chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
47 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Centinex - Hellbrigade

Chronique

Centinex Hellbrigade
Centinex entame sa mutation après le death metal old school en perte de vitesse de Reborn Through Flames, le groupe se sépare de son chanteur ainsi que de son guitariste fondateur après 10 ans de bons et loyaux services. Un chapitre se clôt. Les voilà respectivement remplacés par Johan Jansson (Interment) et Jonas Kjellgren (Carnal Forge). Le line-up enregistrera la bombe Bloodhunt (MCD) en 1999 puis recrutera enfin un « vrai » batteur (6 ans après Transcend The Dark Chaos), il s'agit de Kennet Englund (Interment). Les Suédois sortiront très vite un autre EP en 2000 (Apocalyptic Armageddon) puis repartiront enregistrer leur cinquième album Hellbrigade chez Jonas Kjellgren, au Black Lounge Studios. Edité encore une fois par le défunt Repulse Records en 2000, c'est World War III Records qui rééditera un an plus tard la galette accompagnée du précédent EP. Leur dernier label Candlelight Records ressortira finalement le disque en 2003.

La brigade de l'enfer n'est pas vraiment du genre à faire dans la dentelle sous un ciel radieux et introduit par le chant des moineaux. Comme en témoigne le classieux artwork, les ténèbres surplombent l'église de la cité pour un assaut annihilateur. Bloodhunt annonçait déjà le futur carnage, le titre d'ouverture « Towards Devastation » ne pouvait pas être plus explicite. Une mandale lancée par des riffs à placer dans le panthéon du death metal suédois : le meilleur titre du groupe ? Il n'est pas seul, le trio de tête vous assommera d'entrée (argh ces riffs) ! Quel plaisir de ne pas réentendre une B.A.R mais un humanoïde « pile Duracell » ! Malgré un curieux son de batterie (cette caisse claire ?!), la production béton de Kjellgren ira soutenir cette musique « Dismemberienne bulldozer » tout comme le chant old school puissant de Johan (déjà démontré dans Interment). Outre ses divers hurlements, le gus n'hésitera d'ailleurs pas à placer discrètement quelques lignes claires pour saupoudrer cette ambiance noire et inquiétante (« One With Eternity », « Nightbreeder »). Car la paire Schulman-Wiklund est toujours présente, Centinex garde ainsi son aspect « evil » (limite black) délectable qui l'accompagne depuis ses débuts mais cette fois-ci dopé par l'arrivée des nouvelles recrues. Hellbrigade n'est donc pas qu'un condensé de titres directs sans quelconque saveur, Centinex ira même jusqu'à proposer des breaks atmosphériques frissonants (l'énormissime « Last Redemption »).

Les mélodies (raaah les leads glacials d'un « Bloodconqueror ») marque de fabrique du groupe (et a fortiori du pays) ne sont évidemment pas en reste et tout particulièrement dans le mariage death/thrash du groupe. Jonas Kjellgren (quels soli !) et l'esprit de Carnal Forge ne sont pas bien loin (« One With Eternity », « Neverending Hell »), on sent déjà que la suite de Centinex s'annonce différente. Hellbrigade reste donc très accessible, balance parfaite entre brutalité, mélodie et noirceur. Mais comme sur chaque album du groupe, un essoufflement se fera sentir la moitié de l'album (ayant déjà massacré vos tympans et votre nuque). Rien de bien méchant en somme : papier peint bien dégagé mémé ! Quant aux titres bonus issus de l'EP Apocalyptic Armageddon, ils restent par contre relativement anecdotiques comparés à la puissance du reste (et surtout de Bloodhunt sorti quelques mois plus tôt).

Pièce maîtresse de la discographie de Centinex, ce Hellbrigade est clairement l'album qu'il vous faut si vous souhaitiez découvrir le groupe (Bloodhunt en haut de la pile). Ceux appréciant le death metal noir qui envoie de la purée avec une touche mélodique et thrashy, foncez sans hésiter. Car la suite typée « swedish death/thrash », bien que très efficace, se voudra nettement plus conventionnelle et donc moins intéressante. Aucunement révolutionnaire mais foutrement jouissif !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Mitch citer
Mitch
09/09/2010 20:57
note: 8.5/10
De nada ! Album bien trop méconnu. Sourire

La suite (bien plus mélodique) n'est pas vilaine non plus (ça arrive très vite !). Devil
NightSoul citer
NightSoul
09/09/2010 20:46
J'avoue que je connaissais peu ce groupe et après m'être pencher sur Reflections, plutôt sympa, j'ai eu envie de m'attarder sur cet album qui me parait être une petite perle de death "mélodique" oldschool (comprenez : riffs et leads en tremolo peu édulcoré, blasts légers voire rapide, pas de voix claires ou peu)! Je pense approfondir ce groupe incessamment sous peu ! Thx Mitchou Clin d'oeil

N.B : le son de batterie est excellent au passage ! J'adore cette profondeur, ce son claquant de caisse claire et sa reverb', cette grosse caisse plutôt ronde qui garde un minimum de basses contrairements aux prod' d'aujourd'hui style ... Godeflesh apocalypse ou Hour Of Prenance (une grosse caisse c'est pas une cymbale quoi... Ah oui faut entendre les roulements à la double c'est vrai !)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Centinex
Death Metal
2000 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  7.83/10
Webzines : (5)  7.55/10

plus d'infos sur
Centinex
Centinex
Death Metal - Suède
  

tracklist
01.   Towards Devastation
02.   One With Eternity
03.   The Eyes Of The Dead
04.   Emperor Of Death
05.   Last Redemption
06.   Bloodconqueror
07.   Neverending Hell
08.   Nightbreeder
09.   Hellbrigade
10.   Apocalyptic Armageddon (bonus)
11.   Seeds Of Evil (bonus)
12.   Everlasting Bloodshed (bonus)

line up
voir aussi
Centinex
Centinex
Subconscious Lobotomy

1992 - Memento Mori
  
Centinex
Centinex
Malleus Maleficarum

1996 - Candlelight Records
  
Centinex
Centinex
Reflections

1997 - DieHard Music
  
Centinex
Centinex
World Declension

2005 - Regain Records
  
Centinex
Centinex
Diabolical Desolation

2002 - Candlelight Records
  

Essayez aussi
Maveth / Embrace Of Thorns
Maveth / Embrace Of Thorns
A Plague Through The Heavens (Split-CD)

2014 - Dark Descent Records
  
Laethora
Laethora
March of the Parasites

2007 - The End Records
  
Repugnant
Repugnant
Premature Burial (EP)

2004 - Soulseller Records
  
Deathcult
Deathcult
Demo MMXII (Démo)

2012 - Invictus Productions
  
ZOM
ZOM
Flesh Assimilation

2014 - Invictus Productions / Dark Descent Records
  

Razor
Open Hostility
Lire la chronique
Biopsy
Fractals Of Derangement (EP)
Lire la chronique
Ataraxie
Anhédonie
Lire la chronique
Satan pour le Fall Of Summer
Lire l'interview
Enforcer
From Beyond
Lire la chronique
Forgotten Winter
Vinda
Lire la chronique
Loudblast
Disincarnate
Lire la chronique
Katechon
Coronation
Lire la chronique
Mutoid Man
Helium Head (EP)
Lire la chronique
Hellfest 2015
Lire le dossier
Ragnard Rock Festival 2015
Lire le dossier
Undead
False Prophecies
Lire la chronique
Krahnholm
The Past Must Be Consigned ...
Lire la chronique
Nachtblut
Antik
Lire la chronique
De Carmen Simões à Shagrath
Jouer à The Small Metal World Experiment
Veil of Darkness
Nightmares in a Damaged Soul
Lire la chronique
Avatarium
Avatarium
Lire la chronique
Envy
All The Footprints You've E...
Lire la chronique
Dekadent Aesthetix
Dekadent Aesthetix
Lire la chronique
Agrypnie
Aetas Cineris
Lire la chronique
Nero di Marte
Derivae
Lire la chronique
Coal Chamber
Rivals
Lire la chronique
The Great Discord
Duende
Lire la chronique
Merauder
Bluetality
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Hammer of the Witches
Lire la chronique
Perversor
Anticosmocrator
Lire la chronique
Burial Vault
Unity In Pluralism
Lire la chronique
Nécropole
Ostara (Démo)
Lire la chronique
InAeona
Force Rise the Sun
Lire la chronique
House Of Atreus
The Spear And The Ichor Tha...
Lire la chronique