chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Slayer - Show No Mercy

Chronique

Slayer Show No Mercy
Chroniquer un album culte est un exercice périlleux. Sera-t-on à la hauteur du chef d'oeuvre? Réussira-t-on à en extraire la substantifique moelle, à décrire avec assez de précision l'ambiance, le style et ce qu'il nous procure tout en le replaçant dans son contexte historique? Ou va-t-on se faire lyncher par des fans pointilleux toujours prêts à dégainer leurs claviers pour une virgule mal placée? Près de cinq ans et demi que je consacre une grande partie de mon temps libre à essayer de faire partager ma passion, de découvrir des groupes ou à tirer à boulets rouges sur d'autres avec plus ou moins de talent. Et si ma motivation est toujours intacte, j'avoue que maintenant, je m'en bas les couilles. Douze ans de metal et dix d'Internet vous créent un blindage efficace. Mais je n'aime pas les injustices et s'il y en a une sur notre fabuleux webzine, c'est bien l'absence de certains albums, dont le premier Slayer, Show No Mercy, culte de chez culte. Il était donc grand temps de s'y mettre et qui s'y colle? C'est bi-bi, avec un putain de plaisir tant cet opus me rend fou. Petit retour en arrière...(*image qui devient floue et petite musique romantique*)

Slayer voit le jour au début des années 1980 à Los Angeles, invoqué par les guitaristes Jeff Hanneman et Kerry King. Ils recrutent rapidement l'immigré chilien Tom Araya, ancien partenaire de King dans Quits, au chant et à la basse. L'entité deviendra complète un peu plus tard avec l'arrivé derrière les fûts du Cubain Dave Lombardo, qui aurait selon la légende rencontré le futur chauve lors d'une livraison de pizza. Et même s'il s'adonne d'abord à des reprises de ses deux grandes influences Iron Maiden et Judas Priest, le groupe affiche déjà une imagerie plus sombre que les combos de l'époque avec sataneries, clous, piques et maquillages evil, à l'instar des vilains petits canards de Venom de l'autre côté de l'Atlantique. Le grand Brian Slagel voit du talent dans ce nouveau venu et fait apparaître Slayer sur la compilation Metal Massacre III de son label Metal Blade Records avec "Aggressive Perfector". S'ensuit une signature sur le label de Slagel mais c'est sans budget que les quatre Californiens entrent en studio pour enregistrer leur premier full-length. Ce sera fait l'espace d'une nuit de novembre 1983.

Ce court laps de temps va donner à Show No Mercy, livré à la face d'une scène metal en plein changement en décembre 1983, une spontanéité et une rudesse d'une efficacité implacable, bien représentée par des morceaux courts et une production typique de l'époque avec batterie/chant surmixés et pas mal de réverbération pour faire plus de bruit. Et cette putain de pochette comme on en fait plus, a-bo-mi-nable! Musicalement, ce premier full-length est bien à part dans la discographie de Slayer et nous montre un visage qu'on ne retrouvera plus. A l'époque, la bande à Araya évolue encore sous l'influence du heavy et de la NWOBHM et n'a pas totalement achevé sa transformation en groupe de pur thrash. Show No Mercy est presque ainsi un album de speed, le cul entre la chaise mélodique et entraînante du heavy et celle à base de vitesse et d'agressivité du thrash. Tout en restant cohérent avec dix titres phénoménaux dont la plupart sont depuis longtemps entrés dans la légende, même un bijou rarement cité comme "Crionics" et son passage mélodique épique à partir de 2'21, un des morceaux qui mélange le mieux les deux faces des Américains. Il n'y a peut-être qu'un trop bref "The Final Command" un peu en deçà malgré une intro mémorable. Sinon, on tutoie laperfection piste après piste, avec un pic orgasmique sur "Black Magic". S'il n'y avait qu'une chose à retenir de Show No Mercy (et Satan sait qu'il y en a pourtant!), ce serait en effet ce riff au motif mélodique qui hante encore tous les esprits, après une montée en puissance jouissive. Sans oublier le guest de Gene Hoglan sur les choeurs du refrain du morceau d'ouverture, le très prenant "Evil Has No Boundaries".

Globalement, la rythmique se fait ici plutôt rapide mais on reste assez loin de Kill 'Em All, autre bijou sorti cinq mois avant. Show No Mercy est sans doute un des albums les plus variés de Slayer, notamment rythmiquement. Si l'on note avec délectation des purs brûlots thrash metal basés sur une vitesse d'exécution impressionnante pour l'époque avec chuka-chuka de rigueur (putain c'est dingue comme cette rythmique peut me rendre dingue!) comme sur "Die By The Sword", "Black Magic", "Show No Mercy" et surtout un "Fight 'Till Death" tonitruant, le quatuor propose pléthore de mid-tempi bien headbangants ("The Antichrist", "Die By The Sword", "Metal Storm/Face The Slayer", "Black Magic"...) voire quelques séquences plus lentes comme sur l'intro de "Tormentor" qui laisse place à une ambiance bien sombre et menaçante. Mais tout ça, Slayer le refera sur ses albums suivants. Ce qui est le plus surprenant ici, surtout quand on a d'abord connu la période "moderne" du combo, c'est l'aspect mélodique et heavy des compositions (au premier plan "The Antichrist", "Tormentor" et "Crionics"). Hé oui, il fut une époque où Hanneman et King savaient placer des vrais solos, construits, mélodiques et bien développés ("The Antichrist", "Die By The Sword", "Black Magic", "Tormentor", "Crionics", etc). On trouve déjà quelques soli bien chaotiques avec vibrato et compagnie pour sonner evil ("Evil Has No Boundaries", "Metal Storm/Face The Slayer") mais rien de comparable aux pets foireux (qui collent bien à la musique, je vous l'accorde) que le groupe nous sortira plus tard. Bref, si vous voulez des vrais bons solos, c'est Show No Mercy qu'il faut choisir!

Si Hanneman et King hésitent encore entre la mélodie et le bourrinage, Dave Lombardo et Tom Araya ont déjà pratiquement fait leur choix. On reconnaît la frappe lourde et précise du Cubain même si son jeu n'est pas encore aussi adroit, notamment dans les descentes de toms, ainsi que la basse quasi inexistante du sud-américain et son chant éraillé et possédé, hurlant ses insanités sataniques et autres déclarations de guerre avec une fouge et une sincérité (le bonhomme n'allait pas encore à la messe tous les dimanche semble-t-il!) jouissives toute adolescente. Il contre-balance toutefois cette agressivité qui valait pour beaucoup dans l'aura diabolique de Slayer avec des parties de chants plus "softs" ("The Antichrist", "Tormentor"). On a aussi le droit, plus que jamais d'ailleurs, à quelques cris haut perchés jubilatoires comme sur "Evil Has No Boundaries", "The Antichrist" ou "Tormentor". Une performance de choix, pas loin d'être ma préférée du Chilien.

Avec Show No Mercy, Slayer démarre sa véritable trilogie impie. On parle souvent de Reign In Blood, South Of Heaven et Seasons In The Abyss mais pour moi, c'est bien le trio magique et malsain Show No Mercy, Hell Awaits, Reign In Blood qui montre le groupe sous son meilleur jour, le doublé South Of Heaven / Seasons In The Abyss, bien que sympathique, m'a en effet toujours paru surestimé. Musicalement de loin le meilleur album de Slayer, Show No Mercy présente un jeune groupe énergique et ultra talentueux, encore influencé par le heavy metal de ses plus jeunes années mais désireux de franchir une barrière niveau rage et intensité, le combo faisant déjà parler de lui visuellement avec un attirail vestimentaire et textuel de méchants garçons adorateurs du Cornu, sans oublier ce fameux "s" des SS controversé qui poussera encore plus loin le vice. Comment résumer en quelques mots ce Show No Mercy fantastique? Violent, agressif, fougueux, dérangeant mais aussi mélodique, entraînant et ultra efficace, faisant partie de ces albums pionniers qui ont fait date et qu'on met dans sa platine avec toujours autant de plaisir: voilà un bon début je pense. Mais si vous voulez mon avis, une écoute vaudra toujours tous les discours du monde.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Sukellos
20/05/2014 16:58
Un chef-d'oeuvre dont je ne me lasse pas depuis 30 ans!!! Peu importe les influences: que des morceaux à s'éclater les veines!
Quant à la production, je la trouve fabuleuse, guitares au son incisif et épais, batterie très puissante, avec un bon équilibrage entre les instruments. Je trouve que ce magnifique album a traversé magnifiquement bien ses trois décennies comparé à au son de Kill 'em All qui reste bon mais avec un côté suranné bien senti.
Dark Nico citer
Dark Nico
06/07/2010 18:09
note: 7.5/10
Mouais ...
De leur 5 premiers albums (le reste ne compte pas pour moi) c'est quand même au final le moins bon. On peut pas nier le côté historique, heavy, spontanné et tout ce que tu as très bien décrit mais bon ça manque quand même de maturité et d'un vrai son. Je savais pas qu'il l'avait enregistré en une nuit cela explique pas mal de chose.
Mais bon de toutes les chansons de métal la seule et unique dont je suis encore capable de me souvenir des paroles de A à Z c'est "The Antichrist"...alors c'est qu'il doit être très bon quand même cet album !
Et puise suis content de noter que je suis pas le seul à adorer les petits cris suraiguî de Tom sur "Tormentor" :-)
Niktareum citer
Niktareum
05/07/2010 19:50
note: 9/10
Le côté plus heavy ne me dérange absolument pas, c'est vrai qu'y a des tueries sur ce "Show no Mercy": "The antichrist", "Die by the sword", "Black magic"... des titres qui font un malheur sur le "Decade of Aggression"! Headbang
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
05/07/2010 19:08
note: 8/10
Bon album avec quelques sacrés hits comme "Die By The Sword", "Black Magic" ou encore "Evil Has No Boundaries" que j'adore. Après l'influence de Judas Priest est bien palpable et ça manque logiquement d'un peu de maturité par rapport aux chef d'oeuvres à venir. Je préfère largement l'ambiance de "Hell Awaits".
DetoxAAA citer
DetoxAAA
05/07/2010 19:06
note: 8/10
J'adore cet album !
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
05/07/2010 19:06
Je n'ai jamais pu accrocher à cet album, c'est pas faute d'avoir essayé.
Squirk citer
Squirk
05/07/2010 18:57
Cet album est pour moi un poil trop heavy pour faire de l'ombre à l'indétrônable Reign In Blood, mais il n'en reste pas moins un album absolument culte et pionnier du genre !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Slayer
Speed/Thrash
1983 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (22)  8.7/10
Webzines : (12)  8.44/10

plus d'infos sur
Slayer
Slayer
Thrash Metal - 1981 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Evil Has No Boundaries
02.  The Antichrist
03.  Die By The Sword
04.  Fight 'Till Death
05.  Metal Storm / Face The Slayer
06.  Black Magic
07.  Tormentor
08.  The Final Command
09.  Crionics
10.  Show No Mercy

Durée : 35'04

line up
voir aussi
Slayer
Slayer
Repentless

2015 - Nuclear Blast Records
  
Slayer
Slayer
God Hates Us All

2001 - American Recordings
  
Slayer
Slayer
Still Reigning (DVD)

2004 - American Recordings
  
Slayer
Slayer
Divine Intervention

1994 - American Recordings
  
Slayer
Slayer
Christ Illusion

2006 - American Recordings
  

Essayez aussi
Merciless
Merciless
The Awakening

1990 - Osmose Productions
  
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  
Kalmah
Kalmah
The Black Waltz

2006 - Spikefarm Records
  
Expulsion
Expulsion
Wasteworld

2009 - Deepsend Records
  
Evil One
Evil One
Militia Of Death

2010 - Manitou Music
  

Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique