chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
37 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Deathhammer - Phantom Knights

Chronique

Deathhammer Phantom Knights
Citez moi un, rien qu'un seul, groupe de thrash norvégien. Comme ça, de but en blanc. Pas évident hein? A vrai dire, je n'en connais aucun. Et pour cause, la Norvège est plus connue pour ses formations de black metal que ses combos de thrash. Mais l'épidémie de revival touche tous les recoins de la planète et on pourra désormais inscrire Deathhammer sur la liste. "Popularisé" par Fenriz qui n'hésite pas à le citer partout, allant même jusqu'à mettre son logo sur la pochette de F.O.A.D. de Darkthrone (regardez bien la veste du keupon squelettique), le duo sort fin 2010 son premier full-length Phantom Knights chez les alcooliques de Witches Brew, brasserie teutonne déjà responsable d'armes de désinhibition massive comme Gama Bomb, Toxic Holocaust ou Hammerwhore.

Et c'est qu'ils sont bons en plus ces cons! Formés en 2005 et déjà auteurs de trois démos et un EP, les Scandinaves nous proposent là un voyage dans le temps d'un réalisme impressionnant. Nous revoilà en 1983 quand Slayer sort Show No Mercy, l'influence la plus marquée des Norvégiens, ou Hellhammer sa trilogie de démos. Une époque où le thrash et le metal extrême n'en étaient qu'à leurs balbutiements et fleuraient bon le speed, le heavy et le punk hardcore. C'est donc exactement ce type de thrash auquel s'adonne Deathhammer, avec un talent certain. Phantom Knights se pose ainsi comme une compilation de titres courts, efficaces, à la réalisation parfois bancale et mal assurée mais à l'énergie et l'intégrité remarquables. C'est agressif (rha cette voix écorchée jouissive qui part parfois en cris aigus à la Araya/Schmier!), c'est même franchement brutal par moment (presque des blast-beats à 2'25 sur "Blood Token"!) et ça joue vite la plupart du temps avec du chuka-chuka (skank/up-beat pour les pros, je viens de l'apprendre) et un peu de d-beat. Bref, c'est entraînant à mort et le combo enchaîne les riffs pas techniques pour un sou mais tellement accrocheurs, avec souvent des petits relents mélodiques de heavy/speed comme au tout début des eighties qui font tout leur charme. Quelques-uns ont même un arrière goût de proto-black ("Devilish Dirge" à 1'45, non?). D'autres se font bien sûr plus foncièrement thrash (le riff d'ouverture très Slayerien de "Cold Winds Of Death"). Si le rythme se fait majoritairement véloce sur des titres de trois minutes, mise en musique de la cavalcade destructrice des chevaliers de l'apocalypse sur la magnifique pochette (bah quoi, ça pourrait être pire, allez donc voir celle de l'EP Forever Ripping Fast!), Deathhammer laisse quand même la place à quelques mid-tempi headbangants tout aussi efficaces. Des variations de rythme rares mais bienvenues et quand le duo étoffe plus ses morceaux comme sur les excellents "Plague Mass" (et son intro lente à la lead menaçante) et "Queen Death", ça passe tout seul! Histoire d'agrémenter des compositions somme toute relativement simples, les Norvégiens ajoutent également, sans surprise, tout un tas de solos chaotico-mélodiques à la qualité et l'intérêt fluctuants, les mieux branlés étant à trouver sur le dernier morceau "Queen Death".

Créativité et originalité nulles? Pas loin oui. Mais je préfère cent fois ce genre d'album, à la production à l'arrache mimant le manque de moyens de l'époque, que des albums modernes chiants au son parfait sans âme, même venant d'anciennes grosses pointures. N'est-ce pas Exodus ou Destruction? Avec son old-school fucking thrash metal cliché et passéiste, Deathhammer atteint son objectif et c'est bien là le principal. Phantom Knights n'est ni plus ni moins qu'un clin d'œil aux early 80s et aux groupes comme Slayer, Venom, Bathory, Hellhammer et consorts. Un clin d'œil pas très fin certes, mais complètement assumé. Et surtout, crédible.

P.S: limité à 700 exemplaires, j'ai le 477. Comment ça on s'en fout?!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

korbendallas citer
korbendallas
02/03/2011 14:07
Ben Keyser, si tu enlève 1 à chaque 7 et que tu les rajoutes au 4 tu as 666 .... comment ça on s'en fout aussi ? Sourire
Ant'oïn citer
Ant'oïn
02/03/2011 08:59
Putain cte voix de merde (faut quand meme l'admettre Moqueur) Dommage car les riffs sont plutôt pas mal, comme tu l'as dit limite; du Brutal Thrash. Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deathhammer
Thrash Metal
2010 - Witches Brew
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  3/10
Webzines : (1)  6/10

plus d'infos sur
Deathhammer
Deathhammer
Thrash Metal - Norvège
  

tracklist
01.   Gates Of Hades
02.   Blood Token
03.   Devilish Dirge
04.   Armoured Assassins
05.   Plague Mass
06.   Ready To Destroy
07.   Cold Winds Of Death
08.   Tornado Blitzkrieg
09.   Queen Death

Durée : 34'19

line up
parution
11 Octobre 2010

voir aussi
Deathhammer
Deathhammer
Onward To The Pits

2012 - Hells Headbangers
  

Essayez aussi
Destruction
Destruction
Infernal Overkill

1985 - Steamhammer Records (SPV)
  
Dew-Scented
Dew-Scented
Intermination

2015 - Metal Blade
  
Annihilator
Annihilator
Double Live Annihilation (Live)

2003 - AFM Records
  
Testament
Testament
The New Order

1988 - Megaforce Records / Atlantic Records
  
Abandoned
Abandoned
Thrash You!

2007 - Dockyard 1
  

Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy
Lire la chronique
Centinex
Doomsday Rituals
Lire la chronique
Starofash
Skógr
Lire la chronique
Hunok
Megrendíthetetlenség
Lire la chronique
Lacuna Coil
Delirium
Lire la chronique
Primalfrost
Prosperous Visions
Lire la chronique
Dark Funeral
Where Shadows Forever Reign
Lire la chronique
De Karl Sanders à Mark Greenway
Jouer à The Small Metal World Experiment
Karcavul
Intersaône
Lire la chronique
Vanhelgd
Temple Of Phobos
Lire la chronique
Mizery
Absolute Light
Lire la chronique
Au revoir Monsieur le chroniqueur ! La mort de VS Webzine ! Du pipi qui gicle !
Lire le podcast
Fistula
Longing for Infection
Lire la chronique
Hermóðr
The Darkness of December
Lire la chronique
Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina
Lire l'interview
Alkerdeel
Lede
Lire la chronique
Sink
Ark of Contempt and Anger
Lire la chronique
Winterlore
Winterlore
Lire la chronique
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Worship The Grave
Lire la chronique
Thrasho en interview sur Horns Up
Lire le podcast
Allobrogia
Sonnocingos
Lire la chronique
Hoth
Oathbreaker
Lire la chronique
Hortlak
Hortlak
Lire la chronique
Grandes vacances
Jouer au blindtest
Noumena
Death Walks with Me
Lire la chronique
Psycroptic
The Scepter of the Ancients
Lire la chronique
Sale Freux
« Adieu, Vat ! »
Lire la chronique
Gojira
Magma
Lire la chronique
Autokrator
The Obedience To Authority
Lire la chronique