chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Illdisposed - Retro

Chronique

Illdisposed Retro (Compil.)
Intercalé entre l'excellent « TISRITSOD » - si vous cherchez désespérément la signification de ce sigle barbare, de trois choses l'une : soit vous n'êtes pas fan d'ILLDISPOSED, soit vous n'avez jamais vu « Last Action Hero ,» soit vous n'avez jamais lu Shakespeare. Dans tous les cas de figure,comment diable avez-vous échoué ici ? – et un « Kokaiinum » vaguement plaisant mais enregistré à la va vite, « Retro » est comme l'indique son titre une invitation à se pencher sur les groupes de la génération précédente ayant influencé le combo de death danois. Un melting pot de reprises donc, soit le genre d'exercice auxquels se plient généralement les groupes en manque d'inspiration désireux de meubler l'espace entre deux sorties plus ambitieuses. A peu près aussi passionnants que les témoignages live sans l'image, les cover albums sont souvent source de déception pour le fan désireux de retrouver l'intensité habituelle des compositions de ses groupes favoris et je ne garde pas un très bon souvenir de « Coverkill » (OVERKILL, 1999), « Garage Inc. » (METALLICA, 1998), « Metal Jukebox » (HELLOWEEN, 1999) ou encore « Sons Of Satan Praise The Lord » (ENTOMBED, 2002), sans parler des « Graveyard Classics » dont SIX FEET UNDER s'est malheureusement fait une spécialité.

Comme bon nombre de ses devanciers en la matière, ILLDISPOSED tape lui aussi dans le travestissement de genres moins extrêmes à la sauce death metal et sans surprise, les titres les plus rock du lot sont ici à peine passables, que ce soit le « Nightmare » de VENOM ou le « Killed By Death » de MOTÖRHEAD, deux groupes que j'ai toujours très modérément apprécié à la base. En portant leur choix sur un titre assez obscur de la bande à Angus Young (« Beating Around The Bush »), les hommes du nord s'en sortent bien mieux et le contraste entre le registre ultra guttural de Bo Summer et la structure classic hard rock fonctionne à plein régime, comme la relecture surprenante et étonnament subtile – pour ILLDISPOSED, s'entend – du « Rapture » de PARADISE LOST, quasiment touchée par la grâce lors des passages les plus mélodiques et mélancoliques (un passage lead particulièrement poignant à 3 :37) d'un titre qui fait regretter la période doom death des anglais. Pour le reste, et c'est la grande force de ce disque, ILLDISPOSED reste dans un registre clairement extrême assez, voire très proche de son registre habituel, le groove pachydermique qui reste la marque de fabrique des danois faisant toute la différence sur l'excellente « Cromlech » de DARKTHRONE, traversée d'éclairs de sauvagerie death thrash de toute beauté, ambiance lourde et occulte à l'appui. Pesanteur assurée également sur « None Shall Defy » de INFERNAL MAJESTY, garante de la même efficacité avant que le groupe ne déçoive quelque peu sur une interprétation du « Reek Of Putrefaction » de CARCASS un peu trop sage et proprette à mon goût. Trop lente, trop proche de l'originale malgré le côté rouleau compresseur de l'ensemble? Il y a de ça mais la recette fonctionne tellement bien sur le reste de la galette que l'on n'en voudra pas aux géniteurs de « Submit » d'avoir tenté la même approche avec le gore grind visceral de Bill Steer et Jeff Walker.

Car pour le reste, c'est carton plein avec des remakes rivalisant souvent avec les versions d'origine comme en témoignent le redoutable lifting opéré sur « Gasping For Air » (AUTOPSY) ou « Out Of The Body » (PESTILENCE), sur laquelle Bo Summer imite Martin Van Drunen à la perfection. Mais que dire de l'orgasmique « Open Casket » (DEATH) qui donne furieusement envie de se repasser « Leprosy » en boucle, le guitariste lead Tore Pimp Mogensen se livrant à un véritable festival de solis en rejetant Rick Rozz dans l'ombre (pour ne pas dire Chuck, de peur que notre Yahourt national ne me traîne devant les tribunaux), le tarif étant le même sur une « Intoxicated » monstrueusement jouissive à ce niveau. Le death old school, un terrain de jeu idéal pour le caisson de basses Bo Summer, dégainant à nouveau ses vomissement hauts perchés à l'heure de faire son John Tardy sur une reprise de OBITUARY à faire des ricochets avec ses cervicales, le summum de l'efficacité étant définitivement atteint à 0 :39 lorsqu'un couinement lead caractéristique d'Allen West se voit remplacé par un authentique henissement de canasson. Légendaire ! J'en ai encore mal aux côtes quatre ans après la première écoute et ce grand moment d'hilarité death métallique justifie à lui seul l'acquisition d'un album de reprises plus homogène et nettement plus efficace qu'à l'accoutumée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Illdisposed
Death metal
2000 - DieHard Music
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  3.8/5

plus d'infos sur
Illdisposed
Illdisposed
Death metal - Danemark
  

tracklist
01.  Cromlech (DARKTHRONE)
02.  None Shall Defy (INFERNAL MAJESTY)
03.  Reek Of Putrefaction (CARCASS)
04.  Rapture (PARADISE LOST)
05.  Nightmare (Venom)
06.  Gasping For Air (AUTOPSY)
07.  Open Casket (DEATH)
08.  Killed By Death (MOTÖRHEAD)
09.  Intoxicated (OBITUARY)
10.  Beating Around The Bush (AC/DC)

Durée : 51:53

line up
voir aussi
Illdisposed
Illdisposed
Kokaiinum

2001 - DieHard Music
  
Illdisposed
Illdisposed
There Is Light (But It's Not For Me)

2011 - Massacre Records
  
Illdisposed
Illdisposed
The Prestige

2008 - AFM Records
  
Illdisposed
Illdisposed
With The Lost Souls On Our Side

2014 - Massacre Records
  
Illdisposed
Illdisposed
Burn Me Wicked

2006 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Bölzer
Bölzer
Aura (EP)

2013 - Iron Bonehead Productions
  
Vomitory
Vomitory
Opus Mortis VIII

2011 - Metal Blade
  
Immolation
Immolation
Majesty and Decay

2010 - Nuclear Blast
  
Dismember
Dismember
Dismember

2008 - Regain Records
  
Convulse
Convulse
World Without God

1991 - Thrash Records
  

Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique