chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
29 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Hate Forest - Sorrow

Chronique

Hate Forest Sorrow
Sorrow avait, dès 2005, toutes les cartes en main pour séduire un auditeur acquis à la cause d'HATE FOREST, groupe qui a toujours divisé dans la scène Black Metal. Mystérieux, cachant au public l'identité de ses membres, HATE FOREST a toujours entretenu autour de lui une aura unique. Un groupe aussi monolithique, refusant la variété par sa fulgurance et sa rapidité, avait réussi à surprendre, avec le formidable Battlefields sorti deux ans plus tôt. Plus lent que la majeure partie de sa discographie, plus posé, mais tout autant inspiré, le combo ukrainien avait perdu ses auditeurs dans la forêt d'un opus pesant, lourd, démontrant ses capacités de renouvellement par rapport au chef-d'œuvre qu'était Purity.

Le chant du cygne des slaves revient à une approche rapide et redonne la part belle aux blasts beats impitoyables. Ce Sorrow se situe donc dans la veine d'un Purity ; une haine propre aux créations de Saenko s'exprime tout autant sur ce dernier album. Sa voix, gutturale comme jamais, toujours pleine de cette puissance inhumaine, déclame des paroles exaltant la beauté des paysages de l'Est, imagés à travers une pochette encore une fois magnifique. HATE FOREST officie bien dans le registre auquel il nous avait habitués et offre un Black Metal complètement épuré qui n'oublie pas d'être inspiré. Les riffs de ce Sorrow sont bien dissonants et sentent l'inspiration, l'urgence. HATE FOREST rentre avec véhémence dans le lard de son auditeur en composant des morceaux froids, façonnés par une patte qui n'a d'égal que celle des précédents opus du groupe.

La production austère se marie impeccablement avec le contenu et le met idéalement en relief, à l'image de la basse qui renforce ce son en lui donnant davantage de profondeur. Le rythme est effréné, sans cesse accéléré par un blast beat martial, incessant, presque asservissant : Saenko ne rationne pas l'usage de ce pattern de batterie sur cet album, qui peut en souffrir un peu, car il n'est en effet pas question de compromis. La boîte à rythme joue donc un rôle de premier plan, à l'image de ce son de double pédale inchangeant et de cette caisse claire imperturbable, amenant une agression permanente prônée cet ultime album. Le tempo, quasiment invariable, renforce morceau après morceau la froideur et la haine que l'on ressent bien dans le groupe ukrainien. Certes, les plans de batterie se ressemblent trop, mais cette facette correspond à l'essence de ce groupe...

Sorrow est peut-être encore plus extrême que Purity de ce point de vue là. Alors que l'album de 2002 proposait quelques « coupures » dans le rythme effréné de ses compositions, les seules coupures que Sorrow nous propose, ce sont entre les morceaux, brutalement interrompus, comme en plein milieu de leur élan. HATE FOREST ne desserre donc jamais l'étau qu'il n'a de cesse de refermer sur les cages à miel de l'auditeur et maintient l'étouffement permanent dans lequel il le confine. Sa musique est plus glaciale que jamais. Les riffs sont bien denses, Sorrow gagne certes en punch et en fulgurance mais perd un peu au niveau des ambiances, de l'introspection. Ce chant du cygne semble beaucoup plus spontané ; d'une durée assez courte, il livre des perles qui viennent se classer au panthéon du groupe de Saenko : « Fog », et sa structure admirable, ses riffs à la fois violents et hypnotisants, est l'apogée de l'album et arrache tout ce qui aurait pu rester d'humanité sur celui-ci, ou encore « Fullmoon » et son efficacité… mais il est encore une fois inutile de séparer les pistes les unes des autres, car Sorrow ne comporte en réalité aucune erreur, si ce n'est son jusqu'au-boutisme… La démarche habituelle d'HATE FOREST est ici poussée à son paroxysme : ce dernier album du groupe est de fait à placer au rang de chef-d'œuvre d'intensité.

Après ce dernier opus très "brut", HATE FOREST cessera toute activité ponctuelle (compilations mis à part), comme s'il avait épuisé toute son inspiration et vidé ses dernières forces dans ce Sorrow : c'est en effet l'impression que l'on a après l'écoute de ce bloc extrême de bout en bout. DRUDKH accaparera l'inspiration du sieur ukrainien et son nihilisme prendra un virage plus occulte et se verra plus explicitement associé au folklore de son pays, auquel l'homme est très attaché, avec BLOOD OF KINGU, considéré comme le successeur du combo atypique qu'était HATE FOREST. Avec un line-up similaire, De Occulta Philosophia sortira deux ans après la fin du groupe.

A propos de cette chronique

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Fabulon citer
Fabulon
16/01/2017 14:51
note: 9/10
Pour moi leur meilleur.

A chaque fois la même impression d'être écrasé par cette musique, comme si le ciel nous tombait sur la tête!

Album monolithique, puissant, hypnotique, grandiose, je le trouve meilleur que Purity.
Evil Ash citer
Evil Ash
30/03/2014 18:42
note: 9.5/10
Cette voix...Cette basse... Asservissant et totalement hypnotique...
Momos citer
Momos
18/10/2010 18:15
Album que je n'ai pas encore écouté, mais ça ne saurait tarder...
DR.Jkl citer
DR.Jkl
18/10/2010 17:29
Insupportable le coup des chansons qui s'arrêtent d'un coup, en ce qui me concerne, même si je peux comprendre la démarche. Du coup je ne le ressors jamais, préférant écouter Purity quand il me faut ma dose de parpaing Ukrainien.
cglaume citer
cglaume
17/10/2010 19:47
Musicalement, ça a l'air sympa ... M'enfin j'arriverai à vivre sans (je suis pas le gros fan de BM en même temps ...)
Geisterber citer
Geisterber
17/10/2010 19:30
note: 9/10
Tiens, tant que t'es là, un petit avis sur les mp3 que tu peux entendre Cyril ? Je serais curieux d'avoir ton avis là-dessus!
Bon et du coup je m'enchaîne Battlefields, le gros morceau, qui sera sans doute ma prochaine chronique. J'ai pas envie de décrocher de ce groupe en ce moment, même si j'ai plus ou moins l'impression d'écrire la même chose à cause de ce côté monolithique justement.
cglaume citer
cglaume
17/10/2010 19:18
Mais dites-moi, c'est sympa ce petit lien "A propos de cette chronique" ... ! J'aime bien ce type de clarification de la part d'un webzine, histoire de ne pas entretenir d'ambiguité douteuse ... Félicitations pour avoir fait ce choix (tardif) de ligne éditoriale !!!!! Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hate Forest
Black Metal
2005 - Supernal Music
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (9)  8/10
Webzines : (5)  8.4/10

plus d'infos sur
Hate Forest
Hate Forest
Black Metal - 1995 † 2004 - Ukraine
  

écoutez
tracklist
01.   Cold of the Grave
02.   Fullmoon
03.   What the Ruins Remember
04.   Fog
05.   As the Sunlight Dies
06.   Night Harvest
07.   Chambers of the Winds

Durée : 31:55

line up
voir aussi
Hate Forest
Hate Forest
Battlefields

2004 - Supernal Music
  
Hate Forest
Hate Forest
Scythia (Démo)

1999 - Ancient Nation
  
Hate Forest
Hate Forest
Purity

2003 - Supernal Music
  

Essayez aussi
Otargos
Otargos
Ten-Eyed Nemesis

2006 - Several Bleeds Records
  
Dark Fortress
Dark Fortress
Eidolon

2008 - Century Media
  
Forn Valdyrheim
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)

2017 - France d'Oïl Productions
  
Malcuidant
Malcuidant
Et les Cieux s'assombrirent...

2011 - Autoproduction
  
Black Fucking Cancer
Black Fucking Cancer
Black Fucking Cancer

2016 - Osmose Productions
  

River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique
Gravity pour l'album "Noir"
Lire l'interview
Wo Fat
Live Juju : Freak Valley an...
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulc...
Lire la chronique
Opium Warlords
Droner
Lire la chronique