chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Septicflesh - Revolution DNA

Chronique

Septicflesh Revolution DNA
A quelques mois de l'an 2000, les Grecs de Septic Flesh prirent avec « Revolution DNA un tournant dans leur carrière. L'imagerie mystique, les thématiques mythologiques furent mises de coté, au profit de la science, une science un peu particulière et franchement flipante, à l'image de cette créature semblant échappée d'un laboratoire clandestin qui illustre la pochette.
Alliant le fond à la forme, le groupe se paya les services pour la première (mais pas la dernière) fois de Fredrik Nordstrom et de son fameux Fredman Studios, qui voyait défiler à l'époque tout le gratin de la scène métal extrême mélodique : il en résulte une production puissante et dans l'air du temps. Fini donc les mixages maladroits des précédentes productions, qui collaient si bien à l'ambiance d'un autre siècle de « Mystic Places of Dawn » ou « Ophidian Wheel », Septic Flesh a fait un pas dans le présent et abandonne du moins provisoirement ses thématiques d'antan pour se réfugier dans le proche futur.

Que l'on se rassure pour autant : si nos Grecs préférés ont reniés les vieux studios décrépits du fin fond du Péloponnèse, et mis de coté les peintures dérangeantes en guise de pochette, le talent musical du combo ne s'est pas envolé pour autant. « Revolution DNA » est sublimement mélodique, probablement même plus que les anciennes productions du groupe, et est à mon sens l'album le plus accessible du groupe, tout simplement. Ne serait-ce qu'au niveau des vocaux, le chant death de Spiros partage ici de façon équitable son temps de parole avec Sotiris et son chant clair magnifique, qui prend même d'ailleurs le dessus sur quelques titres (« Arctic Circle ») ; on garde un pied dans le death métal mais on sent l'influence de l'époque et de l'énorme succès des In Flames & co., qui via des albums comme « Clayman », « Colony » ou bien encore « Projector » ouvraient la voie à un death mélodique qui ne se refuse plus à chanter autrement qu'en growls. Cela tombe bien, Sotiris est un admirable chanteur, et chacune de ses nombreuses interventions est parfaitement cohérente et reste un vrai bonheur, d'autant plus qu'il n'aura jamais pas (à ce jour) autant d'espace pour s'exprimer vocalement par la suite…

Le chant mis à part, si « Revolution DNA » est une nouvelle réussite pour un groupe qui n'a jamais goûté au médiocre de sa carrière, c'est aussi et surtout parce que les compositions sont affûtées jusque dans leurs moindres détails. Que ce soit un « Science » d'ouverture qui met dans l'ambiance, l'inoubliable « Little Music Box » (accompagné du début à la fin par une guitare lead en arrière plan qui sublime aussi bien couplets que refrains), ou la plus classiquement melodeath « Revolution », on retrouve vite ce qui fait le bonheur d'écouter un album de Septic Flesh : des mélodies d'orfèvres, qui ont la délicatesse de ne pas trop se répéter de minute en minute et évitent la surdose via quelques variations toujours la bienvenue. Quelques passages d'exception ? On citera sans trop chercher longtemps la mélodie lead principale d' « Age of the New Messiahs » et son solo qui décidément n'appartient qu'à eux (de tous les solis que j'ai pu entendre, ceux de Septic Flesh ont toujours une personnalité à part, probablement une question de gammes différentes), « Dna » à 2mn12, pour une mélodie simple mais tellement efficace, ou le solo de « Arctic Circle », juste….magnifique ?

Mais nous ne sommes pas en terrain totalement conquis pour autant, à cause de l'aspect quasi oppressant de certains titres, qui tranchent avec le « dreamy emotionnal death metal » d'antan, qui se voulait déclencheur davantage de nos rêves éveillés que de nos cauchemars : ainsi dans une moindre mesure « Chaostar » (qui donnera son nom à un side project de Chris Antoniou à la qualité très variable) et « Radioactive » bien que gardant une approche très mélodique, dégagent un aspect un peu lugubre, mais qui n'est cependant rien en comparaison de « Last Step to Nowhere » et « Android », deux titres qui se font écho l'un à l'autre dans leur construction : batterie quasi absente, de nombreux samples, et des guitares écrasantes qui n'apparaissent qu'en arrière plan : on est pas loin de l'indus, et donc fort éloigné des contrées habituelles de Septic Flesh. « Last Step to Nowhere » est le pendant lumineux d' « Android », dans le sens où ce dernier possède les mêmes caractéristiques précédemment évoquées, mais dans une version déformée, mutante : la guitare ne fait qu'une ritournelle malsaine en boucle, le chant de Sotiris (je suppose que c'est lui) ressemble à une mélopée pleine de menace d'un cobaye de laboratoire qui listerait ses prochaines victimes à l'heure de son évasion…réellement flippant et dérangeant, ce titre montre une autre facette du groupe qui donne à réfléchir sur l'étendue du talent de ses gus là.

Pour ne pas finir sur une note trop positive, je noterais simplement que « Dictatorship of the Mediocre » aurait pu rester dans les B-sides du groupe, son esprit punk et sa structure simpliste n'ayant pas grand-chose à faire au milieu de ces innombrables perles. Mais ne me demandez pas davantage de dire du mal de « Revolution DNA », c'est encore une victoire de Canar….de Septic Flesh, et je le répète une excellente introduction pas trop difficile à l'univers du groupe. Je garde quand même une affection toute particulière à ses prédécesseurs, mais il faudrait avoir de la merde dans les oreilles pour nier que « Revolution DNA » est un album majeur du groupe ; et il préfigure de l'évolution que prendra le groupe avec les non moins excellents « Sumerian Daemons » et « Communion »

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

2 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
02/03/2011 20:02
note: 9/10
Je me le suis réécouté dernièrement avec grand plaisir et je l'adore toujours autant ! Totalement différent de ce qui a été fait avant sans être non moins excellent. Quelques ambiances sur Sumerian Deamons et des bribes sur Communion notamment via ses mélodies et le chant juste magnifique de Sotiris (le bonus track Misery King piano/chant est à pleurer)
Un des meilleurs albums melodeath un tant soit peu "moderne", futuriste, qui soit.

A noter la "french version" du titre "Telescope" plutôt pas mal sur l'édition limitée.
cglaume citer
cglaume
22/07/2010 13:08
Je ne me suis que récemment fait retourner par "Communion", et ça m'a donné envie de combler mon retard courant du post-"Ophidian Wheel" au petit dernier ... Va falloir que j'essaie celui-ci, en attendant le prochain !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Septicflesh
Death Metal Mélodique
1999 - Holy Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (6)  7.67/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Septicflesh
Septicflesh
Death Metal Orchestral - Grèce
  

tracklist
01.   Science
02.   Chaostar
03.   Radioactive
04.   Little Music Box
05.   Revolution
06.   Nephilim Sons
07.   DNA
08.   Telescope
09.   Last Stop to Nowhere
10.   Dictatorship of the Mediocre
11.   Android
12.   Arctic Circle
13.   Age of New Messiahs

line up
voir aussi
Septicflesh
Septicflesh
Sumerian Daemons

2003 - Hammerheart Records
  
Septicflesh
Septicflesh
Temple Of The Lost Race (EP)

1991 - Autoproduction
  
Septicflesh
Septicflesh
The Great Mass

2011 - Season of Mist
  
Septicflesh
Septicflesh
Titan

2014 - Season of Mist
  
Septicflesh
Septicflesh
The Eldest Cosmonaut (EP)

1998 - Holy Records
  

Essayez aussi
Obnoxious
Obnoxious
Lab #01

2010 - Autoproduction
  
Shadows Fall
Shadows Fall
Of One Blood

2000 - Century Media
  
Fragments Of Unbecoming
Fragments Of Unbecoming
The Everhaunting Past
(Chapter IV - A Splendid Retrospection)

2009 - Cyclone Empire
  
Vital Remains
Vital Remains
Dawn Of The Apocalypse

2000 - Osmose Productions
  
Moaning Wind
Moaning Wind
Visions In Fire

1997 - Corrosion
  

Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique
Schammasch
Contradiction
Lire la chronique
Striker
City Of Gold
Lire la chronique
Chroniques à la con ! 12 : Back from the dead
Lire le dossier
Anathema
Distant Satellites
Lire la chronique
Eyehategod
New Orleans Is The New Viet...
Lire la chronique
Itnuveth
The Way of the Berserker
Lire la chronique