chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
60 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Waco Jesus - Sex Drugs & Deathmetal

Chronique

Waco Jesus Sex Drugs & Deathmetal
S'il y a un album qui m'a surpris cette année, c'est bien le nouveau Waco Jesus, Sex Drugs & Deathmetal. J'ai toujours considéré les machos scatophiles de Chicago comme un groupe de seconde zone, bien fun de temps en temps mais quand même vachement limité. Leurs deux premiers opus, The Destruction Of Commercial Scum et Filth, sympatoches, faisaient dans le death/grind de garage. Petite révolution en 2006 avec Receptive When Beaten qui marquait une évolution plus death metal, presque plus "sérieuse" (bah oui ça reste du Waco Jesus quand même!). Ce Sex Drugs & Deathmetal, sorti comme le précédent sur le propre label du groupe Waco Productions, continue dans cette nouvelle direction mais sans la production exécrable de son grand frère.

Parce que oui, pour la première fois de son histoire qui remonte quand même à 1994, Waco Jesus bénéficie d'une très bonne production, puissante et équilibrée. Le groupe perd peut-être de son caractère underground/garage/grind/punk que les fans de la première heure doivent regretter mais moi ça me va très bien. Plus sérieux alors les Waco Jesus? Oui et non. La pochette aussi soft que celle de Receptive When Beaten le laisse penser en tout cas. Le combo de l'Illinois a disons mis de l'eau dans son vin ou plutôt de la bière dans sa vodka. Fini les artworks dégueulasses pleins de caca ou d'excroissances purulentes mais on garde cet univers de machos avec des filles à moitié à poil. Terminé ou presque aussi les paroles mysogynes à mort. Jetez un oeil au livret: les Américains continuent de déconner mais c'est clairement devenu plus soft.

Plus mature surtout, comme les compositions, plus longues (entre 3 et 4 minutes), plus variées et plus travaillées. La formation s'émancipe et semble vouloir sortir de cet égout putride dans lequel elle a pataugé depuis le début. N'allez pas croire toutefois que Waco Jesus soit devenu propre sous tout rapport. Son death metal reste brutal, hargneux, salement groovy, relativement simple et toujours affublé de la voix pas vraiment gutturale mais bien incompréhensible de Diamond Shane. Très entraînant, dynamique et plutôt rapide avec pas mal de riffs thrashy ("Evil Force", "Down In Flames", "Straight From The Slums", "Losing My Mind"), l'opus collecte les points d'efficacité dont il double le nombre par quelques accélérations blastées jouissives bien placées et exécutées ("Evil Force", "Down In Flames", "Nothing In Common With Us", "Straight From The Slums", "The Undisputed Always Denied"...). On a même le droit à des essais de gravity-blasts assez réussis ("Evil Force"). Techniquement, Waco Jesus est désormais bien plus en place et l'effet s'en fait clairement ressentir.

Malgré les gros progrès réalisés par Waco Jesus sur ce nouvel opus, Sex Drugs & Deathmetal n'a pas encore tout à fait la carrure pour se frayer un chemin jusqu'aux premières places. Si les Américains viennent d'être promus, il faudra encore batailler ferme pour viser plus haut. Vu les efforts consentis, Sex Drugs & Deathmetal reste en tout cas une excellente surprise qui fait remonter Waco Jesus dans mon estime après l'essai avorté Receptive When Beaten. Ca promet pour la suite!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Matthieu citer
Matthieu
28/08/2009 22:23
J'ai découvert ce nouvel opus chez un pote en Allemagne avec un breton aussi con que chauvin qui était tellement bourré qu'il a pissé sur le mur du salon du dit pote teuton. Bref j'ai été surpris dans le bon sens par cet opus même si je reste un fan des premiers, j'ai moins aimé le breton qui sort pour la première fois de France et qui pisse sur le mur de notre hôte!
citer
..::Ju::..
28/08/2009 10:53
Héhé, c'est marrant, moi c'est un peu l'inverse de toi : j'adorais leur DeathGrind bas du front, mais super efficace ; et là, j'ai justement été déçu de leur 'évolution' plus Death et moins Catchy...

Bon, c'est sur que l'imagerie (et les jaquettes) 'Pipi/Caca' n'étaient pas au top du raffinement... Mais musicalement, j'accroche vraiment à leurs deux premiers opus, relativement basiques je le conçois, mais super groovy, efficaces et avec une bonne dose de Bourrin. Un peu comme Foetopsy, en moins Grind et moins bon.
Donc forcément, là ce "Sex Drugs & Deathmetal" (qui porte bien son nom...) m'a plutôt déçu.

Mais bon, je trouve ça marrant que cette évolution, qui justement te plait et te fait remonter ce groupe dans ton estime, provoque le cheminement inverse pour moi : déception et baisse dans mon estime..... Gros sourire
Pas grave, je resterais sur les deux premiers... Il en faut pour tous les goûts...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Waco Jesus
Death Metal
2009 - Waco Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (3)  6.83/10

plus d'infos sur
Waco Jesus
Waco Jesus
Death/Grind - 1994 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   I Live For This Shit
02.   Evil Force
03.   Down In Flames
04.   Nothing In Common With Us
05.   Straight From The Slums
06.   The Undisputed Always Denied
07.   Losing My Mind
08.   Sex Drugs And Deathmetal

Durée : 28'48

line up
parution
1 Janvier 2009

voir aussi
Waco Jesus
Waco Jesus
Mayhem Doctrine

2013 - Sevared Records
  
Waco Jesus
Waco Jesus
The Destruction Of Commercial Scum

1999 - United Guttural Records
  

Essayez aussi
Yyrkoon
Yyrkoon
Occult Medicine

2004 - Osmose Productions
  
Immolation
Immolation
Kingdom of Conspiracy

2013 - Nuclear Blast Records
  
Ectovoid
Ectovoid
Fractured In The Timeless Abyss

2012 - Hellthrasher Productions
  
Maveth / Embrace Of Thorns
Maveth / Embrace Of Thorns
A Plague Through The Heavens (Split-CD)

2014 - Dark Descent Records
  
Monstrosity
Monstrosity
Imperial Doom

1992 - Nuclear Blast Records
  

Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique