chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
41 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Clawfinger - Clawfinger

Chronique

Clawfinger Clawfinger
Un premier album à la fois frais et méchamment frontal, rempli ras la gueule de tubes qui auront acquis au fil du temps un statut culte. Puis un second opus certes bon, mais trop prévisible et dont la composition semble avoir été faite en pilote automatique… Non non, il n'est point question ici de brosser un tableau des débuts de la bande à Robb Flynn, mais bien de vous causer de Clawfinger, dont la trajectoire a, il est vrai, bien des ressemblances avec celle de Machine Head – tout au moins si l'on se focalise sur leurs 2 premières sorties. Sauf qu'au lieu de faire fausse route avec un « The Burning Red » accusant une nette baisse de régime, Clawfinger aura balancé son « The Blackening » direct dès le 3e album. Paf! Vous croyiez le groupe somnolent, près à se prendre le bas côté ou un platane des familles? Que nenni: le groupe s'est manifestement fait un shot d'energy drink au moment de remettre du carburant dans le réservoir, et il a une de ces patates!

Et en plus d'avoir les batteries rechargées à bloc, Clawfinger a pris de la bouteille, ce qui fait qu'il sait dorénavant – plus seulement à l'instinct, mais d'expérience – exactement comment ficeler une bombinette aux petits oignons ainsi que les trucs et astuces pour agencer une tracklist ayant un impact maximum.

«Ouais par contre ils abusent avec le coup de l'album éponyme-qui-est-forcément-l'album-de-la-maturité … Les groupes nous ressortent régulièrement les mêmes vieilles ficelles pour nous faire gober que maintenant-c'est-du-sérieux. Bonjour les gros sabots … »

Oui mais non, là c'est beaucoup plus bête que ça: les membres du groupe n'avaient tout simplement pas réussi à se mettre d'accord à temps sur un titre potable, et ce n'est qu'une fois la pochette imprimée qu'a émergé la bonne – mais tardive – idée d'intituler celui-ci « Third Time Lucky » (référence au numéro de l'album et à la séance de roulette russe suggérée par ce pistolet chichement mais sûrement chargé).

Que réserve donc ce 3e opus? Eh bien on ne déroge pas à la règle, et l'on retrouve au rendez-vous un rap metal in your face (compter une bonne moitié de morceaux courts) où règnent des vocaux au débit relativement élevé et à l'abrasivité toute urbaine, des grattes aux riffs simples et directs, et des bidouilleries additives entre scratch et bidibip-pouet électroniques bien présents mais pas envahissants. Les tubes imparables sont toujours là à l'appel: si le choix de « Two Sides » et « Biggest & The Best » pour tourner des clips reflète bien le niveau d'excellence de ceux-ci (surtout le premier!), cela ne doit pas diminuer le mérite d'un « Chances » au superbe refrain sur fond de ricochets guitaristiques, d'un « RealiTV » (oui oui, le bonus!) au riff principal poussant à un headbang bovin complètement irrésistible, et enfin d'un « Nobody Knows » proposant un mixture excellente de pure Clawginguerie et de cordes acoustiques fleurant bon les épices orientales. A noter d'ailleurs que ces incartades exotiques participent pour une bonne part à la grandeur de cette 3e livraison. Que ce soit « Two Sides » avec ses arabesques musicales au clavier, ses cordes zboïïïng-esques à la cannelle ou la mélopée enivrante de sa sirène des Mille et Une nuits, « Don't Wake Me Up » et son trip indo-groovy « j'ai les paupières qui collent, saloperie de narguilé » ou encore « Nobody Knows » et ses sitars électro-acoustiques, on navigue ici tantôt à dos de vache sacrée, tantôt à dos de chameau… Et il en résulte un habile mélange de velours, de chaleur, d'énergie et de groove.

Mais même sans artifice, le groupe tient une forme du tonnerre. Misant toujours autant sur les riffs simples mais terriblement infectieux (« Wrong State of Mind », « Nobody Knows », « RealiTV ») que sur les refrains fédérateurs (« Chances », « Nobody Knows », « Wrong State of Mind » …), les suédois savent à présent qu'il n'est pas forcément nécessaire de nous claquer le beignet à grands coups de pelle pour obtenir un impact maximum. Ainsi « Biggest & The Best » réussit à être incroyablement menaçant et violemment frontal alors qu'il progresse sur un mid tempo coolos. De même « I Can See Them Coming », qui adopte un groove rampant et une approche carrément tortueuse, sort les guns comme jamais sur un refrain aux faux airs de gangsta vendetta. Et comme si cela ne suffisait pas à faire de « Clawfinger » un putain d'album, la bande à Zak s'offre le luxe d'être carrément convaincante sur les morceaux plus softs, que ce soit sur la pause narcoleptique de « Don't Wake Me Up » ou sur un « I guess I'll Never Know » triste et doux comme la dernière caresse dans les cheveux d'un parent qu'on enterre.

Sur ce 3e opus, Clawfinger réussit donc à rééditer l'exploit de « Deaf Dumb Blind », l'excès de fougue post-adolescent ayant cette fois cédé la place à un savoir-faire brillamment mis à l'oeuvre. Même les moins exceptionnels « I'm Your Life & Religion » ou « Crazy » n'ont franchement rien de titres que l'on zappe. Si en plus vous réussissez à vous procurer la version limitée digipack avec les 3 titres bonus – dont l'excellent « RealiTV » –, je vous colle en prime et gratuitement la garantie « satisfait ou remboursé 2 fois par Chris ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
15/04/2010 10:19
note: 9/10
Chris a écrit : Je ne sais pas si tu as remarqué que les paroles de "Crazy" sont un clin d'oeil à leurs groupes fétiches, dans le sens où elles utilisent un certain nombre de titres majeurs de ceux ci: il y a du Slayer, Faith No More, Alice Cooper, Nirvana, RHCP, Simon & Garfunkel...et j'en ai probablement laissé passé pas mal. Quel parolier ce Zak Tell (au nom de famille prédestiné qui plus est...)

J'avoue n'avoir que récemment racheté ce CD que j'avais au format copie-K7 pourrie depuis mes années lycée (sans les bonus !) ... et que je ne me suis pas encore plongé dans les lyrics. Je vais réparer ça ce soir ! Clin d'oeil
Chris citer
Chris
15/04/2010 08:08
note: 9/10
S'il ne devait rester qu'un album de Clawfinger, ce serait celui là. Après 2 albums remplis d'une rage juvénile, cet éponyme est l'album de la maturité, le groupe ayant ciselé ses compositions avec peut être un peu moins d'énergie mais bien davantage d'efficacité et de "catchiness", constante au 1er au dernier titre.
C'est une usine à tubes, "Two Sides", "Bigger & The Best", "I"m Your Life & Religion", "Don't Wake Me Up", titre rempli de zénitude et de grâce, "I'll Guess I'll Never Know", ballade à fendre le coeur du métalleux le plus endurci..
Je ne sais pas si tu as remarqué que les paroles de "Crazy" sont un clin d'oeil à leurs groupes fétiches, dans le sens où elles utilisent un certain nombre de titres majeurs de ceux ci: il y a du Slayer, Faith No More, Alice Cooper, Nirvana, RHCP, Simon & Garfunkel...et j'en ai probablement laissé passé pas mal. Quel parolier ce Zak Tell (au nom de famille prédestiné qui plus est...)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Clawfinger
Fusion rap metal in your face
1997 - WEA
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines : (5)  7.8/10

plus d'infos sur
Clawfinger
Clawfinger
Fusion - Suède
  

vidéos
Two Sides
Two Sides
Clawfinger

Extrait de "Clawfinger"
  
Biggest & The Best
Biggest & The Best
Clawfinger

Extrait de "Clawfinger"
  

tracklist
01.   Two Sides
02.   Hold Your Head Up
03.   Biggest & The Best
04.   Chances
05.   Don't Wake Me Up
06.   Not Even You
07.   Nobody Knows
08.   I Can See Them Coming
09.   Wrong State of Mind
10.   I'm Your Life & Religion
11.   Crazy
12.   I Guess I'll Never Know
13.   RealiTV (Bonus Track)
14.   Runnerboy (Bonus Track)
15.   What Gives Us the Right (Bonus Track)

Durée : 55:46

line up
voir aussi
Clawfinger
Clawfinger
Hate Yourself With Style

2005 - Nuclear Blast
  
Clawfinger
Clawfinger
Deaf Dumb Blind

1993 - WEA
  
Clawfinger
Clawfinger
Use Your Brain

1995 - WEA
  

Night Demon
Curse Of The Damned
Lire la chronique
Marilyn Manson
The Pale Emperor
Lire la chronique
Legion Of Andromeda
Iron Scorn
Lire la chronique
Finsterforst
Mach dich frei
Lire la chronique
Thulcandra
Ascension Lost
Lire la chronique
Num Skull
Ritually Abused
Lire la chronique
Totem Skin
Still Waters Runs Deep
Lire la chronique
Leviathan
True Traitor, True Whore
Lire la chronique
Ethereal
Opus Aethereum
Lire la chronique
Quel format de musique achetez-vous le plus ?
Pour ceux qui achètent ou pas
Voir le sondage
Macabre
Dahmer
Lire la chronique
Sinmara
Aphotic Womb
Lire la chronique
Irkallian Oracle
Grave Ekstasis
Lire la chronique
Amenra
Mass V
Lire la chronique
Bilan 2014
Lire le bilan
Darkall Slaves
Transcendental State Of Abs...
Lire la chronique
Vardan
Verses from Ancient Times
Lire la chronique
Mudbath
Corrado Zeller
Lire la chronique
Hate Storm Annihilation
Storm of Flames
Lire la chronique
Archgoat
The Apocalyptic Triumphator
Lire la chronique
Athanatos
Unholy Union (Démo)
Lire la chronique
De Hellhammer à Nicholas Barker
Jouer à The Small Metal World Experiment
Horrendous
Sweet Blasphemies (Rééd.)
Lire la chronique
Entretien avec Mondkopf
Lire l'interview
Marduk
Frontschwein
Lire la chronique
Hateful Abandon
Famine (Or Into The Bellies...
Lire la chronique
Jute Gyte
Discontinuities
Lire la chronique
Ten Masked Men
Revenge Of The Ten Masked Men
Lire la chronique
American Heritage
Prolapse
Lire la chronique
Slugdge
Gastronomicon
Lire la chronique