chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
18 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Immolation - Dawn of Possession

Chronique

Immolation Dawn of Possession
Difficile de se faire une place dans la cour des grands en 1991, difficile de sortir son premier album en même temps que les (déjà) maîtres du genre, difficile de se démarquer quand les concurrents directs ont une longueur d'avance et s'appellent Morbid Angel, Carcass, Suffocation, Atheist, Bolt Thrower, Deicide, Entombed, Morgoth, Pestilence, etc, etc. Difficile certes, mais pas impossible pour Immolation qui entend bien offrir à son death metal funèbre, plus vicieux que les autres, une place de choix au royaume de la mort en musique. Malgré cette farouche volonté, il aura fallu au public quelques années pour mesurer l'importance de l'album, son impact, et comprendre le style, la griffe et l'univers sonore particulier du groupe.

Une fois la bête digérée, tout semble pourtant évident, la patte Immolation est déjà largement audible, ce death metal est déjà sinueux et torturé, il est déjà maltraité, se contorsionne, chute dans les contre-temps et gémi à coups d'harmoniques douloureuses mais il n'est pas aussi alambiqué qu'il le sera dès l'album suivant (le monstrueux « Here In After). Cette approche légèrement moins tourmentée permet au groupe de lâcher des riffs parfois plus catchy montés sur trémolos morbides qui font mouche et instaurent un climat mélodique particulièrement obscur. C'est également sur "Dawn Of Possession" que Robert Vigna et son comparse de l'époque Tom Wilkinson proposeront leur solos les plus pervers, les plus inspirés, le résultat est absolument incroyable sur "Into everlestaing fire », "After my prayers" ou encore "Those left behind", et apporte une coloration noirâtre vraiment unique à l'album, ajoutant une touche purement malsaine à l'ensemble qui ne manquait pourtant pas de ténèbres. Les 6 cordes sont malmenées comme elles l'étaient déjà chez Morbid Angel ou Slayer, mais alors quelles faisaient régner un certain chaos chez ces deux monstres c'est l'enfer lui-même qui résonne dans les leads ectoplasmes d'Immolation.
Autre acteur majeur du triomphe, Craig Smilowski dont la prestation déroutante me fait encore dire, 20 ans plus tard, qu'il était LE batteur d'Immolation, celui qui donnait leur vie la plus impure aux riffs déjà démentiels du groupe. Groove désaxé, cassures, blasts maladifs et descentes de toms pantelantes qui meurent tout au fond de la mesure, tout est fait pour accentuer et sublimer la personnalité tourmentée du groupe.

A peine moins accidenté et plus massif que ses successeurs, "Dawn Of Possession" et sa production opaque, son timbre lourd et son son épais s'impose comme l'œuvre la plus sombre du mythe New Yorkais. Ross Dolan y est déjà imposant, le timbre moins guttural mais plus sauvage, moins précis dans sa diction mais largement au niveau de l'œuvre et de la concurrence de l'époque. Sur cet album Immolation dégage un feeling infernal qu'il ne retrouvera plus vraiment par la suite, quelque chose de sulfureux dans le riffing, dans ce rayonnement harmonique délétère, qui rapproche le groupe de l'autre légende locale Incantation.
"Dawn Of Possession", le sinistre, est le premier album magistral d'une longue et impressionnante discographie, souvent oublié, trop mésestimé alors qu'il renferme toute l'essence d'un groupe différent, un groupe intègre devenu pilier de genre, qui aura toujours (et c'est déjà largement le cas ici) présenté une vision personnelle du death metal. Must have !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
22/02/2011 16:39
note: 7.5/10
Disco' enfin complète! Pas mon Immo' préféré c'est sûr, mais il contient des pièces majeures comme Into Everlasting Fire, After My Prayers ou Those Left Behind. Par contre il me semble qu'il n'y a pas de blasts sur cet album, juste du chouka chouka très rapide (avec une batterie non triggée)!
Squirk citer
Squirk
22/02/2011 16:11
note: 9.5/10
Probablement mon album d'Immolation favoris avec Close To A World Below, s'inscrivant dès lors parmi les formations les plus puissantes de l'époque. Le chant de Ross Dolan est impressionnant et on retrouve déjà la patte si particulière du riffing de Rob Vigna. Culte de la première à la dernière seconde.
Jotun35 citer
Jotun35
22/02/2011 15:40
Un album bien sympa, dans lequel on sent déjà la patte Immolation, mais encore un peu diluée dans du brutal death old-school assez classique. Donc pas le meilleur Immolation non plus (par manque de maturité par rapport aux opus suivants). Je trouve par exemple "Here in After" bien meilleur (puisque c'est l'album sur lequel Immolation mettra en place la recette musicale qu'il applique toujours aujourd'hui).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Immolation
Death Metal
1991 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (13)  8.27/10
Webzines : (10)  7.14/10

plus d'infos sur
Immolation
Immolation
Death Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Into Everlasting Fire
02.  Despondent Souls
03.  Dawn of Possession
04.  Those Left Behind
05.  Internal Decadence
06.  No Forgiveness (Without Bloodshed)
07.  Burial Ground
08.  After My Prayers
09.  Fall in Disease
10.  Immolatio

Durée : 42:42

line up
voir aussi
Immolation
Immolation
Majesty and Decay

2010 - Nuclear Blast
  
Immolation
Immolation
Close To A World Below

2000 - Metal Blade
  
Immolation
Immolation
Harnessing Ruins

2005 - Listenable Records
  
Immolation
Immolation
Atonement

2017 - Nuclear Blast
  
Immolation
Immolation
Failures For Gods

1998 - Metal Blade
  

Essayez aussi
Kaamos
Kaamos
Scales Of Leviathan (EP)

2007 - Nuclear Winter
  
Binah
Binah
A Triad Of Plagues (EP)

2014 - Dark Descent Records / Me Saco Un Ojo
  
Lost Soul
Lost Soul
Genesis XX: Years of Chaoz (Compil.)

2013 - Witching Hour Productions
  
Cenotaph
Cenotaph
The Gloomy Reflection Of Our Hidden Sorrows

1992 - Horus Productions
  
Insision
Insision
Revealed And Worshipped

2004 - Wicked World
  

Grima
Tales of the Enchanted Woods
Lire la chronique
Mötley Crüe
Shout at the Devil
Lire la chronique
Sepulchral
Back From The Dead (Compil.)
Lire la chronique
Skull Parade
Skullparade
Lire la chronique
Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique
Charnel Winds
Verschränkung
Lire la chronique
Desecresy
The Mortal Horizon
Lire la chronique
Venomous Maximus
No Warning
Lire la chronique
Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir
Lire l'interview