chargement...

haut de page
60 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Fleshrot - Traumatic Reconfiguration

Chronique

Fleshrot Traumatic Reconfiguration
De Fleshrot, je ne me souvenais que d'un bout de concert au Neurotic 2009. Malgré mon bref passage devant les Anglais et le son brouillon, j'avais senti un potentiel intéressant. Le groupe sort en début d'année son 2ème full-length Traumatic Reconfiguration sur Deepsend Records, sans que je me précipite dessus toutefois. Mais le lobbying de plusieurs personnes m'a poussé à me le procurer, le vendant comme une tuerie totale, un candidat possible au trône brutal 2010. L'opus ne prendra finalement pas cette place en ce qui me concerne, mais une chose est sûre: ça bute!

Ne vous fiez pas au look des Rosbeefs (qui sont moches quelle que soit la musique de toute façon), aucune trace de deathcore ici. Il y a bien un ou deux passages saccadés sur l'opus mais ils n'ont pas grand chose à voir avec des mosh-parts. Non ici c'est blasts et gutturals pour le plus grand plaisir des amateurs de poésie. Et ce qui ressort d'abord de ces 37 minutes, c'est une puissance de feu redoutable. Avec en première ligne une production grosse comme ça. Typique de tous ces groupes modernes peut-être, la batterie sonne trop synthétique sûrement mais qu'est-ce que ça envoie! Et puis elle va de paire avec la musique sans concession (ou presque) du combo d'outre-Manche. Fleshrot joue vite, blaste souvent et aplani le terrain. Ce tourbillon de brutalité se trouve renforcé par un duo vocal growl/shriek classique mais foutrement efficace, rendant les neuf morceaux d'autant plus intenses lorsqu'il y a superposition. Le quintette nous laisse quand même quelques moments de répit, notamment sur des riffs en mid-tempo bien gras mais qui donnent eux aussi envie de tout casser ("From The Abyss" à 2'04, "Essence Of Decay" à 4'09, "Venatic Perversion" à 0'58 et surtout le riff bulldozer à 2'10 de "Traumatic Reconfiguration"). Même le bref passage saccadé de "Venatic Perversion" passe très bien! On notera aussi un bon sens du groove lorsque la formation ne blaste pas et quelques séquences plus lentes ou même mélodiques comme sur l'intro de "Dispossessed" et le riff surprenant d'"Oblivion" à 1'20.

Fleshrot l'a bien compris, rien ne sert de blaster à tout va. Le combo nous propose ainsi des composition certes très brutales et directes, gavées de blast-beats, mais suffisamment variées pour ne pas lasser. Un autre apport important est celui des solos. Hé oui, les guitaristes se laissent aller à quelques plaisirs solitaires! Oh, rien d'extraordinaire ni de révolutionnaire mais c'est plutôt bien fait, jamais déplacé et ça contribue à l'effort mélodique-mais-pas-trop toujours de bon aloi sur un album de bourrin ("Essence Of Decay", "Purging Impurity", "Expanding The Void", "Traumatic Reconfiguration", "Inherent Perdition"). On a même quelques lignes de sweeps sur "Essence Of Decay"! Mais là où Fleshrot se détache de la masse, c'est bien au niveau des riffs. D'habitude, on ne peut même pas parler de riffs sur beaucoup trop d'albums d'ultra brutal death et quand certains méritent ce nom, ils ne dégagent rien. Sur Traumatic Reconfiguration, c'est tout le contraire! Non seulement les riffs y sont discernables mais ils sont aussi assez travaillés pour dégager quelque chose et être facilement mémorisables. Ce n'est pas toujours génial et tous les riffs ne se valent pas mais le lot reste bien plus garni que la moyenne. Quelques exemples? Le riff blasté en intro d'"Essence Of Decay" qui se voit rallongé et "tremoloïsé" un peu plus tard, "Dispossessed" qui se fait carrément entraînant à partir de 1'53 pour repartir de plus belle en blasts, les enchaînements riffs cools/blasts de la très brutale "Expanding The Void", le riff de début sur "Venatic Perversion" à la mélodie discrète mais vicieuse, ou encore "Oblivion" à 0'37 plus aéré mais tout aussi efficace. Je ressens même parfois une ambiance evil ("Purging Impurity" à 2'58) ou un côté bouillonnant à la Hate Eternal (le début de "Purging Impurity", "Dispossessed" à 0'43, "Traumatic Reconfiguration" à 3'07).

Décidément, le UK nous offre de bonnes surprises ces derniers temps et se fait remarquer sur une scène plus souvent contrôlée par ses cousins américains. Cruciamentum, Grave Miasma ou encore Craven Idol en old-school, Trigger The Bloodshed, Embryonic Depravity (RIP), Annotations Of An Autopsy (bon eux je n'aime pas mais ils ont du succès!), Ingested ou Introrectalgestation en moderne brutal dans le courant dont fait partie Fleshrot, les groupes anglais qui font parler d'eux ne manquent pas. Traumatic Reconfiguration n'est pas parfait (des passages moins bandants, des rythmiques vocales pas toujours tip-top ou des parties de chant parfois un peu trop yaourt bas de gamme entre autres) mais l'album est clairement signé par un groupe talentueux. Brutalité, puissance, technique, groove, modernisme (dans le bon sens) avec ce qu'il faut de mélodie pour faire passer le tout, Fleshrot devrait trouver pas mal d'adeptes ici. Ne passez pas à côté!
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

1 COMMENTAIRE(S)

Høsty citer
Høsty
14/05/2012 00:04
note: 7/10
Bon album plein de passages bien Headbanguant.
Dommage que le groupe ait splitté.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Fleshrot
Brutal Death
2010 - Deepsend Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  7/10
Webzines : (6)  6.91/10

plus d'infos sur
Fleshrot
Fleshrot
Brutal Death - Royaume-Uni
  

vidéos
Traumatic Reconfiguration
Traumatic Reconfiguration
Fleshrot

Extrait de "Traumatic Reconfiguration"
  

tracklist
01.  From The Abyss
02.  Essence Of Decay
03.  Purgind Impurity
04.  Dispossessed
05.  Expanding The Void
06.  Venatic Perversion
07.  Traumatic Reconfiguration
08.  Inherent Perdition
09.  Oblivion

Durée : 37'00

line up
parution
6 Mars 2010

Essayez aussi
Cryptopsy
Cryptopsy
Once Was Not

2005 - Century Media
  
Centurian
Centurian
Contra Rationem

2013 - Listenable Records
  
Gorgasm
Gorgasm
Masticate To Dominate

2003 - Unique Leader Records
  
Dementor
Dementor
God Defamer

2004 - Osmose Productions
  
Suffocation
Suffocation
Breeding The Spawn

1993 - Roadrunner Records
  

report Live report
Belenos + Melechesh
chronique Chronique
Goatmoon
Voitto tai Valhalla
chronique Chronique
Slipknot
5 : The Gray Chapter
chronique Chronique
Mysticum
Planet Satan
chronique Chronique
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")
chronique Chronique
Manes
Be All End All
report Live report
Beastmilk + Daniel Bay + In Solitude
chronique Chronique
Jean Jean
Symmetry
chronique Chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
chronique Chronique
Tarnkappe
Tussen Hun en de Zon
chronique Chronique
Kruger
Adam And Steve
chronique Chronique
Anaal Nathrakh
Desideratum
chronique Chronique
Le Pré Où Je Suis Mort
Le Pré Où Je Suis Mort (EP)
chronique Chronique
Dawohl
Potestas.Ratio.Iustitia (EP)
chronique Chronique
Loma Prieta
I.V.
chronique Chronique
Grave Digger
Return Of The Reaper
chronique Chronique
Thou / The Body
Released from Love (Coll.)
chronique Chronique
From the Vastland
Temple of Daevas
chronique Chronique
Velnias
Sovereign Nocturnal (Rééd.)
chronique Chronique
Koozar
Koozar / Bangi Vanz Abdul
chronique Chronique
Deathcult
Pleading For Death... Choking On Life (EP)
report Live report
Helvete Underground Festival
Bölzer + Darkspace + Rorcal
chronique Chronique
Omnihility
Deathscapes of the Subconscious
chronique Chronique
Auroch
Taman Shud
chronique Chronique
Interment / Brutally Deceased
Glory Days, Festering Years (Split-CD)
chronique Chronique
Jesus Cröst
1986
chronique Chronique
Expire
Pretty Low
chronique Chronique
Winterfylleth
The Divination of Antiquity
chronique Chronique
Bloodsoaked
Religious Apocalypse (EP)
chronique Chronique
Diapsiquir / Peste Noire
Le Rat des Villes et le Rat des Champs (Split 12")