chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
29 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nevermore - Dead Heart In A Dead World

Chronique

Nevermore Dead Heart In A Dead World
J'ai découvert Nevermore sur le tard avec leur dernier album This Godless Endeavor. C'était il y a plus de quatre ans déjà. Je me suis empressé d'acheter la discographie des Américains et d'écouter en boucle leurs oeuvres grandioses qui me transportaient où nul autre n'avait accès. Le gang de Seattle est vite devenu un groupe à part pour moi, considérant que Nevermore était peut-être ce qui était arrivé de mieux au metal depuis quinze ans. Un metal résolument moderne, à la fois puissant et catchy mais aussi sombre, mélodique, classieux et torturé, porté par la voix unique de Warrel Dane, rien de moins que le meilleur chanteur metal que la Terre ait jamais porté. Après des dizaines et des dizaines d'écoutes, difficile encore de citer un album en particulier tant la discographie de Nevermore est remplie de trésors. The Politics Of Ecstasy, Dreaming Neon Black et Dead Heart In A Dead World semblent être le trio gagnant toutefois. Et Dead Heart In A Dead World peut-être l'heureux élu, d'autant qu'il ne fait pas vraiment l'unanimité parmi les fans...et moi j'aime quand quelque chose ne fait pas l'unanimité!

A part un artwork assez horrible de Travis Smith, Dead Heart In A Dead World est pourtant quasiment exempt de tout défaut, de mon point de vue du moins. Car en essayant de m'abaisser au niveau des misérables n'aimant pas cet opus, je peux comprendre qu'il ne soit pas toujours encensé. Dead Heart In A Dead World suit l'évolution entamée sur le génialissime Dreaming Neon Black sorti l'année précédente, c'est à dire une musique moins frontale que sur les deux premières réalisations et aux structures plus complexes et travaillées. En gros Nevermore s'enfonce dans le "progressif" en délaissant un peu le "thrash". D'où une musique sans doute moins facile d'accès de prime abord. Pourtant il n'en est rien et si Dead Heart In A Dead World est effectivement un peu avare en passages rapides, il conserve toujours une forme de groove. La base de la musique des Américains reste après tout ce metal moderne, donc fortement saccadé, avec ces riffs puissants et accrocheurs nés du manche magique de la sept-cordes du grand Jeff Loomis dont l'impact se trouve renforcé par la production claire et massive d'Andy Sneap, et portés de main de maître par le jeu du batteur Van Williams, habile et plein de feeling comme à son habitude, le bassiste Jim Sheppard ne s'engageant lui pas souvent par contre ("Believe In Nothing" doit d'ailleurs être la seule exception notable). Il n'y a qu'à écouter "Narcosynthesis", "Inside Four Walls", "The River Dragon Has Come" ou "Engines Of Hate" pour s'en rappeler. Il y a même ce "The Sound Of Silence", piste la plus brutale et la plus thrashy du lot qui est en fait une reprise méconnaissable de Simon & Garfunkel, reprise absolument géniale d'ailleurs tant elle diffère de la version originale (magnifique, en passant) et s'incorpore parfaitement dans le registre du quatuor. Hé oui quatuor, Tim Calvert s'en est allé et n'a pas été remplacé. Un poste vacant de second guitariste que Nevermore a toujours eu du mal à combler de toute façon. Jeff Loomis ferait-il peur?

Bref, on reconnait sans peine la patte Nevermore qui ne change pas non plus du tout au tout. Juste que Dead Heart In A Dead World est globalement moins rapide, moins agressif, moins immédiat que ses autres réalisations. L'opus a cela dit bien d'autres qualités le rendant spécial à mes yeux. Chacun des onze titres possède une aura particulière, bien à lui. C'est toujours le cas pour les albums de Nevermore mais c'est sur ce disque que c'est le plus flagrant, faisant de ce Dead Heart In A Dead World l'opus le plus varié du combo outre-Atlantique. L'heure que dure l'oeuvre est ainsi sans doute la plus "rapide" quand je l'écoute tant il y a matière à rêver et oublier la réalité. Et des fois, ça ne se joue qu'à un petit détail comme sur le final "Dead Heart In A Dead World", power-ballade émotionnellement très puissante qui commence comme si on la jouait sur une vieille platine vinyle. Ca n'a l'air de rien mais moi, ça me donne des frissons à chaque fois!

Mais encore une fois, c'est surtout grâce au duo inégalable Loomis/Dane que les compositions prennent une autre dimension. Je ne le répèterai jamais assez mais Jeff Loomis est probablement l'un des guitaristes les plus doués de sa génération, sublimant un shredding parfois froid et distant en lui donnant chaleur et émotion grâce à un toucher et un feeling sans pareil. Leads, soli, c'est du grand art, difficile d'en citer un échantillon tant tous paraissent magnifiques. Et comment ne pas succomber quand le bonhomme prend sa guitare acoustique sur "The River Dragon Has Come", "The Heart Collector" ou "Believe In Nothing"?! Quant à Dane, c'est vraiment lui qui fait de Nevermore un groupe unique grâce à son timbre particulier et son registre aussi varié qu'envoûtant. Lui qui recueille le plus de critiques aussi. Car ses vocaux atypiques et inclassables en détournent plus d'un de la musique du groupe. On pourrait le rapprocher d'un chanteur heavy mais ce n'est pas vraiment ça (ça l'était quand le bonhomme sortait sa voix de fausset dans Sanctuary), c'est beaucoup plus que ça. Si vous n'aimez pas les voix heavy ou le chant clair en tout cas, il y a peu de chance que vous accrochiez à Dane. Tant pis pour vous! Moi je me régale à chaque mot prononcé, ses paroles souvent sombres et amères sur l'homme et la société étant aussi foutrement bien écrites que chantées. Elles sont certes ici moins poignantes que sur le très triste et sombre (limite gothique) Dreaming Neon Black mais on a quand même le droit à des refrains énormes, "We Disintegrate", "Inside Four Walls", "Evolution 169", "The Heart Collector", "Insignificant", "Dead Heart In A Dead World" remportant les lauriers et faisant de ces morceaux mes préférés de l'album et parmi les meilleurs titres de la discographie du groupe.

Alors oui Dead Heart In A Dead World n'est pas l'album le plus véloce de Nevermore, oui la production d'Andy Sneap peut paraître un peu stérile car trop mécanique et oui certains morceaux ou du moins passages sont un peu en-dessous du reste mais pour moi il est clair qu'il fait partie des meilleurs opus du groupe, au même titre que The Politics Of Ecstasy, Dreaming Neon Black ou This Godless Endeavor. Je l'ai d'ailleurs longtemps considéré comme mon favori. De toute façon, quand on décide de plonger dans Nevermore, difficile de se tromper. Sorte de heavy/thrash mélodique moderne aux structures et aux ambiances tirant parfois sur le progressif, Nevermore est un groupe unique qui joue dans sa propore catégorie. Un groupe qui mélange à merveille groove et agressivité d'aujourd'hui à des mélodies intemporelles, aussi belles et envoûtantes qu'elles peuvent se faire sombres et désespérées. Mais la plus belle victoire de Nevermore, c'est sans doute de rassembler des métalleux de tous horizons, fans de heavy, de thrash ou même de death. Voilà comment devrait toujours sonner le metal moderne!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Chris citer
Chris
30/11/2009 09:16
note: 7.5/10
Je l'aime bien celui là, plus en tout cas que "Enemies of Reality" ; quelques tubes pour démarrer l'album, la suite est un peu moins attractive à compter du 6e titre. Le gros problème avec Nevermore c'est que tout comme toi j'ai découvert le groupe avec "This Godless Endeavor", alors forcément après une telle merveille il est difficile de se pencher objectivement sur le passé du groupe...Sinon j'aime bien la pochette moi Mr Green
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
29/11/2009 17:57
note: 6/10
De l'avis d'Ander, dans la disco de Nevermore c'est sans aucun doute celui que je trouve le plus dispensable. Aucun exploit personnel de Loomis, un groupe qui donne la sensation d'être en roue libre.

Les deux suivants sont heureusement d'un tout autre niveau.
Ander citer
Ander
29/11/2009 16:58
note: 6/10
Sûrement l'album que j'apprécie le moins de leur disco', je le trouve assez inégal (un défaut récurrent du groupe à part peut-être sur le This Godless Endeavor) et imprégné d'influences heavy gay et comme tu dis la prod' est un peu trop stérile à mon goût. Reste d'excellente chansons comme Inside Four Falls ou Evolution 169 mais ça suffit pas pour du Nevermore.

Sinon suis-je le seul à avoir remarquer que le riff thrashisant sur le titre éponyme a été repris plus tard sur la chanson This Godless Endeavor? :8
von_yaourt citer
von_yaourt
29/11/2009 14:58
Un des rares groupe de gays que Keyser apprécie. Pfff... t'es même pas un vrai gros dur. Mr Green
donvar citer
donvar
29/11/2009 13:14
note: 9/10
Keyser a écrit : donvar a écrit : Je ne savais pas que cette album ne faisait pas l'unanimité! Et tu ne parles pas du jeu de Van Williams qui colle parfaitement à la musique!
Bref sacré album!


T'as pas dû bien lire alors, j'y fais allusion (brièvement certes) Clin d'oeil


Oups...euh...ouais mais t'en parles pas assez! Voilà! Gros sourire
La_girondelle citer
La_girondelle
29/11/2009 13:12
note: 9/10
Superbe album, le solo de The River dragon has come est surement un des meilleurs dans le metal depuis des lustres.
Keyser citer
Keyser
29/11/2009 12:57
note: 9/10
donvar a écrit : Je ne savais pas que cette album ne faisait pas l'unanimité! Et tu ne parles pas du jeu de Van Williams qui colle parfaitement à la musique!
Bref sacré album!


T'as pas dû bien lire alors, j'y fais allusion (brièvement certes) Clin d'oeil
donvar citer
donvar
29/11/2009 12:33
note: 9/10
Je ne savais pas que cette album ne faisait pas l'unanimité! Et tu ne parles pas du jeu de Van Williams qui colle parfaitement à la musique!
Bref sacré album!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nevermore
Heavy/Thrash Moderne Mélodico-Progressif
2000 - Century Media
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (17)  8.18/10
Webzines : (16)  8.93/10

plus d'infos sur
Nevermore
Nevermore
Power/Heavy/Thrash Moderne Mélodique - 1992 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Narcosynthesis
02.   We Disintegrate
03.   Inside Four Walls
04.   Evolution 169
05.   The River Dragon Has Come
06.   The Heart Collector
07.   Engines Of Hate
08.   The Sound Of Silence (Simon & Garfunkel cover)
09.   Insignificant
10.   Believe In Nothing
11.   Dead Heart In A Dead World

Durée : 56'39

line up
parution
13 Septembre 2000

voir aussi
Nevermore
Nevermore
This Godless Endeavor

2005 - Century Media
  
Nevermore
Nevermore
The Obsidian Conspiracy

2010 - Century Media
  

Essayez aussi
Enemy Of The Sun
Enemy Of The Sun
Shadows

2008 - Massacre Records
  

The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier
Ommadon / Legion Of Andromeda
Crumbling Existence (Split-CD)
Lire la chronique
Fatherland
Fatherland
Lire la chronique
Botanist
Collective: The Shape of He...
Lire la chronique
Muert
Ye Canariae Abezan
Lire la chronique
Black March
Praeludium Exterminii
Lire la chronique
Arch Enemy
Will To Power
Lire la chronique
Isengard
Vinterskugge
Lire la chronique
Tinnitux 耳鳴
As The Aether Burns「聽見蒼穹燃燒」...
Lire la chronique
Seven Spires
Solveig
Lire la chronique