chargement...

haut de page
49 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Incantation - Blasphemy

Chronique

Incantation Blasphemy
Quand on parle d'Incantation, on mentionne d'habitude Onward To Golgotha, Mortal Throne Of Nazarene ou encore Diabolical Conquest. A juste raison d'ailleurs. Mais rarement il est fait mention de Blasphemy, sorti en 2002 sur Candlelight Records (Europe) et Necropolis Records (Amérique du Nord). Pourtant, cet album mésestimé est ce qu'a fait de mieux Incantation cette décennie et il fait partie de mes réalisations préférées de la bande à McEntee aux côtés de ses trois premiers opus.

On commence par les changements de line-up, une vilaine habitude chez Incantation par lequel à peu près tous les musiciens de la scène death américaine ont dû passer au moins une fois. Rob Yench fait place à Joe Lombard à la basse et Kyle Severn fait son retour derrière les fûts, The Infernal Storm ayant été enregistré par Dave Culross. John McEntee, le maître à penser, reste bien sûr en place tout comme Mike Saez, cette fois uniquement crédité des sessions d'enregistrement du chant, sans les guitares. Concernant la musique par contre, pas de véritable changement à déclarer, Incantation ayant suivi tout au long de sa carrière une ligne droite presque parfaite sans se soucier des modes. Ce Blasphemy, à la pochette ultra clichée mais que j'adore et qui porte bien son nom vu le nombre de fois où le mot "blasphemy" apparaît, se pose donc dans la continuité des albums précédents, notamment de The Infernal Storm qui s'engage dans une voix plus féroce que par le passé. Blasphemy est peut-être d'ailleurs l'oeuvre la plus brutale du combo US (sans doute l'apport à la composition de Kyle Severn). Au programme donc, beaucoup de parties rapides et même des blasts ("Crown Of Decayed Salvation", "Rotting With Your Christ", "Deceiver (Self-Righteous Betrayer)", "Misanthropic Indulgence"), Kyle Severn matraquant les peaux comme un dératé, même si on trouve facilement plus rapide dans le genre. Cette brutalité accrue (et foutrement jouissive, je dois dire!), renforcée par une excellente production, puissante, pesante et nerveuse, ne se fait néanmoins pas au détriment de l'ambiance. Celle-ci reste en effet toujours la quête principale de la formation. On retrouve donc avec plaisir cette atmosphère blasphématoire, diabolique, démoniaque, satanique, anti-chrétienne, appellez-ça comme vous voulez mais moi je ne m'en lasserai jamais, le brutal dark evil DM étant ma mort favorite. Riffs méchants typiques en tremolo pour faire frissonner les bien-pensants, harmoniques sifflées qui font saigner les tympans des pathétiques croyants, parties doomy suffocantes et sombres comme les abysses servant à écraser les misérables culs-bénits ("Once Holy Throne" à 1'13, le début de "Rotting With Your Christ", "His Weak Hand" à 0'58 ou sur sa fin oppressante presque hypnotique par sa répétitivité, "Deceiver (Self-Righteous Betrayer)" à 1'20, pratiquement tout "Uprising Heresy", "Misanthropic Indulgence" à 2'03 et 4'14...), paroles anti-chrétiennes haineuses et chant du mésestimé Mike Saez diablement efficace avec son growl puissant, convaincant et intelligible agrémenté d'écorchures histoire d'invoquer la Bête avec son growl puissant et convaicant afin qu'elle nous accompagne dans l'écoute d'un Blasphemy à l'aura incroyable: voilà ce qui contribue à cette ambiance dantesque (Satan Is Amongst Us!). D'autres exemples? Le début en fanfare de "Blasphemy", l'intro à la basse de "The Fallen", le côté mélodique et sombre de la géniale "Once Holy Throne" sublimée par une lead limite mélancolique à 2'18, la transition brutale avec le titre suivant "Crown Of Decayed Salvation", le riff génialissime de "His Weak Hand" à 0'18 au motif mélodique vicieusement addictif, le riff super evil à 0'09 de "Deceiver (Self-Righteous Betrayer)" qui semble avoir été composé par Satan en personne et qui contraste bien avec l'instrumental précédente assez pépère "The Sacrilegious Apocalypse Of Righteousness And Agonizing Dementia (The Final Defilement Of Your Lord)", le riff mélodique d'"Uprising Heresy" qui apparaît sans qu'on s'y attende...je pourrais citer tous les titres tant Blasphemy regorge de séquences d'exception qui me font dresser les poils (pas que les poils d'ailleurs!) et placent l'opus dans les profondeurs les plus sombres et bouillantes des Géhennes.

