chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
56 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Antimatter - Leaving Eden

Chronique

Antimatter Leaving Eden
A cause d'un épisode raté avec Anathema dans ma jeunesse, il m'aura fallu pas mal de temps pour me pencher de nouveau sur la discographie des anglais, redécouvrant avec délectation leur période post "Eternity". Le groupe a su négocier le départ de son principal compositeur Duncan Patterson après "Alternative 4" et se renouveller, parvenant à accoucher de perles telles que "Judgement" ou "A Fine Day To Exit". Et le petit Duncan a visiblement la bougeotte : à peine réfugié dans son projet Antimatter fondé avec Mick Moss, il décide de partir pour de nouvelles aventures après leur troisième album "Planetary Confinement" (2005). A l'époque, je pense qu'on ne donna pas cher de la peau de ce groupe, alors représenté uniquement par le pauvre Mick, seul à bord du navire. Ce quatrième album était donc l'occasion rêvée pour ce dernier de prouver que tout comme Anathema, Antimatter pourrait se relever du départ de Mr. Patterson. Et il n'a pas fait les choses à moitié.

"Leaving Eden" est un album qui ne paie pas de mine. On pense avoir tout assimilé de son rock mélancolique aux premières écoutes, un style à priori plutôt facile d'accès et on se rend vite compte au fil du temps que l'on s'était complètement planté. Il y a peu, je me souviens encore me plaindre du côté pleurnichard du chant, des prétendues fautes de goût de certaines sonorités ou de la monotonie des tempos... Comme quoi, on peut vraiment passer à côté d'une merveille si on n'y prête pas plus attention.

Ce quatrième album d'Antimatter s'inscrit dans une direction musicale bien définie. Le style pratiqué par Mick Moss est cadré et ne s'aventure pas en dehors de ses limites, oscillant alternativement entre un rock lourd, grave et plaintif, et un rock acoustique plus mélancolique. Chaque titre revêt systématiquement l'une ou l'autre de ces caractéristiques, par exemple "Redemption", "Another Face in the Window" ou "The Freak Show" pour la première, "Ghosts", "Conspire", "Fighting for a Lost Cause" pour la seconde. Côté inspiration, Mick puise sans mesure dans le rock progressif des années 70, aussi bien au niveau des sonorités que des ambiances... Je m'aventurerais même à citer Pink Floyd au risque de tomber à côté de la plaque (je n'ai pas la prétention d'être un connaisseur du genre). Ainsi, la musique d'Antimatter prend le temps de se poser, d'installer ses tristes atmosphères, planantes et lancinantes à travers des compositions où les guitares et le chant se partagent les émotions, appuyés par des nappes de claviers subtiles, enrichissant grandement l'ensemble. Mick joue également beaucoup sur un certain minimalisme instrumental pour donner de la profondeur à ses morceaux : chant, guitare, claviers et violon se succèdent au premier plan sans se bousculer, laissant s'exprimer toute la richesse de leurs lignes mélodiques. Aux côtés de Moss entre autres, puisque je vous parlais d'Anathema en introduction, on retrouve un certain Danny Cavanagh qui a ajouté sa graine et apporte notamment à cet album des solos à pleurer, ceux de "The Immaculate Misconception" et de la chanson éponyme en tête.

Avec une note pareille, vous deviez vous en douter : le travail de composition est remarquable. On pourrait reprocher à "Leaving Eden" de rester dans les mêmes tempos et structures, usées ici jusqu'à l'os mais les mélodies sont tellement magnifiques et l'ensemble tellement poignant qu'il serait injuste de lui en tenir rigueur. Et de ces 47 minutes, rien n'est à jeter. Chaque seconde est emprunt d'une débordante sincérité faisant de chaque titre une ode au désespoir. Et contrairement à bon nombre de formations, Antimatter ne s'appuie pas uniquement sur la magnifique voix de son chanteur, les 2 instrumentales "Landlocked" et "The Immaculate Misconception" figurant parmi les meilleures pièces de l'album, aux côtés des incontournables "Another Face In A Window" et "Leaving Eden" en ce qui me concerne.

Alors certes, Antimatter ne réinvente rien et ne cache pas de ses influences. Sans prétention, ce quatrième album n'a pour but que de déverser toute la mélancolie de son géniteur à travers ses trois quarts d'heure. Pari réussi pour le solitaire Mick qui parvient sans mal à nous entrainer dans les tourments de son être, nous délivrant un des albums les plus touchants qu'il m'ait été donné d'écouter ces dernières années. A consommer sans modération, tant que vous tenez le coup.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
04/03/2010 21:51
note: 8.5/10
Comme dit plus bas, je conseille "Planetary Confinement". Le reste me plait moins et est tout autre chose que "Leaving Eden", de l'ambiant tristounet...
donvar citer
donvar
04/03/2010 21:09
note: 8.5/10
Wow quelle merveille cet album, l'extrait présent ici m'a donné envie de télécharger l'album, et c'est mon prochain achat!
Que vaut le reste de la discographie?
Ikea citer
Ikea
28/02/2010 15:47
note: 8.5/10
Tout à fait d'accord avec la chronique !

J'ai une légère préférence pour le précédent (faudra voir qui s'en occupe) mais rien que pour "Ghost" ou "Conspire", cet album vaut sa note !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Antimatter
Rock mélancolique
2007 - Prophecy Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8.5/10
Webzines : (20)  8.35/10

plus d'infos sur
Antimatter
Antimatter
Rock/folk mélancolique - 1997 - Royaume-Uni
  

écoutez
tracklist
01.   Redemption
02.   Another Face In A Window
03.   Ghosts
04.   The Freak Show
05.   Landlocked
06.   Conspire
07.   Leaving Eden
08.   The Immaculate Misconception
09.   Fighting For A Lost Cause

Durée : 47 min.

line up
parution
20 Avril 2007

voir aussi
Antimatter
Antimatter
Fear of a Unique Identity

2012 - Prophecy Productions
  
Antimatter
Antimatter
Welcome to the Machine / Too Late (EP)

2016 - Music in Stone
  
Antimatter
Antimatter
The Judas Table

2015 - Prophecy Productions
  

Essayez aussi
Ghost Brigade
Ghost Brigade
Until Fear No Longer Defines Us

2011 - Season Of Mist
  
Paradise Lost
Paradise Lost
Symbol Of Life

2002 - Gun Records
  
Green Carnation
Green Carnation
The Quiet Offspring

2005 - Season Of Mist
  
Katatonia
Katatonia
Dead End Kings

2012 - Peaceville Records
  
The Gathering
The Gathering
The West Pole

2009 - Psychonaut Records
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique