chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
38 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Cryptopsy - Whisper Supremacy

Chronique

Cryptopsy Whisper Supremacy
2 ans seulement après leur album culte "None So Vile", les québécois de Cryptopsy ont décidé de changer la formule qui leur a permis de pondre leurs deux excellents premiers albums. Après la mort de leur ancien label, Wrong Again Records, Cryptopsy est passé chez Century Media (qui lui ne mourra pas, c'est sûr), ce qui lui a assuré des moyens plus conséquents, ainsi qu'une diffusion plus large. Et après le départ de Lord Worm (excellent hurleur d'outre tombe), le groupe s'est agrandi, recrutant au passage un second guitariste, Miguel Roy, ainsi qu'un nouveau hurleur, Mike DiSalvo.

Et s'il y a bien un mot qui colle à merveille à cet album, c'est bien SURHUMAIN !!! Le Cryptopsy cru 1998 ne fait pas dans la dentelle et fait désormais ce que j'appellerai du zapping musical. En effet, les morceaux sont ultra rapides et il est vraiment (très) rare que l'on reste sur le même tempo plus de 20 secondes. Et s'il n'y avait que les structures de complexe... Et non, les riffs le sont également dans leur composition et ils sont d'une brutalité rarement atteinte. Alors autant vous dire que l'ensemble donne un truc franchement incompréhensible (genre passage du Concorde à basse altitude) au premier abord et qui le reste encore longtemps après.

Et ce "Whisper Supremacy" est aussi l'album de la découverte de Mike DiSalvo, le nouveau frontman du quintette. Le changement est assez radical avec Lord Worm, où l'on passe d'une voix brutal death caverneuse, à une voix qui tire plutôt vers le thrash/hardcore, hurlée et haineuse à souhait. Personnellement, je regrette un peu Lord Worm car sa voix collait mieux au style, mais Mike s'en sort plutôt bien et ne fait vraiment pas tâche. Rien à dire sur le nouveau guitariste : il assure comme une bête et il suffit d'écouter 2 minutes de l'album pour se rendre compte que ça ne doit vraiment pas être évident. Cryptopsy nous offre encore ici, un témoignage de leur immense maîtrise technique, fer de lance de leur style, avec un Flo Mounier qui assure toujours autant derrière ses fûts.

Malheureusement, du fait de sa grande complexité, "Whisper Supremacy" perd en efficacité, là où "None So Vile" visait juste. Certes, les morceaux sont plutôt bons et sont qualitativement égaux, mais le salut de cet album ne se trouvera que dans la confiance que vous accorderez à ce groupe. Après de (très) nombreuses écoutes, je commence seulement à m'éclater en l'écoutant, et c'est parce que j'adore ce groupe et que je n'ai pas renoncé. Je comprendrais que vous passiez à autre chose. Je vous le dis, cet album est une épreuve physique !!! Si vous avez l'occasion d'y jeter une oreille, les morceaux les plus accrocheurs sont sans doute "Cold Hate, Warm Blood", avec ses passages en son clair (unique dans la discographie de Cryptopsy) et son excellent solo, et "Faceless Unknown" et son intro à se taper la tête contre les murs. Je regrette également qu'il n'y ait pas un peu plus de solos car Jon Levasseur fait vraiment des merveilles (écoutez le solo de "Cold Hate, Warm Blood" !!!).

Un des grands changements qu'apporte ce nouvel opus, concerne le son. Cette fois-ci, Cryptopsy a bénéficié des services de Pierre Rémillard, qui a fait des merveilles, leur offrant un son gras d'une puissance remarquable. Le mixage est excellent et chaque instrument ressort parfaitement et au bon moment. C'est vraiment un plus pour le groupe car il est évident qu'avec un son comme celui des premières productions, cet album en aurait vraiment souffert, surtout au niveau de la compréhension.

Attention, ce "Whisper Supremacy" s'adresse avant tout à un public averti, adepte d'expériences extrêmes et d'albums (ultra) complexes, un public qui à l'habitude de passer du temps à écouter un album sans rien n'y comprendre et qui arrive à se convaincre que ça vaut le coup de se faire chier. Et ne vous fiez pas à sa courte durée (31 minutes) : c'est amplement suffisant pour vous retourner la tête. Un album dont vous aurez du mal à vous lasser, si vous arrivez à l'apprécier.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

5 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
15/09/2006 21:29
note: 9/10
Chris a écrit : Ander a écrit : Un disque très intense et technique, son seul défaut c' est pour moi d' "arriver" après Once Was Not qui est plus efficace, varié et sombre...

Whisper Supremacy 1998
Once Was Not 2005

tu le vois ou le "après"? Moqueur


J' ai eu Once Was Not avant Whisper Supremacy, j' ai mis exprès arriver entre guillemts pour comprendre que je "parlais" pas des dates de sortie des deux albums mais de la date auquel je les ai eu. Clin d'oeil

Bon finalement après réécoute des deux albums je préfère celui-là, prod énorme bien grasse qui laisse entendre bien tout les instruments, chant de fou bien que plus classique que celui de Lord Worm, et tout simplement mon album le plus bourrin technique!

Jouissif! Sourire
Chris citer
Chris
15/09/2006 19:16
note: 9/10
Ander a écrit : Un disque très intense et technique, son seul défaut c' est pour moi d' "arriver" après Once Was Not qui est plus efficace, varié et sombre...

Whisper Supremacy 1998
Once Was Not 2005

tu le vois ou le "après"? Moqueur
Ander citer
Ander
15/09/2006 16:55
note: 9/10
Un disque très intense et technique, son seul défaut c' est pour moi d' "arriver" après Once Was Not qui est plus efficace, varié et sombre...
Chris citer
Chris
22/03/2005 19:10
note: 9/10
absolument démentiel!
Deca citer
Deca
09/05/2004

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Cryptopsy
Brutal death ultra technique
1998 - Century Media
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (16)  8.59/10
Webzines : (8)  8.43/10

plus d'infos sur
Cryptopsy
Cryptopsy
Brutal Deathcore Technico-Chaotique - Canada
  

tracklist
01.   Emaciate
02.   Cold Hate, Warm Blood
03.   Loathe
04.   White Worms
05.   Flame To The Surface
06.   Depths You've Fallen
07.   Faceless Unknown
08.   Serpent's Coil

Durée totale : 31:10

line up
voir aussi
Cryptopsy
Cryptopsy
None So Live (Live)

2003 - Century Media
  
Cryptopsy
Cryptopsy
Blasphemy Made Flesh

1994 - Displeased Records
  
Cryptopsy
Cryptopsy
And Then You'll Beg

2000 - Century Media
  
Cryptopsy
Cryptopsy
Once Was Not

2005 - Century Media
  
Cryptopsy
Cryptopsy
Cryptopsy

2012 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Brain Drill
Brain Drill
The Parasites (EP)

2006 - Unfun Records
  
Devourment
Devourment
Butcher The Weak (re-release)

2006 - Brutal Bands
  
Internal Suffering
Internal Suffering
Awakening Of The Rebel

2006 - Unique Leader Records
  
Brodequin
Brodequin
Methods Of Execution

2004 - Unmatched Brutality
  
Cephalotripsy
Cephalotripsy
Uterovaginal Insertion Of Extirpated Anomalies

2007 - Amputated Vein
  

Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique
Schammasch
Contradiction
Lire la chronique