chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
39 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Graveland - Thousand Swords

Chronique

Graveland Thousand Swords
Le deuxième album de GRAVELAND, sorti en 1995, s'intitule Thousand Swords et a pu inspirer nombre de combos pratiquant aujourd'hui ce qu'on appelle couramment « Black Metal Païen ». Cette étiquette revient à tout bout de champ quand il s'agit de groupes comme GRAVELAND en premier lieu, groupe qui est lui-même inspiré par le compositeur Quorthon de l'entité BATHORY. Thousand Swords, album mythique s'il en est, est une bonne illustration de ce que l'on désigne couramment par « Paganisme », notion qui prend ici un double sens : musical, d'une part, avec le développement d'une musique aux relents « folkloriques » exprimés par des claviers habilement parsemés, jouant des airs inspirés par le panthéon mythologique nordique, notamment, et idéologique, d'autre part : le visuel, les paroles tournent autour du thème de la « vengeance », de la « revanche » : la restauration des polythéismes anciens ravagés par le christianisme, un des chevaux de bataille du compositeur de la musique et des paroles de ce groupe mythique, Rob Darken. Associé au batteur Capricornus (INFERNUM, THOR'S HAMMER) depuis 1993 et ce jusqu'à Immortal Pride en 1998, l'homme derrière GRAVELAND développe avec son groupe une idéologie empreinte d'occultisme « völkisch » et de nationalisme, exploitant un artwork sulfureux très guerrier, avec une référence au visuel viking, et produit une musique retranscrivant cette ambiance guerrière et épique exprimée par un Black Metal des plus haineux, comme sur ce Thousand Swords dans lequel l'idéologie prend une grande place.

Et cette idéologie sert d'une façon très appréciable la musique : catalysée par la haine viscérale que veut exprimer Darken à travers ses paroles primitives ("Blood Of Christians On My Sword", "Black Metal War"), véritables « harangues » aux guerriers anciens invoqués ici par le compositeur, elle se veut violente, épique, et représente à merveille une atmosphère de batailles légendaires face au « christianisme » contre lequel s'élèvent les 9 morceaux de cet album. Un album plein de spontanéité et de fougue, sa production restant plutôt précaire, à l'image du son assez grésillant des guitares de Darken ou du son assez peu travaillé de la batterie de Capricornus.
Un son assez « true » en somme, pouvant faire reculer l'auditeur non habitué ; mais ce son « précaire » a un réel charme à mes yeux et restaure dignement une ambiance « jouissive » en matière de Black Metal, celle des années 1990 et des productions « petits bras ». De plus, ce son donne à l'album un aspect « naturel », faisant ressortir toute la mélodie très pregnante de ses compositions ; en effet, pas besoin de grands moyens pour aller à l'essentiel, avec cet album dans lequel une ambiance « païenne » judicieusement exprimée par des claviers habiles pénètre nos cages à miel, qui en redemandent. Dans ce Thousand Swords le multi instrumentiste qu'est Darken n'abuse jamais de cet instrument qu'il use avec parcimonie et raison : comme exemple révélateur, les quelques touches de cuivres au début de « The Time Of Revenge » associées à une certaine mélancolie jouée à la guitare viennent réellement séduire l'auditeur, qui ressent avec la présence du cor une ambiance ressemblant à un véritable « appel » guerrier de la part du groupe. La guitare a elle aussi un côté séduisant, recherchant toujours une osmose entre mélodie et primitivité, privilégiant un côté Black Metal primitif inspiré par les premiers BATHORY mais cherchant aussi, et c'était relativement novateur à l'époque, une mélodie sonnant « folklorique », comme sur « The Dark Battlefield » où le charme « païen » de cet album est poussé à son paroxysme avec sa mélodie transcendante, qui ne s'essouffle pas une seule seconde. Les plans de guitare de Darken s'aventurent aussi vers une forme de mélancolie lorsque débute le premier arpège de l'album, celui de « Blood Of Christians On My Swords», après une intro par ailleurs bien travaillée sans égaler pour autant la magnifique intro de l'album précédent, Carpathian Wolves. La voix de Darken est quant à elle assez caverneuse, assez étouffée et grave pour une voix Black, mais ayant toujours en travers de la gorge un cri de haine à pousser, comme dans le morceau « The Time of Revenge » ou des cris aigus remplis d'une haine viscérale, revenants à plusieurs reprises, apportent une ambiance malsaine fort appréciable là encore.

Cette fougue toujours perceptible a néanmoins quelques défauts, que l'on peut bien sûr voir comme des défauts de jeunesse : la batterie de Capricornus, notamment, a un aspect très « amateur », se perdant parfois dans des breaks hasardeux et pas vraiment calés. Les compositions, s'ils elles ont chacune une réelle puissance émotionnelle et s'ils elles ont, prises individuellement, un attrait qui les différencient les unes des autres, ne sont pas forcément très variées. Mais la musique de GRAVELAND n'est pas forcément très variée de toute façon, même si cet aspect a pour énorme avantage de ne jamais décevoir le fan. Et cet album se situe, en prenant en compte cette perspective, en haut du panier dans tous les cas.
En outre, certains clichés ne sont pas évités : un clavier aux airs certes « païens », entrainants, mais ayant, je pense, pour d'autres oreilles que les miennes, un aspect emphatique et clichesque : je pense aux airs épiques qui ne feront sans doute pas taper du pied tout le monde, même si cet instrument est encore une fois réduit à un aspect minimaliste. En définitive, GRAVELAND sera toujours un groupe qui plaira aux fans tout en laissant les autres de côté, sceptiques, voire même moqueurs. Et cet album, s'il fait largement partie des meilleurs du groupe, n'échappe pas à cette règle tyrannique. Un album à posséder pour les fans, à découvrir pour ceux qui ne sont pas encore conquis par le groupe et méprisé par les incultes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
KFD
23/03/2012 08:49
Rectification du line-up: tu as oublié Karcharoth à la basse.

