chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

God Forbid - Earthsblood

Chronique

God Forbid Earthsblood
Après la baffe IV: Constitution Of Treason il y a quatre ans, je peux vous dire que j'attendais le groupe d'oreille ferme. Les Coyle Brothers allaient-ils confirmer leur talent de composition et continuer sur cette voie power/thrash mélodique ou, tel un feu de paille, s'éteindre et retourner dans l'obscurité comme tant d'autres? J'avoue que je m'attendais à être déçu, en bon pessimiste que je suis. A la vue de l'horrible pochette typique du metal mainstream d'aujourd'hui, il y avait de quoi s'inquiéter il faut dire. Mais finalement, après plusieurs écoutes, le verdict est sans appel: God Forbid n'en fait pas (de bide).

Pourtant, Earthsblood se fait bien moins thrashy que son grand frère. Je dirais même qu'au départ, il parait beaucoup plus mainstream, facile d'accès, avec tout un tas de chant clair sur les refrains et des mélodies easy-listening qui visent un public large. Pas que l'opus soit tout mou, on trouve encore pas mal de passages relativement rapides donnant la couleur thrash moderne à l'album ("The Rain", "The New Clear", "Shallow", "Walk Alone", etc.), quelques mid-tempi saccadés à la double (de plus en plus rares cela dit), des riffs purement headbangants ("The Rain", "Empire Of The Gun", "War of Attrition", "Earthsblood"...) et Byron Davis beugle toujours autant de sa voix arrachée, mais Earthsblood est dans l'ensemble plus mélodique.

Ce qui pourrait paraître dommageable pour un groupe talentueux cédant à la facilité est en fait une bénédiction. Car Earthsblood n'est en aucun cas un album conçu à la va-vite. Au contraire, les Américains développent ici davantage leur capacité de songwriting. Et à ce niveau, God Forbid sait carrément s'y faire et domine à peu près tous les groupes de sa catégorie. Les dix titres d'Earthsblood sont ainsi parmi les plus longs jamais composés par le groupe. La moitié dépasse la barre des 6 minutes, le title-track s'échappant même au-delà des 9 minutes avant un somptueux final, "Gaia (The Vultures)", à plus de 7 minutes! Ce qui nous fait un album de 53 minutes mais pas un seul instant on ne s'ennuie tant la diversité, la maîtrise, les mélodies accrocheuses, les riffs mémorables, les excellents soli et les lignes de chant redoutables sont au rendez-vous. Pratiquement pas de déchets ici (j'ai dit pratiquement, sinon la note aurait été encore plus élogieuse), ce qui est rare pour un vrai full-length. Nous n'irons pas jusqu'à qualifier God Forbid de thrash moderne mélodico-progressif à la Nevermore mais le combo s'émancipe de plus en plus et ça fait plaisir. Et tout ça en insistant bien sur l'aspect mélodique des choses. Riffs, soli, leads voire arpèges/acoustique ("Earthsblood") ou claviers/piano (l'intro "The Discovery", l'outro triste mais magnifique de "Gaia (The Vultures)"), God Forbid mise beaucoup sur cette finesse de composition mêlée bien sûr à l'agression pure et dure. Chapeaux bas à nouveau pour les soli, plein de feeling et très bien construits. A noter la présence de quelques invités venus poser les leurs: Peter Joseph et Patrick Pintavalle de The Absence ("Shallow") et l'ex-Darkest Hour Kris Norris que God Forbid a déjà utilisé pour le live et qui a pu se libérer entre deux épisodes de Walker Texas Rangers ("Earthsblood"). Les orchestrations et les claviers sur "The Discovery", "Gaia (The Vultures)", "Bat The Angels" et "Earthsblood" ont eux été enregistrés par Michael Romeo et Michael Pinella de Symphony X. Last but not least, Christian Olde Wolbers a également participé à quelques parties de claviers. L'ex-Fear Factory a en fait surtout produit le chant sur l'album, Eric Rachel s'occupant du reste. Mix et mastering ont eux été réalisés en Suède par Jens Bogren. Voyez donc que rien n'a été laissé au hasard, le résultant étant à la hauteur avec une production puissante, équilibrée et parfaitement calibrée pour le style.

Avant de conclure, j'aimerais insister sur le chant clair du guitariste Dallas Coyle, très utilisé ici. Ce n'est peut-être pas le meilleur vocaliste que j'ai entendu mais son timbre est touchant et il réussit sans peine à véhiculer des émotions. Ces parties de chant clair, contrairement à la plupart des autres groupes, sont un vrai plus pour l'ambiance de l'album et évitent d'être trop niais. On a ainsi le droit à pas mal de refrains ou couplets excellents comme sur "The Rain", "Empire Of The Gun", "The New Clear", "Walk Alone", "Earthsblood" ou "Gaia (The Vultures)". Un vrai régal pour les amateurs!

Rien à faire, j'adore God Forbid. Pourtant, pas mal d'éléments devraient faire en sorte du contraire: c'est mainstream, c'est moderne, c'est bourré de mélodies raccoleuses et de chant clair pour ta petite soeur. Et en plus, ils sont noirs! Mais God Forbid, sous des apparences trompeuses de "musique pour kids", est sans doute un des meilleurs groupes grands public à l'heure actuelle et mérite amplement son succès. Avec Earthsblood, le combo du New-Jersey réussit à ne pas décevoir après un album étonnament bon et s'en sort bien mieux qu'un Devildriver ou un Chimaira en chute libre depuis un moment. Oublié le passé metalcore, God Forbid a son propre son, sa propre personnalité et assez de talent pour continuer longtemps comme ça. Espérons seulement que le groupe survive au récent départ de Dallas Coyle...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

pj666 citer
pj666
21/10/2009 14:49
note: 7.5/10
Très bon album !
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
21/10/2009 08:24
"Determination" c'est le seul album des ricains que j'ai trouvé honnête. Le reste c'est vraiment pas ma came, ni sur disque ni en live où le groupe m'avait copieusement gonflé en première partie de The Haunted en 2005. Trop power mélomachin chose pour moi!
Niktareum citer
Niktareum
20/10/2009 21:32
note: 7/10
Pas autant emballé que toi pour le coup, même si je trouve l'album bon j'ai du mal à y retrouver ce qui me fait adorer "Gone Forever". Le chant clair de Coyle par exemple m'énerve un peu, je trouve aussi que ça manque de bons riffs bien thrash, des titres qui parfois trainent quand même un peu en longueur... bref juste un bon album pour moi.

Par contre je te rejoins sur un truc, malgré que je ne sois pas hyper ultra emballé, le groupe a un je-ne-sais-quoi qui fait que malgré tout je les aime bien ces ptits ricains. Sourire
donvar citer
donvar
20/10/2009 19:37
note: 8/10
Chronique résumant ma pensée, au détail près, qu'on accroche peut-être moins vite a celui-ci qu'aux précédents!
A quand une chronique de Determination?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
God Forbid
Power/Thrash Mélodique
2009 - Century Media
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  7.8/10
Webzines : (23)  7.94/10

plus d'infos sur
God Forbid
God Forbid
Power/Thrash Mélodique - Etats-Unis
  

vidéos
War Of Attrition
War Of Attrition
God Forbid

Extrait de "Earthsblood"
  

tracklist
01.   The Discovery
02.   The Rain
03.   Empire Of The Gun
04.   War Of Attrition
05.   The New Clear
06.   Shallow
07.   Walk Alone
08.   Bat The Angels
09.   Earthsblood
10.   Gaia (The Vultures)

Durée : 55'02

line up
parution
24 Février 2009

voir aussi
God Forbid
God Forbid
Gone Forever

2004 - Century Media
  
God Forbid
God Forbid
IV: Constitution Of Treason

2005 - Century Media
  

Essayez aussi
Nevermore
Nevermore
The Obsidian Conspiracy

2010 - Century Media
  
Stonegard
Stonegard
From Dusk Till Doom

2008 - Indie Recordings
  
Exmortus
Exmortus
Slave To The Sword

2014 - Prosthetic Records
  
Kiuas
Kiuas
Reformation

2006 - Spinefarm Records
  
Demonica
Demonica
Demonstrous

2010 - Massacre Records
  

Kaiserreich
Cuore nero
Lire la chronique
Helrunar
Niederkunfft
Lire la chronique
Moon
Render of the Veils
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Near Death Revelations
Lire la chronique
State Faults
Desolate Peaks
Lire la chronique
Conqueror
War Cult Supremacy
Lire la chronique
Kataklysm
Of Ghosts And Gods
Lire la chronique
One Life Crew
Crime Ridden Society
Lire la chronique
Adversarial
Death, Endless Nothing And ...
Lire la chronique
Parce qu'on a tous été ados
Jouer au blindtest
Loudblast
Sublime Dementia
Lire la chronique
Motocultor Festival 2015
Lire le dossier
Uncle Acid And The Deadbeats
The Night Creeper
Lire la chronique
Interment
Where Death Will Increase 1...
Lire la chronique
Aetherius Obscuritas
MMXV
Lire la chronique
LVTHN
The Grand Uncreation (Compil.)
Lire la chronique
Der Weg einer Freiheit
Unstille
Lire la chronique
Soilwork - The Ride Majestic
Lire le dossier
Lugubrum / Urfaust
Het Aalschuim der Natie (Sp...
Lire la chronique
Venefixion
Defixio (Démo)
Lire la chronique
Ulcerate
Everything is Fire
Lire la chronique
Pure
Art of Loosing One's Own Life
Lire la chronique
Metal Méan 2015
(DOLCH) + Drowned + Grand M...
Lire le live report
Suis La Lune
Distance / Closure (EP)
Lire la chronique
New Noise Festival 10
Birds In Row + Earthship + ...
Lire le live report
Crown
Natron
Lire la chronique
Leprous
The Congregation
Lire la chronique
Various Artists
A Treasure to Find (Tribute...
Lire la chronique
Vardan
Between the Fog and Shadows
Lire la chronique
Birds In Row
You, Me & the Violence
Lire la chronique