chargement...

haut de page
26 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Gravehill - Rites Of The Pentagram

Chronique

Gravehill Rites Of The Pentagram
ATTENTION SISSY-FUCKS!

This is how real Death-Metal is done...no fruity keyboards, no shitty emo or fake guttural "vocals", no triggered pussy drumming, no lame sub-par AT THE GATES wannabe riffs, no association with the word "core" or a band name that is a sentence long like "AS I LAY IN MAN CUM", and no cramming 5,000 riffs with stupid political themed lyrics...either take notice or kill yourself...no more warnings, the threal is real cunts!
.

Voilà comment les Californiens de Gravehill se présentent dans le somptueux livret de ce premier full-length Rites Of The Pentagram orné des déjections morbides de Mark Riddick. Un avertissement réhaussé d'un We are Gravehill, we are Death fucking Metal, fuck you beuglé de la voix grave et écorchée absolument géniale de Mike Abominator sur la fin de "Decibel Ritual". Et je pourrais arrêter là ma chronique tant cette diatribe décrit à merveille la musique et la mentalité du gang d'Anaheim. Au moins c'est bien, on sait tout de suite si on va aimer ou non, sans avoir écouté la moindre note! Personnellement, cet élitisme underground de connard me va très bien!

Gravehill sort donc avec ce Rites Of The Pentagram son premier full-length. Mais la biographie du groupe s'avère en fait bien plus mouvementée puisqu'après une formation en 2001 et un EP la même année, le groupe splitte puis se reforme en 2007. S'ensuivent une démo, un EP et enfin l'album sur Enucleation Records. Soyons clairs, Rites Of The Pentagram est une des très bonnes surprises de cette année, d'autant que le groupe ne m'avait pas interpellé plus que ça jusque là. Comme vous l'avez compris, Gravehill fait dans le death d'obédience old-school, plus précisément du death/thrash. Globalement rapides, les neuf morceaux de l'opus, ultra efficaces, tabassent à mort sans avoir recours aux blast-beats (un semblant sur l'énorme final "One Million Dead & Counting" toutefois) mais en utilisant plutôt la rythmique thrash habituelle en l'accélérant et la brutalisant sauvagement, comme aux débuts du death. Niveau riffs bourrins, c'est la foire à la saucisse avec quelques petites influences Possessed, Slayer ou early-Death (quand c'était bien) mais rien de cloné, même si ça n'a évidemment rien de bien original. Et Satan que c'est bon! Surtout que la production pas trop propre pas trop sale n'aurait pu mieux coller à la musique jouissive de Gravehill.

Mais les Américains ne sont pas non plus que des bourrins et savent très bien varier leurs compositions. On retrouvera ainsi tout un tas de mid-tempi headbangants ("Rites Of The Pentagram" à 2'45, "Pissing On Your Grave" à 3'33, "The Luciferian Mark" à 0'28, "By Scourge & Wrath" à 0'45, "One Million Dead & Counting" à 0'58...) et même des séquences plus lourdes comme sur "Bloodsoaked", le début de "Pissing On Your Grave" ou "A Celebration Of Wounds". Ces passages se trouvent souvent sublimés par d'excellentes leads mélodiques sombres qui n'auraient pas dépareillé sur un album de death finlandais du début des nineties ("Rites Of The Pentagram", "Pissing On Your Grave", "By Scourge & Wrath", "A Celebration Of Wounds"). Pour couronner le tout, Gravehill nous sort également des putains de bons soli démontrant un feeling certain ("Decibel Ritual", "Pissing On Your Grave", "The Luciferian Mark" dès le début, "A Celebration Of Wounds", etc.). Et en bon groupe à l'esprit old-school, les Californiens nous offrent un titre instrumental fait de beaux arpèges sombres et mélancoliques intitulé "Reckoning (B.E.F.S.)", parfaite introduction à la déflagration sonore qu'est le final "One Million Dead & Counting", probablement la meilleure piste du disque.

Alors les baltringues, ça vous branche? J'espère que oui parce que ce Rites Of The Pentagram démonte des culs par douzaine. Impossible de ne pas accrocher si on aime le vieux death/thrash burné et poilu. C'est peut-être super classique et passéiste, l'album souffre peut-être parfois de baisses d'intensité mais dans l'ensemble c'est de la bonne, foi de Keyser!
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

1 COMMENTAIRE(S)

Ant'oïn citer
Ant'oïn
03/11/2009 23:17
Ouai enfin leur myspace est hyper caricature, le meme ridicule qu'on retrouve chez les TrVe.

Niveau musical par contre ca tue bien en effet, la prod ne met pas vraiment en avant les compos, il suffit juste de tendre l'oreille pour apprecier. Bonne decouverte pour moi.

Ha oui et la pochette elle tue.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Gravehill
Old-School Death/Thrash
2009 - Enucleation Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  7.09/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  Rites Of The Pentagram
02.  Decibel Ritual
03.  Bloodsoaked
04.  Pissing On Your Grave
05.  The Luciferian Mark
06.  By Scourge & Wrath
07.  A Celebration Of Wounds
08.  Reckoning (B.E.F.S.)
09.  One Million Dead & Counting

Durée : 38'24

line up

parution
Sortie : 21/07/2009

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Gravehill
Gravehill
When All Roads Lead To Hell

2011 - Dark Descent Records
  
Gravehill
Gravehill
Death Curse

2014 - Dark Descent Records
  

chronique Chronique
Erebus Enthroned
Temple Under Hell
chronique Chronique
Luror
The Iron Hand of Blackest Terror
chronique Chronique
Lifelover
Dekadens (EP)
chronique Chronique
Darkspace
Dark Space II
chronique Chronique
Ormgård
Ormblot
chronique Chronique
Gravehill
Death Curse
chronique Chronique
Aborym
Dirty Remix (Compil.)
chronique Chronique
Seven Sisters of Sleep
Seven Sisters of Sleep (EP)
chronique Chronique
Sarke
Aruagint
chronique Chronique
Terra Tenebrosa / The Old Wind
The Disfigurement Bowl / Serpent Me (Split 7")
chronique Chronique
Castevet
Summer Fences
chronique Chronique
Om
Pilgrimage
chronique Chronique
Sacrilege
Behind The Realms Of Madness
chronique Chronique
Merkabah
Moloch
chronique Chronique
Blut Aus Nord
Debemur MoRTi (EP)
chronique Chronique
Bestia Arcana
To Anabainon Ek Tes Abyssu
chronique Chronique
Mass Infection
For I Am Genocide
chronique Chronique
Abraham
The Serpent, the Prophet & the Whore
chronique Chronique
Rauhnåcht
Urzeitgeist
chronique Chronique
Vanhelga
Längtan
chronique Chronique
Cultes Des Ghoules
Henbane
chronique Chronique
Behemoth
The Satanist
chronique Chronique
Debauchery
Germany's Next Death Metal
chronique Chronique
Head of the Demon
Head of the Demon
chronique Chronique
Urfaust
Die erste Levitation (Single)
chronique Chronique
Necrohell
Possessed by Nocturnal Grimness
chronique Chronique
Babymetal
Babymetal
chronique Chronique
Portal
Swarth
chronique Chronique
Clutch
Earth Rocker
chronique Chronique
Kriegsmaschine
Enemy of Man