Sinon je considère Thousand Swords comme un des meilleurs albums BM jamais enregistrés, malgré son défaut majeur: la systématique structure ABCABC inhérente au black polonais.
Sunn0)) citer
Sunn0))
28/03/2010 15:13
note: 9.5/10
le meilleur graveland et le meilleur album de pagan (avec in the raven's shadow d'himinbjorg qui est beaucoup plus atmosphérique ) ici c'est la guerre, la haine, je sais même pas quoi dire en faite...
Ah si au passage chronique talentueusement écrite, tu parles beaucoup de la forme en réussissant à bien retranscrire le fond, bravo !
Momos citer
Momos
23/03/2010 14:25
NightSoul a écrit : J'ai vraiment du mal avec le metal pollack... Faudra que je réessaie un de ces quatres

Et Lost Soul, tu n'aimes pas?
Sinon j'ai toujours pas écouté ce groupe mais ce sera une erreur vite réparée.
citer
Schwarzwolf88
23/03/2010 10:34
Un Album Culte a mes yeux . Quoi de mieux que cette chronique pour illustrer ce chef d'oeuvre.
Chris citer
Chris
23/03/2010 09:07
Chronique éditée Clin d'oeil
NightSoul citer
NightSoul
23/03/2010 01:24
J'ai vraiment du mal avec le metal pollack... Faudra que je réessaie un de ces quatres
Yz citer
Yz
23/03/2010 00:27
Faut voir ce qu'en pensent tes chefs hehe.
Logiquement 95% de la musique sur youtube est illégale mais "tolérée" à cause du nombre très important d'upload, bref.

Sinon plutôt cool les morceaux mais j'ai du mal avec la voix...
Geisterber citer
Geisterber
22/03/2010 21:00
note: 8.5/10
Arf du coup t'en penses quoi pour les raccourcis YouTube ? J'y vire ? Je suis pas très au fait de ce genre de choses personnellement. J'attends ton conseil.
Et tant qu'on y est, t'en a pensé quoi des morceaux justement?

Pour "Fire Chariot Of Destruction" : un album solide, que je trouve plutôt bon, bien que pour moi son successeur "Will Stronger Than Death" soit bien au-dessus.
Yz citer
Yz
22/03/2010 20:46
C'est pas très légal la musique sur youtube comme ça Sourire

Sinon je connais que "Fire Chariot of Destruction" et j'avais bien aimé à l'époque... ambiance assez particulière.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Graveland
Pagan Black Metal
1995 - No Colours Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  8.38/10
Webzines : (2)  5.5/10

plus d'infos sur
Graveland
Graveland
Pagan Black Metal - Pologne
  

tracklist
01.   Intro
02.   Blood Of Christians On My Sword
03.   Thousand Swords
04.   The Dark Battlefield
05.   The Time Of Revenge
06.   Born For War
07.   Black Metal War
08.   To Die In Fight
09.   Outro

Durée : 46:51

line up
voir aussi
Graveland
Graveland
The Fire of Awakening

2003 - No Colours Records
  
Graveland
Graveland
Spears Of Heaven

2009 - No Colours Records
  

Essayez aussi
Bureviy
Bureviy
Concealed Beyond the Space

2015 - Darker Than Black
  
Belenos
Belenos
Spicilège

2002 - Sacral Productions
  
Kampfar
Kampfar
Kvass

2006 - Napalm Records
  
Finntroll
Finntroll
Ur Jordens Djup

2007 - Spikefarm Records
  
Folge Dem Wind
Folge Dem Wind
Thus Echoes Of The Earth

2009 - Autoproduction
  

Lord Vicar
Gates of Flesh
Lire la chronique
Diagor
Ненависть к живому (Hatred ...
Lire la chronique
Behexen
The Poisonous Path
Lire la chronique
Ritual Death
Ritual Death (EP)
Lire la chronique
The Wakedead Gathering
Fuscus: Strings Of The Blac...
Lire la chronique
Jex Thoth
Blood Moon Rise
Lire la chronique
Morbid Saint
Spectrum Of Death
Lire la chronique
Blood Ceremony
Lord of Misrule
Lire la chronique
Isolert
No Hope, No Light...Only Death
Lire la chronique
Ghold
PYR
Lire la chronique
Gruesome
Dimensions Of Horror (EP)
Lire la chronique
Teloch
Thus Darkness Spake
Lire la chronique
Pseudogod
Sepulchral Chants (Compil.)
Lire la chronique
First Fragment
Dasein
Lire la chronique
En mai fais ce qu'il te plait
Jouer au blindtest
Heimsgard
Ordrag
Lire la chronique
Essence
Prime
Lire la chronique
Suspiral
Delve Into The Mysteries Of...
Lire la chronique
Gebrechlichkeit
Aphorismen der Angst
Lire la chronique
Brame
La nuit, les charrues...
Lire la chronique
Roadburn Festival 2016 - 1er Jour
Black Mountain + Converge +...
Lire le live report
Reptilian
Perennial Void Traverse
Lire la chronique
Deströyer 666
Wildfire
Lire la chronique
Opium Warlords
Live at Colonia Dignidad
Lire la chronique
Baalsebub
Procedure Of Emasculation (EP)
Lire la chronique
Head of the Demon
Sathanas Trismegistos
Lire la chronique
L'Instant Sakrifiss
Lire le podcast
La photo mystère du 7 Mai 2016
Jouer à la Photo mystère
Anata
Dreams of Death and Dismay
Lire la chronique
Near
Own Sun
Lire la chronique