chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Belenos - Yen Sonn Gardis

Chronique

Belenos Yen Sonn Gardis
Belenos. Si ce nom vous est inconnu, vous êtes autant à blâmer que ce malheureux webzine qui, en plus d'occulter toute la discographie du talentueux Loïc Cellier, ne propose que deux misérables news datant de 2007 concernant ce one-man-band qui redore depuis presque dix ans le blason du pagan black metal français. Je ne suis peut-être pas le plus grand expert qu'il soit en la matière mais avouons que hormis Aes Dana, peu d'autres groupes de notre chère scène hexagonale peuvent se vanter de rivaliser avec les grands noms scandinaves que sont Arckanum, Kampfar, Drudkh ou encore Nokturnal Mortum. Mais Belenos est bien là et revient aujourd'hui avec son cinquième album : Yen Sonn Gardis qu'il aura fallu impatiemment attendre pendant trois ans après un Chemin De Souffrance qui plaçait la barre à un très haut niveau. Evitant soigneusement tous les reproches inhérents aux audacieux mélanges entre black metal et éléments folkloriques, à savoir un juste milieu qui, s'il n'est pas parfaitement maitrisé peut transformer en un instant une bonne intention en vaste blague festive, le frontman parvient sortie après sortie à me faire voyager avec une facilité déconcertante. Mais trêve de présentation, embarquons dès maintenant pour les terres brumeuses et mystérieuses de la Bretagne du sieur Loïc.

C'est sur la longue introduction "Aspedenn" que Belenos nous propose d'entrer dans son univers froid et mélancolique. L'utilisation d'instruments folks renoue avec son passé puisqu'ils étaient fortement mis en retrait sur son aîné, nous plongeant ainsi en douceur dans l'atmosphère celtique et obscure du méfait. Un riffing simpliste mais enivrant donne tout de suite le ton avant l'explosion qui lance réellement l'album : "Holved Hirisus". Titre d'une richesse particulière qui passe avec aisance d'un black metal brut, à des plans plus mélodiques aux leads entêtants et aux cœurs planants, jusqu'aux interludes acoustiques presque atmosphériques. C'est justement la diversité de tous ces éléments avec lesquels Loïc Cellier joue brillamment tout au long de ce Yen Sonn Gardis, qui empêche toute routine de s'installer et happe l'auditeur pour un voyage à l'aura religieuse semblant faire l'apologie des paysages sibyllins de la Bretagne.
Comme vous avez pu le remarquer, un changement notable a eu lieu puisque Belenos abandonne la langue française au profit du brezhoneg, comme l'atteste la totalité des paroles de l'opus. Cette évolution a pour effet principal de renforcer un peu plus encore cet aspect celtique souligné plus haut, rendant ainsi plus évident encore l'hommage rendu par son géniteur et la passion qu'il porte pour la terre de ses origines.

Malgré l'utilisation assez fréquente du terme « folklorique » au court de ces quelques lignes, sachez qu'ici ces éléments ne sont utilisés que pour renforcer la mélancolie d'un riff ou pour servir d'interlude, conférant ainsi une ambiance assez particulière au méfait et une certaine hétérogénéité à ces compositions. "Ene Kelt" et "Skorn Ha Tan" nous chahutant au milieu d'un climat sombre et énervé tandis que "Baleerien An Are" nous replonge immédiatement dans un univers plus calme mais incroyablement dépressif et tourmenté. L'utilisation récurrente des chœurs offre un contraste particulièrement frappant avec le chant black metal et les quelques gutturaux typés death comme sur le solennel "Gorsedd" ou Loïc Cellier nous montre toute l'étendue de son talent de vocaliste. De la même manière, le travail sur l'agencement entre les passages mélodiques des instruments traditionnels bretons et les guitares froides et agressives est tout simplement épatant, comme l'atteste le surprenant et entrainant "Mestr Ar Choad". L'album se clôt sur les chapeaux de roues avec le doublet : "Taol-Digoll" alternant constamment entre brutalité pure et nostalgie, et "En Argoll" qui se rapproche presque du black metal traditionnel tant il est dénué de ses breaks folks qui caractérisaient les autres titres. C'est le simple bruit du vent qui nous guide jusqu'à la fin abrupt et inattendu de ce Yen Sonn Gardis comme une ultime référence à la nature omniprésente tout au long de ses quarante-cinq minutes.

Malheureusement, ce sont ces trois derniers mots qui constitueront ma seule véritable déception face à cet opus : sa durée. Malgré le fait qu'il dure à peu près trois fois plus de temps qu'un album de slammoshing brutal death-grind technique à chant black, je ne peux m'empêcher de regretter qu'à l'inverse de ses voisins d'outre-Atlantique et Allemands Agalloch et Dark Fortress dont les méfaits passent haut la main la barre des soixante minutes, une envie d'en avoir plus vient m'obnubiler à peine le disque arrêté. Je ne peux que trouver dommage qu'après un tel déballage de talent, la première pensée qui me vienne à l'esprit au final ne soit que « c'est déjà terminé ? ». Je fais peut être la fine bouche mais un morceau ou deux de plus auraient pu considérablement augmenter ma note.

En définitive, c'est un sixième opus de haute volée que nous propose Loïc Cellier qui jongle avec toujours autant d'habileté entre la brutalité du black metal et les atmosphères aussi belles et émouvantes que sombres, dégagées par les ponts folkloriques. Sans surpasser les précédentes réalisations et ne se plaçant en aucun cas en dessous de celles-ci, c'est encore une fois d'un très bon album dont nous gratifie Belenos qui s'ancre toujours un peu plus profondément comme une des formations black françaises les plus redoutables. Malgré le défaut propre à ma perception de cet opus, Yen Sonn Gardis n'en reste pas moins une des meilleures sorties du genre de cette fin d'année 2010, au même titre que Marrow Of The Spirit (Agalloch) et Paracletus (Deathspell Omega).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

max.scxxxd citer
max.scxxxd
03/02/2015 20:53
note: 9/10
J'ai découvert Belenos à ses débuts et j'apprécie toujours autant... mon groupe de black metal français préféré...
Momos citer
Momos
04/12/2010 01:09
note: 8.5/10
Sunn0)) a écrit : Pour un bilingue comme moi ca fait plaisir de voir un album écrit en breton, même si dans les titres on ne remarque pas une différence fondamentale. Sinon il m'a l'air tout bon cet album, même si je reste attachés aux premiers albums plus mélancoliques à mon goût.
Yeah!!! Un autre bretonnant que moi sur Thrasho! Headbang
Sunn0)) citer
Sunn0))
03/12/2010 16:38
Pour un bilingue comme moi ca fait plaisir de voir un album écrit en breton, même si dans les titres on ne remarque pas une différence fondamentale. Sinon il m'a l'air tout bon cet album, même si je reste attachés aux premiers albums plus mélancoliques à mon goût.
Jotun35 citer
Jotun35
28/11/2010 15:55
Mon frangin l'a acheté en version digipack A5 donc j'ai eu l'occasion de l'écouter 4-5 fois au total et franchement je le trouve très bon, peut-être même meilleur que le réenregistrement de "Errances Oniriques" car plus varié et chaque morceau se démarque bien mieux du précédent.
En plus il y a vraiment d'excellentes idées ça et là comme par exemple le violon sur l'un des premiers morceaux ("Hollved Hirisus" me semble t-il).
Il va falloir que je me le réécoute un peu plus attentivement mais a priori je le trouve donc excellent.
Squirk citer
Squirk
27/11/2010 23:24
note: 8.5/10
Tu m'apprends quelque chose pour le "premier album de metal en breton", je pensais qu'une obscure formation bm s'en serait déjà chargée. Sinon, je suis bien d'accord avec toi en ce qui concerne les sorties de ces derniers mois : j'ai eu quelques très bonnes surprises !
Je confirme également pour son classement au bilan des meilleurs albums 2010 !
Momos citer
Momos
27/11/2010 23:04
note: 8.5/10
Squirk, pour avoir chroniqué cet album qui est non seulement LE PREMIER ALBUM DE METAL EN BRETON, mais en plus dont les paroles ont été co-écrites par MON ANCIEN PROF DE BRETON (si, si), tu mérites un prix nobel.
Plus sérieusement, cet album est très bon, et prouve que cette fin d'année réussit à relever le niveau des sorties précédentes.
Bien accrocheur (sans faire de la soupe pour autant) et mélancolique, je suis tout de même plutôt d'accord avec la chronique: un album qu'on aurait voulu plus long, même si sa durée reste respectable. Allez, hop, dans mon bilan!
von_yaourt citer
von_yaourt
27/11/2010 21:01
Je pense que je vais me pencher sérieusement sur ce nouveau Belenos, ce que j'en ai entendu est proprement excellent.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Belenos
Pagan Black Metal
2010 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  8/10
Webzines : (12)  7.26/10

plus d'infos sur
Belenos
Belenos
Pagan Black Metal - 1995 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Aspedenn
02.   Hollved Hirisus
03.   Ene Kelt
04.   Skorn Ha Tan
05.   Baleerien An Are
06.   Gorsedd
07.   Mestr Ar Choad
08.   Taol-Digoll
09.   En Argoll

Durée : 45:00

line up
parution
15 Octobre 2010

voir aussi
Belenos
Belenos
Spicilège

2002 - Sacral Productions
  
Belenos
Belenos
Kornôg

2016 - Northern Silence Productions
  

Essayez aussi
Wodensthrone
Wodensthrone
Curse

2012 - Candlelight Records
  
Waldgeflüster
Waldgeflüster
Meine Fesseln

2014 - Black Blood Records
  
Enslaved
Enslaved
Below The Lights

2003 - Osmose Productions
  
Heimdalls Wacht
Heimdalls Wacht
Geisterseher

2016 - Trollzorn Records
  
Skogen
Skogen
I döden

2014 - Nordvis Produktion
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique