chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Destruction - Eternal Devastation

Chronique

Destruction Eternal Devastation
Un an après le mémorable Infernal Overkill, le trio allemand permanenté revient avec la lourde tâche de donner un digne successeur à son premier full-length. Destruction frappe déjà très fort avec une pochette kitch ridicule qui représente pourtant bien le contenu. Même line-up, même label, même musique, la tornade Destruction emporte tout sur son passage!

Pas de grands changements depuis Infernal Overkill, Destruction propose toujours un thrash metal inspiré et personnel mais approfondit son style grâce à des titres plus travaillés et une production un peu plus léchée. En cela, les sept compositions de cet Eternal Devastation sont plus abouties que celles du grand frère. Une écoute suffit pour dire que les Teutons ont relevé le défi haut la main. Si Eternal Devastation ne récolte qu'un 9/10, soit un demi-point de moins qu'Infernal Overkill, c'est uniquement par ressenti personnel car les deux albums, de qualité similaire, sont le doublé gagnant de la bande à Schmier qui ne ressortira jamais plus de tels chefs-d'oeuvre.

Chef-d'oeuvre, c'est bien de cela dont il s'agit ici. Tous les morceaux sont de véritables tubes (mis à part peut-être l'instrumental "Upcoming Devastation" légèrement en-dessous), des usines à riffs qui servent encore de référence aujourd'hui (demandez donc à Witching Hour ou Witchtrap). Ca commence d'ailleurs sur les chapeaux de roues avec "Curse The Gods", l'un des nombreux hymnes du combo, et son intro acoustique typique de l'époque, sa rythmique effrénée (chuka-chuka), ses putains de riffs et le génial Schmier nous vrillant les tympans en couinant le refrain. Quel frontman! Si je suis souvent en désaccord avec mon vénérable collègue TJ, il y a bien une chose sur laquelle je partage son avis c'est qu'on en fait plus des comme ça, qui braillent d'un timbre particulier que l'on reconnait à la première intonation! Il y a tout sur ce premier titre, tout ce qui fait l'intérêt de Destruction et qui le place au dessus de la mêlée: des riffs mémorables à la patte identifiable entre mille, des structures bien avancées pour l'époque, des rythmiques relativement variées du batteur Tommy Sandmann allant du chuka-chuka thrashy classique au mid-tempo jouissivement headbangant en passant par quelques séquences plus calmes, un long solo de Mike Sifringer (même si ça n'a jamais été l'atout principal du trio, ils restent de qualité), de longs passages instrumentaux et bien sûr la voix géniale de Schmier et sa basse discrète mais un peu plus présente que sur Infernal Overkill (elle s'exprime pleinement lors de la magnifique intro du dernier titre "Confused Mind").

Si "Curse The Gods" représente parfaitement Destruction entre chuka-chuka rageur et variations plus élaborées, ce n'est toutefois pas le meilleur titre de l'opus. Arrive en effet en piste 3 la gigantissime "Life Without Sense", le meilleur morceau de toute la discographie du combo d'outre-Rhin avec "Bestial Invasion" et sûrement le riff mid-tempo le plus génial de toute l'histoire du thrash (ouais rien que ça!). Un pur moment de jouissance! Il faut de toute façon savoir que si Eternal Devastation est globalement assez rapide, peut-être plus que le premier full-length d'ailleurs ("Curse The Gods", "United By Hatred", "Eternal Ban", ça déboite!), il comporte quelques perles de riffs mid-tempo. Mis à part "Life Without Sense", on citera aussi "Confound Games" et l'énorme final "Confused Mind" qui me met dans tous mes états à chaque fois.

Si je garde malgré tout une légère préférence pour Infernal Overkill, Destruction remplit sans peine son contrat avec cet Eternal Devastation pratiquement génial de bout en bout, rempli de riffs monstrueux, de compositions variées et mémorables aux structures travaillées sublimées par le chant jouissif de Schmier, éraillé et nasillard. On parle souvent de l'année dorée 1986 en citant Reign In Blood, Master Of Puppets, Darkness Descends et Pleasure To Kill mais il ne faudrait pas oublier cet album qui tient largement la comparaison (surtout face à Darkness Descends que je trouve bien inférieur). Après par contre, ce ne sera plus la même histoire puisque Destruction n'atteindra plus jamais le niveau de sa doublette impie Infernal Overkill/Eternal Devastation.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

hurgh citer
hurgh
03/10/2009 10:45
note: 9/10
Quel énorme album ! Malgré une prod' des plus naze, ce disque est indispensable. Certains riffs (putain "Curse The Gods " !) sont parmis mes preferés du metal. Un disque plus abouti que le premier, plus mature...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Destruction
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (7)  8.5/10
Webzines : (8)  8.33/10

plus d'infos sur
Destruction
Destruction
Thrash metal - 1982 - Allemagne
  

écoutez
tracklist
01.   Curse The Gods  (06:02)
02.   Confound Games  (04:29)
03.   Life Without Sense  (06:24)
04.   United By Hatred  (05:04)
05.   Eternal Ban  (03:41)
06.   Upcoming Devastation  (04:06)
07.   Confused Mind  (06:06)

Durée : 35:52

line up
parution
12 Juillet 1986

voir aussi
Destruction
Destruction
Day Of Reckoning

2011 - Nuclear Blast Records
  
Destruction
Destruction
Sentence Of Death (EP)

1984 - Steamhammer Records (SPV)
  
Destruction
Destruction
Mad Butcher (EP)

1987 - Steamhammer Records (SPV)
  
Destruction
Destruction
Release From Agony

1988 - Steamhammer Records (SPV)
  
Destruction
Destruction
Infernal Overkill

1985 - Steamhammer Records (SPV)
  

Essayez aussi
Overkill
Overkill
The Electric Age

2012 - Nuclear Blast Records
  
Dust Bolt
Dust Bolt
Violent Demolition

2012 - Napalm Records
  
Overkill
Overkill
The Killing Kind

1996 - Edel Music
  
Witchery
Witchery
Witchkrieg

2010 - Century Media Records
  
The Haunted
The Haunted
The Haunted

1998 - Earache Records
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique