chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
57 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Witchery - Witchkrieg

Chronique

Witchery Witchkrieg
Autant la fameuse cigale de Jean De La Fontaine se retrouve fort dépourvue une fois la bise venue, autant pour les métalleux, c'est franchement l'inverse avec l'impossibilité chronique de se dandiner sur autre chose que des fins de séries/fonds de tiroirs/produits de troisième zone dont on se demande encore pourquoi les labels s'acharnent encore à les distribuer. Alors bien sûr, il arrive que de grands noms de la scène profitent de cette plage horaire bien moins encombrée que la rentrée scolaire pour profiter d'une meilleure exposition mais vu le caractère limite désastreux de « Serpents Saints » (ENTOMBED, été 2007), « Strychnine.213 » (ABORTED, été 2008) ou « Southern Storm » (KRISIUN, la même), on apprendra bien vite à se méfier des nouveautés estivales, balancées à grand renfort de special prices et de stickers aguicheurs. N'est ce pas NEVERMORE et son autocollant Metal Album Of The Year 2010 ?

Porté disparu depuis 2006 et son « Don't Fear The Reaper » chroniqué en ces pages par notre bien aimé Chris, WITCHERY et ses ex-SATANIC SLAUGHTER Jensen (en rupture de THE HAUNTED) et Rickard Rimfält (aka Richard Corpse, SEANCE) reviennent conquérir la vieille Europe à l'aide d'une armée de morts vivants à mi chemin entre nazis poussiéreux et extra-terrestres hideux extraits du Invasion Los Angeles de Big John Carpenter. Des zombies de la Werhmacht mal déterrés et du thrash'n roll vintage suffiront-ils à convaincre l'assistance d'investir sur « Witchkrieg », cinquième full length d'un all star band fréquenté de longue date par le bassiste Charlee d'Angelo (ARCH ENEMY) et le cogneur émérite Axenrot (BLOODBATH, OPETH) ? Pas si sûr, alors autant rameuter quelques vieux généraux du thrash pour mener tout ce beau monde jusqu'à la victoire finale : c'est le fantôme de Kerry King qui s'y colle sur le title track, un « Witchkrieg » gentiment sentencieux au break taillé sur mesure pour l'ex terreur du circuit thrash US. Un passage purement slayerien sur lequel on retrouve le style caractéristique d'un guitariste qui assure sans se fouler un solo chaotique devenu sa marque de fabrique. Mais comme c'est toujours mieux que les ingnominies lead de « World Painted Blood » et que le titre en question est plutôt bien troussé, on se prend au jeu ! On passe à la classe supérieure sur une « The Reaver » au démarrage un poil poussif mais très vite sauvée par un ralentissement aussi démoniaque que le caméo de Gary Holt et Lee Altus, en grande forme malgré un « Exhibit B : The Human Condition » déjà richement doté en matière de solis hystériques. Là encore, les duettistes d'EXODUS jouent à domicile avec en toile de fond rythmique du pur riff made in « Bonded By Blood » ! Plus décontracté, Andy LaRocque y va de sa petite apparition sur une « From Dead To Worse » très mélodique qui piétine les plates bandes de ARCH ENEMY, Hank Shermann (MERCYFUL FATE, DEMONICA) se faisant plus démonstratif sur la plus lourde « The God Who Fell From Earth », mid tempo judicieusement placé au cœur du canardage en règle de début d'album. Jim Durkin de DARK ANGEL ? A son aise sur « One Foot In The Grave », même si c'est loin d'être le meilleur extrait d'un « Witchkrieg » qui voit le renfort de Legion (ex-MARDUK) au poste de chanteur, en lieu et place de Toxine.

Et une fois ce casting de luxe égréné, que reste-t-il ? Un album sympathique, privilégiant la simplicité (pas plus de quatre riffs par morceaux, c'est la règle) et l'efficacité (on carbure à 3 :30 mn le titre en moyenne) en alternant avec bonheur passages thrashy explosifs (« Witchkrieg », « Wearer Of Wolf's Skin » et ses blasts dynamiteurs qui permettent à Axenrot de se détendre les poignets) et parties thrash n' roll brise-nuques sur « One Foot In The Grave » ou l'excellente « Devil Rides Out ». On appréciera également l'hommage rendu à METALLICA sur « Hellbound » avant que WITCHERY ne sonne une dernière charge sur une « Witch Hunter » au tempo motörheadien en diable. Du old school à foison donc, pour un album dont la durée de vie restera assez faible – trop de riffs de troisième main, un manque de densité dans les compositions qui s'avère rapidement préjudiciable, un bonus track assez faible malgré un riff typiquement hauntedien de Jensen et des paroles clichesques au possible – mais qui peut séduire par son côté récréatif et immédiat, tout sauf prise de tête. Legion et son chant aussi nazi-llard que l'artwork guerrier du livret recouvrant l'ensemble d'une couche extrême bienvenue, on peut donc investir quelques pfennigs sur ce « Witchkrieg » présenté par Jensen comme étant le meilleur du groupe et proposé à prix modique sous la forme d'un digipack aussi old fashioned que la vision du thrash de WITCHERY.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Frantik citer
Frantik
15/07/2010 22:15
note: 7/10
Ça bourrine bien, c'est carré mais manque le petit plus. Un bon album quand même.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Witchery
Thrash metal
2010 - Century Media
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (4)  6.88/10
Webzines : (24)  7.36/10

plus d'infos sur
Witchery
Witchery
Thrash metal - 1997 - Suède
  

écoutez
tracklist
01.  Witchkrieg
02.  Wearer Of Wolf's Skin
03.  The God Who Fell From Earth
04.  Conqueror's Return
05.  The Reaver
06.  From Dead To Worse
07.  Devil Rides Out
08.  One Foot In The Grave
09.  Hellbound
10.  Witch Hunter

Bonus track :

11.  Hung, Drawn And Quartered

Durée : 37:43

line up
parution
29 Juin 2010

voir aussi
Witchery
Witchery
Don't Fear The Reaper

2006 - Century Media
  

Essayez aussi
Tankard
Tankard
Stone Cold Sober

1992 - Noise Records
  
Harm
Harm
Demonic Alliance

2011 - Battlegod Productions
  
Distillator
Distillator
Summoning the Malicious

2017 - Empire Records
  
Hatred
Hatred
Madhouse Symphonies

2008 - Twilight-Vertrieb
  
Kreator
Kreator
Hordes Of Chaos

2009 - SPV
  

Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Black Rainbows
Holy Moon (EP)
Lire la chronique