chargement...

haut de page
57 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Cult of Luna - Somewhere Along The Highway

Chronique

Cult of Luna Somewhere Along The Highway
Cette fois, ils ont pris le temps. Salvation m'avait retourné les tripes mais était peut-être sorti un peu vite. J'y trouvais à redire : l'intégration du post rock au sein des morceaux me semblait parfois bancale et synonyme de longueurs dispensables et ce malgré des moments géniaux comme « Leave Me Here ». Ce dernier et bien d'autres (raaaah « Echoes » !) présageaient malgré tout d'un futur prospère pour Cult Of Luna, là où de nombreux groupes se sont cassés les dents à apaiser leurs tourments (qui a dit Callisto ?).

Somewhere Along The Highway renouvelle cette direction prise et confirme les espoirs portés. Il décontenance d'abord, par sa musique plus post rock et ses morceaux dénués de violence (« Marching To The Heartbeats » et « And With Her Came The Birds », deux moments de calme que n'auraient pas renié Mogwai) ainsi que par son chant rauque peu présent. Il en est de même pour la voix d'ange de Salvation, décelable sur « Thirtyfour » mais délaissée au profit d'un murmure grave et posé. Il semble aussi facile d'écoute, accessible sans forcement marquer l'auditeur, ce qui fait que j'ai été déçu au début. A tort, évidemment.

En réalité, cet album se montre plus subtil qu'il n'y parait et s'il est plus calme, il est aussi plus progressif. Cet aspect de leur musique est souvent passé sous silence (il est sans doute plus facile de ressortir les éternels couplets « blablabla Neurosis, blablabla Breach ») mais Somewhere Along The Highway montre une interprétation particulière du prog' par des enchevêtrements de mélodies douces/amères (« Thirtyfour ») et des structures à la fois complexes et naturelles. Le groupe est plus que jamais une entité complète, où tout se mêle. La voix devient un instrument comme les autres, qui marque par son absence et écrase de sa présence, comme les martèlements monocordes de « Thirtyfour ». « Dim » nous prouve que quelques riffs joués comme il faut et avec une intensité grimpante peuvent encore nous envouter. Cult Of Luna dévoile pleinement sa science du riff en 4/4 : des chansons lentes, subtiles dans leurs arrangements et pourtant accrocheuses. Ainsi, les enchainements entre puissance lunaire et apaisement ne se font plus de manière abrupte. Ils sont joués avec fluidité et maîtrise.

Je parle, je parle mais cela ne nous dit pas l'essentiel : oui, ça poutraque (j'essaye un mix de poutre et foutraque pour ceux qui n'auraient pas compris et Dead). Les changements climatiques entre les deux morceaux post rock et leurs successeurs font frissonner l'échine et courber la tête. Les notes à l'angoisse rentrée concluant « And With Her Came The Bird » pèsent sur nos oreilles tandis que l'ouverture de « Thirtyfour » crève le ciel d'une lueur froide avec sa guitare seule, vite rejointe par le plomb des autres instruments. L'apaisante « Marching To The Heartbeats » n'est là que pour renforcer le poids de « Finland » et sa batterie en souffrance. Cult Of Luna est définitivement plus vicieux mais toujours aussi viscéral. Le point d'orgue du disque est « Dark City, Dead Man », compilation des sentiments qui nous ont traversé jusque-là, haute de ses quinze minutes à la pesanteur en bout de course, fatiguée, s'acheminant lentement vers une lumière triste qui est la marque de fabrique des suédois : une joie déchue et étrangement enveloppante.

Somewhere Along The Highway surpasse Salvation tout en développant sa propre identité. Il n'est pas question de figurer une oppression (The Beyond) ou la déchéance de l'Homme moderne (Salvation) mais de simplement exprimer sa souffrance et sa paix telles qu'elles ressortent. Un disque qui est une pause dans la marche du monde, ralentissant la vie autour de nous. Une fois l'écoute terminée, la dernière impression que donne « Dark City, Dead Man » est que Cult Of Luna nous rejette dans une normalité trop assourdissante et vive pour être supportable. Comme si nous étions là, quelque part le long de l'autoroute.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

7 COMMENTAIRE(S)

Solo Necrozis citer
Solo Necrozis
16/06/2010 13:18
Belle chronique! Impossible pour moi d'avoir un album préféré avec Cult of Luna tellement ils savent varier les plaisirs au fil des sorties. Finland
Ikea citer
Ikea
15/06/2010 11:47
note: 8.5/10
Sourire
Saikicekon citer
Saikicekon
14/06/2010 23:20
RRRAAAHH
Ca fait plaisir que tu sois dans la Team Ikea !
Worthless citer
Worthless
14/06/2010 22:35
Comme Barak, l s'apprécie mais je lui préfère Salvation et ses contrastes plus marqués.
Ikea citer
Ikea
14/06/2010 20:51
note: 8.5/10
Barak a écrit : Ah Thirtyfour, quel morceau.

Tu m'étonnes, je viens de me rendre compte que je l'ai cité quatre fois dans ma chronique ahah !

Sinon, mon préféré reste "The Beyond" Sourire
Barak citer
Barak
14/06/2010 20:33
note: 8.5/10
Ah Thirtyfour, quel morceau.
Superbe album, je me le suis réécouté tout à l'heure d'ailleurs et il passe toujours aussi bien. Je lui préfère Salvation, mais ça n'en reste pas moins un pur bijou.
Yz citer
Yz
14/06/2010 18:44
note: 9.5/10
9,5/10 pour moi, rien que ça. Album qui m'a marqué et que je réécoute avec toujours autant de plaisir, mon album préféré de Post-Hardcore en fait.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Cult of Luna
Post Hardcore / Rock
2006 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (7)  8.21/10
Webzines : (27)  8.32/10

plus d'infos sur
Cult of Luna
Cult of Luna
Post Hardcore - Suède
  

écoutez
tracklist
01.  Marching To The Heartbeats
02.  Finland
03.  Back To Chapel Town
04.  And With Her Came The Birds
05.  Thirtyfour
06.  Dim
07.  Dark City, Dead Man

Durée : 64 Mns

line up
voir aussi
Cult of Luna
Cult of Luna
The Beyond

2003 - Earache Records
  
Cult of Luna
Cult of Luna
Salvation

2004 - Earache Records
  
Cult of Luna
Cult of Luna
Cult of Luna

2001 - Earache Records
  
Cult of Luna
Cult of Luna
Vertikal II (EP)

2013 - Indie Recordings
  
Cult of Luna
Cult of Luna
Vertikal

2013 - Indie Recordings
  

Essayez aussi
Cortez / Ventura
Cortez / Ventura
Split 10 (Split-CD)

2005 - Get A Life!
  
Letlive.
Letlive.
The Blackest Beautiful

2013 - Epitaph Records
  
Callisto
Callisto
True Nature Unfolds

2005 - Earache Records
  
At The Soundawn
At The Soundawn
Shifting

2010 - Lifeforce Records
  
Helms Alee
Helms Alee
Weatherhead

2011 - Hydra Head Records
  

chronique Chronique
Unearth
Watchers Of Rule
chronique Chronique
Yob
Clearing the Path to Ascend
interview Interview
Thrashinterview : Julien de Gorod se dévoile
report Live report
Belenos + Melechesh
chronique Chronique
Goatmoon
Voitto tai Valhalla
chronique Chronique
Slipknot
.5: The Gray Chapter
chronique Chronique
Mysticum
Planet Satan
chronique Chronique
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")
chronique Chronique
Manes
Be All End All
report Live report
Beastmilk + Daniel Bay + In Solitude
chronique Chronique
Jean Jean
Symmetry
chronique Chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
chronique Chronique
Tarnkappe
Tussen Hun en de Zon
chronique Chronique
Kruger
Adam And Steve
chronique Chronique
Anaal Nathrakh
Desideratum
chronique Chronique
Le Pré Où Je Suis Mort
Le Pré Où Je Suis Mort (EP)
chronique Chronique
Dawohl
Potestas.Ratio.Iustitia (EP)
chronique Chronique
Loma Prieta
I.V.
chronique Chronique
Grave Digger
Return Of The Reaper
chronique Chronique
Thou / The Body
Released from Love (Coll.)
chronique Chronique
From the Vastland
Temple of Daevas
chronique Chronique
Velnias
Sovereign Nocturnal (Rééd.)
chronique Chronique
Koozar
Koozar / Bangi Vanz Abdul
chronique Chronique
Deathcult
Pleading For Death... Choking On Life (EP)
report Live report
Helvete Underground Festival
Bölzer + Darkspace + Rorcal
chronique Chronique
Omnihility
Deathscapes of the Subconscious
chronique Chronique
Auroch
Taman Shud
chronique Chronique
Interment / Brutally Deceased
Glory Days, Festering Years (Split-CD)
chronique Chronique
Jesus Cröst
1986
chronique Chronique
Expire
Pretty Low