chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
33 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

My Dying Bride - Like Gods Of The Sun

Chronique

My Dying Bride Like Gods Of The Sun
Like Gods Of The Sun, le mal-aimé, le sous-estimé ! Il faut dire qu'il n'a pas de bol le pauvre, à être ainsi coincé entre le mièvre-mais-pourtant-adulé The Angel And The Dark River et le détesté-puis-réhabilité 34,788 %... Complete. Et pourtant, il est sans doute mon album préféré de My Dying Bride, pour des raisons plus ou moins personnelles, la principale étant que c'est avec lui que j'ai découvert le doom.

Je n'étais donc pas membre de ces metalheads froufroutées charmées par les pleurnicheries de son prédécesseur mais je les comprends, Like Gods Of The Sun jouant sur un contraste qui a du en rebuter plus d'un. A ma gauche, l'album le plus direct et « simple » des Anglais : les mélodies sont moins étalées, jouées sans fioritures, le groupe ayant poussé le vice jusqu'à augmenter le tempo par rapport à son jeu habituel (utilisation de la double-pédale sur « Like Gods Of The Sun » ou « Grace Unhearing » par exemple). La musique est concentrée sur le quatuor batterie/basse/guitares, le violon et surtout les claviers n'apparaissant que sporadiquement. Même Aaron se met en retrait, bien que supportant la plupart des parties, il ne s'étend plus comme sur The Angel And The Dark River, préférant déclamer ses textes d'une voix grave ou hachée, une sobriété présente jusque dans les moments lyriques (« Here In The Throat »). Les morceaux sont plus courts qu'à l'accoutumée, dépassant rarement la barre des sept minutes (on ne rigole pas au fond, c'est court pour du My Dying Bride !), mais loin d'être linéaires, les riffs étant surprenants et empilés sans transitions (« The Dark Caress »).

A ma droite, une production étrange : étonnamment puissante, elle compresse, réduit à néant tous débordements émotionnels, étouffe les rayons des quelques aérations atmosphériques disséminées ça et là (ça étant « The Dark Caress » et là « A Kiss To Remember »). Un mur de guitares sans aspérités, une batterie froide et un chant semblant éteint donnent une impression de vide impénétrable, là où les compositions prétendent au catchy. Il suffit d'écouter « It Will Come » où une ligne de basse est supplantée par une guitare crispante à être si heavy (j'ai beau m'y attendre, à chaque fois je sers les dents) pour s'en convaincre.

Mon tout est un paradoxe : captivant et rebutant, surgonflé et nu (pas de growls à l'horizon), Like Gods Of The Sun possède une ambiance à part, faite de vampires drogués aux anabolisants et Go Sport transylvanien, une chose que l'on ne trouve pas dans les autres créations de la fiancée mourante et que je n'ai ressenti autre part. Car ce son est une erreur, certainement nait d'une volonté abusive d'en mettre plein la tronche, une maladresse géniale. Il draine, hypnose sans possibilité de faire corps avec lui, transforme les orchestrations de Martin Powell en instruments sadiques (pour sa dernière prestation chez les Anglais, ce dernier n'a pas démérité, ses apparitions sur ce disque étant parmi ses plus marquantes). La menace rôde sans qu'elle n'apparaisse franchement, à l'image de ces sièges de guerre où l'assaillant coupe tout soutien, cloisonne les routes d'approvisionnement, attend la reddition d'une victime épuisée aussi bien mentalement que physiquement. Raaah ces riffs qui sont des mosh part en slow motion, cet orgue carnassier, ces couplets aux dents longues et cette délicatesse sous-jacente, cette finesse de dandy se jetant sur ta carotide… Du Anne Rice-core, rien de moins !

Ah, évidemment, Like Gods Of The Sun est beau, horriblement beau car avec parcimonie et toujours sans prévenir, mais il y a assez de paradis ici pour te rappeler que tu es au purgatoire. D'ailleurs, les plus attentifs auront remarqué que je n'ai pas parlé de « For You » et « For My Fallen Angel » et je n'en ferais rien, à part leur susurrer que si l'un de mes biographes se demande pourquoi je recherche la tristesse dans la musique quelle qu'elle soit, un élément de réponse se trouve dans ces deux titres. Je pourrais m'en sortir en les affublant d'une tirade romantico-religieuse que j'aime tant mais parfois, se taire est plus parlant. Et moins dégradant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

heylel citer
heylel
27/08/2015 14:24
note: 10/10
un de mes préférés également avec 34.788 et the angel...

l'équilibre est parfait entre la puissance, la noirceur et la mélancolie. MDB sait se renouveler sans cesse et évite le piège du turn lose the swans ou the angel... copier-coller!

Ikea citer
Ikea
10/06/2014 18:45
note: 9/10
Aguirre a écrit : je ne vois pas comment ont peut le distinguer de Songs of Darkness ou A Line of deathless Kings qui sont du même bas niveau selon moi.

Question qualité, je ne suis pas d'accord évidemment mais je trouve aussi "Like Gods of the Sun" bien différent sur la forme et le fond que ceux que tu as cité.

Après, c'est un album qui m'a suivi à l'adolescence alors, pour le coup, y a clairement du sentimentalisme le concernant. Mais je le trouve toujours géant aujourd'hui, assez unique (comme dit dans la chronique) !
Invité citer
Aguirre
10/06/2014 17:55
Marrant, cet album, j'ai jamais pu le blairer! Trop de violon je crois. Un des moins bon de la disco, sans énergie, sans noirceur, ça se lamente indéfiniment et je ne vois pas comment ont peut le distinguer de Songs of Darkness ou A Line of deathless Kings qui sont du même bas niveau selon moi.
Worthless citer
Worthless
26/12/2010 18:06
J'ajouterai que ces deux remixes sont de sombres merdes et que si vous pouvez trouver l'édition originale il faut la prendre.
Sinon, pour changer, je suis absolument d'accord avec ta chronique, Like Gods of the Sun est également l'album de My Dying Bride que je préfère, peu d'albums m'émeuvent autant que celui-ci.. Moins théatral que les autres MDB, cet album est un pur chef d'oeuvre.
Putain, For You et A Kiss to Remember sont deux des plus beaux titres que le Doom à engendré...
Ikea citer
Ikea
19/12/2010 09:59
note: 9/10
A noter que l'album a été réédité par Peaceville avec deux titres bonus :

It Will Come (Nightmare Remix)
Grace Unhearing (Portishell Remix)

Et que ces remix sont relativement inutiles, comme dans toute bonne réédition de Peaceville qui se respecte.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
My Dying Bride
Doom Metal
1996 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (12)  7.79/10
Webzines : (13)  7.89/10

plus d'infos sur
My Dying Bride
My Dying Bride
Doom / Death Metal - 1990 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Like Gods of the Sun
02.   The Dark Caress
03.   Grace Unhearing
04.   A Kiss to Remember
05.   All Swept Away
06.   For You
07.   It Will Come
08.   Here in the Throat
09.   For My Fallen Angel

Durée : 54 Mns

line up
voir aussi
My Dying Bride
My Dying Bride
Turn Loose The Swans

1993 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Angel And The Dark River

1995 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Dreadful Hours

2001 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Light At The End Of The World

1999 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
An Ode To Woe (Live)

2008 - Peaceville Records
  

Essayez aussi
Lord Vicar
Lord Vicar
Gates of Flesh

2016 - The Church Within Records
  
Cross Vault
Cross Vault
The All-Consuming

2015 - Northern Silence Productions
  
Procession
Procession
Destroyers Of The Faith

2010 - Doomentia Records
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Taste My Sword Of Understanding

2014 - Svart Records
  
Type O Negative
Type O Negative
Life Is Killing Me

2003 - Roadrunner Records
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique