chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
51 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Klone - Black Days

Chronique

Klone Black Days
Que ce soit dans le domaine de la musique ou ailleurs, il n'est pas rare que l'on cultive des aprioris à la noix, du genre « l'auto-fellation est impossible » ou « von_yaourt est le fils caché d'Eric Zemmour et de Bethann Schuldiner »… Et comme toute idée préconçue qui se respecte, les convictions de ce genre se retrouvent bien souvent malmenées une fois confrontées à la réalité. En ce qui me concerne, c'est le groupe Klone qui a dernièrement fait l'objet de ce type d'opinion d'origine hautement pavlovienne. Ne les connaissant que via des on dit très positifs, via leur activisme au sein d'une Klonosphere fertile en groupes à la personnalité bien trempée (Trepalium, Anthurus d'Archer, GTI, Hacride) ainsi que via la compil' « Reader's Choice », j'avais fini par acheter « All Seeing Eyes » (qui depuis attend patiemment son jour au sein de la pile de mes achats en retard) et attendais « Black Days » de pied ferme, sûr de prendre ce dernier (de pied).
Apriori très positif donc.
Puis voila-t-y pas (Mamie, cesse de polluer ma chro avec tes expressions moisies) que les premiers avis fusèrent: « Klone s'envole, mais les growls s'en vont », « Excellent, entre Tool et Alice in Chains », « Sombre & rock » … Hein? Mais moi je veux du modern death original, avec du saxo, des couilles et des idées!!! Malheureusement, les deux premières écoutes me confirmèrent vite le bien fondé de ces premières réactions… Maman, j'en veux p'u du Blagues Dès' !!
Apriori assez négatif donc, ce coup-ci.

Mais vous avez vu la note, et savez donc qu'il reste un rebondissement à notre histoire … Eh oui: Klone a réussi l'exploit de susciter chez votre serviteur deux aprioris successifs opposés, et de les faire voler en éclats l'un comme l'autre. Chant-mé, comme dirait Kevin! Alors c'est sûr, il ne faut pas venir chercher sur ce « Black Days » la dernière sensation power tech-death moderne, avec du bleuargl et du ratatatatam dedans. Non, Klone est passé à autre chose. Ce nouvel album propose un metal/rock hargneux et intimiste, rageur et sombre, qui joue sur les émotions comme le Caravage joue avec la lumière, créant un véritable clair-obscur musical qui dynamise des compositions aussi léchées que – après quelques écoutes – évidentes. Ce que cette description ne retranscrit par contre pas, c'est la grandeur du tout. Intimiste et sombre, certes, mais pas pour autant dépouillé. Le son est ample, les compos riches, et quand l'obscurité se déchire et que le groupe met fin à sa séance de plongée en apnée dans un pessimisme colérique pour prendre son envol vers la lumière froide d'un ciel clément, il nous offre de ces instants de grâce qui ne sont pas sans rappeler les pics orgasmiques d'un Textures, voire d'un Devin Townsend. A maintes reprises, le groupe ré-accommode avec talent cette vieille recette du chaud et du froid, faisant monter progressivement la tension jusqu'à ce que ressurgissent rancœur, frustrations et douleur. Puis brutalement (comme à 1:19 sur « Hollow Way ») – ou parfois en respectant une progression plus naturelle (cf. le début d'« Immaculate Desire ») – il balance une mélodie limpide venue d'on ne sait où pour nous montrer qu'au-dessus des nuages brille un soleil certes inhumain et distant, mais réconfortant et vecteur d'optimisme.

« Black Days » n'est pas franchement l'album d'un groupe au sein duquel chacun des membres se tape son solo nombriliste et montre qu'il en a une grosse comme celle d'un âne, que même que son album solo sort bientôt dudes, check it out! Non, les loustics sont tout entier au service des compos, s'effaçant à un point tel que le livret ne contient pas une seule photo de leur trogne. Néanmoins quand on force son oreille à disséquer ce qui se passe au long de cette petite heure (… et maintenant mon fidèle Igor, nous allons voir si le pancréas de Tabatha est harmonieusement placé au dessus de ses reins … ), on voit certains éléments ressortir avec un panache tout particulier. Une batterie toute en finesse et pertinence, qui vivifie et accompagne avec intelligence les morceaux. Des arrangements discrets et multiples qui décuplent la portée des titres (chapeau Matthieu … Par contre il est passé où ton saxo?). Et bien sûr un Yann Ligner dont on écoute la prestation avec le sentiment – que dis-je : la conviction absolue – qu'il y met toutes ses tripes. Doté d'une voix parfaitement calibrée pour ce type d'exercice, à la fois abrasivement rock, douloureusement à vif, et finie au couple whisky/tabac durant de nombreuses soirées de déprime rageuse, il est l'âme en peine qui anime ce géant de cendres et de feu.

« Black Days » est donc une coulée relativement compacte de metal rock hypnotisant, de grunge viscéral, de rage sourde et de traces de death moderne – ces dernières se manifestant au détour de quelques saccades, de passages musclés et de quelques contre-pieds rythmiques bien sentis (cf. le début de « The Spell Is Cast »). Une telle homogénéité, une telle cohérence signifient bien souvent pour un album de rock que, s'il réussit à trouver un public de passionnés, il restera néanmoins en dehors des sentiers de la gloire, l'échelon commercial supérieur réclamant l'offrande d'un ou deux hits sur l'autel de la bande FM (Même « The Wall » a son « Another Brick… »). Eh bien cet inévitable passeport pour le succès pourrait bien se trouver lui aussi sur « Black Days », bien que le groupe n'ait fait aucune compromission artistique et ait réussi à conserver une véritable unité de ton. Prenez donc « Give Up The Rest », tube définitif bien que complexe, qui comporte tout ce qu'il faut là où il faut pour cartonner sur une radio rock – si ce n'est une durée un poil trop élevée: carton assuré! Besoin d'un morceau plus basiquement rock/grunge pour trouver sa place entre Nickelback et Soundgarden? Et hop, un « Behold the Silence » et le tour est joué! Le groupe a su de plus composer sa tracklist avec mesure et sagesse, plaçant à mi-chemin l'interlude « Closed Session » et ses allures de réveil matinal à l'aube d'une journée à la conclusion incertaine mais abordée avec la niaque, puis concluant sur la reprise du célèbre « Army of Me » de Björk, repris avec classe et intégré à leur répertoire de telle manière que les petits jeunes sans background musical pourraient bien n'y voir que du feu.

Concluons vite, concluons bien. « Black Days » va finir dans bon nombre de Tops 5 cette année. Et ce sera mérité. Personnellement, bien que totalement convaincu de la qualité et de la pertinence de cet album, de la forte personnalité du groupe, et du fait que – travaillé comme il se doit –, l'album pourrait presque faire de Season of Mist ce que le « Silver Side Up » de Nickelback a fait de Roadrunner (parfaitement, je suis comme ça moi: pas peur de la surenchère!), je garde une légère réserve, du fait des distances que le groupe prend progressivement d'avec la sphère metal. Cet aspect grunge/rock prononcé, allié à une coloration très « mal de vivre, noirs tourments et démons intérieurs », est la seule explication à ce 8.5/10 qui semblera à certains un maigre salaire. Si ces aspects ne vous gênent pas, ou mieux, qu'il vous bottent, fermez les yeux, lisez 9.5/10, voire 10/10, et filez dékloner à pleins tubes!

PS: pour les amateurs, ne loupez pas la version de l'album incluant un DVD live bonus!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

7 COMMENTAIRE(S)

Jotun35 citer
Jotun35
28/05/2010 22:10
note: 9/10
Oui mais pas grave, la kro est très juste sinon. ^^
cglaume citer
cglaume
27/05/2010 21:00
note: 8.5/10
Jotun35 a écrit : "Mais moi je veux du modern death original, avec du saxo, des couilles et des idées!!! " ... Je vais faire un peu écho mais... Klone n'a jamais fait de death !

J'ai donc bien réussi à évoquer l'ignorance qui était mienne avant la découverte de ce dernier album ... Cool Clin d'oeil
Jotun35 citer
Jotun35
27/05/2010 19:43
note: 9/10
"Mais moi je veux du modern death original, avec du saxo, des couilles et des idées!!! "

... Je vais faire un peu écho mais... Klone n'a jamais fait de death !
cglaume citer
cglaume
27/05/2010 18:24
note: 8.5/10
Yz a écrit : "Alors c'est sûr, il ne faut pas venir chercher sur ce « Black Days » la dernière sensation power tech-death moderne, avec du bleuargl et du ratatatatam dedans. Non, Klone est passé à autre chose." Pourquoi "passé à autre chose"? Ils n'ont jamais fait de death moderne machin. Sinon je l'ai pas encore assez écouté mais il m'a l'air du niveau du précédent, donc roxor.

Reformulons:
"Alors c'est sûr, il ne faut pas venir chercher sur ce « Black Days » la dernière sensation power tech-death moderne, avec du bleuargl et du ratatatatam dedans. Non, Klone a poussé encore plus loin son exploration d'une musique très personnelle, introspective et de plus en plus détachée de ses racines les plus purement metal"

C'est bon, j'ai lelabel qualité Yz la ? Moqueur
Mais je sais que tu as lu toute la chro et que tu avais noté que je ne connaissais de Klone que les qq singles de la compil' VS, plus des on dit ... Clin d'oeil
Yz citer
Yz
27/05/2010 18:08
"Alors c'est sûr, il ne faut pas venir chercher sur ce « Black Days » la dernière sensation power tech-death moderne, avec du bleuargl et du ratatatatam dedans. Non, Klone est passé à autre chose."

Pourquoi "passé à autre chose"? Ils n'ont jamais fait de death moderne machin.
Sinon je l'ai pas encore assez écouté mais il m'a l'air du niveau du précédent, donc roxor.
donvar citer
donvar
27/05/2010 14:43
Putain ça se rapproche de plus en plus de Tool!! La chanson "Give Up The Rest" m'a bluffée tellement les vocaux et les ambiances sont Tooliennes!
Reste un très bon album...
Barak citer
Barak
27/05/2010 13:46
note: 9/10
Mon album de l'année pour le moment Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Klone
Metal rock écorché vif
2010 - Season of Mist
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  9/10
Webzines : (25)  8.37/10

plus d'infos sur
Klone
Klone
Metal rock écorché vif - France
  

vidéos
Give Up The Rest
Give Up The Rest
Klone

Extrait de "Black Days"
  

tracklist
01.   Rite Of Passage
02.   Spiral Down
03.   Give Up The Rest
04.   Hollow Way
05.   Immaculate Desire
06.   Closed Season
07.   The Spell Is Cast
08.   Danse Macabre
09.   Rain Bird
10.   Behold The Silence

Durée : 54:02

line up
parution
19 Avril 2010

voir aussi
Klone
Klone
Démo (Démo)

2002 - Autoproduction
  
Klone
Klone
Duplicate

2003 - Autoproduction
  
7th Nemesis / Klone / Zubrowska
7th Nemesis / Klone / Zubrowska
Reader's Choice (Split-CD)

2009 - VS Webzine Records
  

Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique
Schammasch
Contradiction
Lire la chronique
Striker
City Of Gold
Lire la chronique
Chroniques à la con ! 12 : Back from the dead
Lire le dossier
Anathema
Distant Satellites
Lire la chronique