chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
19 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Clampdown - Vision Of Splendor

Chronique

Clampdown Vision Of Splendor
La French School of Modern (Death) Metal n'en finit pas de ne pas vouloir décliner. Prenant leur source dans les eaux vives des débuts de Gojira et de Trepalium, plaçant leur foi dans les guides spirituels Meshuggah et Pantera, et se regroupant parfois au sein d'institutions spécialisées de renom comme la Klonosphere, de nouveaux groupes hexagonaux s'évertuent années après années à déverser leurs offrandes dans les bacs, entretenant par là même la flamme d'un genre qui allie le chaud d'un groove épais, le tiède d'atmosphères relaxantes et le froid d'exercices rythmiques aussi peu naturels que méticuleusement millimétrés (Putain, j'ai réussi à finir cette phrase sans me prendre les pieds dedans. Béni sois-tu St Proust, ô bien aimé patron des bavards du web et d'ailleurs …). Vous l'aurez compris, la nouvelle sensation issue de cette prolifique scène, vous l'avez sous le nez (Mais non, restez concentrés que diable: Mustasch c'est suédois!): Clampdown nous vient du nord, et il livre avec « Vision of Splendor » un premier album enthousiasmant placé sous le haut patronage de la sus-nommée Klonosphere, ainsi que de Season of Mist pour la distribution.

Et pour le coup, Clampdown est l'archétype même du groupe de la FSOM(D)M: assumant pleinement leurs influences, les lillois mêlent avec talent les caractéristiques des grands frères qui les ont précédés, notamment Gojira, Hacride / Meshuggah et Textures. En effet ce phrasé écorché, ce déhanché puissant et ces décalages tout en souplesse fleurent bon le pin des Landes. Les froids et mécaniques effets de stroboscope guitaristique, le hachoir rythmique saccadé et les grincements dissonants dégagent quant à eux le fumet caractéristique de la bande à Thordendal. Et ces guitares nébuleuses qui égrènent en arrière plan – ou loin au-dessus du reste – arpèges feutrés et mélodies paresseusement étirées en longs chapelets de notes esseulées, ça ne vous évoque pas une fameuse formation de l'autre pays du fromage?

Copie conforme alors, Clampdown? Disons plutôt que le groupe pratique un melting pot réalisé avec amour, savoir-faire et une patate grosse comme ça. Bien que très homogène, peu aventureux (en dehors du cadre stylistique décrit précédemment j'entends …) et ultra compact, « Vision of Splendor » réussit à être fin, intéressant et accrocheur. A l'image de leurs camarades de chambre Klonosphériens de Mistaken Element sur leur dernière livraison, le groupe réalise un très bon album sans pour autant avoir vraiment réussi à développer une personnalité bien trempée. Il faut dire que l'impact des titres est assez immédiat et que les plans de nature variée s'enchainent avec intelligence de manière à maintenir l'intérêt et à faire jouer les effets de contraste. Qui plus est le groupe a la présence d'esprit de ne pas abuser du poil à gratter musical que sont les dissonances, cassures contre-nature et autres riffs vrille-nerfs, mais serait plutôt du genre à distiller en continu un groove et une hargne qui seront familiers des amateurs de Pantera et consort.

Sur les 5 premiers titres de l'album, Clampdown tape très fort, distillant régulièrement des plans propres à foutre le feu en concert (les ratatatatam à 3:30 sur « Returnity », la montée de pression appelant au pogo/headbang à 1:35 sur « Ghost of Purity …), transfigurant – au bout d'une minute – un titre au début lancinant en un tube au refrain imparable (« I'm li-qui-fy-iiiiiiiiiiiiiiiing, from the in-side!! » sur « Faded »), lâchant du blast quand les pieds vous démangent et de la mosh part meurtrière pile-poil au moment où votre nuque vous crie son envie de faire du yoyo. Par contre c'est vrai qu'après la douce interlude « Outside », la fatigue commence à se faire sentir, et on se surprend à avoir peur que l'intérêt ne s'émousse à l'écoute d'un « The Dirge » qui peine à renouveler le propos du groupe. Mais avec « Times of Tragedy » la pente de l'inspiration reprend brusquement sa course ascendante, le final du morceau étant tout bonnement hallucinant de puissance (calez-vous à 3:32, et préparez-vous à une bourrasque de parpaings en pleine tronche. Non seulement ça pleut de la saccade-couperet, mais en plus les guitares viennent rehausser le tout de majestueux élans lead dès 3:52, l'ensemble allant crescendo jusqu'à ce que s'échappent des 6 cordes des chapelets de bulles expérimentaux …).

Les amateurs du genre qui frétillent encore au souvenir des derniers Hacride, Mistaken Element ou autre Om Mani n'auront pas d'autre alternative que de se jeter aveuglément sur ce « Vision of Splendor » providentiel. OK, l'originalité n'est peut-être pas tout-à-fait au rendez-vous, mais le savoir-faire, la patate et l'efficacité sont ici présents à un degré tel que je peux vous garantir entière satisfaction sans vraiment prendre de risque. De plus, avantage sur certains de leurs congénères, la propension du groupe à faire baigner sa musique dans un bain de groove et de hargne power metal laisse entrevoir la possibilité de prestations live ravageuses. Allez les d'jeunes, on arrête de ne donner ses pépettes qu'aux frères Duplantier et on va un peu s'intéresser à ce qui se passe dans le nord, plus vite que ça!!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Clampdown
Metal moderne
2009 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (11)  8.06/10

plus d'infos sur
Clampdown
Clampdown
Metal moderne - France
  

tracklist
01.   Vision of Splendor
02.   Returnity
03.   The Ghost of Purity
04.   Faded
05.   The Great Divide
06.   The Pangs of Death I - Outside
07.   The Pangs of Death II - the Dirge
08.   Time of Tragedy
09.   A Million Voices in Unison
10.   Threnody for Inexistence
11.   The End of an Era

Durée : 45:10

line up
parution
9 Septembre 2009

Essayez aussi
Om Mani
Om Mani
Apology

2009 - Autoproduction
  
Klang!!!
Klang!!!
After The Silence

2009 - Autoproduction
  

Quel est votre festival de l'été préféré ?
De metal évidemment
Voir le sondage
Mutoid Man
Bleeder
Lire la chronique
Vanum
Realm of Sacrifice
Lire la chronique
Foscor
Those Horrors Wither
Lire la chronique
I Am The Trireme
Gnosis: Never Follow the Light
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Darkness Impenetrable
Lire la chronique
Razor
Shotgun Justice
Lire la chronique
Fistula
We, the Beast (EP)
Lire la chronique
Kroda
GinnungaGap GinnungaGaldr G...
Lire la chronique
Akhlys
The Dreaming I
Lire la chronique
Vallendusk
Homeward Path
Lire la chronique
Deuil
Shock / Deny (EP)
Lire la chronique
Ende
The God's Rejects - Demo MM...
Lire la chronique
Nahtrunar
Symbolismus
Lire la chronique
Antiversum
Total Vacuum (Démo)
Lire la chronique
Coathanger Abortion
Observations Of Humanity
Lire la chronique
Satyricon
Live at the Opera (DVD)
Lire la chronique
Serpent Noir
Erotomysticism
Lire la chronique
La photo mystère du 19 Juin 2015
Jouer à la Photo mystère
Watertank
Destination Unknown
Lire la chronique
Mellow Harsher
Demo (Démo)
Lire la chronique
Unsu
K.I.A.I.
Lire la chronique
De Daniel Erlandsson à Adrian Erlandsson
Jouer à The Small Metal World Experiment
Suicide Silence
You Can't Stop Me
Lire la chronique
StoneBirds
Into the Fog... and the Fil...
Lire la chronique
Shape Of Despair
Monotony Fields
Lire la chronique
Obsequiae
Aria of Vernal Tombs
Lire la chronique
La Dispute
Wildlife
Lire la chronique
EU / UK 2015
La Dispute + Two Inch Astro...
Lire le live report
Obscurité
Contemplation
Lire la chronique