chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
52 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Drudkh - Blood In Our Wells

Chronique

Drudkh Blood In Our Wells
Ce quatrième album de Drudkh propose un black metal à la fois mélodique et puissant, poursuivant la ligne tracée par The Swan Road. On y retrouve l'alternance entre accalmies folk et rage épique, les textes de poètes ukrainiens chantés dans la langue natale du groupe et l'instrumentale concluant le disque. Les nouveautés sont à chercher du côté de la forte présence des soli techniques mais toujours au service de la musique, des quelques samples provenant du film « Mamay », ainsi que de certains moments presque progressifs, comme sur « Eternity » ou « When The Flames Turns To Ashes ». La production est naturelle, sèche et contrastée : douce dans les moments atmosphériques, dure quand la violence se fait sentir. Les mélodies se situent à la croisée des différentes créations du groupe : « Furrows Of Gods » possède la force de The Swan Road, les mélodies entrainantes de Autumn Aurora sont décelables sur « Eternity » et les mid-tempo qui fleurent bon la terre sous la pluie de Forgotten Legends trouvent leur place sur « Solitude » et « When The Flames Turns To Ashes ». Les compositions sont labyrinthiques, les enchainements inattendus voire surprenants comme cette accélération soudaine sur « Solitude ». Si un album comme Estrangement pèche par ses chansons semblant incomplètes, Blood In Our Wells montre des ukrainiens orfèvres, polissant l'écrin sans trahir l'aspect brut du joyau.

Voilà pour la forme. Maintenant, passons à l'essentiel.

Je ne suis jamais allé en Ukraine et connais les pays de l'Est seulement par le peu de leur Histoire parvenu jusqu'à mon cerveau. Ce peu a été suffisant pour que je développe une image mentale de ce qu'ils peuvent être, un fantasme de contrée profondément nostalgique et décadent, des cultures autrefois riches et vivantes mais meurtries et en quête d'une identité que les différentes invasions (autrichienne ou soviétique pour donner des exemples) ont détruite.

A l'écoute de Blood In Our Wells, j'ai l'impression d'avoir vu juste. The Swan Road préfigurait une nouvelle direction, une musique moins portée sur la nature, allant vers une ambiance plus abstraite, historique. Cette vision dévoile tout son sens ici. « Furrows Of Gods » est une nation réclamant sa grandeur passée, forte d'une voix vengeresse d'une violence jusqu'alors inconnue chez Drudkh : une colère rentrée, sous-jacente, qui se dévoile au fur et à mesure et finit par porter autant d'émotions que les autres instruments. Ce qui étonne de prime abord, c'est le spleen qui se dégage des morceaux. Malgré une volonté de rester accessible sur des formats longs par la répétition tourbillonnante de thèmes, les ukrainiens nous sortent, non pas des passages, mais des monceaux entiers de tristesse. « Solitude » porte bien son nom tant l'exil déçu et l'introspection transpirent de ses guitares de plus en plus aériennes et mélancoliques. Drudkh développe alors une forme de romantisme dans son sens authentique : une poésie antimoderne, passéiste, une noblesse révolue contemplant un présent trop fade, trop vide. Pourtant, une forme de bonheur transparait, comme si en invoquant le temps des ancêtres, ces derniers montraient qu'ils étaient toujours là, dans les pierres. « Eternity » est une danse irrésistible qui calme la déchirure du final de « When The Flames Turns To Ashes » (cette batterie…). Ce sentiment d'assister à l'ultime révérence des anciens ne désemplit pas sur « Ukrainian Insurgent Army », appel aux armes qui en deux riffs t'empoigne à t'évanouir.

Drudkh a écrit ici sa déclaration d'amour à l'Ukraine : une passion déçue, en colère, presque de la haine pour cette ombre de pays. Le choc est rude. Personnellement j'ai du mal à reprendre une vie normale après l'écoute de cet album, malgré l'habitude qu'apportent les années. Aucun album n'a aussi bien retranscrit la nostalgie, ce souvenir contre lequel l'actuel pâlit.

Comme ces traces d'un ailleurs semblant plus vivant, Blood In Our Wells restera.

Season Of Mist a réédité cette année cet album, ainsi que tous ceux sortis sur Supernal, à l'exception de Estrangement. Au programme, un nouvel artwork respectant l'essence de la musique (et sans ce logo immonde qui caractérise les sorties Supernal de Drudkh), ainsi qu'une production remasterisée permettant de mieux profiter des différents instruments, surtout la basse. La version originale étant difficilement trouvable de nos jours à un bon prix, vous savez ce qu'il vous reste à faire pour acquérir ce disque.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Momos citer
Momos
04/01/2014 01:12
note: 10/10
4 ans plus tard, je tenais à dire que cette chronique reste une des meilleures que j'ai jamais lu. La description -pourtant peu évidente à réaliser- est parfaite, tu as bien capturé l'essence de cet album terrible.

Un des albums les plus adaptés à mon affreuse ville natale et que j'écoutais en boucle quand je m'y emmerdais (comprendre : souvent).
Ikea citer
Ikea
24/02/2011 17:46
note: 9.5/10
Merci à toi Geisterber !

Pour la note, barf, j'ai toujours eu du mal à noter un album (une échelle trop définitive faisant oublier que les avis peuvent changer) mais à ce niveau, c'est vraiment une question de feeling Sourire
Geisterber citer
Geisterber
24/02/2011 17:35
note: 9/10
Excellente chronique Ikea! Les chroniques de cet album pullulent sur le net, et j'en ai lu un certain nombre, mais honnêtement la tienne est pour moi celle qui vaut le mieux cet album terrifiant de grandeur et de pureté. Je trouve juste un peu dommage que tu n'aies pas osé, après ce que tu mets dans les dernières lignes de ta chronique concernant ta perception de l'album, franchir le terrible défi du 10/10!
Chargée en permanence par cette force émotionnelle des riffs de Saenko, sur lesquels se pose la voix sincère de Thurios, l'intensité de cet album ne descend jamais. Un des meilleurs albums de DRUDKH c'est clair, de même qu'un grand classique de la scène ukrainienne! Tous ces mots pour dire que je suis tout à fait d'accord avec cette chronique, un bien beau travail en tout cas.
J'arrive un peu après la bataille mais merci!
Ikea citer
Ikea
30/05/2010 08:01
note: 9.5/10
Je suis d'accord, c'est évident. En plus il écoute du screamo.
John citer
John
29/05/2010 20:27
ikea est gay
citer
(ancien membre)
27/05/2010 22:27
qui ici pense que ikea est gay

-moi
citer
(ancien membre)
27/05/2010 20:20
;_;
Arnaud citer
Arnaud
27/05/2010 19:19
Quelle mandale lors de sa découverte en 2006, au même titre que "Om" de NEGURA BUNGET. Pas un morceau à jeter, une construction parfaite, des riffs prenants, les rares solos sont génials....
L'ambiance est magnifique, toujours ce côté mélancolique qui vous met des frissons, il y a un truc unique sur cet album.

EPIQUE.
Yz citer
Yz
27/05/2010 18:03
note: 9/10
Bravo pour la chronique, ça a pas du être facile. Sinon bah c'est clairement leur meilleur album, un grand album.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Drudkh
Black Metal
2006 - Supernal Music
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (25)  8.86/10
Webzines : (14)  8.74/10

plus d'infos sur
Drudkh
Drudkh
Black metal - 2002 - Ukraine
  

tracklist
01.   Nav'
02.   Furrows Of Gods
03.   When The Flames Turns To Ashes
04.   Solitude
05.   Eternity
06.   Ukrainian Insurgent Army

Durée : 50 Mns

line up
voir aussi
Drudkh
Drudkh
Forgotten Legends

2003 - Supernal Music
  
Drudkh
Drudkh
The Swan Road

2005 - Supernal Music
  
Drudkh
Drudkh
Estrangement

2007 - Supernal Music
  
Drudkh
Drudkh
A Furrow Cut Short
(Борозна обірвалася)

2015 - Season Of Mist
  
Drudkh / Paysage D'Hiver
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (Split-CD)

2017 - Underground Activists
  

Essayez aussi
Revenge
Revenge
Scum.Collapse.Eradication.

2012 - Osmose Productions
  
Various Artists
Various Artists
Tliltic Tlapoyauak (Compil.)

2013 - The Ajna Offensive / Crepusculo Negro
  
Runespell
Runespell
Unhallowed Blood Oath

2017 - Iron Bonehead Productions
  
Ascension
Ascension
Under Ether

2018 - World Terror Committee Records
  
Conspiracy
Conspiracy
Concordat

2009 - Pulverised Records
  

Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique