chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Body Count - Born Dead

Chronique

Body Count Born Dead
Body Count, pour les non-initiés, est le groupe de metal du rappeur Ice-T. Entièrement composé de membres provenant de South-Central et Compton, les 2 principaux ghettos de Los Angeles, le groupe délivre un Thrash old-school assez personnel, surtout du point de vue des ambiances et des paroles. Alors que le premier et excellent album éponyme était fortement teinté de Hip-Hop, celui-ci se concentre plus sur le coté Metal de la musique.

L'album début par le titre Body M/F Count, cour titre avec des riffs simples mais efficaces répétés en boucle sur fond de double pédale bien sentie, les paroles sont de même nature que les riffs et quelques samples (radio et sirènes de police surtout) viennent agrémenter le tout, ce qui nous fait donc une sympathique entrée en matière. S'ensuit alors le titre Masters Of Revenge, les riffs sont lourds et bien trouvés et Ice-T éructe ses paroles d'une manière convaincante et en parfaite adéquation avec la musique. Killing Floor est un morceau dans l'esprit du premier, cour et basique mais très efficace. On enchaîne ensuite sur Necessary Evil, bien thrash et rapide, avec une bonne rythmique et des riffs excellents, un solo de la même trempe, tandis que Ice-T débite ses paroles comme un dingue, avec un phrasé rappé bien approprié, très bon morceau.

Drive-By possède les mêmes caractéristiques que Body M/F Count et Killing Floor, mais il est encore plus cour, rapide et hargneux, ça fait plaisir à écouter. Last Breath comment par un cour sample tiré de Psychose de Hitchcock, on enchaîne sur une courte intro aux guitares inquiétantes, puis la chanson commence, un petit passage bien agressif sur fond de double pédale, la voix de Ice-T se fait mélodique sur le refrain et haineuse sur le couplet, et les riffs sont mid-tempos, lourds, angoissant, et toujours bien trouvés, vraiment expressifs.

Vient alors une très bonne reprise de Hey Joe de Jimi Hendrix, interlude mélodique et aéré dans ce monde triste et violent, un morceau très réussi. Shallow Grave est dans la lignée de Masters Of Revenge, avec une bonne rythmique bien lourde. Des samples de bruits de guerre viennent appuyer cette dénonciation des conflits. Le refrain est plus mélodique et assez beau.
Surviving The Game commence pendant 2 minutes par des riffs faisant penser à du vieux Anthrax, puis vient le riff principal, glauque, noir et désespéré, Ice-T assène ses paroles désabusées («our simple existence means nothing ») d'une voix tragique et fataliste, la suite est bien speed, avec des riffs toujours tranchants et haineux, bien dans un esprit thrash old-school énervé.

Who Are You est un titre sympa, du bon metal bien fait, avec des bons solos et des riffs bien trouvés. Vient ensuite Street Lobotomy, pure furie thrash de 2 minutes 30, avec un solo génial et des paroles tripantes. Enfin l'album se finit sur le très bon Born Dead, avec une rythmique basse/batterie et des riffs répétés en boucle tout le long de la chanson, créant ainsi une certaine atmosphère, tandis que le break est excellent.

Il faudra remarquer le talent des musiciens : Beatmaster V à la batterie (aujourd'hui mort d'une leucémie) assure ses parties de très bonne manière et sait manier la double avec dextérité, les riffs de Ernie-C sont souvent simples mais toujours efficaces et percutants, Ice-T à une bonne voix particulière et bien chantée, et tous les musiciens savent gérer comme ils le faut les breaks et changements de rythmes inhérents au style.

De même les paroles de Ice sont bien écrites, parfois assez tripantes (Last Breath, où il se prend pour un serial killer, Street Lobotomy et ses histoires de drogues, …), mais la plupart du temps haineuses et enragées, dénonçant les travers de la société actuelle (racisme, guerre, exclusion, …).
Les principaux défauts de ce disque sont une production pas assez puissante, qui aurait pu pousser l'agressivité du groupe un cran au-dessus, et qui ne laisse pas assez de place à la basse en général. Enfin il faut signaler que musicalement le groupe officie majoritairement dans un registre Thrash old-school, avec cependant des influences Hip-Hop au niveau du chant, et qu'il est préférable d'être réceptif au genre pour apprécier.

Enfin si vous désirez acheter le disque, sachez qu'il est sorti en édition limitée (que je possède, achetée à 9 euros … oui je suis un gros veinard) avec un deuxième cd contenant 5 titres d'une leur prestation à Glasgow, dont une version incendiaire et hallucinante de Born Dead, ainsi que les terribles Bowel Of The Devil et There Goes The Neighborhood.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Body Count citer
Body Count
13/08/2005 18:42
note: 10/10
Le meilleur album de BC !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Body Count
Thrash avec des influences Hip-Hop
1994 - Virgin Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (5)  8/10
Webzines : (3)  5.22/10

plus d'infos sur
Body Count
Body Count
Thrash avec des influences Hip-Hop - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Body M/F Count
02.   Masters Of Revenge
03.   Killin' Floor
04.   Necessary Evil
05.   Drive By
06.   Last Breath
07.   Hey Joe
08.   Shallow Graves
09.   Surviving The Game
10.   Who Are You
11.   Street Lobotomy
12.   Born Dead

line up
voir aussi
Body Count
Body Count
Body Count

1992 - WEA
  

Ritual Death
Ritual Death (EP)
Lire la chronique
The Wakedead Gathering
Fuscus: Strings Of The Blac...
Lire la chronique
Jex Thoth
Blood Moon Rise
Lire la chronique
Morbid Saint
Spectrum Of Death
Lire la chronique
Blood Ceremony
Lord of Misrule
Lire la chronique
Isolert
No Hope, No Light...Only Death
Lire la chronique
Ghold
PYR
Lire la chronique
Gruesome
Dimensions Of Horror (EP)
Lire la chronique
Teloch
Thus Darkness Spake
Lire la chronique
Pseudogod
Sepulchral Chants (Compil.)
Lire la chronique
First Fragment
Dasein
Lire la chronique
En mai fais ce qu'il te plait
Jouer au blindtest
Heimsgard
Ordrag
Lire la chronique
Essence
Prime
Lire la chronique
Suspiral
Delve Into The Mysteries Of...
Lire la chronique
Gebrechlichkeit
Aphorismen der Angst
Lire la chronique
Brame
La nuit, les charrues...
Lire la chronique
Roadburn Festival 2016 - 1er Jour
Black Mountain + Converge +...
Lire le live report
Reptilian
Perennial Void Traverse
Lire la chronique
Deströyer 666
Wildfire
Lire la chronique
Opium Warlords
Live at Colonia Dignidad
Lire la chronique
Baalsebub
Procedure Of Emasculation (EP)
Lire la chronique
Head of the Demon
Sathanas Trismegistos
Lire la chronique
L'Instant Sakrifiss
Lire le podcast
La photo mystère du 7 Mai 2016
Jouer à la Photo mystère
Anata
Dreams of Death and Dismay
Lire la chronique
Near
Own Sun
Lire la chronique
Glorior Belli
Sundown (The Flock That Wel...
Lire la chronique
Grave Miasma
Endless Pilgrimage (EP)
Lire la chronique
Lustravi
Cult of the Blackened Veil
Lire la chronique