chargement...

haut de page
28 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Emperor - Anthems To The Welkin At Dusk

Chronique

Emperor Anthems To The Welkin At Dusk
Il y a des albums qu'on croise dans sa vie de metalleux et qui nous marquent à jamais. Je ne vais pas y aller par quatre chemin : "Anthems to the Welkin at Dusk" est pour moi, le meilleur album de black metal symphonique, conçu par ceux qui ont créé cette branche du black metal avec leur précédent album, "In the Nightside Eclipse", considéré comme le meilleur album de black metal de tous les temps par bon nombre de black metalleux. Mais alors comment expliquer le plus clairement possible l'ambiance et la puissance qui se dégagent d'un tel album ?

L'introduction ("Alsvartr (The Oath)") commence dans une ambiance très calme, distillée par de ténébreux arpèges qui résonnent. Au fur et à mesure que l'on y pénètre, l'ambiance s'assombrie et se durcie. L'empereur fait son entrée. Le son des trompettes retentit. La cérémonie va bientôt commencer...

Puis arrive la claque "Ye Entrancemperium", qui démarre en trombe, dans une ambiance des plus malsaine, dans un style black metal des plus argneux (que l'on retrouvera tout au long de l'album) avec voix black, double pedale à fond et guitares déchainées, arrondi tout de même par un clavier qui s'est taillé la part du lion. Mais on se rend vite compte avant la fin du morceau qu'Emperor à plusieurs cordes à son arc et est désormais aussi à l'aise avec le chant clair et les ambiances plus calmes qui ajoutent une dimension supplémentaire à leur style (même s'il n'est pas toujours très juste).

Tout au long de l'album, on découvre des compositions aussi prenantes les unes que les autres, entre bourrinages intensifs et passages planants, avec des moments incontournables comme la fin de "Thus Spake the Nightspirit", le refrain de "The Loss and Curse of Reverence" (mon morceau favoris de l'album), le refrain de "With Strength I Burn", ... Emperor maitrise complètement sa musique et Ihsahn, leader du groupe (et excellent guitariste par ailleurs. Voir la video de leur live "Emperial Live Ceremony") a su s'entourer de musiciens hors pairs, et notamment de Trym qui a su nous faire oublier Faust (parti en Zonzon), tellement son jeu de batterie est riche, rapide et puissant.

Mais attention, cet album est complexe et ne se laissera pas apprivoiser aussi facilement. De plus, le mixage n'est pas toujours bon et le son est parfois confus, mais qu'importe. Toutes les compositions sont d'une justesse rarement atteinte et on ne peut que s'incliner devant tant de constance. Tout le génie de ce groupe mythique est concentré dans ces 44 minutes de pur plaisir musical, savant dosage entre puissance et mélodie. Ne pas faire l'effort de s'imprégner d'un tel album serait passer à côté d'un album majeur du black métal...
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

12 COMMENTAIRE(S)

Geisterber citer
Geisterber
28/03/2010 16:34
note: 9/10
"Le black sympho se résume à cet album et à In the Nightside Eclipse"
Putain quand je lis ça j'ai les yeux qui piquent...
Et Limbonic Art alors ? Et tous ceux que j'oublie parce-que j'ai la flemme de citer? D'accord, le Sympho ça peut être grandement de la merde, mais faudrait voir à pas trop pousser mémé dans les orties quand même!
Sinon pour Emperor, y a pas à chier, cet album est une tuerie... La chronique le décrit très bien, pas besoin pour moi d'en rajouter. Un album quasi parfait.
PierreXIV citer
PierreXIV
03/07/2007 09:56
note: 10/10
Un album exceptionnel, en tout cas pour la musique elle-même.

En revanche le mixage est quand même assez catastrophique, se qui gâchevle plaisir de certains passages.
DR.Jkl citer
DR.Jkl
03/11/2006 05:42
Un très bon album, complexe, épique et foutrement prenant
DarkLord citer
DarkLord
08/02/2006 20:58
note: 10/10
L'album parfait, le black sympho se résume à cet album et à In the Nightside Eclipse.
Christliar citer
Christliar
19/12/2005 20:06
note: 10/10
10/10 également. Impossible de passer à côté d'un tel chef d'oeuvre
Grimoald citer
Grimoald
28/06/2005 12:09
note: 10/10
Allé, je lui met 10/10 moi aussi. Pour moi c'est le meilleur album de black de tous les temps.
rip-adunakhor citer
rip-adunakhor
28/04/2005 13:54
note: 10/10
10/10 pour celui là , par contre nightside eclipse pour moi vaut 11/10 !!

une référence !
Dead citer
Dead
27/03/2005 19:19
note: 10/10
En le réécoutant, il me semble bien qu'il mérite clairement un 10/10.
rip-adunakhor citer
rip-adunakhor
27/01/2005
note: 10/10
fabuleux album mais mon préféré restera " in the nightside eclipse " malgré que tous soit vraiment géniales !
Chris citer
Chris
12/04/2004
faut pas chercher, narog il est un peu chieur sur les bords Clin d'oeil
narog citer
narog
12/04/2004
Si la chronique oublie quelque chôse c'est bien la dimension incroyablement épique de ce grandiose album.
Dimension annoncée dès la splendide introduction par le chant clair (et les trompettes, en effet) et rappelée tout au long de l'album non seulement par le chant clair ("Thus Spake The Nightspirit ", "With Strengh I Burn"Clin d'oeil mais aussi par toute l'orchestration symphonique (enfin l'usage de synthés) et dans une moindre mesure, mais de manière non négligeable, par les autres instruments. Tout ça pour dire que ce n'est pas une stérile alternance, maitrisée fût elle, entre bourrinage et calme mais la construction d'un édifice monumental, épique et incroyablement noir, de bout en bout (noirceur exprimée tant dans la haine désespérée de la fin d'un "The Loss and Curse of Reverence" que dans la réelle violence - bien plus loin que de stériles bourrinages - distillée par le chaos diaboliquement 'sophistiqué' qui baigne cet oeuvre).

Bref, un album en effet magistral, et en celà je suis en accord avec la chronique.


Sinon: l'image ne marche pas et le 'style' entré me parrait plus qu'inadapté. Tout d'abord les styles sont conçus pour indiquer au lecteur la nature de la musique chroniquée au premier coup d'oeil, pas pour commencer la chronique en donnant son avis et ensuite cet album n'est pas à mon gout un album de "100% pur black metal symphonique" (au vu de sa 'descendance' chez Emperor et à travers de l'influence sur d'autres groupes) mais pour reprendre les propos du groupe, un album de "sophisticated black metal art".

PS: Cet album n'est pas considéré par tant de BMeux que ça comme une référence absolue en art noir...
Et présenter un album s'écartant déjà du black metal au sens strict comme une référence est un peu limite à mon goût.
Holy citer
Holy
11/04/2004
très bonne chronique pour un très bon album! perso je le considère comme étant le deuxieme meilleur juste après ITNE)
aussi Bard Faust est sortit de prison tout récemment, je me demande ce qu'il va faire...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Emperor
Black metal symphonique
1997 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (37)  9.65/10
Webzines : (15)  9.31/10

plus d'infos sur
Emperor
Emperor
Post-black - Norvège
  

vidéos
The Loss And Curse Of Reverence
The Loss And Curse Of Reverence
Emperor

Extrait de "Anthems To The Welkin At Dusk"
  

tracklist
01.  Alsvartr (The Oath)
02.  Ye Entrancemperium
03.  Thus Spake The Nightspirit
04.  Ensorcelled By Khaos
05.  The Loss And Curse Of Reverence
06.  The Acclamation Of Bonds
07.  With Strength I Burn
08.  The Wanderer

Durée totale : 43:58

bonus (réédition) :

09.  In Longing Spirit
10.  Opus a Satana
11.  The Loss and Curse of Reverence (live)
12.  The Loss and Curse of Reverence (video)

line up
voir aussi
Emperor
Emperor
Live at Wacken Open Air 2006 (DVD)
(A Night Of Emperial Wrath)

2009 - Candlelight Records
  
Emperor
Emperor
Live Inferno (Live)

2009 - Candlelight Records
  
Emperor
Emperor
Emperial Live Ceremony (DVD)

2000 - Candlelight Records
  
Emperor
Emperor
In The Nightside Eclipse

1994 - Candlelight Records
  
Emperor
Emperor
Emperial Live Ceremony (Live)

2000 - Candlelight Records
  

Essayez aussi
Mephistopheles
Mephistopheles
Landscape Symphonies

1996 - Adipocere Records
  
...and Oceans
...and Oceans
The Symmetry Of I The Circle Of O

1999 - Season of Mist
  
Dragonlord
Dragonlord
Rapture

2001 - Spitfire Records
  
Mirrorthrone
Mirrorthrone
Carriers Of Dust

2006 - Red Stream
  
Gehenna
Gehenna
Seen Through The Veils Of Darkness
(The Second Spell)

1995 - Cacophonous Records
  

interview Interview
Machinae Supremacy pour l'album ''Phantom Shadow''
chronique Chronique
Unearth
Watchers Of Rule
chronique Chronique
Yob
Clearing the Path to Ascend
interview Interview
Thrashinterview : Julien de Gorod se dévoile
report Live report
Belenos + Melechesh
chronique Chronique
Goatmoon
Voitto tai Valhalla
chronique Chronique
Slipknot
.5: The Gray Chapter
chronique Chronique
Mysticum
Planet Satan
chronique Chronique
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")
chronique Chronique
Manes
Be All End All
report Live report
Beastmilk + Daniel Bay + In Solitude
chronique Chronique
Jean Jean
Symmetry
chronique Chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
chronique Chronique
Tarnkappe
Tussen Hun en de Zon
chronique Chronique
Kruger
Adam And Steve
chronique Chronique
Anaal Nathrakh
Desideratum
chronique Chronique
Le Pré Où Je Suis Mort
Le Pré Où Je Suis Mort (EP)
chronique Chronique
Dawohl
Potestas.Ratio.Iustitia (EP)
chronique Chronique
Loma Prieta
I.V.
chronique Chronique
Grave Digger
Return Of The Reaper
chronique Chronique
Thou / The Body
Released from Love (Coll.)
chronique Chronique
From the Vastland
Temple of Daevas
chronique Chronique
Velnias
Sovereign Nocturnal (Rééd.)
chronique Chronique
Koozar
Koozar / Bangi Vanz Abdul
chronique Chronique
Deathcult
Pleading For Death... Choking On Life (EP)
report Live report
Helvete Underground Festival
Bölzer + Darkspace + Rorcal
chronique Chronique
Omnihility
Deathscapes of the Subconscious
chronique Chronique
Auroch
Taman Shud
chronique Chronique
Interment / Brutally Deceased
Glory Days, Festering Years (Split-CD)
chronique Chronique
Jesus Cröst
1986