chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
27 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Obituary - The End Complete

Chronique

Obituary The End Complete
Le succès démesuré remporté à sa sortie par “The End Complete”, troisième full length des pères la lourdeur John et Donald Tardy, résume à lui seul l'incroyable engouement suscité par le death metal au début des années quatre vingt dix : 250 000 exemplaires vendus à travers le monde pour ce qui ne restera au final qu'un bon album des floridiens, ça calme ! Et la question à deux chicots trois vertèbres qui s'en suit logiquement, pourquoi celui là et pas les intrinsèquement supérieurs « Slowly We Rot » et « Cause Of Death » ? La réponse tient peut être dans le très grand classicisme de cet opus, qui a permis au groupe d'affirmer définitivement son style auprès d'un public qui n'en demandait probablement pas plus. Il n'y avait qu'à voir la tronche, deux ans plus tard, de ceux qui ont découvert l'orientation tribale de « World Demise » pour s'en convaincre !

C'est pas mal, mais c'est pas du OBITUARY était le reproche le plus souvent adressé par les aficionados en des temps où le vent commençait pourtant sérieusement à tourner, le marché se trouvant vite à saturation, submergé par pléthore de formations indignes de hisser aussi haut l'étendard de la cause death. C'est pas mal, mais c'est du OBITUARY pur jus pourrait-on répliquer à ceux qui se sont jeté à l'époque sur « The End Complete », comme des goules décérébrées en quête de chair fraîche. En choisissant d'affiner la formule déjà bien rôdée sur un « Cause Of Death » musicalement plus ambitieux, James Murphy oblige, les frères Tardy livrent donc un mètre étalon dont ils useront abusivement par la suite, notamment après une reformation pas des plus heureuse. « The End Complete » ? Basiquement, du death thrash bien sec qui frappe aux articulations (la production aride signée Scott Burns), dont la course en avant se trouve régulièrement entravée par des tourbières putrides sentant fort la déférence à CELTIC FROST, influence déclarée des américains. La réintégration réussie d'Allen West – soyons clairs, il sauve presque à lui tout seul « The End Complete » de la monotonie – ne fait pas oublier les prouesses lead de son prédécesseur mais bizarrement, j'ai toujours trouvé son jeu bien plus adapté à OBITUARY que celui de Murphy. Ses interventions tour à tour concises, lumineuses et nerveuses, les hurlements proférés par une six cordes traversant l'espace comme un rapace fauché en plein vol sont caractéristiques du style OBITUARY et tous les Ralph Santolla du monde, aussi talentueux soient-ils, n'y pourront jamais rien !

A l'honneur sur tous les passages rapides de l'opus, West fait même des merveilles sur un titre comme « Dead Silence », dont la montée en puissance malsaine reste un modèle du genre. Pourquoi diable n'interprètent-ils jamais pareille pièce maîtresse sur scène alors qu'ils calquent toutes leurs compos sur le même canevas, en nettement moins bien depuis huit ans ? Plus ou moins du même niveau, la première moitié de « The End Complete » s'avère tout de même très satisfaisante, de la désespérée « In The End Of Life » à cette gorge nouée par la peur de se faire dépecer dans un coin sombre de la Louisiane qu'est « I'm In Pain ». Le jeu très percutant de Donald Tardy y participe grandement, à grand renfort de frappes très sèches - en football, on parlerait volontiers d'attaques placées tellement le futur batteur d'ANDREW WK ( !!!) lance idéalement chaque offensive meurtrière – qui transforment « Sickness » en abattoir pour cervicales. La suite, à compter de la lourdingue « Corrosive », traîne considérablement en longueur malgré la courte durée des débats. Ralentissement du tempo, redondance de plans et inévitable sensation de redite, même s'il ne s'agit que du troisième méfait d'un groupe qui fera bien pire avec l'interminable « Darkest Days ». La prestation de John Tardy, elle, est loin d'être transcendante, le chanteur semblant régulièrement gagné par le manque de puissance de la production. Pour autant, « The End Complete » est loin d'être mauvais (réécoutez donc un peu « Back To One » pour voir !) et l'incapacité prolongée des américains à retrouver leur niveau d'antan éclaire d'un jour moins sombre ce petit classique dont on a encore du mal à expliquer le carton qu'il a fait à l'époque.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
08/01/2011 17:02
note: 7.5/10
human a écrit : Je suis d'accord avec la chro sauf que je ne vois pas ce que tu trouves à Allen West qui fait toujours le même solo quelque soit le morceau.

