chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
37 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Drawn And Quartered - Hail Infernal Darkness

Chronique

Drawn And Quartered Hail Infernal Darkness
Drawn And Quartered tire son nom de l'expression populaire hung, drawn and quartered qui désignait l'horrible châtiment réservé aux traîtres en Angleterre du XIIIème à la fin du XVIIIème siècle. Les coupables étaient pendus en place publique (hanged, plus communément hung aujourd'hui), retirés de l'échafaud encore vivants, traînés jusque chez le boucher (drawn), leurs boyaux et testicules arrachés ((with)drawn aussi selon les versions), la tête coupée et leur corps coupés en quatre (quartered). Ainsi, comme Brodequin ou Iron Maiden, Drawn And Quartered fait référence aux pratiques tortionnaires du Moyen-Age, une époque malheureusement révolue où l'on savait se débarrasser comme il se doit des indésirables. Mais de haute trahison, le gang de Seattle ne pourra pas être accusé tant il reste fidèle au Death Metal avec un grand D sur ce quatrième album, Hail Infernal Darkness, sans doute ce qu'il a fait de mieux avec l'intouchable Extermination Revelry.

Une fidélité incarnée à nouveau dans le line-up qui reste inchangé depuis 2002, dans le studio utilisé puisque le quatuor satanique s'est une nouvelle fois rassemblé à l'Autopsy Room, dans le label Moribund Records qui soutient la troupe depuis ses débuts, et dans l'artwork magique de Gabriel T. Byrne qui a su encore parfaitement capter l'essence de la musique des Américains entre noirceur, beauté, sadisme et menace. Et bien évidemment, dans sa musique. Aucune révolution à attendre de Drawn And Quartered qui se contente de faire ce qu'il sait faire de mieux mais toujours en proposant suffisamment d'évolution pour éviter de se répéter. D&Q poursuit donc dans la direction qui est la sienne depuis le début c'est à dire toujours plus brutale et plus sombre. Pour ce faire, Burke & Cie se sont offerts leur meilleure production à ce jour, à la fois puissante, lourde et agressive, comme quoi on peut bénéficier d'un gros son sans sonner plastique et sans âme comme la plupart des groupes de brutal death moderne. Du pur bonheur notamment pour le batteur Dario Derna, très généreux en blast-beats. Ca blaste et ça double-pédalise très souvent et avec cette batterie sur-mixée, je peux vous dire que c'est un putain de rouleau compresseur! Dommage cela dit qu'elle couvre un peu le chant grave et intelligible à la Ross Dolan de Herb Burke. Mais croyez-moi, la queue reste plaquée au bide pendant les quarante minutes de ce Hail Infernal Darkness ultra jouissif !

Si la batterie radicale de Derna contribue pour beaucoup au caractère addictif de l'album, elle n'est bien sûr pas la seule raison de sourire niaisement en bavant. S'il suffisait en effet de blaster à tout va avec un kit mis en avant pour pondre un chef-d'œuvre, Hour Of Penance serait le meilleur groupe de tous les temps. Ici, la brutalité omniprésente s'accompagne d'excellents riffs qui ont ce petit goût de reviens-y qui manque tant aux groupes d'aujourd'hui, comme savait le faire Morbid Angel. Et à ce niveau, l'enchaînement des trois derniers titres "Escape To Cremation" (rha ce riff d'intro blasté, je ne m'en remets toujours pas!), "Bind, Torture, Kill" (qui a éteint la lumière?!) et "Nightghoul Of The Graveyards" (si le début ne vous glace pas le sang c'est que vous êtes déjà mort !) est purement génial. On pourra citer aussi un "Suffer A Traitor's Fate" bien obscure, un "Blood Of A Million Martyrs" hypnotique ou le morceau éponyme "Hail Infernal Darkness", carnage de bout en bout. Et le tout est comme d'habitude emballé dans une atmosphère des plus sombres et evil à la Immolation. C'est d'ailleurs sur Hail Infernal Darkness que l'influence des New-Yorkais se fait la plus forte.

Afin d'accentuer cette aura diabolique, D&Q a plus que des riffs rapides et dark et des paroles à la gloire de Lucifer à nous offrir. Harmoniques sifflées utilisées à bon escient ("Suffer A Traitor's Fate") et breaks ambiancés au tempo plus pesant ("Procession Of Pain" à 4'16 avec la basse ronflante de Greg Reeves qui se permet une échappée solitaire, "Genocide Advocacy" qui se fait bien menaçant à partir de 1'40 ou l'excellent "Throne Of Desolation (Befouling The Scriptures)", le titre le plus modéré de l'album en laissant un peu de répit à nos pauvres oreilles violentées) nous sont entre autres proposés au programme. Un programme dont une des principales attraction reste la lead de Kelley Kuciemba, l'un des guitaristes death metal les plus talentueux de ces dix dernières années. L'Américain a toujours fait ressortir de sa mixture fuligineuse un peu de lumière par le biais de soli et leads mélodiques qui donnent ce côté "beauté défigurée" à la musique. Encore plus présent, le travail sur les leads se fait aussi plus chaotique, plus torturé qu'à l'accoutumée, tout en gardant une part suffisante de mélodie pour nous hanter. Et quand Kuciemba revient à des mélodies plus construites, ça le fait aussi. Le final de "Nightghoul Of The Graveyards" par exemple, lent et presque apaisant, est simple mais accrocheur en Diable.

Drawn And Quartered tape dans le mille encore une fois et prouve, si besoin en était, qu'il fait partie de cette race d'élite qui a tout compris au death metal. Album après album, sans la reconnaissance qu'il mériterait, le groupe enfonce le clou et tape toujours plus fort. Véritable hymne à la destruction, au chaos et aux ténèbres, orgie de blast-beats et de riffs dévastateurs, Hail Infernal Darkness porte la marque des grands, de ceux qui savent créer une véritable atmosphère et manier de main de maître l'art de la mélodie sinistre sans montrer aucune pitié. Voilà pourquoi D&Q a une place toute particulière chez moi. Et puis en plus, c'est toujours Drawn And Quartered que j'écoute quand je sors mon chien, alors forcément…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Surt citer
Surt
23/01/2011 13:48
note: 9/10
En effet je ne suis pas déçu c'est vraiment un très grand album de death metal !
hurgh citer
hurgh
29/07/2010 09:47
Bordel, vraiment le genre de death qui me fait éjaculer. Tout y est : la production parfaite (c'est à dire moins clinique et propre que les groupes de death hyper techniques de maint'nant), une ambiance bien sombre à la Immolation et des riffs bien plus bandant que le meilleurs des films le cul.

Juste histoire de me la péter avec ma culture métalique, "Hung, Drawn And Quartered" est également le nom du premier album de Natron (massacré par une prod abominable) et un bon titre de Cancer du correct album "Death Shall Rise". C'était juste pour dire...
Keyser citer
Keyser
28/07/2010 09:00
note: 9/10
Ander a écrit : Un bon en cran au dessus de Merciless cet album, je le trouve plus brutal (merci à la prod' et à la batterie placé bien en avant dans le mix quand même), plus épique aussi, et moins monotone malgré la profusion de blasts.

Complètement d'accord. Je ferai la kro de "Merciless" en août ou septembre et même si c'est un bon album dans l'ensemble, c'est en-dessous des capacités du groupe, surtout après 3 grands albums. Et puis comme tu dis, la batterie sur-mixée ici donne un putain d'impact à ce Infernal alors que Merciless manque carrément de puissance.
Ander citer
Ander
27/07/2010 21:57
note: 8.5/10
Un bon en cran au dessus de Merciless cet album, je le trouve plus brutal (merci à la prod' et à la batterie placé bien en avant dans le mix quand même), plus épique aussi, et moins monotone malgré la profusion de blasts. Maintenant faut que je me choppe Return Of The Black Death et Extermination Revelry en zappant To Kill Is Human sans regret...
Surt citer
Surt
27/07/2010 18:32
note: 9/10
Faut vraiment que je me décide à acheter tous les albums !
LostSon citer
LostSon
27/07/2010 17:42
note: 8.5/10
Un excellent album: le plus brutal du groupe je pense.Et mon préféré.

"une époque malheureusement révolue où l'on savait se débarrasser comme il se doit des indésirables"

Et comment, c'était le bon temps/ Franciskuntz

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Drawn And Quartered
Death Metal
2006 - Moribund Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (8)  8.5/10
Webzines : (10)  7.85/10

plus d'infos sur
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Death Metal - 1993 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Procession Of Pain
02.   Genocide Advocacy
03.   Hail Infernal Darkness
04.   Blood Of A Million Martyrs
05.   Throne Of Desolation (Befouling The Scriptures)
06.   Suffer A Traitor's Fate
07.   Escape To Cremation
08.   Bind, Torture, Kill
09.   Nightghoul Of The Graveyards

Durée : 41'09

line up
parution
3 Janvier 2006

voir aussi
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
To Kill Is Human

1999 - Autoproduction
  
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Extermination Revelry

2003 - Moribund Records
  
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Merciless Hammer Of Lucifer

2007 - Moribund Records
  
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Return Of The Black Death

2004 - Moribund Records
  
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Feeding Hell's Furnace

2012 - Nuclear Winter
  

Essayez aussi
Leukemia
Leukemia
Love

2012 - Vic Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Red Before Black

2017 - Metal Blade
  
Interment
Interment
Where Death Will Increase 1991-1994 (Compil.)

2010 - Necroharmonic
  
LIK
LIK
Mass Funeral Evocation

2015 - War Anthem Records
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
Stillborn

1993 - Roadrunner Records
  

Dauþuz
Die Grubenmähre
Lire la chronique
Lutomysl
Firmament (EP)
Lire la chronique
Vexovoid
Call of the Starforger
Lire la chronique
Hegemon
Initium Belli (EP)
Lire la chronique
Sacred Reich
Ignorance
Lire la chronique
Beorn's Hall
Mountain Hymns
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Bekëth Nexëhmü
De Urtida Krafterna (EP)
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique