chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
56 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Mortal Decay - Forensic

Chronique

Mortal Decay Forensic
Dans le genre groupe qui n'a jamais eu le succès qu'il méritait, Mortal Decay se pose là. S'il est bien adulé par certains de l'autre côté de l'Atlantique, on retrouve rarement dans les conversations en Europe le gang du New-Jersey, pourtant là depuis le début puisque formé en 1991. Un mystère pour moi tant le combo a, ou du moins avait, un son unique et génial, jusque dans son logo. Sur ses démos d'abord (que j'avoue un peu moins aimer mais MDK a obtenu son statut culte grâce à elles) puis sur ses deux premiers full-lengths. Forensic sort donc en 2002 sur Unique Leader, soit cinq ans après le terrible Sickening Erotic Fanaticism, et marque le retour du chanteur des débuts, l'inégalable John Paoline. Avec ce comeback et la réédition des démos sur A Gathering Of Human Artifacts en 1999, on pouvait s'attendre à un retour aux sources. Oui et non j'ai envie de dire. Quoi qu'il en soit, Forensic sur-bute et reste mon MDK préféré.

Un mot d'abord sur la production que je trouve particulièrement réussie bien qu'une petite faiblesse au niveau de la batterie se fasse sentir. Peu importe, le son global, très naturel, renforce la puissance, le groove et la brutalité des compositions, davantage encore que Sickening Erotic Fanaticism qui était déjà bien burné. Mais ce n'est que la cerise sur le gâteau car sous l'emballage se cache une merveille de (brutal) death comme on en fait plus. Qu'a Mortal Decay de si marquant? Tout simplement un son bien particulier, ce qui reste une denrée rare dans le genre. Les influences restent palpables mais MDK a sa propre personnalité. Forensic montre d'ailleurs un roupe moins influencé par Suffocation que sur l'album précédent même s'il en garde tous les bons côtés. A savoir un groove typiquement new-yorkais (le New-Jersey, c'est juste à côté après tout!) où la basse de Ron Steinhauer est toujours bien placée, un nombre de riffs par morceau qui suffit en général à un groupe pour pondre tout un album et des changements de rythme en pagaille allant d'une bonne louche de lourdeur catchy ("My Mind Bleeds Tragedies", "Insect To Flesh", "Monkey Cage", "Beyond Forensic Knowledge", "Razor Slice Decor", "Brutalized And Defiled") à des salves de blasts dévastatrices ("Insect To Flesh", "Chronicles", "Brutalized And Defiled", "Driven Into Hysterics"). Et sur cette base groove/brutalité, Mortal Decay ajoute de la mélodie par quelques leads la plupart du temps sombres ("Insect To Flesh", "Monkey Cage") ou des soli proprement excellents ("Insect To Flesh", "Chronicles", "Beyond Forensic Knowledge", "Driven Into Hysterics") offerts par la talentueuse paire de guitaristes Joe Gordon/John Hartman. MDK nous propose même en sixième position un superbe instrumental mi-acoustique mi-électrique, "Recollections", histoire de nous permettre de souffler un peu. Mais les Américains ne s'arrêtent pas là et au-delà du ratio riff/morceau élevé ou des nombreux changements de rythme, ils se payent le luxe de nous jouer quelques passages bien techniques aux rythmiques aventureuses et au feeling presque jazzy (le meilleur exemple se trouvant sur "Beyond Forensic Knowledge"). On peut noter notamment le talent du batteur Anthony Ipri, inventif et à l'aise sur tous les tempi.

Autant dire que les neuf morceaux de ce Forensic sont d'une richesse surprenante, l'album étant le plus personnel et varié de la discographie de Mortal Decay. Mais il y a toujours en fil rouge cette brutalité catchy qui permet de ne jamais dériver. Rien est à jeter ici, le combo faisant preuve d'un talent de composition extrêmement rare. Et sur ces titres jouissifs et géniaux, vient se greffer la putain de voix de John Paoline qui donne encore plus de singularité à MDK. Le bonhomme couvre un panel assez large entre chant grave et shriek (aidés dans ce domaine sur "Monkey Cage" et "Razor Slice Decor" par Darryl Rapp de Vicious Circle) mais ce sont surtout ses vocalises gutturales presque parlées, complètement atypiques, qui retiennent l'attention et quand le bonhomme fait le "evil laughter" en intro de "My Mind Bleeds Tragedies", ça le fait méchamment! La seule comparaison possible serait avec Antti Boman de Demilich, et encore. En ce qui concerne les paroles par contre, on reste dans le classique avec des lyrics aux thèmes gores médico-légaux (d'où le titre de l'album).

Classique, tout ce que n'est pas ce Forensic. Enfin si, car pour moi, c'est vraiment un putain de classique! Que des hymnes ici, pas de temps mort et un Mortal Decay qui s'affranchit de ses influences en proposant un death metal brutal, groovy, technique, original, personnel et aux ambiances sombres. Un pur régal pour tout amateur de DM en manque de groupe à fort caractère. Alors ne passez plus à côté de MDK et procurez-vous d'urgence ce petit bijou.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Nathan citer
Nathan
06/12/2009 18:35
La voix en elle même ne me dérange pas, le problème vient surtout du fait que le chant est exagérément sur-mixé ! Non ?
Ander citer
Ander
05/12/2009 11:32
note: 8.5/10
Idem, j'ai du mal à savoir si j'accroche ou pas, je trouve que les grattes manquent de patate, et la voix est quand même assez éloigné de mes standarts...

Possible que je me prenne la disco' un de ces quatre lors d'une commande pour vérifier si Keyser est un illuminé ou un sagouin.. Sourire
Sunn0)) citer
Sunn0))
05/12/2009 11:11
les vocaux me dérangent, mais j'arrête pas d'écouter l'extrait. Hum si je trouve.... ca se peut que jcraque.
DR.Jkl citer
DR.Jkl
04/12/2009 16:47
Razor Slice Decor est sympa. C'est groovy et varié, et les vocaux ne me gênent pas.
Yz citer
Yz
04/12/2009 00:17
C'est spécial quand même mais j'aime bien, les vocaux me dérangent pas vraiment...
Keyser citer
Keyser
03/12/2009 22:06
note: 9/10
Ah c'est sûr, les vocaux de Paoline ne sont pas pour tout le monde. Moi qui ait pourtant une tolérance limitée pour certaines voix trop "poussées" dans le brutal death, je trouve que le Johnny se démarquait bien sans être ridicule! Si le bonhomme vous pose problème, vous pouvez toujours écouter le 1er album Sickening Erotic Fanaticism avec un chant plus "normal" mais moins personnel aussi. Ou l'album Cadaver Art aussi (le dernier en date) mais là c'est la musique qui est plus commune et moins inspirée.
Mitch citer
Mitch
03/12/2009 21:55
Mon dieux ces vocaux ! Mort de Rire
von_yaourt citer
von_yaourt
03/12/2009 21:48
Un groupe toujours resté dans l'ombre surtout parce que ça a toujours été un second couteau avec des vocaux horribles et une brutalité trop contenue !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mortal Decay
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (3)  5.61/10

plus d'infos sur
Mortal Decay
Mortal Decay
Brutal Death - 1991 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   My Mind Bleeds Tragedies
02.   Insect To Flesh
03.   Chronicles
04.   Monkey Cage
05.   Beyond Forensic Knowledge
06.   Recollections
07.   Razor Slice Decor
08.   Brutalized And Defiled
09.   Driven Into Hysterics

Durée : 46'05

line up
voir aussi
Mortal Decay
Mortal Decay
The Blueprint For Blood Spatter

2013 - Comatose Music
  

Essayez aussi
Solekahn
Solekahn
Nightlights

2013 - Mighty Music
  
Gorguts
Gorguts
Considered Dead

1991 - Roadracer Records
  
Nominon
Nominon
Diabolical Bloodshed

1999 - X-Treme Records
  
Sabbatory
Sabbatory
Endless Asphyxiating Gloom

2014 - Unspeakable Axe Records
  
Tormented
Tormented
Death Awaits

2013 - Listenable Records
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast