chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
55 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Illdisposed - Retro

Chronique

Illdisposed Retro (Compil.)
Intercalé entre l'excellent « TISRITSOD » - si vous cherchez désespérément la signification de ce sigle barbare, de trois choses l'une : soit vous n'êtes pas fan d'ILLDISPOSED, soit vous n'avez jamais vu « Last Action Hero ,» soit vous n'avez jamais lu Shakespeare. Dans tous les cas de figure,comment diable avez-vous échoué ici ? – et un « Kokaiinum » vaguement plaisant mais enregistré à la va vite, « Retro » est comme l'indique son titre une invitation à se pencher sur les groupes de la génération précédente ayant influencé le combo de death danois. Un melting pot de reprises donc, soit le genre d'exercice auxquels se plient généralement les groupes en manque d'inspiration désireux de meubler l'espace entre deux sorties plus ambitieuses. A peu près aussi passionnants que les témoignages live sans l'image, les cover albums sont souvent source de déception pour le fan désireux de retrouver l'intensité habituelle des compositions de ses groupes favoris et je ne garde pas un très bon souvenir de « Coverkill » (OVERKILL, 1999), « Garage Inc. » (METALLICA, 1998), « Metal Jukebox » (HELLOWEEN, 1999) ou encore « Sons Of Satan Praise The Lord » (ENTOMBED, 2002), sans parler des « Graveyard Classics » dont SIX FEET UNDER s'est malheureusement fait une spécialité.

Comme bon nombre de ses devanciers en la matière, ILLDISPOSED tape lui aussi dans le travestissement de genres moins extrêmes à la sauce death metal et sans surprise, les titres les plus rock du lot sont ici à peine passables, que ce soit le « Nightmare » de VENOM ou le « Killed By Death » de MOTÖRHEAD, deux groupes que j'ai toujours très modérément apprécié à la base. En portant leur choix sur un titre assez obscur de la bande à Angus Young (« Beating Around The Bush »), les hommes du nord s'en sortent bien mieux et le contraste entre le registre ultra guttural de Bo Summer et la structure classic hard rock fonctionne à plein régime, comme la relecture surprenante et étonnament subtile – pour ILLDISPOSED, s'entend – du « Rapture » de PARADISE LOST, quasiment touchée par la grâce lors des passages les plus mélodiques et mélancoliques (un passage lead particulièrement poignant à 3 :37) d'un titre qui fait regretter la période doom death des anglais. Pour le reste, et c'est la grande force de ce disque, ILLDISPOSED reste dans un registre clairement extrême assez, voire très proche de son registre habituel, le groove pachydermique qui reste la marque de fabrique des danois faisant toute la différence sur l'excellente « Cromlech » de DARKTHRONE, traversée d'éclairs de sauvagerie death thrash de toute beauté, ambiance lourde et occulte à l'appui. Pesanteur assurée également sur « None Shall Defy » de INFERNAL MAJESTY, garante de la même efficacité avant que le groupe ne déçoive quelque peu sur une interprétation du « Reek Of Putrefaction » de CARCASS un peu trop sage et proprette à mon goût. Trop lente, trop proche de l'originale malgré le côté rouleau compresseur de l'ensemble? Il y a de ça mais la recette fonctionne tellement bien sur le reste de la galette que l'on n'en voudra pas aux géniteurs de « Submit » d'avoir tenté la même approche avec le gore grind visceral de Bill Steer et Jeff Walker.

Car pour le reste, c'est carton plein avec des remakes rivalisant souvent avec les versions d'origine comme en témoignent le redoutable lifting opéré sur « Gasping For Air » (AUTOPSY) ou « Out Of The Body » (PESTILENCE), sur laquelle Bo Summer imite Martin Van Drunen à la perfection. Mais que dire de l'orgasmique « Open Casket » (DEATH) qui donne furieusement envie de se repasser « Leprosy » en boucle, le guitariste lead Tore Pimp Mogensen se livrant à un véritable festival de solis en rejetant Rick Rozz dans l'ombre (pour ne pas dire Chuck, de peur que notre Yahourt national ne me traîne devant les tribunaux), le tarif étant le même sur une « Intoxicated » monstrueusement jouissive à ce niveau. Le death old school, un terrain de jeu idéal pour le caisson de basses Bo Summer, dégainant à nouveau ses vomissement hauts perchés à l'heure de faire son John Tardy sur une reprise de OBITUARY à faire des ricochets avec ses cervicales, le summum de l'efficacité étant définitivement atteint à 0 :39 lorsqu'un couinement lead caractéristique d'Allen West se voit remplacé par un authentique henissement de canasson. Légendaire ! J'en ai encore mal aux côtes quatre ans après la première écoute et ce grand moment d'hilarité death métallique justifie à lui seul l'acquisition d'un album de reprises plus homogène et nettement plus efficace qu'à l'accoutumée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Illdisposed
Death metal
2000 - DieHard Music
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  3.5/5
Webzines : (5)  3.81/5

plus d'infos sur
Illdisposed
Illdisposed
Death metal - 1991 - Danemark
  

tracklist
01.  Cromlech (DARKTHRONE)
02.  None Shall Defy (INFERNAL MAJESTY)
03.  Reek Of Putrefaction (CARCASS)
04.  Rapture (PARADISE LOST)
05.  Nightmare (Venom)
06.  Gasping For Air (AUTOPSY)
07.  Open Casket (DEATH)
08.  Killed By Death (MOTÖRHEAD)
09.  Intoxicated (OBITUARY)
10.  Beating Around The Bush (AC/DC)

Durée : 51:53

line up
voir aussi
Illdisposed
Illdisposed
Kokaiinum

2001 - DieHard Music
  
Illdisposed
Illdisposed
With The Lost Souls On Our Side

2014 - Massacre Records
  
Illdisposed
Illdisposed
There Is Light (But It's Not For Me)

2011 - Massacre Records
  
Illdisposed
Illdisposed
Sense The Darkness

2012 - Massacre Records
  
Illdisposed
Illdisposed
1-800 Vindication

2004 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Nominon
Nominon
Terra Necrosis

2007 - Konqueror Records
  
Desultory
Desultory
Into Eternity

1993 - Metal Blade
  
Troglodyte
Troglodyte
Don't Go In The Woods

2012 - Autoproduction
  
Repulsion
Repulsion
Horrified

1989 - Necrosis
  
Supreme Pain
Supreme Pain
Cadaver Pleasures

2008 - Comatose Music
  

Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique