chargement...

haut de page
25 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Cult of Luna - Eternal Kingdom

Chronique

Cult of Luna Eternal Kingdom
Tout se suit. Somewhere Along The Highway montrait un Cult of Luna à bout de souffle, prêt à craquer. Il a fallu la trouvaille d'un carnet dans le local de répétition des suédois, un ancien hôpital psychiatrique, pour que cette folie prenne corps à travers l'histoire d'un certain Holger Nilsson dépeignant un monde fantasmé, où sa femme enceinte d'un enfant mort-né aurait été tuée par un monstre.

Alors dit comme ça, on a l'impression que le groupe est tombé soit dans le kitsch, soit dans le black metal outrancièrement malsain (et donc kitsch). Il n'en est rien et, comme à chaque album, il agrémente sa recette maison en ajoutant ce coup-ci une pincée de sel qui ramène aux heures les plus sombres de sa discographie. La musique se fait plus hargneuse, la frappe des instruments et de la voix monocorde, désormais plus présente, est plus appuyée. Une production moins propre sur elle renforce ces moments où la guitare bande les muscles. On reste certes loin du jusqu'auboutisme/dafalgan de The Beyond mais le break plombant de « Eternal Kingdom », les emportements de « Curse » ou la fin de « Ghost Trail » n'en font pas moins mouche ! Il s'agit d'un retour qui est un regard et le Cult of Luna d'aujourd'hui répond à celui du passé : malgré cette virulence retrouvée, l'eau dormante coule toujours sous le pont (les pauses « Österbotten » et « Ugin »). Eternal Kingdom est l'œuvre d'une formation qui se renouvelle constamment tout en conservant les fruits de ses expériences passées.

Bizarrement, je trouve qu'ici Cult of Luna se rapproche un peu du défunt Breach, une référence qui lui colle à la peau mais qu'il a toujours réussi à contourner. L'alternance entre accalmie à la tension sous-jacente et morceaux colérique ainsi que certains riffs me rappellent mes écoutes de Kollapse. Une autre nouveauté dans l'univers lunaire est l'insertion de sonorités plus psychédélique et bruitiste. Les compositions recèlent d'effets : une guitare déchirée en arrière-plan (« Eternal Kingdom »), un son passé dans un tube (le début de « Ghost Trail ») ou un beat léger donnent un côté décalé aux riffs, un petit quelque chose de déglingué illustrant l'insanité sur laquelle la musique repose. Il y a aussi cette incursion des cuivres sur « The Lure » et la fin de « Following Betulas », une orchestration parfaitement intégrée aux autres instruments pour un résultat majestueux et onirique.

Seulement, je ne peux m'empêcher de trouver ce disque un peu trop tranquille, pas assez fou. Malgré certains passages menaçants (comme le début de « The Great Migration ») et des respirations si hautes qu'elles ne peuvent provenir que d'un cerveau malade (le tapping de « Ghost Trail »), Eternal Kingdom tient plus de la psychose de salon que de la camisole qui te sert de trop près. Si cet alignement post-hardcore/rock un brin noisy arrive à évoquer des images mentales hallucinées (les paroles consultables dans le livret, ce que l'on n'avait pas vu depuis The Beyond, aident à s'immerger dans le concept), je me dis que le Cult Of Luna première période aurait traité ce sujet d'une manière différente, avec une violence arrache-tympan qui aurait dépassé cette simple suggestion, pour transmettre une angoisse dévastatrice.

Reste que Eternal Kingdom est d'une telle qualité (Cult of Luna ne peut pas sortir un mauvais album) qu'une nouvelle fois, les suédois imposent le respect. De plus, c'est un défaut que je ressens après écoute, tant durant celle-ci je suis de nouveau conquis. Un album qui, sans être aussi indispensable que The Beyond et Somewhere Along The Highway, montre que Cult of Luna repousse constamment les frontières d'un genre aux codes durs à casser : la preuve avec Eviga Riket, qui poursuit sur un format différent (l'audiobook) les thèmes développés sur Eternal Kingdom. Tout se suit.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

3 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
30/10/2012 09:20
note: 4/10
et au final, un sacré effectif pour une musique sacrément vide d'intérêt Sourire
Solo Necrozis citer
Solo Necrozis
10/08/2010 00:06
note: 8.5/10
Je suis parfaitement d'accod, Cult of Luna ne peut pas sortir un mauvais album. L'enchaînement des trois premiers titres est juste parfait,et CE FINAL SUR GHOST TRAIL. Je me rappelle qu'à Reims l'année dernière c'était le dernier titre du concert, les mecs jouent le final, posent leurs instruments puis se cassent sans un mot. C'était juste Hail Le reste de l'album est un peu mois marquant marquant (à part Following Betulas) mais bien homogène et très ambiancé.
Ikea citer
Ikea
09/08/2010 21:23
note: 8/10
Discographie des albums de CoL terminée par la force des choses Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Cult of Luna
Post Hardcore / Rock
2008 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  7.4/10
Webzines : (23)  8.45/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  Owlwood
02.  Eternal Kingdom
03.  Ghost Trail
04.  The Lure (Interlude)
05.  Mire Deep
06.  The Great Migration
07.  Österbotten
08.  Curse
09.  Ugín
10.  Following Betulas

Durée : 61 Mns

paroles
line up

parution
4 Août 2008

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Cult of Luna
Cult of Luna
Vertikal

2013 - Indie Recordings
  
Cult of Luna
Cult of Luna
Cult of Luna

2001 - Earache Records
  
Cult of Luna
Cult of Luna
Somewhere Along The Highway

2006 - Earache Records
  
Cult of Luna
Cult of Luna
The Beyond

2003 - Earache Records
  
Cult of Luna
Cult of Luna
Salvation

2004 - Earache Records
  

Essayez aussi
Helms Alee
Helms Alee
Sleepwalking Sailors

2014 - Sargent House
  
Helms Alee
Helms Alee
Weatherhead

2011 - Hydra Head Records
  
Letlive.
Letlive.
The Blackest Beautiful

2013 - Epitaph Records
  
At The Soundawn
At The Soundawn
Shifting

2010 - Lifeforce Records
  
Callisto
Callisto
True Nature Unfolds

2005 - Earache Records
  

chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful
chronique Chronique
Stutthof
And Cosmos From Ashes To Dust
chronique Chronique
Nuklear Frost
Subjugation
chronique Chronique
Tombs
Savage Gold