Oui complètement, c'est pas franchement l'as du renouvellement. Mais je ne sais pas, j'ai toujours adoré ses solis sur les premiers albums du groupe. Ceux sur "The End Complete" sont excellents je trouve, mais je préfère encore ceux, plus rares, sur "World Demise".
human citer
human
08/01/2011 14:24
note: 6.5/10
Je suis d'accord avec la chro sauf que je ne vois pas ce que tu trouves à Allen West qui fait toujours le même solo quelque soit le morceau.
Arnaud citer
Arnaud
07/01/2011 20:00
note: 9/10
Un classique !
Toujours aussi terrible avec cette ambiance de dingue, cette lourdeur impressionnante et le retour de West qui livre d'excellents solos.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
07/01/2011 19:19
note: 7.5/10
La pochette est terrible, c'est clair! Je suis forcément moins enthousiaste vu que j'ai attaqué par "World Demise" (quelle prod de porc!), suivi de "Cause Of Death" et "Slowly We Rot". M'enfin comparé aux albums récents, ça reste du petit lait.
Niktareum citer
Niktareum
07/01/2011 18:48
note: 8/10
Je suis assez d'accord avec toi, même si ej serai un peu plus indulgent (c'est le 1er album que j'ai écouté du groupe et il a pas mal tourné), pour la fin de l'album le titre éponyme est quand même bien foutu! Mais c'est vrai que le duo "I'm in pain" - "Back to one" est une putain de mise en bouche!!

Et sinon j'adore la pochette de cet album! Headbang

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Obituary
Death metal
1992 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (12)  8.63/10
Webzines : (10)  8.09/10

plus d'infos sur
Obituary
Obituary
Death Monolitique - 1988 - Etats-Unis
  

vidéos
The End Complete
The End Complete
Obituary

Extrait de "The End Complete"
  

tracklist
01.  I'm in Pain
02.  Back to One
03.  Dead Silence
04.  In the End of Life
05.  Sickness
06.  Corrosive
07.  Killing Time
08.  The End Complete
09.  Rotting Ways

Durée : 36:21

line up
parution
21 Avril 1992

voir aussi
Obituary
Obituary
Slowly We Rot

1989 - Roadrunner Records
  
Obituary
Obituary
Inked In Blood

2014 - Relapse Records
  
Obituary
Obituary
Dead (Live)

1998 - Roadrunner Records
  
Obituary
Obituary
Cause Of Death

1990 - Roadrunner Records
  
Obituary
Obituary
Darkest Day

2009 - Candlelight Records
  

Essayez aussi
Unleashed
Unleashed
Where No Life Dwells

1991 - Century Media
  
Vanhelgd
Vanhelgd
Relics Of Sulphur Salvation

2014 - Pulverised Records
  
Azarath
Azarath
In Extremis

2017 - Agonia Records
  
Heresic Synopsis
Heresic Synopsis
Je Suis D'ailleurs

2014 - Autoproduction
  
Crucifyre
Crucifyre
Black Magic Fire

2014 - Pulverised Records
  

Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique
Gravity pour l'album "Noir"
Lire l'interview
Wo Fat
Live Juju : Freak Valley an...
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulc...
Lire la chronique
Opium Warlords
Droner
Lire la chronique
Les reprises BLACK METAL (Björk / Radiohead / Foufoune...) POURQUOI ?
Lire le podcast