chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
27 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Drudkh - Estrangement

Chronique

Drudkh Estrangement
Estrangement a la difficile tâche de succéder à Blood In Our Wells (Songs Of Grief And Solitude ne compte pas, tant il est à part) et à sa place j'aurais les boules. Mais bon c'est un disque donc il s'en fout, ça ne pense pas un disque, ça contient de la musique ou des fichiers comme les photographies de tes vacances d'été en Guyane à boire avec la population locale sous les arbres pour oublier la chaleur humide qui caractérise ce département d'outremer à cette période de l'année et… Ah oui, pardon, la chronique.

Estrangement sonne le retour de Drudkh à une musique plus frontale après le neurasthénique Blood In Our Wells. On retrouve les soli de guitar hero du précédent disque, qui ce coup-ci apparaissent sur toutes les chansons, ainsi que ces textes de poètes slaves permettant cette fois de mettre à l'honneur Oleg Ol'zhych, mort dans les camps en 1944. La voix a toujours cette violence crachée décelable depuis The Swan Road, suite à la mise à mort de Hate Forest et une nouvelle fois, une production champêtre porte le tout. La courte durée de l'ensemble ne trompe pas : le groupe va à l'essentiel, à savoir une alternance de moments épiques et passages atmosphériques caractéristiques du style des ukrainiens.

Ainsi, cet album contient à la fois le paganisme de Forgotten Legends, les envolées de Autumn Aurora, les soli de Blood In Our Wells tout en laissant parler la puissance de The Swan Road. Une sorte de Best-of des différentes périodes du groupe avec cette ambiance ukrainienne comme dénominateur commun. « Solitary Endless Path » et sa rythmique à la fois entrainante et enivrante nous embarquent directement sur leurs chevaux pour parcourir les steppes, avec même des blasts fiévreux signant un retour définitif à plus de brutalité ! Mais si cette chanson nous transporte, c'est pour mieux nous jeter à mi-chemin dans une forêt de désespoir, au détour d'un arpège folk qui donne envie de se prendre la tête dans les mains. « Skies At Our Feet » présente la même structure, mais inversée : la mélancolie du début (avec un solo baignant dans l'éther façon « faible lumière transperçant les branches mortes ») s'élève progressivement pour exploser en une charge implacable, épée au poing. Une angoisse rappelant « Eternal Turn Of The Wheel » de Forgotten Legends nous inonde même les oreilles avec le riff tendu de « Where Horizons End ». L'instrumentale, un finale maintenant classique chez Drudkh, « Only The Wind Remembers My Name » clôt magnifiquement le disque avec des tremolos qui font chavirer les têtes et un solo qui met des soleils couchants pleins les yeux.

Seulement, ça commence à sentir le pâté mal réchauffé, une impression qui perdurera avec Microcosmos. On a le sentiment d'écouter un groupe qui a tout dit dans ses œuvres précédentes et ne sait plus que rabâcher. Tout est en ordre, de la tristesse ukrainienne à la colère païenne, et on a même droit au futur morceau culte (« Solitary Endless Path ») que chacun de leurs albums possède, quand ce n'est pas tout le disque qui est à vénérer. Mais la forte présence des soli ne se fait pas sans une perte en qualité : celui de « Where Horizons End » est en totale décalage avec la guitare rythmique, décalage honteusement caché par l'apparition d'un bruit surproduit qui empêche d'apprécier pleinement le morceau. Drudkh nous avait habitués à plus de profondeur, alliant simplicité et sophistication, là où cet album en fout d'abord plein la gueule pour finalement passer après les valeurs sûres du groupe (tout ce qui s'est fait avant lui en somme). Cette saute rythmique qui fait grincer des oreilles et le manque de prise de risque mis à part, force est d'avouer que le plaisir est toujours là, presque intacte.

Si Estrangement propose encore une fois une musique unique, la seule qui arrive à capter l'ambiance de tout un pays, quelques défauts inacceptables entachent sévèrement l'aura qu'il aurait pu avoir. Un bon album de Drudkh qui passe finalement assez bien le cap de l'album d'après, malgré la redite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Yz citer
Yz
25/04/2010 12:48
note: 7.5/10
Quelques passages parmi les meilleurs que le groupe ait composé, (sauras-tu corriger mes fautes d'orthographe?) mais l'ensemble et la courte durée de l'album donnent l'impression qu'il a été composé en vitesse et sans relecture. Le passage avec l'explosion bizarre dans "Where Horizons End" = koi

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Drudkh
Black Metal
2007 - Supernal Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (6)  7.5/10
Webzines : (10)  7.9/10

plus d'infos sur
Drudkh
Drudkh
Vortex Temporel Ennuyeux / Bad-Trip Sans Fin - Ukraine
  

tracklist
01.   Solitary Endless Path
02.   Skies At Our Feet
03.   Where Horizons End
04.   Only The Wind Remembers My Name

Durée : 36 Mns

line up
parution
12 Novembre 2007

voir aussi
Drudkh
Drudkh
Microcosmos

2009 - Underground Activists
  
Drudkh
Drudkh
Eternal Turn Of The Wheel

2012 - Underground Activists
  
Drudkh
Drudkh
Forgotten Legends

2003 - Supernal Music
  
Drudkh
Drudkh
Handful Of Stars

2010 - Underground Activists
  
Drudkh
Drudkh
Blood In Our Wells

2006 - Supernal Music
  

Essayez aussi
Black Witchery / Revenge
Black Witchery / Revenge
Holocaustic Death March To Humanity's Doom (Split-CD)

2015 - Nuclear War Now! Productions
  
Nyx
Nyx
Home

2015 - Agonia Records
  
Vreid
Vreid
Pitch Black Brigade

2006 - Tabu Recordings
  
Behemoth
Behemoth
Pandemonic Incantations

1998 - Solistitium Records
  
The Legion
The Legion
Revocation

2006 - Listenable Records
  

Witherscape
The Northern Sanctuary
Lire la chronique
Isgärde
Jag enslig skall gå
Lire la chronique
16
Lifespan of a Moth
Lire la chronique
Ghoul
Dungeon Bastards
Lire la chronique
La photo mystère du 27 Juillet 2016
Jouer à la Photo mystère
Ragnard Rock 2016
Forteresse + Graveland + He...
Lire le live report
Satyricon
Nemesis Divina
Lire la chronique
Wederganger
Halfvergaan Ontwaakt
Lire la chronique
Cobalt
Slow Forever
Lire la chronique
Baptism
V: The Devil's Fire
Lire la chronique
Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy
Lire la chronique
Centinex
Doomsday Rituals
Lire la chronique
Starofash
Skógr
Lire la chronique
Hunok
Megrendíthetetlenség
Lire la chronique
Lacuna Coil
Delirium
Lire la chronique
Primalfrost
Prosperous Visions
Lire la chronique
Dark Funeral
Where Shadows Forever Reign
Lire la chronique
De Karl Sanders à Mark Greenway
Jouer à The Small Metal World Experiment
Karcavul
Intersaône
Lire la chronique
Vanhelgd
Temple Of Phobos
Lire la chronique
Mizery
Absolute Light
Lire la chronique
Au revoir Monsieur le chroniqueur ! La mort de VS Webzine ! Du pipi qui gicle !
Lire le podcast
Fistula
Longing for Infection
Lire la chronique
Hermóðr
The Darkness of December
Lire la chronique
Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina
Lire l'interview
Alkerdeel
Lede
Lire la chronique
Sink
Ark of Contempt and Anger
Lire la chronique
Winterlore
Winterlore
Lire la chronique
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Worship The Grave
Lire la chronique