chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
25 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Syphilis - Ride The Sickness

Chronique

Syphilis Ride The Sickness
Après une démo prometteuse, Gang Bang, sortie l'année dernière et chroniquée en ces pages par votre dévoué serviteur, les Français de Syphilis reviennent déjà nous contaminer avec un full-length complet baptisé Ride The Sickness. De quoi faire plus ample connaissance avec ce cher tréponème pâle, armé ici de nouveaux agents infectieux puisque Fuch (chant), Fatal (guitare) et Seb (basse) ont rejoint les Vérolés, alors qu'Ely passe de la basse à la batterie.

Ne vous fiez pas à la pochette enfantine et à certains titres de morceaux farfelus qui pourraient faire passer Syphilis pour des rigolos. Car musicalement, ça ne rigole pas du tout! Le quintette reprend là où il s'était arrêté et garde le même cap tout en affinant sa technique et son sens de la composition. On retrouve ainsi ce brutal death moderne mais pas trop, gras à souhait, mais non dénué de feeling mélodique qu'une production puissante et exemplaire pour une autoprod met bien en valeur. Majoritairement up-tempo, Ride The Sickness enchaine les titres efficaces, bien balancés entre brutalité frontale et groove plus catchy, mais n'oublie jamais de varier le rythme. Si ça blastouille pas mal (j'aurais toutefois aimé des blast-beats plus rapides), les Picards proposent également du mid-tempo headbangant, du thrashy entraînant et quelques passages plus lents et riches en lipides à vous faire frétiller le gland ("Ride The Madness" à 1'52, "Cannibal Orgy In My Wife's Agony" vers 2'03, "Purulent Autopsy" dans la première minute, "Giant Blue Rabbit Apocalypse" à partir de 1'45). Orientation moderne oblige, on croisera également des séquences saccadées pas toujours du meilleur aloi quand elles se font génériques et simplistes ("Cannibal Orgy In My Wife's Agony" vers 0'25, "Fist Again" à 0'50 et 2'07) mais bien plus intéressantes quand il se passe quelque chose par-dessus comme sur "Fatal Social Issue" à 1'54, "Cannibal Orgy In My Wife's Agony" à 0'52, "Fist Again" à 0'58 ou "Giant Blue Rabbit Apocalypse" vers la deuxième minute, ou simplement grâce à un riff plus passionnant tel ce motif bien sombre à 1'32 sur "Ride The Madness". Ce qui nous donne dix morceaux courts (entre 3 et 4 minutes) suffisamment changeants pour qu'on ne s'ennuie pas.

Tout ceci reste néanmoins très classique, à l'image d'un chant growlé guttural à souhait secondé par quelques intonations plus criardes. Et même si la qualité est là, il n'y a rien non plus de transcendant. Mais Syphilis a une arme secrète dans sa culotte qui lui permet de sublimer ses compositions et de s'extirper un peu de la masse. Non seulement le niveau technique de ses membres lui laisse une bonne marge de manœuvre mais les guitaristes font en sorte d'insuffler à la brutalité ambiante une touche mélodique rafraichissante. Une touche mélodique qu'on retrouve soit par le biais de riffs (dès l'"Intro", le très melodeath "Fatal Social Issue", "Fist Again" à 1'44, 2'45 et 3'28 qui rattrapent un morceau sinon plutôt moyen, le break de "Purulent Autopsy" vers 1'24, etc.), soit grâce à des essais plus techniques comme les excellents tappings de "Human Corpse In A Black Hole" à 0'16, "Fatal Social Issue" à 1'54, "Ride The Madness" à 1'00, "Giant Blue Rabbit Apocalypse" vers 2'10, sans oublier "I Am Death" sans doute le meilleur titre de Ride The Sickness avec son motif hypnotique super entrainant sur une rythmique thrashie tout aussi efficace. Syphilis nous offre même quelques séances de sweeps sur les deux derniers titres "Giant Blue Rabbit Apocalypse" et "Fun Fair Of Horror". Ce n'est pas du Rusty Cooley mais il y a de l'idée!

Ride The Sickness confirme ainsi le potentiel entrevu sur Gang Bang. Syphilis a réussi cette étape importante dans la carrière d'un groupe de passer d'une simple démo à un full-length complet, en conservant une efficacité sur toute la longueur. Ce, grâce à un sens du riff satisfaisant offrant un mélange appréciable de groove et de brutalité dont une touche de mélodie bienvenue vient augmenter la durée de vie et l'intérêt. Le brutal death des Picards évite en plus de sombrer dans la facilité du modernisme à outrance malgré quelques passages saccadés que le combo gère de toute façon plutôt bien. La formation a également le mérite d'éviter des influences trop évidentes, défaut souvent présent sur un premier album. M'est avis toutefois que le quintette peut encore faire mieux, peut-être en laissant davantage la basse s'exprimer, en blastant plus rapidement et en développant ce côté mélodique et plus technique qui fait la force de l'opus. Pourquoi pas placer ainsi davantage de sweeps à la Dying Fetus ou Origin, tout en gardant l'aspect brutal et direct pour éviter la branlette de manche indigeste? Avec un tel logo dégoulinant, Syphilis pourrait également rajouter une couche de crasse à la Autopsy, ce qui pourrait apporter un contraste intéressant avec les mélodies plus lumineuses. Attention aussi à ce côté déconne qui pourrait faire du tort au groupe. Il s'agit bien sûr plus de folie syphilitique que d'humour potache mais sachant qu'il n'y a rien de comique dans la musique des Frenchies, ce serait bête de faire fuir un public qui pourrait sans cela très bien apprécier le brutal death du combo. Un brutal death suintant de qualités qui ne demande qu'à s'étoffer!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

John citer
John
19/01/2011 21:23
supersinep a écrit : PI CAR DIE FUCK YEAH

+1

Invité citer
Wes
19/01/2011 09:57
Acheté samedi soir à Méd en mains propres (enfin les miennes l'étaient les siennes je sais pas :P).
Héhé une tite chronique de nos amis Isariens Sourire !!!
C'est clair que y'a eu du boulot pour cet album !!!
A croire que ma chére Picardie est un vivier en matière de brutal death (Spiritual Dissection, Reididtnom, Syphilis...).
Bon Kro en tout cas!
supersinep citer
supersinep
19/01/2011 07:32
PI

CAR

DIE



FUCK YEAH
Caacrinolas citer
Caacrinolas
17/01/2011 00:02
"sans oublier "I Am Death" sans doute le meilleur titre de Ride The Sickness"
CLAIREMENT.

La chronique arrivera prochainement vous savez ou, mais encore une fois un très bon album qui laisse présager du bon...du très très bon pour le futur.
donvar citer
donvar
16/01/2011 19:28
La syphilis fait faire des pochettes horribles apparemment...sale maladie...
Mais la musique est toujours pas mal, et c'est bien le plus important!
Keyser citer
Keyser
16/01/2011 16:21
Vous pouvez écouter des extraits sur MySpace et acheter l'album pour 7? si ça vous branche!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Syphilis
Brutal Death
2010 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  8.13/10

plus d'infos sur
Syphilis
Syphilis
Brutal Death - France
  

tracklist
01.   Intro
02.   Human Corpse In A Black Hole
03.   Fatal Social Issue
04.   Ride The Madness (Mental Illness Part 1)
05.   Cannibal Orgy In My Wife's Agony (Mental Illness Part 2)
06.   Fist Again
07.   Purulent Autopsy
08.   I Am Death
09.   Giant Blue Rabbit Apocalypse
10.   Fun Fair Of Horror

Durée : 33'50

line up
parution
6 Décembre 2010

voir aussi
Syphilis
Syphilis
Gang Bang (Démo)

2009 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Reciprocal
Reciprocal
Reciprocal

2009 - Autoproduction
  
Disconformity
Disconformity
Depravation Of Stigma (MCD)

2005 - WD Sounds
  
Cephalectomy
Cephalectomy
The Dream Cycle Mythos (EP)

2008 - Discorporate Music
  
Visceral Bleeding
Visceral Bleeding
Absorbing The Disarray

2007 - Neurotic Records
  
Nephren-Ka
Nephren-Ka
The Fall Of Omnius

2013 - Kaotoxin Records
  

Suis La Lune
Quiet, Pull The Strings!
Lire la chronique
Obscure Verses For The Multiverse Tour
Archgoat + Blackdeath + Inq...
Lire le live report
Author & Punisher
Ursus Americanus
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Lugal Ki En
Lire la chronique
Torturerama
It Begins At Birth (EP)
Lire la chronique
Ghost Bath
Moonlover
Lire la chronique
Megamix
Jouer au blindtest
Nocternity
Onyx (Rééd.)
Lire la chronique
Satanic Warmaster
Fimbulwinter
Lire la chronique
Night Demon
Curse Of The Damned
Lire la chronique
Marilyn Manson
The Pale Emperor
Lire la chronique
Legion Of Andromeda
Iron Scorn
Lire la chronique
Finsterforst
Mach dich frei
Lire la chronique
Thulcandra
Ascension Lost
Lire la chronique
Num Skull
Ritually Abused
Lire la chronique
Totem Skin
Still Waters Runs Deep
Lire la chronique
Leviathan
True Traitor, True Whore
Lire la chronique
Ethereal
Opus Aethereum
Lire la chronique
Quel format de musique achetez-vous le plus ?
Pour ceux qui achètent ou pas
Voir le sondage
Macabre
Dahmer
Lire la chronique
Sinmara
Aphotic Womb
Lire la chronique
Irkallian Oracle
Grave Ekstasis
Lire la chronique
Amenra
Mass V
Lire la chronique
Bilan 2014
Lire le bilan
Darkall Slaves
Transcendental State Of Abs...
Lire la chronique
Vardan
Verses from Ancient Times
Lire la chronique
Mudbath
Corrado Zeller
Lire la chronique
Hate Storm Annihilation
Storm of Flames
Lire la chronique
Archgoat
The Apocalyptic Triumphator
Lire la chronique
Athanatos
Unholy Union (Démo)
Lire la chronique