chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
82 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Burzum - Hvis Lyset Tar Oss

Chronique

Burzum Hvis Lyset Tar Oss
Au moment ou le sulfureux Count sort de prison, plus barbu que jamais avec son look de pêcheur Lorientais, qu'il décide de remettre le couvert et nous livre en quelques mois seulement deux albums plus que moyens ("Belus" et "Fallen"), il est temps de rappeler aux esprits taquins qu'il fût il y a quelques années le géniteur d'œuvres poignantes et fondatrices. Au même titre que les frères d'armes Emperor, Mayhem (et son vieux pote Euronymous), Immortal, Dark Throne et quelques autres suppôts de l'Art Noir, Burzum blottit au cœur de la seconde vague Black Metal qui déferla sur le monde au débuts des années 90, marqua l'époque et l'histoire du genre de son sceau, de son son, et de son style (et accessoirement de sa lame).

Evidemment nous parlons de Black Metal mais celui que pratique Burzum ne ressemble à aucun autre, il se situe au-delà de la haine, des bêtes à cornes et de la nuit. Grischnack joue avec la rêverie, la tristesse, la dépression, la rancœur, le gris, maussade, et toutes ses nuances. Cet album abyssal vous accompagne aux confins d'un désespoir glaçant et d'une mélancolie sans fin. Dès les premières secondes de "Det som engang var" la température ambiante entame une longue chute libre, la vie se fait rare et l'auditeur est sorti de sa réalité pour pénétrer le monde sans lumière que Burzum dessine avec un talent inégalé. Chaque minute qui passe enserre un peu plus, rarement la musique n'aura été à ce point immersive.
Les patterns de batterie sont hypnotiques, le mid-tempo ensorcelle, la double martèle, domine et envoûte. Les riffs tendus, prodigieux de pureté, dissonants parfois et vicieux toujours tournent sur eux-même, les nappes de synthé simples, majestueuses et entêtantes touchent droit à l'âme et puis il y a cette voix terrifiante, douloureuse, perdue dans son propre monde.

Varg Vikernes est un mélodiste qui possède ce don rare de faire sonner la simplicité et de la sublimer, une capacité à trouver l'harmonie juste qui pourra se répéter à l'infini sans jamais lasser. Les trois premières pièces de l'album fonctionnent sur ce principe, le riff est fatal, magnétique, l'organe est inhumain, l'ambiance est glaciale, le spleen s'installe. Burzum veut happer l'auditeur dans le tourment, progressivement, l'envoûter, l'essorer au cœur de la rythmique martiale de "Inn I Slottet Fra Droemmen" et le laisser épuisé au seuil d'un dernier morceau, "Tomhet" le solennel. A ce stade tout s'arrête, les guitares se taisent, après le désespoir…la résignation. Une porte de sortie onirique qui s'ouvre doucement durant quatorze minutes, trop courtes, qui permettent d'abandonner le sol, pianissimo, en espérant ne jamais avoir à y reposer les pieds. "Tomhet" ,ou "Emptiness", le vide qui s'ouvre, accueillant, ce vide qui permet à Burzum d'être seul dans sa cour avec ses sons à lui, son génie à lui et sa folie. Quand tout s'arrête, l'auditeur sort de son isolement pour constater qu'il ne s'agissait pas simplement de musique, certains albums vont au-delà et celui-ci en fait incontestablement partie.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Múthjs_K citer
Múthjs_K
21/02/2011 23:41
note: 10/10
Mon album préféré de Burzum. Une beauté glacée et tourmentée qui ne me laisse pas de marbre ! La première piste fait parti des meilleurs titres que le Black atmosphérique ait pu produire. Et effectivement : rien que pour cet album, je pense que Varg est (ou du moins fut) un excellent compositeur !

Une chronique qui rend parfaitement justice à ce chef d'?uvre ! Merci !
NightSoul citer
NightSoul
19/02/2011 14:34
note: 6.5/10
Désolé, moi cet album ne me fait ni chaud, ni froid, il me soule plus qu'autre chose même si je reconnais la qualité de certaines parties et la voix d'outre-tombe de Varg.
Les trucs hypnotiques avec deux riffs sur 8 minutes, c'est pas mon truc mais je me le réécouterai à l'occasion voir si je revois mon jugement car ça fait un sacré bail.
korbendallas citer
korbendallas
18/02/2011 16:05
Rhaaaaa "Hvis Lyset Tar Oss" .... je me rapelle toujours ma première écoute ... un pote me l'avais passé à l'époque du lycée, en cassette (vous savez, les anciens mp3 !!), on découvrait alors le black metal. Je me suis mis ça tranquille dans le bus ..... je vous laisse imaginer la claque que j'ai pris ! Complètement perché par ces riffs entétants .... et lorsque la voix a fait son apparition, je me suis demandé ce qu'il se passait (étant habitué plutôt au death suédois !).
Enfin, bref, cet album est tout simplement un classique du genre, différent de ces partenaires de la même époque, un style unique, une ambiance trippante, ou les riffs s'installent dans votre cerveau ... difficile de sortir indemne après l'écoute de cet album !
Backstaber citer
Backstaber
15/02/2011 20:47
note: 10/10
Une de mes plus grosses claques en matière artistique. Incontournable !
Worthless citer
Worthless
13/02/2011 23:04
note: 10/10
Merci de faire figurer ce monument sur Thrashocore!
Davy citer
Davy
13/02/2011 20:53
note: 10/10
Aaaaaaaaaaaaaaaaah ouaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis !

Démentiel, inclassable, au dessus de presque tout !
Momos citer
Momos
13/02/2011 00:44
note: 10/10
Merci Häxan d'avoir chroniqué ce classique indétrônable de la scène Norvégienne. Tu as bien réussi à décrire le monde à part et unique de Vikernes, et la beauté qui s'en dégage. Une référence absolue qu'il était temps d'avoir sur Thrasho!
Geisterber citer
Geisterber
11/02/2011 17:39
note: 10/10
Une superbe chronique à la hauteur de cet album excellent. Tu exprimes avec sincérité tout ce que je ressens pour ce chef-d'oeuvre effectivement intemporel qui est là pour rappeler que BURZUM a apporté énormément au Black Metal et à toutes les ramifications autour de ce genre. Avec peu de moyens, peu de technique, à l'image de sa batterie minimaliste et de ses riffs simplistes mais terriblement prenants, Vikernes crée avec ce disque une aura qu'il n'égalera plus jamais, même avec le très bon Filosofem. Juste un petit reproche mon cher Häxan, c'est un peu dommage d'enfoncer Fallen alors qu'il n'est pas encore sorti! Je suis moi aussi sceptique quant aux talents actuels du bonhomme mais je respecte suffisamment le bonhomme et son oeuvre passée pour attendre encore ses oeuvres actuelles... haha, oeuvre actuelle, ça me fait drôle de dire ça pour un BURZUM... BURZUM en 2010, puis BURZUM en 2011, j'ai du mal à m'en remettre. Merci pour cette chronique en tout cas, il est vrai que "certains taquins" ont besoin de se rappeler que grâce à cet album entres autres, BURZUM reste grand.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Burzum
Black Metal
1994 - Misanthropy Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (26)  9.38/10
Webzines : (15)  8.14/10

plus d'infos sur
Burzum
Burzum
Folk Black Metal - 1991 † 2018 - Norvège
  

tracklist
01.  Det Som En Gang Var
02.  Hvis Lyset Tar Oss
03.  Inn I Slottet Fra Droemmen
04.  Tomhet

Durée : 44:28

line up
voir aussi
Burzum
Burzum
Fallen

2011 - Byelobog Productions
  
Burzum
Burzum
Filosofem

1996 - Misanthropy Records
  
Burzum
Burzum
Belus

2010 - Byelobog Productions
  
Burzum
Burzum
Umskiptar

2012 - Byelobog Productions
  

Essayez aussi
Ancient
Ancient
Svartalvheim

1994 - Listenable Records
  
Yellow Eyes
Yellow Eyes
Sick With Bloom

2015 - Gilead Media
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
The Rise Of Lucifer (EP)

2015 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Bestia Arcana
Bestia Arcana
To Anabainon Ek Tes Abyssu

2011 - Daemon Worship Productions
  
Volahn / Shataan / Arizmenda / Kallathon
Volahn / Shataan / Arizmenda / Kallathon
Desert Dances And Serpent Sermons (Split-CD)

2015 - The Ajna Offensive / Iron Bonehead Productions / Crepusculo Negro
  

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report