chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
69 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Laethora - March of the Parasites

Chronique

Laethora March of the Parasites
Unique side project d'un membre de Dark Tranquillity à ce jour, Laethora est le bébé de Niklas Sundin, guitariste et graphiste émérite de son état. C'est à lui que l'on doit le premier contact avec « March of the Parasites », cette pochette qui met tout de suite mal à l'aise et semble bien éloignée des canons du Death Metal (si vous voulez de la pochette DM clichée, il y a l'embarras du choix sur Thrasho). Un petit coté Tim Burton sous LSD, vous ne trouvez pas ?
Sundin s'est entouré pour ce projet de membres de feu The Provenance, un groupe de Gothique / Doom qui n'a semble-t-il pas marqué les esprits (le nom me parle mais sans plus) pour toutes les activités annexes : batterie, seconde guitare et basse ; le chant étant assuré par un illustre inconnu qui gagne cependant à l'être, connu, car le gus possède un sacré coffre : Jonatan Nordenstam.

De prime abord, Laethora semble ainsi plutôt classique dans son approche, très influencé par la scène Suédoise des années 90, tirant son inspiration en droite ligne des Entombed, Unleashed et autres Grave. Riffs bien gras, une production très sèche et proche du son véritable des instruments (la batterie sonne vraiment…comme une batterie), on perçoit d'office une volonté de ne pas s'entourer d'artifices de production, et c'est tant mieux. Le début d'album nous conforte dans cette idée, du brutal démarrage de « Parasite » et « Revolution At Hand » au plus nuancé « Clothing for the Dead » : Laethora serait un groupe de plus, faisant du Death Metal à l'ancienne, plutôt bien d'ailleurs (superbes vocalises bien rauques de Jonatan Nordenstam). On note bien quelques dissonances ici et là, quelques riffs qui surprennent pour du DM, mais rien qui ne justifie le changement d'étiquette.

Et pourtant, une fois passé le trio de tête, quelque chose commence à se dégager de cet album, quelque chose d'autre qui justifie de compléter un peu l'avis initial : la fausse brutalité d' « Imposters », qui démarre comme un titre essentiellement mélodique avant de sombrer vers les bas fonds de la BPM attitude, est en fait une antichambre vers ce qui constitue le cœur de l'album : des titres passablement malsains, résolument sombres et oppressants, qui n'ont plus rien en commun avec cette étiquette de groupe de DM de seconde zone qu'on voulait bien lui coller. « Black Void Remembrance », le somptueux « The Scum of Us All » qui n'a rien à envier au plus malsain des mid-tempos du roi Morbid Angel, « Facing Earth », qui joue sur deux tableaux à la fois, Death et Sludge... Véritable revirement de situation et élément justifiant un regain intérêt pour auditeurs blasés, « March of the Paradiste » tire son épingle du jeu sur sa seconde partie en révélant son jeu : tel une poupée russe musicale, derrière son habillage Death Metal se cache des ambitions plus proches du Doom, du Sludge, et des titres vraiment habités, malsains et torturés qui font vite oublier l'efficace mais conventionnel trio ouvrant l'album. Mention spéciale à « The Scum of Us All », qui fout vraiment les chocottes, et « Black Void Remembrance », dont le court passage en chant clair semble aussi désespéré qu'une chanson quelconque de The Great Deceiver…ou qu'un supporter du PSG ayant mise gros sur une victoire de son équipe.

Une dualité intéressante, voilà ce que l'on retiendra de ce premier opus de Laethora. Sans pour autant crier au chef d'œuvre, car il manque cette étincelle de génie qui ferait de « March of the Parasites » une référence à ne pas louper, dans un genre ou dans l'autre. Disons que la démarche est intéressante, et que la surprise est de taille, vu le background plutôt « très très mélodique » de ses instigateurs. A l'écoute du dissonant « Y.M.B », on aurait pourtant du mal à se dire que ce sont des ex-The Provenance / Dark Tranquillity aux manettes… Laethora aura en tout cas attisé ma curiosité, et je porte de gros espoirs sur leur futur effort discographique, prévu pour début 2010. Espérons que leurs démons les tourmentent au moins autant que pour cet album, portant ainsi les fruits d'un album encore plus joyeusement torturé..

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Chris citer
Chris
23/12/2009 20:36
note: 7.5/10
von_yaourt a écrit : J'ai vu certains comparer ce groupe à Lost Soul, quelle blague !

En effet, ça n'a rien à voir! Sourire
von_yaourt citer
von_yaourt
23/12/2009 14:23
D'accord avec Dark Nico, groupe fade, sans personnalité et qui manque d'accroche. Ce groupe ne fait rien qui ne soit mieux fait ailleurs... J'ai vu certains comparer ce groupe à Lost Soul, quelle blague !
Dark Nico citer
Dark Nico
23/12/2009 14:15
note: 5/10
Franchement pas grand chose à retenir, un disque qu'on écoute une ou deux fois et qu'on oublie aussitôt...
Barak citer
Barak
23/12/2009 13:25
note: 7/10
Pas mieux...
Ikea citer
Ikea
23/12/2009 12:26
note: 7/10
Pareil que le monsieur du dessous !
LostSon citer
LostSon
23/12/2009 10:25
note: 7.5/10
Un disque sympathique: classique, mais relativement efficace.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Laethora
Death Metal
2007 - The End Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (5)  6.9/10
Webzines : (2)  6.82/10

plus d'infos sur
Laethora
Laethora
Death Metal - 2005 - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   Parasite
02.   Clothing for the Dead
03.   Revolution at Hand
04.   Impostors
05.   Black Void Remembrance
06.   Repulsive
07.   The Scum of Us All
08.   Y.M.B
09.   Warbitrary
10.   Facing Earth

line up
parution
26 Février 2007

Essayez aussi
Preludium
Preludium
Raping Mankind Disorder

2008 - Redrum 666
  
Binah
Binah
Hallucinating In Resurrecture

2012 - Dark Descent Records
  
Obituary
Obituary
Cause Of Death

1990 - Roadrunner Records
  
Lost Soul
Lost Soul
Genesis XX: Years of Chaoz (Compil.)

2013 - Witching Hour Productions
  
Immolation
Immolation
Failures For Gods

1998 - Metal Blade Records
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique