chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
56 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Cryptopsy - And Then You'll Beg

Chronique

Cryptopsy And Then You'll Beg
Cryptopsy n'est décidément pas le genre de groupe à oeuvrer dans la facilité puisque cet album intitulé "And Then You'll Beg", succédant au non moins terrible "Whisper Supremacy", enfonce encore plus profondément, le clou de la technique et de la complexité. Après le départ de Miguel Roy, le groupe s'est trouvé un nouveau guitariste en la personne de Alex Auburn qui reprend vaillamment le flambeau de son collègue (et il n'y a qu'à écouter le live "None So Live" pour s'en rendre compte). Et je vous le dis d'entrée : le Cryptopsy cru 2000 a des couilles et elles sont bien grosses (vous aurez noté, j'en suis sûr, la finesse de cette phrase et ne vous plaignez pas, je vous épargne le rot de bière).

On commence à s'habituer. Cryptopsy nous délivre souvent des albums incompréhensibles au premier abord et ce n'est pas "And Then You'll Beg" qui fera l'exception, au contraire. En effet, il est encore pire que son grand frère, repoussant encore et encore les limites de la technique et de la torture musicale. Cryptopsy nous a pondu près de 40 minutes de chaos sonore, regroupé en 9 morceaux dont la durée varie entre 2'15" et 7'20". Le style est toujours aussi déconstruit et extrême, changeant de rythme toute les 15 secondes et enchaînant des riffs aussi complexes à jouer qu'à comprendre (pour vous dire si on en chie derrière son poste). Et quel début d'album mes ami(e)s (on ne sait jamais, si des filles me lisent), avec deux morceaux dépassant les 5 minutes, "...And Then It Passes" et le monumental "We Bleed" (et ses solos parmi les meilleurs qu'il m'ait été donné d'écouter) où Cryptopsy s'adonne à du brutal death progressif. Vous y trouverez également un instant Didgeridoo (interprété par un certain David Hughes) pour introduire l'excellent morceau "Screams Go Unheard", vraiment technique aussi (mais comment fait-il ça avec un Didgeridoo ??).

Même si le line-up du groupe a changé, la vue d'ensemble reste identique. Le chant de Mike DiSalvo reste toujours orienté hardcore (petit regret tout de même... C'était quand même autre chose Lord Worm), et même encore plus qu'auparavant. Si vous n'aimiez pas, il n'y a aucune raison que vous appréciez maintenant. Et derrière, ça carbure toujours autant, à la guitare où Jon Levasseur fait toujours des miracles sur ses solos, comme à la basse, un peu plus présente qu'auparavant, et sans oublier l'éternel Flo Mounier, réputé pour sa technique ancestrale et unique de battage des blancs d'oeufs en neige en moins de 15 secondes (et sans sel) qui assure d'ailleurs toujours autant sur les backing vocals.

Côté production et diffusion, pas de soucis : c'est Century Media qui s'y colle. De plus, Cryptopsy a encore une fois bénéficié des services de Pierre Remillard pour le son et de François Quevillon pour l'artwork, ce qui assure une certaine prestance à cette galette. Le son est vraiment ENORME et le terme de "chaos sonore" (cité précédemment) prend ici tout son sens. Jetez-y une oreille et vous comprendrez.

Pour ce qui est de l'intérêt de ce disque, en dehors de son aspect technique, je ferai la même remarque que pour le précédent, à savoir qu'il est très bon, mais ne pourra se révéler qu'aux oreilles de ceux qui lui donneront une chance. Car il vous faudra une chiée d'écoutes incompressibles avant de trouver votre chemin au milieu de ce dédale de notes. La musique du quintette est du genre qui s'apprivoise, et ne plaira sûrement pas à tous. Alors pour les téméraires amateurs de musique extrême, préparez matelas et tubes d'aspirine car ce périple s'annonce long et semé d'embûches. Et comme j'aime bien terminer mes chroniques par des citations de metalleux connus, en voici une d'un certain Jesus Christ rien que pour vous : "Cryptopsy c'est touffu". Méditez bien.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

LostSon citer
LostSon
05/03/2009 18:19
note: 8.5/10
Brutalement barré cet album !
Mon préféré après Whisper Supremacy...
Xenocidist citer
Xenocidist
05/02/2008 10:41
note: 4/10
Cryptopsy, le groupe de tous les extrêmes: Des passages absolument divins, des parties deathcore à gerber, et le chant en dessous de tout de Di Salvo qui me rend cet album insupportable. A des années-lumière de l'immense Once Was Not... Lord Worm, reviens!
Ander citer
Ander
11/11/2006 16:25
note: 8.5/10
Moins bon que Whisper Supremacy que je trouve plus compact, et plus brutal (un chouia de technicité en moins) et je préfère la voix de Mike DiSalvo sur WS également.
Chris citer
Chris
22/03/2005 19:20
note: 9/10
encore plus furieux, chaotique et maladivement technique que le déjà sublime "Whisper Supremacy"...si vous rentrez dedans c fini pr vous! et perso j'adore le chant coreux de DiSalvo, voilà un chant original pr un groupe de brutal death...et cette citation de Matrix au début de l'album: "do you hear that? this is the sound of inevitability": énorme
Deca citer
Deca
21/05/2004
Chris citer
Chris
16/05/2004
note: 9/10
j'avais entendu un titre "Soar and Envision Sore Vision" sur un sampler, et c vrai que le mélange est détonnant...ta chronique donne envie de s'intéresser au groupe en tout cas, un futur achat pr ma part sans aucun doute...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Cryptopsy
Brutal death ultra technique
2000 - Century Media
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (19)  7.84/10
Webzines : (9)  7.78/10

plus d'infos sur
Cryptopsy
Cryptopsy
Brutal Deathcore Technico-Chaotique - Canada
  

tracklist
01.   ...And Then It Passes
02.   We Bleed
03.   Voice Of Unreason
04.   My Prodigal Sun
05.   Shroud
06.   Soar And Envision Sore Vision
07.   Equivalent Equilibrium
08.   Back To The Worms
09.   Screams Go Unheard

Durée totale : 39:04

line up
voir aussi
Cryptopsy
Cryptopsy
Cryptopsy

2012 - Autoproduction
  
Cryptopsy
Cryptopsy
None So Live (Live)

2003 - Century Media
  
Cryptopsy
Cryptopsy
Live At The Trois Rivieres (DVD)
(Metalfest IV)

2004 - Autoproduction
  
Cryptopsy
Cryptopsy
Once Was Not

2005 - Century Media
  
Cryptopsy
Cryptopsy
Blasphemy Made Flesh

1994 - Displeased Records
  

Essayez aussi
Brodequin
Brodequin
Methods Of Execution

2004 - Unmatched Brutality
  
Devourment
Devourment
Butcher The Weak (re-release)

2006 - Brutal Bands
  
Abominable Putridity
Abominable Putridity
In The End Of Human Existence

2007 - Lacerated Enemy Records
  
Internal Suffering
Internal Suffering
Awakening Of The Rebel

2006 - Unique Leader Records
  
Devourment
Devourment
Molesting The Decapitated

1999 - United Guttural Records
  

Dephosphorus
Ravenous Solemnity
Lire la chronique
Earth and Pillars
Earth I
Lire la chronique
Raise Hell
Holy Target
Lire la chronique
Domains
Sinister Ceremonies
Lire la chronique
Dir En Grey
Arche
Lire la chronique
N.K.V.D.
Hakmarrja
Lire la chronique
Hypomanie
A City in Mono
Lire la chronique
Calm Hatchery
Fading Reliefs
Lire la chronique
Witchden
Consulting The Bones
Lire la chronique
Gloomy Grim
Grimoire (Démo)
Lire la chronique
More Than Life
Love Let Me Go
Lire la chronique
Combichrist
Lire le live report
AC/DC
Rock Or Bust
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Demonic Oath
Entwined In Sepulchral Dark...
Lire la chronique
Behemoth
Zos Kia Cultus
Lire la chronique
Defeater
Travels
Lire la chronique
Sordide
La France a Peur
Lire la chronique
Khthoniik Cerviiks
Heptaedrone (Démo)
Lire la chronique
Riot V
Unleash The Fire
Lire la chronique
Heart In Hand
A Beautiful White
Lire la chronique
Artificial Brain
Labyrinth Constellation
Lire la chronique
Latitude Egress
To Take Up The Cross
Lire la chronique
Bring Me The Horizon
There Is a Hell, Believe Me...
Lire la chronique
Starofash
Lakhesis
Lire la chronique
Ad Patres + Gorod + Morbid Angel
Lire le live report
Dressed In Streams
The Search for Blood (EP)
Lire la chronique
Cendres de Haine
Nihil Mirari
Lire la chronique
Iron Monkey
Iron Monkey
Lire la chronique
The Body
Master, We Perish (EP)
Lire la chronique
Armageddon
Captivity & Devourment
Lire la chronique