chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
52 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Immolation - Dawn of Possession

Chronique

Immolation Dawn of Possession
Difficile de se faire une place dans la cour des grands en 1991, difficile de sortir son premier album en même temps que les (déjà) maîtres du genre, difficile de se démarquer quand les concurrents directs ont une longueur d'avance et s'appellent Morbid Angel, Carcass, Suffocation, Atheist, Bolt Thrower, Deicide, Entombed, Morgoth, Pestilence, etc, etc. Difficile certes, mais pas impossible pour Immolation qui entend bien offrir à son death metal funèbre, plus vicieux que les autres, une place de choix au royaume de la mort en musique. Malgré cette farouche volonté, il aura fallu au public quelques années pour mesurer l'importance de l'album, son impact, et comprendre le style, la griffe et l'univers sonore particulier du groupe.

Une fois la bête digérée, tout semble pourtant évident, la patte Immolation est déjà largement audible, ce death metal est déjà sinueux et torturé, il est déjà maltraité, se contorsionne, chute dans les contre-temps et gémi à coups d'harmoniques douloureuses mais il n'est pas aussi alambiqué qu'il le sera dès l'album suivant (le monstrueux « Here In After). Cette approche légèrement moins tourmentée permet au groupe de lâcher des riffs parfois plus catchy montés sur trémolos morbides qui font mouche et instaurent un climat mélodique particulièrement obscur. C'est également sur "Dawn Of Possession" que Robert Vigna et son comparse de l'époque Tom Wilkinson proposeront leur solos les plus pervers, les plus inspirés, le résultat est absolument incroyable sur "Into everlestaing fire », "After my prayers" ou encore "Those left behind", et apporte une coloration noirâtre vraiment unique à l'album, ajoutant une touche purement malsaine à l'ensemble qui ne manquait pourtant pas de ténèbres. Les 6 cordes sont malmenées comme elles l'étaient déjà chez Morbid Angel ou Slayer, mais alors quelles faisaient régner un certain chaos chez ces deux monstres c'est l'enfer lui-même qui résonne dans les leads ectoplasmes d'Immolation.
Autre acteur majeur du triomphe, Craig Smilowski dont la prestation déroutante me fait encore dire, 20 ans plus tard, qu'il était LE batteur d'Immolation, celui qui donnait leur vie la plus impure aux riffs déjà démentiels du groupe. Groove désaxé, cassures, blasts maladifs et descentes de toms pantelantes qui meurent tout au fond de la mesure, tout est fait pour accentuer et sublimer la personnalité tourmentée du groupe.

A peine moins accidenté et plus massif que ses successeurs, "Dawn Of Possession" et sa production opaque, son timbre lourd et son son épais s'impose comme l'œuvre la plus sombre du mythe New Yorkais. Ross Dolan y est déjà imposant, le timbre moins guttural mais plus sauvage, moins précis dans sa diction mais largement au niveau de l'œuvre et de la concurrence de l'époque. Sur cet album Immolation dégage un feeling infernal qu'il ne retrouvera plus vraiment par la suite, quelque chose de sulfureux dans le riffing, dans ce rayonnement harmonique délétère, qui rapproche le groupe de l'autre légende locale Incantation.
"Dawn Of Possession", le sinistre, est le premier album magistral d'une longue et impressionnante discographie, souvent oublié, trop mésestimé alors qu'il renferme toute l'essence d'un groupe différent, un groupe intègre devenu pilier de genre, qui aura toujours (et c'est déjà largement le cas ici) présenté une vision personnelle du death metal. Must have !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
22/02/2011 16:39
note: 7.5/10
Disco' enfin complète! Pas mon Immo' préféré c'est sûr, mais il contient des pièces majeures comme Into Everlasting Fire, After My Prayers ou Those Left Behind. Par contre il me semble qu'il n'y a pas de blasts sur cet album, juste du chouka chouka très rapide (avec une batterie non triggée)!
Squirk citer
Squirk
22/02/2011 16:11
note: 9.5/10
Probablement mon album d'Immolation favoris avec Close To A World Below, s'inscrivant dès lors parmi les formations les plus puissantes de l'époque. Le chant de Ross Dolan est impressionnant et on retrouve déjà la patte si particulière du riffing de Rob Vigna. Culte de la première à la dernière seconde.
Jotun35 citer
Jotun35
22/02/2011 15:40
Un album bien sympa, dans lequel on sent déjà la patte Immolation, mais encore un peu diluée dans du brutal death old-school assez classique. Donc pas le meilleur Immolation non plus (par manque de maturité par rapport aux opus suivants). Je trouve par exemple "Here in After" bien meilleur (puisque c'est l'album sur lequel Immolation mettra en place la recette musicale qu'il applique toujours aujourd'hui).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Immolation
Death Metal
1991 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (13)  8.27/10
Webzines : (10)  7.14/10

plus d'infos sur
Immolation
Immolation
Death Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Into Everlasting Fire
02.  Despondent Souls
03.  Dawn of Possession
04.  Those Left Behind
05.  Internal Decadence
06.  No Forgiveness (Without Bloodshed)
07.  Burial Ground
08.  After My Prayers
09.  Fall in Disease
10.  Immolatio

Durée : 42:42

line up
voir aussi
Immolation
Immolation
Close To A World Below

2000 - Metal Blade
  
Immolation
Immolation
Shadows In The Light

2007 - Listenable Records
  
Immolation
Immolation
Hope And Horror (EP)

2007 - Listenable Records
  
Immolation
Immolation
Failures For Gods

1998 - Metal Blade
  
Immolation
Immolation
Harnessing Ruins

2005 - Listenable Records
  

Essayez aussi
Loudblast
Loudblast
Sublime Dementia

1993 - Semetery Records
  
Entrapment
Entrapment
Lamentations Of The Flesh

2014 - Soulseller Records
  
Ossuaire
Ossuaire
Le Troubadour Nécrophageophile (Rééd.)

2015 - Nihilistic Holocaust
  
Cadaveric Fumes / Demonic Oath
Cadaveric Fumes / Demonic Oath
Entwined In Sepulchral Darkness (Split 12")

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Darkified
Darkified
Cthulhu Riseth (Compil.)
(The Complete Works Of Darkified)

2012 - Vic Records
  

Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy
Lire la chronique
Centinex
Doomsday Rituals
Lire la chronique
Starofash
Skógr
Lire la chronique
Hunok
Megrendíthetetlenség
Lire la chronique
Lacuna Coil
Delirium
Lire la chronique
Primalfrost
Prosperous Visions
Lire la chronique
Dark Funeral
Where Shadows Forever Reign
Lire la chronique
De Karl Sanders à Mark Greenway
Jouer à The Small Metal World Experiment
Karcavul
Intersaône
Lire la chronique
Vanhelgd
Temple Of Phobos
Lire la chronique
Mizery
Absolute Light
Lire la chronique
Au revoir Monsieur le chroniqueur ! La mort de VS Webzine ! Du pipi qui gicle !
Lire le podcast
Fistula
Longing for Infection
Lire la chronique
Hermóðr
The Darkness of December
Lire la chronique
Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina
Lire l'interview
Alkerdeel
Lede
Lire la chronique
Sink
Ark of Contempt and Anger
Lire la chronique
Winterlore
Winterlore
Lire la chronique
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Worship The Grave
Lire la chronique
Thrasho en interview sur Horns Up
Lire le podcast
Allobrogia
Sonnocingos
Lire la chronique
Hoth
Oathbreaker
Lire la chronique
Hortlak
Hortlak
Lire la chronique
Grandes vacances
Jouer au blindtest
Noumena
Death Walks with Me
Lire la chronique
Psycroptic
The Scepter of the Ancients
Lire la chronique
Sale Freux
« Adieu, Vat ! »
Lire la chronique
Gojira
Magma
Lire la chronique
Autokrator
The Obedience To Authority
Lire la chronique