Dark Nico
08/08/2009 18:12
note: 9/10
Ah enfin une chronique de Thy Primordial ! cela faisait longtemps que tu avais annoncé un 10/10 pour un des albums du groupe. Je me demandais lequel car il faut bien dire qu'à part leur dernier ("Pestilence...."un peu en dessous ) il n'y a que du très très bon dans leur discographie.
Merci pour cette belle chronique qui j'espère fera découvrir à quelques personnes ce groupe qui le mérite.
NightSoul citer
NightSoul
08/08/2009 02:31
note: 9/10
A la vue de ton classement je ne peux que te conseiller de jeter une oreille sur Vinterland, Profundi ou encore Sorhin \m/
Hâte de lire le rreste de la discographie en tout cas! On sent vraiment le passionné du groupe et je ne doute pas de la qualité des chroniques des autres albums Clin d'oeil
von_yaourt citer
von_yaourt
08/08/2009 01:22
note: 10/10
Mitch a écrit : Ah ouais 10/10 quand même...

Pour expliciter la chose je diffuse mon classement personnel des albums de back suédois :

1- Far Away From The Sun
2- The Heresy Of An Age Of Reason
3 - Storm Of The Light's Bane
4 - le reste !

Mon amour pour cet album vient à mon avis autant du fait que je l'ai eu entre les oreilles à sa sortie que de sa qualité globale. Mais j'écoutais déjà Far Away... et Storm... donc je n'ai pas dû m'y attacher émotionnellement plus qu'à un des deux autres.
Mitch citer
Mitch
08/08/2009 01:10
Ah ouais 10/10 quand même... Un groupe qui arrive tout de même après la tempête et qui m'avait pas plus transcendé que ça. Je vais m'écouter ça en détails et essayer de revoir mon jugement hâtif. Sourire
NightSoul citer
NightSoul
07/08/2009 23:56
note: 9/10
J'adore ce groupe découvert grâce aux conseils de Mister Von Yaourt!
Mon album préféré du groupe avec The Crowning Carnage!
Swedish black metal!!!!!!!!!!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Thy Primordial
Black Metal
2000 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (6)  9.25/10
Webzines : (2)  9/10

plus d'infos sur
Thy Primordial
Thy Primordial
Black Metal - 1994 † 2005 - Suède
  

tracklist
01.   Ceased, to Decay
02.   Ex Opere Operatu
03.   Disguised as Beings of Light
04.   The Heresy of an Age of Reason
05.   Mere Are They…
06.   Tyrannize
07.   The Enigma of the Fall
08.   The Dead Live/Shining Crown of Night

Durée : 48:12

line up
Essayez aussi
Runespell
Runespell
Unhallowed Blood Oath

2017 - Iron Bonehead Productions
  
Drudkh
Drudkh
The Swan Road

2005 - Supernal Music
  
Hegemon
Hegemon
Initium Belli (EP)

2017 - Autoproduction
  
Agrypnie
Agrypnie
Aetas Cineris

2013 - Supreme Chaos Records
  
Naglfar
Naglfar
Vittra

1995 - Regain Records
  

Gutter Instinct
Heirs Of Sisyphus
Lire la chronique
Iron Angel
Hellbound
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique