chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Kylesa - Spiral Shadow

Chronique

Kylesa Spiral Shadow
Il fallait changer quelque chose. Ne pas se contenter de livrer à la foule en colère, avide de mirettes cuisinées au beurre noir et de chicots ensanglantés un simple Static Tensions Part II que nous aurions à coup sûr repris de volée, bastonné au bois vert et fini à la planche à clous, tant chez Thrashocore on est attachés à l'idée que chaque groupe peut (doit) évoluer - hormis SIX FEET UNDER, ok - pour satisfaire l'attente du public. Des sympathisants toujours plus nombreux qui, après avoir plébiscité des combats clandestins à faire pâlir Tyler Durden en personne, sont aujourd'hui conviés à fréquenter d'autres lieux, plus suaves, plus enivrants et plus troubles, la maîtresse de maison close Laura Pleasants (dont le chant n'a jamais paru aussi sensuel) accueillant à jambes écartées une clientèle sludge/stoner préférant tirer sa crampe que d'en prendre plein la poire. Mais j'en vois déjà qui remontent leur braguette, redoutant de contracter quelques champignons ou autres verrues génitales au contact d'une musique plus accessible que par le passé. Alors comme ça, KYLESA fait sa pute et drague tout ce qui bouge, du Francis Dollarhyde de « Manhunter » (on n'est pas loin du « In-A-Gadda-Da-Vida » de IRON BUTTERFLY au démarrage de « Cheating Sinergy ») à l'amateur de sonorités alternatives?

Il est clair que même le romantique échevelé aura envie de s'acoquiner dans ce bordel qui a tout de l'hôtel grand luxe ! Bien que KYLESA semble surfer sur la vague au point d'évoquer indirectement la new wave et des ancêtres vide-bourses comme la DIVISION DE LA JOIE (écoutez moi ces lignes de basse ou la lead de « Forsaken », les années 80 ne sont pas loin !), elle n'est pas prête de collaborer et parvient à tenir son affaire sans tapiner. Les formes, plus rondes et langoureuses, cachent toujours cette viande de premier choix, partie intégrante de la fabrique géorgienne. Ah, ça sent moins la sueur-mimolette que par le passé mais difficile d'avoir la mi-molle à la vision de ce « Don't Look Back » où les instruments revêtent des atours nineties, baggy et yeux nostalgiques, rappelant les premières fois lycéennes ! Toujours fougueuse bien que plus sage, l'entité expérimente sans oublier ses origines de fille-fermière, la main experte semblant tirer son breuvage de la voie lactée (« Dust », où Phillip Cope satine sa voix et les guitares élèvent leurs notes). De la brouette égyptienne (l'orientalisante « Crowded Road ») aux fellations sucrées de « Spiral Shadow » (dont les effets sur la voix de Laura sont à rapprocher d'un MY BLOODY VALENTINE), KYLESA joue des coudes pour s'imposer sur le marché de la partouze cosmopolite où tant d'autres ont fini sur le trottoir, la gueule par terre méthode « American History X », et a compris que les mélanges sont plus intenses quand ils savent s'arrêter, le format tubesque étant préféré à l'épanchement ennuyeux. Pute, certes, mais déjà la roublardise du maquereau à qui on la fait pas !

Plus concis, plus efficace avec pour principal mot d'ordre de ne pas traîner sous les couvertures donc (pratique pour lâcher la vapeur pendant la pause déjeuner, l'album ne durant que 41 minutes), la conséquence première étant de satisfaire le client dès le premier rapport, chose que ne permettaient pas forcément les plus nature Time Will Fuse Its Worth et Static Tensions. Sur Spiral Shadow, KYLESA a pris soin d'elle, suivi une THERAPY? de choc – on pense fortement à la formation d'Andy Cairns sur le plaisir éphémère « Back And Forth » - pour paraître plus avenante, quitte à faire dans le REM stéroïdé sur « Don't Look Back ». Et vas-y que ça se déhanche à volonté sur fond de guitares serpentines sur « Distance Closing In » ou l'éthérée « Cheating Synergy », jusqu'à inciter à la transe les habitués les plus enfumés sur l'envoûtante « Crowded Road ». On perd donc en bestialité pure ce qu'on gagne en sensualité au niveau du chant et des guitares, ce qui risque fort de perturber les amateurs de punching balls ne jurant que par les rapports de force. Par le jeu des vases communicants, on retrouve tout de même une bonne partie de ce qui forge le son KYLESA, des gueulantes de Laura (« Drop Out ») aux murs de riffs érigés par Phillip Cope (« Tired Climb », et son intro Tarantinesque en diable) mais leur exécution frôlant le pilotage automatique, on regrettera que le groupe n'ait pas opté pour une disparition pure et simple des passages sludge tant ils affaiblissent ici leur propos. On est donc pile poil dans le cadre d'un (bon) album de transition, sentiment renforcé par le côté vignette de certaines compos avant tout destinées aux éjaculateurs précoces.

En conclusion, Spiral Shadow montre un entre-jambe délicieux aux allures d'entre-deux. Délectation certaine, facile sans être docile mais pas forcement mémor(is)able, elle comblera les auditeurs en rut aimant batifoler dans une orgie de références, bien que cette dernière laisse une odeur de brèche ouverte où l'on s'engouffrera avec une plus grande joie dès que les penchants pour les parfums capiteux seront pleinement assumés. En attendant, il serait dommage de ne pas succomber à ces voluptés aussi soyeuses qu'odorantes surtout quand, pour une fois, accalmie n'est pas synonyme de déodorant !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
30/07/2012 17:31
note: 10/10
Static Tensions est une splendeur, mais c'est déjà le premier pas dans la période pop ; si tu veux goûter à leur psychédélisme néandertalo-gothique plus âpre au palais, c'est plutôt vers To Walk et Time Will qu'il te faut te précipiter - sans oublier Rise & Fall, de Damad
Geisterber citer
Geisterber
30/07/2012 13:02
Très bien merci à toi, c'est noté!
Ikea citer
Ikea
30/07/2012 10:11
Geisterber a écrit : Très bien écrite votre chronique, toujours un plaisir à lire. En profane quasi total du genre j'ai bien apprécié cet album mais je suppose qu'il me faut plutôt aller vers Static Tensions pour aborder plus sainement KYLESA non ?

Tous sont bons mais Static Tensions est celui à conseiller pour débuter oui, Spiral Shadow étant particulier et les autres un peu moins accessibles. Je te conseille de remonter leur discographie petit à petit !
Geisterber citer
Geisterber
30/07/2012 00:53
Très bien écrite votre chronique, toujours un plaisir à lire. En profane quasi total du genre j'ai bien apprécié cet album mais je suppose qu'il me faut plutôt aller vers Static Tensions pour aborder plus sainement KYLESA non ?
Barak citer
Barak
29/10/2010 19:00
note: 8/10
Globalement très bon, mais Static Tensions avait des instants réellement jubilatoires que malheureusement on ne retrouve que trop rarement sur celui ci...
Invité citer
Jean-Claude
25/10/2010 00:58
Un album un peu nul finalement...
Barak citer
Barak
20/10/2010 12:00
note: 8/10
Haha, belle chronique. Je vais me plonger dedans cet aprem avant de donner un avis définitif.
LostSon citer
LostSon
19/10/2010 17:29
Hâte de m'écouter en entier celui là: les précédents sont excellents.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kylesa
Sludge / Metal / Rock
2010 - Season of Mist
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (12)  8.04/10
Webzines : (39)  8.08/10

plus d'infos sur
Kylesa
Kylesa
Fourre tout stoner/sludge/psyché rock - Etats-Unis
  

vidéos
Tired Climb
Tired Climb
Kylesa

Extrait de "Spiral Shadow"
  

tracklist
01.   Tired Climb
02.   Cheating Synergy
03.   Drop Out
04.   Crowded Road
05.   Don't Look Back
06.   Distance Closing In
07.   To Forget
08.   Forsaken
09.   Spiral Shadow
10.   Back and Forth
11.   Dust

Durée : 41 Mns

line up
parution
26 Octobre 2010

voir aussi
Kylesa
Kylesa
To Walk A Middle Course

2005 - Prosthetic Records
  
Kylesa
Kylesa
Time Will Fuse Its Worth

2006 - Prosthetic Records
  
Kylesa
Kylesa
Static Tensions

2009 - Prosthetic Records
  
Kylesa
Kylesa
From The Vaults Vol.1 (Compil.)

2012 - Season of Mist
  
Kylesa
Kylesa
Ultraviolet

2013 - Season of Mist
  

Essayez aussi
Fleshpress
Fleshpress
Tearing Skyholes

2013 - Kult Of Nihilow
  
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  
American Heritage
American Heritage
Prolapse

2014 - Solar Flare
  
Ghost Brigade
Ghost Brigade
Until Fear No Longer Defines Us

2011 - Season of Mist
  
Ghost Brigade
Ghost Brigade
IV - One with the Storm

2014 - Season of Mist
  

Moon
Render of the Veils
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Near Death Revelations
Lire la chronique
State Faults
Desolate Peaks
Lire la chronique
Conqueror
War Cult Supremacy
Lire la chronique
Kataklysm
Of Ghosts And Gods
Lire la chronique
One Life Crew
Crime Ridden Society
Lire la chronique
Adversarial
Death, Endless Nothing And ...
Lire la chronique
Parce qu'on a tous été ados
Jouer au blindtest
Loudblast
Sublime Dementia
Lire la chronique
Motocultor Festival 2015
Lire le dossier
Uncle Acid And The Deadbeats
The Night Creeper
Lire la chronique
Interment
Where Death Will Increase 1...
Lire la chronique
Aetherius Obscuritas
MMXV
Lire la chronique
LVTHN
The Grand Uncreation (Compil.)
Lire la chronique
Der Weg einer Freiheit
Unstille
Lire la chronique
Soilwork - The Ride Majestic
Lire le dossier
Lugubrum / Urfaust
Het Aalschuim der Natie (Sp...
Lire la chronique
Venefixion
Defixio (Démo)
Lire la chronique
Ulcerate
Everything is Fire
Lire la chronique
Pure
Art of Loosing One's Own Life
Lire la chronique
Metal Méan 2015
(DOLCH) + Drowned + Grand M...
Lire le live report
Suis La Lune
Distance / Closure (EP)
Lire la chronique
New Noise Festival 10
Birds In Row + Earthship + ...
Lire le live report
Crown
Natron
Lire la chronique
Leprous
The Congregation
Lire la chronique
Various Artists
A Treasure to Find (Tribute...
Lire la chronique
Vardan
Between the Fog and Shadows
Lire la chronique
Birds In Row
You, Me & the Violence
Lire la chronique
Weird Fate
Cycle of Naught
Lire la chronique
Mercyless
Abject Offerings
Lire la chronique