Maintenant, c'est vrai que Blasphemy n'est pas non plus parfait et je peux comprendre qu'il soit souvent mis de côté (enfin sur certaines séquences parce que sinon, non, je ne comprends pas!). L'impression d'un gros bloc monolithique impossible à digérer malgré les variations rythmiques peut faire peur (plutôt aux profanes d'ailleurs) notamment. Mais le défaut principal de la galette, c'est sa longueur. On sent bien une baisse de régime sur la fin avec par exemple "Misanthropic Indulgence", morceau assez banal heureusement sauvé par une partie plus lente géniale sur laquelle la basse se fait mieux entendre. Mais c'est surtout les deux outros qui plombent la conclusion d'une oeuvre au demeurant fantastique. Blasphemy referme en effet la bouche de l'Enfer sur une outro de 23 minutes ultra minimaliste puisque seul un bruit de fond légèrement vrombissant se fait entendre. De quoi se tirer une balle dans la tête tellement c'est chiant (et comme je n'ai pas envie de me suicider, je zappe à chaque fois)! La deuxième outro est plus courte et il se passe plus de choses (des voix samplées notamment) mais ce n'est pas non plus la joie. Deux outros complètement inutiles qui rallongent artificiellement la durée de l'album mais qui sont en fait des coups de gueule de John McEntee à l'encontre de son ancienne maison de disque Relapse Records qui l'a jarté comme un malpropre, le label préférant se consacrer à des groupes plus expérimentaux...le but est donc atteint!

Rarement reconnu à sa juste valeur tout comme un Mike Saez impérial, Blasphemy se pose pourtant en oeuvre majeure dans la carrière d'Incantation, le mélange parfait entre la brutalité des années récentes et l'ambiance sombre et blasphématoire des premiers jours. Il est certes handicapé par quelques défauts mais qui ne sont que du menu fretin comparés à la grandeur et l'excellence de 90% de ce cinquième full-length. Incantation, véritable institution du death metal, a encore frappé fort et démontre une nouvelle fois que, malgré des clones toujours plus nombreux, personne ne l'égalera jamais.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

4 COMMENTAIRE(S)

gregwar citer
gregwar
06/06/2013 12:42
note: 9/10
D'accord en tous points de la chronique. Je ne connais rien de mieux dans ce style particulier de death.
NightSoul citer
NightSoul
22/11/2009 17:31
note: 7/10
J'avais beaucoup aimé également quand tu m'en avais parlé y a pas si longtemps d'ailleurs!
LostSon citer
LostSon
22/11/2009 15:39
note: 7.5/10
Album très sympa en éffet.
Chris citer
Chris
22/11/2009 15:08
Pas mal le morceau. Etonnante, quand même ces énormes similitudes avec Immolation (peu m'importe qui est le précurseur du genre, les deux groupes sont dignes d'éloges); par contre je garde ma préférence pour ces derniers, je trouve leurs riffs nettement plus riches, et le chant bien meilleur...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Incantation
Blasphemous Death Metal
2002 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  8.1/10
Webzines : (7)  6.74/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  Blasphemy
02.  The Fallen
03.  Once Holy Throne
04.  Crown Of Decayed Salvation
05.  Rotting With Your Christ
06.  His Weak Hand
07.  The Sacrilegious Apocalypse Of Righteousness And Agonizing Dementia (The Final Defilement Of Your Lord)
08.  Deceiver (Self-Righteous Betrayer)
09.  Seraphic Irreverence
10.  Uprising Heresy
11.  Misanthropic Indulgence
12.  Outro, Part 1
13.  Outro, Part 2

Durée : 73'58

paroles
line up

parution
22 Juin 2002

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Incantation
Incantation
Decimate Christendom

2004 - Listenable Records
  
Incantation
Incantation
Dirges Of Elysium

2014 - Listenable Records
  
Incantation
Incantation
Primordial Domination

2006 - Listenable Records
  
Incantation
Incantation
Vanquish In Vengeance

2012 - Listenable Records
  

Essayez aussi
Deist
Deist
Demo (Démo)

2009 - Autoproduction
  
Dead Congregation
Dead Congregation
Purifying Consecrated Ground (MCD)

2005 - Konqueror Records
  
Dead Congregation
Dead Congregation
Graves Of The Archangels

2008 - Nuclear War Now! Productions
  
Maveth
Maveth
Breath Of An Abomination (Compil.)

2011 - Nuclear Winter
  
Disciples Of Mockery
Disciples Of Mockery
Prelude To Apocalypse

1999 - Autoproduction
  

chronique Chronique
Zoldier Noiz
Regression Process
chronique Chronique
Monarch!
Sabbracadaver
chronique Chronique
Krieg
Transient
chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress
chronique Chronique
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness
chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages