chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
46 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Illdisposed - Retro

Chronique

Illdisposed Retro (Compil.)
Intercalé entre l'excellent « TISRITSOD » - si vous cherchez désespérément la signification de ce sigle barbare, de trois choses l'une : soit vous n'êtes pas fan d'ILLDISPOSED, soit vous n'avez jamais vu « Last Action Hero ,» soit vous n'avez jamais lu Shakespeare. Dans tous les cas de figure,comment diable avez-vous échoué ici ? – et un « Kokaiinum » vaguement plaisant mais enregistré à la va vite, « Retro » est comme l'indique son titre une invitation à se pencher sur les groupes de la génération précédente ayant influencé le combo de death danois. Un melting pot de reprises donc, soit le genre d'exercice auxquels se plient généralement les groupes en manque d'inspiration désireux de meubler l'espace entre deux sorties plus ambitieuses. A peu près aussi passionnants que les témoignages live sans l'image, les cover albums sont souvent source de déception pour le fan désireux de retrouver l'intensité habituelle des compositions de ses groupes favoris et je ne garde pas un très bon souvenir de « Coverkill » (OVERKILL, 1999), « Garage Inc. » (METALLICA, 1998), « Metal Jukebox » (HELLOWEEN, 1999) ou encore « Sons Of Satan Praise The Lord » (ENTOMBED, 2002), sans parler des « Graveyard Classics » dont SIX FEET UNDER s'est malheureusement fait une spécialité.

Comme bon nombre de ses devanciers en la matière, ILLDISPOSED tape lui aussi dans le travestissement de genres moins extrêmes à la sauce death metal et sans surprise, les titres les plus rock du lot sont ici à peine passables, que ce soit le « Nightmare » de VENOM ou le « Killed By Death » de MOTÖRHEAD, deux groupes que j'ai toujours très modérément apprécié à la base. En portant leur choix sur un titre assez obscur de la bande à Angus Young (« Beating Around The Bush »), les hommes du nord s'en sortent bien mieux et le contraste entre le registre ultra guttural de Bo Summer et la structure classic hard rock fonctionne à plein régime, comme la relecture surprenante et étonnament subtile – pour ILLDISPOSED, s'entend – du « Rapture » de PARADISE LOST, quasiment touchée par la grâce lors des passages les plus mélodiques et mélancoliques (un passage lead particulièrement poignant à 3 :37) d'un titre qui fait regretter la période doom death des anglais. Pour le reste, et c'est la grande force de ce disque, ILLDISPOSED reste dans un registre clairement extrême assez, voire très proche de son registre habituel, le groove pachydermique qui reste la marque de fabrique des danois faisant toute la différence sur l'excellente « Cromlech » de DARKTHRONE, traversée d'éclairs de sauvagerie death thrash de toute beauté, ambiance lourde et occulte à l'appui. Pesanteur assurée également sur « None Shall Defy » de INFERNAL MAJESTY, garante de la même efficacité avant que le groupe ne déçoive quelque peu sur une interprétation du « Reek Of Putrefaction » de CARCASS un peu trop sage et proprette à mon goût. Trop lente, trop proche de l'originale malgré le côté rouleau compresseur de l'ensemble? Il y a de ça mais la recette fonctionne tellement bien sur le reste de la galette que l'on n'en voudra pas aux géniteurs de « Submit » d'avoir tenté la même approche avec le gore grind visceral de Bill Steer et Jeff Walker.

Car pour le reste, c'est carton plein avec des remakes rivalisant souvent avec les versions d'origine comme en témoignent le redoutable lifting opéré sur « Gasping For Air » (AUTOPSY) ou « Out Of The Body » (PESTILENCE), sur laquelle Bo Summer imite Martin Van Drunen à la perfection. Mais que dire de l'orgasmique « Open Casket » (DEATH) qui donne furieusement envie de se repasser « Leprosy » en boucle, le guitariste lead Tore Pimp Mogensen se livrant à un véritable festival de solis en rejetant Rick Rozz dans l'ombre (pour ne pas dire Chuck, de peur que notre Yahourt national ne me traîne devant les tribunaux), le tarif étant le même sur une « Intoxicated » monstrueusement jouissive à ce niveau. Le death old school, un terrain de jeu idéal pour le caisson de basses Bo Summer, dégainant à nouveau ses vomissement hauts perchés à l'heure de faire son John Tardy sur une reprise de OBITUARY à faire des ricochets avec ses cervicales, le summum de l'efficacité étant définitivement atteint à 0 :39 lorsqu'un couinement lead caractéristique d'Allen West se voit remplacé par un authentique henissement de canasson. Légendaire ! J'en ai encore mal aux côtes quatre ans après la première écoute et ce grand moment d'hilarité death métallique justifie à lui seul l'acquisition d'un album de reprises plus homogène et nettement plus efficace qu'à l'accoutumée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Illdisposed
Death metal
2000 - DieHard Music
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  3.8/5

plus d'infos sur
Illdisposed
Illdisposed
Death metal - Danemark
  

tracklist
01.  Cromlech (DARKTHRONE)
02.  None Shall Defy (INFERNAL MAJESTY)
03.  Reek Of Putrefaction (CARCASS)
04.  Rapture (PARADISE LOST)
05.  Nightmare (Venom)
06.  Gasping For Air (AUTOPSY)
07.  Open Casket (DEATH)
08.  Killed By Death (MOTÖRHEAD)
09.  Intoxicated (OBITUARY)
10.  Beating Around The Bush (AC/DC)

Durée : 51:53

line up
voir aussi
Illdisposed
Illdisposed
1-800 Vindication

2004 - Roadrunner Records
  
Illdisposed
Illdisposed
With The Lost Souls On Our Side

2014 - Massacre Records
  
Illdisposed
Illdisposed
Burn Me Wicked

2006 - Roadrunner Records
  
Illdisposed
Illdisposed
There Is Light (But It's Not For Me)

2011 - Massacre Records
  
Illdisposed
Illdisposed
The Prestige

2008 - AFM Records
  

Essayez aussi
Yyrkoon
Yyrkoon
Unhealthy Opera

2006 - Osmose Productions
  
Funest
Funest
Desecrating Obscurity

2014 - Memento Mori
  
Death
Death
Symbolic

1995 - Roadrunner Records
  
Asphyx
Asphyx
Deathhammer

2012 - Century Media
  
Epitaph
Epitaph
Seeming Salvation

1993 - Thrash Records
  

Author & Punisher
Ursus Americanus
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Lugal Ki En
Lire la chronique
Torturerama
It Begins At Birth (EP)
Lire la chronique
Ghost Bath
Moonlover
Lire la chronique
Megamix
Jouer au blindtest
Nocternity
Onyx (Rééd.)
Lire la chronique
Satanic Warmaster
Fimbulwinter
Lire la chronique
Night Demon
Curse Of The Damned
Lire la chronique
Marilyn Manson
The Pale Emperor
Lire la chronique
Legion Of Andromeda
Iron Scorn
Lire la chronique
Finsterforst
Mach dich frei
Lire la chronique
Thulcandra
Ascension Lost
Lire la chronique
Num Skull
Ritually Abused
Lire la chronique
Totem Skin
Still Waters Runs Deep
Lire la chronique
Leviathan
True Traitor, True Whore
Lire la chronique
Ethereal
Opus Aethereum
Lire la chronique
Quel format de musique achetez-vous le plus ?
Pour ceux qui achètent ou pas
Voir le sondage
Macabre
Dahmer
Lire la chronique
Sinmara
Aphotic Womb
Lire la chronique
Irkallian Oracle
Grave Ekstasis
Lire la chronique
Amenra
Mass V
Lire la chronique
Bilan 2014
Lire le bilan
Darkall Slaves
Transcendental State Of Abs...
Lire la chronique
Vardan
Verses from Ancient Times
Lire la chronique
Mudbath
Corrado Zeller
Lire la chronique
Hate Storm Annihilation
Storm of Flames
Lire la chronique
Archgoat
The Apocalyptic Triumphator
Lire la chronique
Athanatos
Unholy Union (Démo)
Lire la chronique
De Hellhammer à Nicholas Barker
Jouer à The Small Metal World Experiment
Horrendous
Sweet Blasphemies (Rééd.)
Lire la chronique