chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Comecon - Megatrends in Brutality

Chronique

Comecon Megatrends in Brutality
« Comme des connes? C'est un remake du « tube » de Mickaël Youn par les Vamps?
- Non Papy: le monsieur t'a dit Co-me-con! Tu as encore dû confondre ton sonotone et les boules de geisha de Mamie ma parole ...»

C'est sûr qu'il faut être vieux pour avoir pu apprécier « Megatrends in Brutality », le premier album de Comecon, dès sa sortie. Déjà 18 ans nom de nom! Et une écoute régulière de celui-ci pourrait fort bien – après tout ce temps – avoir provoqué une baisse de l'acuité auditive du papy sans qu'il lui ait fallu par ailleurs s'enfiler des machins et des trucs pas clairs dans le creux de l'oreille, bougre de petit galopin!

Il y a 18 ans donc, peu de temps après la sortie des premiers albums des 4 mousquetaires de la 1ere vague du death metal suédois (Entombed, Unleashed, Dismember et Grave pour les incultes et les jeunots), tout un tas de groupes venait s'agglutiner sur les bancs des Sunlight Studios, célèbre institut où le Professeur Thomas Skogsberg dispensait alors ses cours du soir. On était alors loin de parler de revival, comme c'est le cas aujourd'hui. Non, cet afflux se faisait alors dans la fièvre de l'instant, dans l'enthousiasme de ce son nouveau et bourbeux, qui vous bourdonnait agréablement dans les chaussettes et tâchait la tablier comme jamais auparavant. Et bien sûr, Comecon était de ceux là. Et histoire de pousser un peu plus loin l'affiliation avec cette scène, les guitaristes Rasmus Ekman et Pelle Ström, véritables têtes pensantes du groupe, avaient embauché pour ce premier essai longue durée ni plus ni moins que Lars Göran Petrov, grogneur en chef chez Entombed, momentanément laissé sur la touche pour des raisons X et Y que je vous laisse le soin d'aller vérifier par vous-mêmes. Pour compléter le line-up, le duo de gratteux s'était partagé le gratouillage de la basse, et avait confié la batterie … à une bonne vieille boite à rythme! Sauf que le boulot s'est révélé tellement bien foutu que le groupe a été jusqu'à faire poser un pote – temporairement rebaptisé Anders Green pour la circonstance – sur la photo figurant dans le livret de l'album afin d'étouffer dans l'œuf tout soupçon et d'éviter de faire fuir les plus sensibles des poilus amateurs de décibels organiques.

Si la prod de « Megatrends in Brutality » est bien inscrite dans la tradition de son époque et de sa localisation géographique, le résultat est un poil moins fangeux, un poil plus rock, plus sec, plus punk, et finalement pas si éloigné que ça des plus enlevés des titres des tous premiers Unleashed. Les morceaux sont simples, directs, hargneux et on a parfois l'impression d'entendre une version crusty de Entombed. Quand Comecon fonce tête baissée – ce qui arrive quand même très souvent – ça s'emballe assez vite, et chose pas si fréquente que ça pour l'époque, le groupe nous gratifie de bons petits blasts des familles. Et quand l'humeur n'est pas au bourrinage franc du collier, Comecon sait aussi se faire un brin plus chaotique, dans une veine assez Morbid Angelienne (toutes proportions gardées), avec même les petits solos hystériques de circonstance (« Wash Away The Filth », « Teuton Tantrums », « Conductor Of Ashes »). Mais le groupe sait aussi visiter d'autres registres et se faire plus rampant (sur le démarrage de « Omnivorous Excess »), plus pesant (en ouverture de « Slope »), voire donner dans le mid joyeusement grassouillet (sur « Armed Solution »). Fort de tout cela, Comecon nous livre un album sympathique, doté notamment d'une très bonne première moitié et d'un excellent « Omnivorous Excess », petite perle de death old school qui ne néglige pas les atmosphères et sait insuffler des mélodies là où ce genre de choses s'insuffle quand on sait y faire.

Mais bon, soyons clair, je vous mentirais si je ne vous brossais qu'un tableau idyllique de ce premier essai. En effet, mis à part une certaine répétitivité sensible entre autre sur les démarrages de morceaux (bonjour le copier/coller/altérer sur les débuts de « The Dog Days », « Wash Away The Filth », « The Mule » et « Conductor Of Ashes ») – que l'on pardonne aisément parce que c'est du tout bon –, on déplore quand même quelques pistes franchement moins inspirées. Ainsi « Armed Solution » est vraiment grassouillet et pataud, et l'alliance contradictoire de sa pesanteur un peu gauche avec ces « chœurs » du pauvre et ces quelques leads joyeux donne l'impression d'écouter un vieux Winter qui se serait torché à l'Oktober Fest. De son côté « The Future Belongs To Us » fait dans le trop simpliste, et « Conductor Of Ashes », malgré un démarrage bien énergique, ne tient pas ses promesses. Le pire, c'est ce « Ulcer » poussif, accidenté et somme toute assez peu agréable qui conclut l'album sur une touche un peu amère, heureusement contrebalancée par une poussée punky libératrice en son milieu.

Même si tout n'est pas rose sur ce premier album, il est bon, à l'heure où la mode est au « plus old school que moi, tu sombres dans le ridicule régressif » de se rappeler qu'il reste de bons petits skeuds de l'époque à explorer, avant de crier famine et de se ruer sur le premier revivaliste venu. D'autant que le groupe a sorti encore deux autres skeuds par la suite – avec deux autres grogneurs tout aussi célèbres. On en reparle sous peu …

PS: pour ceux qui auraient le CD original, l'ordre des morceaux affiché au dos de celui-ci ne reflète pas l'ordre réel des titres. La liste affichée à droite de la chronique, elle, respecte la vraie séquence.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
18/01/2010 13:29
note: 7/10
Sympathique et souvent efficace mais pas tout le temps très inspiré. Je trouve les riffs assez communs au final, de même que les solis, acceptables sans plus. Heureusement qu'il y a Lars-Göran pour réhausser le niveau.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Comecon
Death metal
1992 - Century Media
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (3)  6.6/10

plus d'infos sur
Comecon
Comecon
Old school "experimental" death metal - 1989 † 1995 - Suède
  

tracklist
01.   The Dog Days
02.   Wash Away The Filth
03.   Slope
04.   Teuton Tantrums
05.   The Mule
06.   Armed Solution
07.   The Future Belongs To Us
08.   Conductor Of Ashes
09.   Good Boy Benito
10.   Omnivorous Excess
11.   Ulcer

Durée : 40:14

line up
voir aussi
Comecon
Comecon
Converging Conspiracies

1993 - Century Media
  

Essayez aussi
Unleashed
Unleashed
Across The Open Sea

1993 - Century Media
  
Pyrexia
Pyrexia
Feast Of Iniquity

2013 - Unique Leader Records
  
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Return Of The Black Death

2004 - Moribund Records
  
Vorage
Vorage
Vorage (Démo)

2015 - Hellthrasher Productions
  
Triumvir Foul
Triumvir Foul
Spiritual Bloodshed

2017 - Invictus Productions
  

Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique