chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
53 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nevermore - The Obsidian Conspiracy

Chronique

Nevermore The Obsidian Conspiracy
Enfin! C'est qu'on commençait à désespérer depuis la sortie il y a cinq ans du génial This Godless Endeavor. Nevermore est enfin sorti de son trou pour le plus grand plaisir de ses fans, moi le premier. Il faut dire que depuis ma découverte tardive du combo de Seattle en 2005, je voue carrément un culte à la bande de Loomis et Dane qui propose exactement ce que j'attends d'un album de metal. Mais à mesure que l'attente devenait insoutenable, l'ombre de la déception commençait à planer sur mes espoirs. Des extraits peu enthousiasmants et certains commentaires de vils téléchargeurs confirmaient en fait des doutes apparus en moi depuis quelques temps déjà. Des doutes incarnés dans la question suivante: Jeff Loomis, désormais amputé d'un second guitariste (un problème récurrent chez la formation), ayant sorti un album solo extraordinaire et Warrel Dane ayant fait de même (en un peu moins bien) quelques mois plus tôt, Nevermore allait-il se trouver à court d'idées? Et comment donner un digne successeur à l'énorme This Godless Endeavor, considéré par beaucoup comme son plus beau bébé? S'ajoute à cela le presque split du groupe. Warrel Dane n'a-t-il pas d'ailleurs enregistré ses parties de chant à part, tout seul dans son coin, comme si le malaise persistait. Nevermore, près de vingt ans après sa formation, est-il au bord de la rupture?

Les réponses me sont venues à peine ma première écoute achevée. Tout ça, c'est des putains de conneries! Non, Nevermore ne s'est pas planté et The Obsidian Conspiracy est loin d'être une bouse. Preuve en est, je l'écoute pratiquement tous les jours depuis un mois sans la moindre once de lassitude. Tout juste peut-on être déçu de certaines choses que j'évoquerai plus tard mais pas de quoi crier au scandale. The Obsidian Conspiracy, c'est du pur Nevemore comme le quatuor a toujours su le faire. Dôté d'un son exemplaire, fruit du travail de producteur de Peter Wichers et d'Andy Sneap au mix/mastering, Nevermore délivre avec toujours autant de talent son power/heavy/thrash moderne, puissant, mélodique, unique et incomparable. Un des rares groupes à me faire apprécier les saccades rythmiques. Parce qu'ici ce sont des saccades de luxe, toujours intéressantes et jubilatoires à base de riffs puissants et groovy qui sont une des marques de fabrique des Américains ("The Termination Proclamation", "Your Poison Throne", "Moonrise (Through Mirrors Of Death)", "The Obsidian Conspiracy"...). Impossible de ne pas headbanger frénétiquement sur ces riffs jouissifs venus en nombre! Aux côtés de la sept-cordes, la batterie de Van Williams joue aussi son rôle de fort belle manière sans en faire trop, plein de feeling et de...groove (oui, encore!), toujours juste, se permettant toutefois quelques brefs passages plus élaborés. Jim Sheppard se fait lui plus discret à la basse, confortant simplement une assise rythmique dominée par la batterie. Tout ce côté rentre-dedans, avec une construction relativement simple des morceaux, rapproche The Obsidian Conspiracy du très direct et efficace Enemies Of Reality.

De là à dire que l'aspect puissance/groove prend le pas sur la mélodie, il n'y a qu'un pas...que je ne franchirai pas! Même si Nevermore propose ici pléthore de riffs et rythmiques efficaces, clôturant notamment l'album par un "The Obsidian Conspiracy" thrashy bien brutal et rapide, le groupe a toujours offert à côté un visage plus émotif plus ou moins marqué sans lequel le combo ne serait jamais parvenu à un tel niveau de succès et d'excellence. Et ce n'est pas sur The Obsidian Conspiracy que ça changera. On reste loin d'un Dreaming Neon Black à fleur de peau mais ce nouvel opus a lui aussi son lot de mélodie et d'émotion à faire partager. Jeff Loomis n'a ainsi rien perdu de sa verve mélodique, que ce soit au travers de breaks calmes ("Your Poison Throne" à 2'18), de passages acoustiques ou en arpèges (couplets d'"Emptiness Unobstructed", "The Blue Marble And The New Soul", "The Day You Built The Wall", "She Comes In Colors") ou bien sûr de leads et soli qu'on trouve en pagaille sur ce nouvel opus. Quel putain de plaisir de retrouver la classe, le feeling et la technique de l'Américain, l'un de mes solistes metal préférés (vous n'avez qu'à consulter ma chronique de Zero Order Phase, j'en ai encore plein la bouche!). Inutile de lister tous les morceaux mais "Your Poison Throne", "And The Maiden Spoke", "Without Morals" ou encore "The Day You Built The Wall" renferment de purs bijoux pour vous dégorger le poireau sans difficulté. Mais le must du must, c'est bien la sixième piste "The Blue Marble And The New Soul", semi-ballade sublime et très touchante à la même construction que "Sentient 6" de This Godless Endeavor, sur laquelle Loomis pose un solo bluesy de toute beauté. Frissons garantis!

Bien sûr, ce morceau magnifique ne serait pas le même sans l'autre pillier de Nevermore, le chanteur Warrel Dane, un des plus grands frontmen de ses quinze dernières années (si vous aimez le registre plus heavy toutefois, auquel cas vous pouvez aller de suite vous jeter d'un pont). La ligne Welcome to planet hate, to this emotion that I berate est à tomber, ma partie de chant préférée avec les until tomorrow, follow the sun de "She Comes In Colors". On retiendra aussi de très bons refrains qui restent en tête comme sur "The Termination Proclamation", "Emptiness Unobstructed", "Without Morals" ou "And The Maiden Spoke" (qui aurait très bien pu figurer sur Dead Heart In A Dead World) dont les paroles (She was born in 1617) et certaines parties de chant très aigües dans le fond sont autant de clins d'oeil à King Diamond, une des influences principales de Dane. Le bonhomme n'impressionne peut-être pas autant sur The Obsidian Conspiracy que sur d'autres albums de Nevermore mais son spectre vocal reste épatant, capable qu'il est d'aussi bien retranscrire la peine la plus profonde que la rage la plus dévastatrice. Bref, le chanteur parfait pour la versatilité de Loomis...à moins que ce ne soit l'inverse!

Vous l'avez compris, j'ai adoré l'album. Mais vous avez aussi dû remarquer le 8/10, une note presque légère pour Nevermore. Je parlais plus haut de certaines choses qui pouvaient décevoir. Le grand fan que je suis n'est pas non plus complètement aveuglé par l'amour qu'il porte à l'un de ses groupes fétiches et je ne peux pas ne pas en parler. Une chose que j'apprécie beaucoup chez Nevermore, c'est que tous ses albums ont leur propre personnalité, leur propre univers. Pas ce The Obsidian Conspiracy qui s'apparente à une sorte de mix de tout ce qu'ont fait les Américains dans les années 2000. Rien que l'artwork de Travis Smith mélange Zero Order Phase et Dead Heart In A Dead World. Ce nouvel opus n'apporte rien de nouveau dans le son de Nevermore qui pour la première fois se répète un peu. The Obsidian Conspiracy n'est donc en effet pas le meilleur album du groupe et je le classerais même en avant dernier, juste devant Nevermore, oeuvre la plus faible du quatuor encore à la recherche de son son. Il est vrai aussi que certains morceaux ne font pas partie de ce que Nevermore a fait de mieux ("Without Morals", "The Day You Built The Wall"). En cela, oui, The Obsidian Conspiracy est une déception, surtout par rapport à un quasi parfait This Godless Endeavor. Mais c'est tout ce que je concèderai aux détracteurs d'une oeuvre qui reste du bon Nevermore. Franchement, des albums de cette trempe, je veux bien qu'il en sorte toutes les semaines! La vraie question que je me pose maintenant, c'est sur l'avenir du groupe. Surtout que Sanctuary vient de se reformer et prépare un nouvel album. En espérant que les paroles de fin these are my last words ne soient pas prémonitoires...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

thib54 citer
thib54
27/11/2017 22:58
NightSoul a écrit : J'ai carrément plus accroché au précédent. Là j'ai pas retenu grand chose, juste que ça me fait toujours penser à du Arch Enemy en fait... ( ou l'inverse)
Ce commentaire était-il une prophétie ? Quand on sait que maintenant Loomis joue avec eux, ça laisse perplexe...
NightSoul citer
NightSoul
16/07/2010 03:10
note: 6.5/10
Franchement y a certains titres, tu mets la voix de Angela Gossow à la place et t'as du Arch Enemy. Rien que le titre éponyme aurait pu être sur le dernier Arch Enemy. Je suis même étonné que l'un des deux n'ait pas déjà repris l'autre.
Keyser citer
Keyser
15/07/2010 10:29
note: 8/10
NightSoul a écrit : J'ai carrément plus accroché au précédent. Là j'ai pas retenu grand chose, juste que ça me fait toujours penser à du Arch Enemy en fait... ( ou l'inverse)

?!? Oulah on est pas vraiment dans la même catégorie là, t'es la 1ère personne que j'entends dire ça mais bon pourquoi pas... Perso je déteste Arch Enemy, je trouve ça chiant et mou.
NightSoul citer
NightSoul
14/07/2010 23:09
note: 6.5/10
J'ai carrément plus accroché au précédent. Là j'ai pas retenu grand chose, juste que ça me fait toujours penser à du Arch Enemy en fait... ( ou l'inverse)
Invité citer
Laurent
14/07/2010 18:57
De loin la chronique la plus juste de cet album que j'ai pu lire !
Momos citer
Momos
12/07/2010 01:15
A ce que je vois, c'est clairement pas avec cet album que je vais me mettre à Nevermore. Dommage...
donvar citer
donvar
11/07/2010 23:20
note: 8/10
D'accord avec toi sur chaque mot, Keyser.
Ander citer
Ander
10/07/2010 11:35
note: 5.5/10
Album très décevant c'est clair, c'est mou, le côté progressif a quasiment disparu, les riffs font rarement mouches, bref la déception est assez total!

La purge de cette première moitié de l'année...
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
10/07/2010 00:02
note: 5/10
6 ans pour ça ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nevermore
Power/Heavy/Thrash Moderne Mélodique
2010 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (11)  6.55/10
Webzines : (37)  7.87/10

plus d'infos sur
Nevermore
Nevermore
Power/Heavy/Thrash Moderne Mélodique - 1992 † 2011 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  The Termination Proclamation
02.  Your Poison Throne
03.  Moonrise (Through Mirrors Of Death)
04.  And The Maiden Spoke
05.  Emptiness Unobstructed
06.  The Blue Marble And The New Soul
07.  Without Morals
08.  The Day You Built The Wall
09.  She Comes In Colors
10.  The Obsidian Conspiracy
11.  Temptation (The Tea Party cover) (bonus track)
12.  Crystal Ship (The Doors cover) (bonus track)

Durée : 44'45

line up
parution
31 Mai 2010

voir aussi
Nevermore
Nevermore
Dead Heart In A Dead World

2000 - Century Media Records
  
Nevermore
Nevermore
This Godless Endeavor

2005 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Heretic
Heretic
From The Vault... Tortured And Broken (Compil.)

2013 - Metal Blade Records
  
Anthrax
Anthrax
For All Kings

2016 - Megaforce Records
  
Mystic Prophecy
Mystic Prophecy
Ravenlord

2011 - Massacre Records
  
Anthrax
Anthrax
Worship Music

2011 - Nuclear Blast Records
  
Children Of Bodom
Children Of Bodom
Chaos Ridden Years (DVD)
(Stockholm Knockout Live)

2006 - Spinefarm Records
  

Album de l'année
Déception de l'année
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast