chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
23 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Immolation - Dawn of Possession

Chronique

Immolation Dawn of Possession
Difficile de se faire une place dans la cour des grands en 1991, difficile de sortir son premier album en même temps que les (déjà) maîtres du genre, difficile de se démarquer quand les concurrents directs ont une longueur d'avance et s'appellent Morbid Angel, Carcass, Suffocation, Atheist, Bolt Thrower, Deicide, Entombed, Morgoth, Pestilence, etc, etc. Difficile certes, mais pas impossible pour Immolation qui entend bien offrir à son death metal funèbre, plus vicieux que les autres, une place de choix au royaume de la mort en musique. Malgré cette farouche volonté, il aura fallu au public quelques années pour mesurer l'importance de l'album, son impact, et comprendre le style, la griffe et l'univers sonore particulier du groupe.

Une fois la bête digérée, tout semble pourtant évident, la patte Immolation est déjà largement audible, ce death metal est déjà sinueux et torturé, il est déjà maltraité, se contorsionne, chute dans les contre-temps et gémi à coups d'harmoniques douloureuses mais il n'est pas aussi alambiqué qu'il le sera dès l'album suivant (le monstrueux « Here In After). Cette approche légèrement moins tourmentée permet au groupe de lâcher des riffs parfois plus catchy montés sur trémolos morbides qui font mouche et instaurent un climat mélodique particulièrement obscur. C'est également sur "Dawn Of Possession" que Robert Vigna et son comparse de l'époque Tom Wilkinson proposeront leur solos les plus pervers, les plus inspirés, le résultat est absolument incroyable sur "Into everlestaing fire », "After my prayers" ou encore "Those left behind", et apporte une coloration noirâtre vraiment unique à l'album, ajoutant une touche purement malsaine à l'ensemble qui ne manquait pourtant pas de ténèbres. Les 6 cordes sont malmenées comme elles l'étaient déjà chez Morbid Angel ou Slayer, mais alors quelles faisaient régner un certain chaos chez ces deux monstres c'est l'enfer lui-même qui résonne dans les leads ectoplasmes d'Immolation.
Autre acteur majeur du triomphe, Craig Smilowski dont la prestation déroutante me fait encore dire, 20 ans plus tard, qu'il était LE batteur d'Immolation, celui qui donnait leur vie la plus impure aux riffs déjà démentiels du groupe. Groove désaxé, cassures, blasts maladifs et descentes de toms pantelantes qui meurent tout au fond de la mesure, tout est fait pour accentuer et sublimer la personnalité tourmentée du groupe.

A peine moins accidenté et plus massif que ses successeurs, "Dawn Of Possession" et sa production opaque, son timbre lourd et son son épais s'impose comme l'œuvre la plus sombre du mythe New Yorkais. Ross Dolan y est déjà imposant, le timbre moins guttural mais plus sauvage, moins précis dans sa diction mais largement au niveau de l'œuvre et de la concurrence de l'époque. Sur cet album Immolation dégage un feeling infernal qu'il ne retrouvera plus vraiment par la suite, quelque chose de sulfureux dans le riffing, dans ce rayonnement harmonique délétère, qui rapproche le groupe de l'autre légende locale Incantation.
"Dawn Of Possession", le sinistre, est le premier album magistral d'une longue et impressionnante discographie, souvent oublié, trop mésestimé alors qu'il renferme toute l'essence d'un groupe différent, un groupe intègre devenu pilier de genre, qui aura toujours (et c'est déjà largement le cas ici) présenté une vision personnelle du death metal. Must have !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

3 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
22/02/2011 16:39
note: 7.5/10
Disco' enfin complète! Pas mon Immo' préféré c'est sûr, mais il contient des pièces majeures comme Into Everlasting Fire, After My Prayers ou Those Left Behind. Par contre il me semble qu'il n'y a pas de blasts sur cet album, juste du chouka chouka très rapide (avec une batterie non triggée)!
Squirk citer
Squirk
22/02/2011 16:11
note: 9.5/10
Probablement mon album d'Immolation favoris avec Close To A World Below, s'inscrivant dès lors parmi les formations les plus puissantes de l'époque. Le chant de Ross Dolan est impressionnant et on retrouve déjà la patte si particulière du riffing de Rob Vigna. Culte de la première à la dernière seconde.
Jotun35 citer
Jotun35
22/02/2011 15:40
Un album bien sympa, dans lequel on sent déjà la patte Immolation, mais encore un peu diluée dans du brutal death old-school assez classique. Donc pas le meilleur Immolation non plus (par manque de maturité par rapport aux opus suivants). Je trouve par exemple "Here in After" bien meilleur (puisque c'est l'album sur lequel Immolation mettra en place la recette musicale qu'il applique toujours aujourd'hui).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Immolation
Death Metal
1991 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (10)  8.4/10
Webzines : (10)  7.32/10

plus d'infos sur
Immolation
Immolation
Death Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Into Everlasting Fire
02.  Despondent Souls
03.  Dawn of Possession
04.  Those Left Behind
05.  Internal Decadence
06.  No Forgiveness (Without Bloodshed)
07.  Burial Ground
08.  After My Prayers
09.  Fall in Disease
10.  Immolatio

Durée : 42:42

line up
voir aussi
Immolation
Immolation
Kingdom of Conspiracy

2013 - Nuclear Blast
  
Immolation
Immolation
Hope And Horror (EP)

2007 - Listenable Records
  
Immolation
Immolation
Failures For Gods

1998 - Metal Blade
  
Immolation
Immolation
Majesty and Decay

2010 - Nuclear Blast
  
Immolation
Immolation
Here In After

1996 - Metal Blade
  

Essayez aussi
Mr. Death
Mr. Death
Detached From Life

2009 - Agonia Records
  
Ageless Oblivion
Ageless Oblivion
Temples Of Transcendent Evolution

2011 - Siege Of Amida Records
  
Requiem
Requiem
Within Darkened Disorder

2011 - Twilight-Vertrieb
  
Altars
Altars
Paramnesia

2013 - Nuclear Winter
  
Bloodbath
Bloodbath
Unblessing The Purity (MCD)

2008 - Peaceville Records
  

Thaw
Earth Ground
Lire la chronique
Mizery
Survive The Vibe (EP)
Lire la chronique
Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview