chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Amorphis - Silent Waters

Chronique

Amorphis Silent Waters
« Salut, je suis la chronique de « Silent Waters » d'Amorphis, c'est à moi ?
_ Range toi là et attend ton tour ! »


Cela fait au moins 3 ans que je complète, avec l'aide du grand Mitch, la discographie d'Amorphis. C'est qu'ils ont été prolifiques ces Finlandais ! Du coup, ayant fait au feeling et donc dans le désordre les chroniques, je me retrouve à boucler ces jours ci la dernière du genre, d'un album à classer entre « Eclipse » et « Skyforger ». On va essayer de se faire tout petit et de rentrer dans les rangs sans faire de bruit hein !

Que ceux qui connaissent déjà un album d'Amorphis datant d'au moins 2006 lève la main ? Ok, ça fera toujours cela de moins à expliquer : les débuts melodeath, devenus culte ; la période Rock / Metal à la fin des années 90, le départ bienvenu du chanteur Pasi Koskinen ; et le renouveau du groupe à l'arrivée de Tomi Joutsen, le groupe renouant avec le métal, ENFIN ! De fait, la renaissance du groupe s'est faite avec « Eclipse », « Silent Waters » est justement la suite logique de ce dernier.

Et c'est franchement une bonne nouvelle pour les mélomanes que nous sommes, car autant « Eclipse » déchirait, autant « Silent Waters » déchire au moins autant ! Bon ok, il y a un flamand rose sur la pochette, mais faites abstraction de ce détail s'il vous plait. « Silent Waters » c'est un « Tales From The Thousand Lakes », mais pondu 10 ans plus tard. Ouais rien que ça. Là, j'écoute « The Servant », et cette mélodie en lead me ramène tout droit 10 ans en arrière, à l'époque où les mélodies saturées d'Amorphis faisaient danser les plages d'Ibiza jusqu'au bout de la nuit. Ou pas. Soyons sérieux 2 minutes : oui, sur « Silent Waters », le groupe met de nouveau en avant la lead guitare, un growl bien puissant (c'est là qu'on voit à quel point Pasi était dépassé à ce niveau là, ce Tomi Joutsen a tellement plus de puissance vocale !), et bien sur, on n'oublie pas complètement son passé, un peu de chant clair. Mais plus rien à voir avec l'aspect « radio friendly » de Koskinen, Joutsen chante de façon plus rauque et on se croit moins à l'écoute d'un inédit de Muse sur Virgin Radio en l'entendant. Je viens en gros de résumer ma chronique d' « Eclipse », cela tombe bien c'est le même album en mieux…produit !

Plus abouti, poussant davantage en avant les mélodies à la guitare, plus accrocheur…plus quoi. « Weaving the Incantation » fait le ménage d'emblée, un titre surprenant car très vindicatif pour du Amorphis (enfin ce n'est pas devenu du Suffocation pour autant), qui met les points sur les i : ok, il y a un flamand rose sur la pochette, mais on le bouffe après l'enregistrement dac' ? J'ai déjà parlé de « A Servant », simple, mélodique, efficace. Le cœur de l'album est ensuite constitué de titres mid-tempos, parfois à la frontière de la ballade (« Silent Waters », « Her Alone » et l'acoustique « Enigma ») ; mais aussi souvent peuplé de mélodies entraînantes (« Shaman »), de refrains larmoyants (« The White Swan ») ou de solos déchirants (miam « Black River », allez allume ton briquet).

Alors oui, il faut aimer votre métal un peu romantique, un peu rose (putain de flamand, je ne pense qu'à ça), et surtout bien mélodique pour apprécier « Silent Waters ». Ce sera sans doute trop sucré pour beaucoup d'entre nous, mais je sais que vous avez tous un cœur de bisounours caché derrière ce TS de Defeated Sanity susceptible d'accrocher à ce que je vous propose. Sinon, restez sur « Tales… » une valeur sure, éventuellement « Elegy ». Pour les autres, vous avez là un album racé, parfaitement joué et bâti sous forme de couches musicales, superposées, qui rendent les compos beaucoup plus riches et complexes qu'on ne le dirait au premier abord. Amorphis a parfaitement réussi sa transition, sa mue en quelque sorte, on espère simplement qu'après 3 albums du même genre (je me place à la date d'écriture de la chronique soit mi-2010 presque un an après « Skyforger ») que le groupe saura éviter l'écueil de la redite lors de sa prochaine production…

Petit aparté : mettez quelques euros supplémentaires si vous l'achetez pour obtenir la version digipak, qui contient un bonus track « Sign » qui vaut son pesant de cacahuètes également ! Superbe mélodie…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Chris citer
Chris
13/08/2010 12:44
note: 8/10
Disco bouclée pour le moment!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Amorphis
Heavy / Death Mélodique
2007 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (9)  7.78/10
Webzines : (32)  8.56/10

plus d'infos sur
Amorphis
Amorphis
Heavy / Death mélodique - 1990 - Finlande
  

écoutez
tracklist
01.   Weaving the Incantation
02.   A Servant
03.   Silent Waters
04.   Towards and Against
05.   I of Crimson Blood
06.   Her Alone
07.   Enigma
08.   Shaman
09.   The White Swan
10.   Black River

line up
parution
19 Novembre 2007

voir aussi
Amorphis
Amorphis
Privilege Of Evil (EP)

1993 - Relapse Records
  
Amorphis
Amorphis
The Beginning of Times

2011 - Nuclear Blast Records
  
Amorphis
Amorphis
Elegy

1996 - Relapse Records
  
Amorphis
Amorphis
The Karelian Isthmus

1992 - Relapse Records
  
Amorphis
Amorphis
Skyforger

2009 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Kragens
Kragens
Seeds Of Pain

2006 - Thundering Records
  
In Flames
In Flames
Colony

1999 - Nuclear Blast Records
  
Into Eternity
Into Eternity
The Incurable Tragedy

2008 - Century Media Records
  
Dagon
Dagon
Terraphobic

2009 - Bombworks Records
  
Soulscar
Soulscar
Endgame

2006 - Galy Records
  

Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report